Apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme

« Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1315

A travers les points de vue de l’hybridité du genre et de l’apprentissage, trois approches du carnet de voyage ont été abordées : scientifique -géographique et ethnographique, pédagogique et touristique. Elles concernent des publics différents du chercheur, à l’élève et au grand public. Les différentes catégories de carnets complexifient la définition d’un genre hybride : à la fois carnet de recherche, carnet de croquis ou de reportage graphique, parfois guide touristique. Niche éditoriale de l’édition touristique et passeport pour l’ailleurs, le carnet de voyage valorise le tourisme par l’esthétique. Albums illustrés de restitution d’inventaire des patrimoine(s), les carnets de patrimoine se déclinent selon leur thématique en carnet d’architecture, carnet d’archéologie, carnet d’ethnographie, carnet de guerre et carnet d’environnement. Mon carnet de recherche intitulé Carnet de voyage – reportage révèle l’étendue du médium à la rencontre « art et spatialités » (Volvey, 2003), selon quatre spécificités : « intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine». Cependant, la vulgarisation des découvertes et de l’Ailleurs, l’expérience vécue, l’apprentissage par le voyage semblent les dénominateurs communs entre les différentes approches du carnet de voyage (scientifique, pédagogique et touristique). Les notions de passage, de transmission et de partage font du carnet de voyage un passeport vers l’Autre et un médium initiatique ou de quête interculturelle grâce à une géographie vécue, expérimentée, au contact du terrain, de l’environnement et des peuples. Cette ethnographie géographique tendrait vers la capacité au savoir être autant qu’au savoir-faire de l’apprenti géographe.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de patrimoine, outil de formation aux Masters Culture, patrimoine et tourisme

Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme

Dixième journée de la géographie de l’association Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » organisé en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/Doc_geo_10eme_journee_de_la_geographie_VOYAGE.pdf

Selon le rapport au voyage qu’il entretient, le carnet de voyage se décline en quatre types : un outil de recueil de la mémoire et de recherche du voyageur, un genre éditorial médium du patrimoine et de valorisation du tourisme, une oeuvre d’art réalisée a posteriori du voyage en atelier et un outil pédagogique innovant. A travers les points de vue de l’hybridité du genre[1] et de l’outil d’apprentissage[2], trois approches du carnet de voyage sont proposées : scientifique[3] -géographique et ethnographique – qui concerne le chercheur, pédagogique destinée à l’élève et l’approche touristique qui cible le grand public. Outil de recherche pour le géographe, du terrain à la géographie culturelle, et outil réflexif en sciences humaines[4],  le carnet de voyage met en relations diverses disciplines[5]. Il se divise en deux tendances : le carnet de reportage et le carnet de patrimoine[6]. Il favorise l’apprentissage par le voyage et l’expérience personnelle que les voyagistes savent utiliser comme marketing . Aussi le carnet du patrimoine[7] lié au genre éditorial « carnet de voyage »[8] est-il un outil de médiation et de formation au(x) patrimoine(s) de l’école à l’université, suite à son succès comme outil pédagogique auprès des jeunes.

Oscillant entre le carnet de recherche avec l’exercice du rough[9] et le carnet de voyage avec la reproduction de lieux admirés, le carnet de croquis peut devenir un outil pédagogique pour sensibiliser les jeunes au patrimoine et à l’architecture. Le carnet de voyage incite à la découverte du patrimoine à travers un large panel de titres édités et part du terrain et de la quête initiatique et artistique, anthropologique pour développer la réflexivité et la recherche documentaire sur l’Autre et l’Ailleurs. Il sensibilise au tourisme authentique, à la rencontre de l’Autre et à la protection de l’environnement et du patrimoine à partir d’une éducation au regard. Parmi dix prix du 13e Rendez-vous du carnet de voyage le concours Prix Vulcania récompense le meilleur carnet de voyage de découverte environnementale, géographique ou ethnographique d’une région volcanique et consiste en l’attribution d’une bourse de voyage à destination d’un pays volcanique. Avec la thématique « Histoires en terres volcaniques », le voyageur peut aborder à travers la création d’un carnet de voyage les mythes et les légendes, la vie quotidienne de la population, la menace de l’éruption…etc. Ainsi, les arts, les sciences et les sciences humaines peuvent être abordés autour de ce paysage aux particularismes remarquables ; l’identité volcanique interpelle le carnettiste qui médiatise ses sentiments, ses impressions, son regard et ses découvertes grâce à la création plastique.

Un espace au sein de la manifestation est consacré aux carnets de patrimoine[10] qu’ils soient carnets de recherches en sciences humaines, de récoltes géographiques ou ethnographiques ou orientés vers l’archéologie, l’architecture, la géologie…donc d’inventaire et de médiation des patrimoines. Une formation des étudiants du Master Métiers du tourisme de Clermont-Ferrand est organisée afin que le carnet de voyage et de patrimoine soit un « outil de formation à la mobilité internationale et aux métiers du tourisme »[11] comme il l’est depuis 2001 dans l’éducation lors du stage national de formation Enseigner le carnet de voyage [12] destiné aux enseignants depuis 2003[13].


[1] En référence à la deuxième partie de ma thèse de Doctorat en SIC : Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Pascale Argod (dir. Thierry Lancien), Université de Bordeaux III, 10 décembre 2009.

[2] En référence à la troisième partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III, 2009.

[3] En référence à la première partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III, 2009.

[4] Communication en colloque : Le carnet de voyage, un outil de réflexivité sur l’Interculturel. Pascale Argod au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » organisé par  l’Université de Limoges-DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010.

[5] En référence aux « carnets de récoltes » de Théodore Monod : par exemple Tais-toi et marche.

[6] Un corpus de carnets de voyage est publié sur le carnet de recherche « Carnet de voyage -reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine » de Pascale Argod, Hypotheses.org, avril 2012 :http://cdevoyage.hypotheses.org/category/corpus-intermedia

[7]qui se déclinent en carnet d’architecture, carnet d’archéologie, carnet d’ethnographie, carnet de guerre et carnet d’environnement : http://cdevoyage.hypotheses.org/category/carnet-de-patrimoine

« Des carnets de patrimoine », Pascale Agod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – SCEREN – CRDP de Créteil, double numéro n°46-47, juin 2010, p. 44-51 (8 pages).

[8] En référence à la deuxième partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III : voir le corpus de 800 titres de carnets de voyage édités.

[9]  C’est l’abréviation de l’anglais rough draft (« brouillon »). Le rough est une illustration sommaire destinée à donner au client ou au concepteur un aperçu visuel d’une illustration ou d’une mise en page.

[10] Des carnets de patrimoine, Pascale Argod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – SCEREN – CRDP de Créteil, double numéro n°46-47, juin 2010, p. 44-51 (8 pages).

[11]Conférences que j’ai dispensées aux étudiants de Master « Métiers du tourisme » de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand : « Carnets de voyage et de patrimoine, de la valorisation du patrimoine et du tourisme » (Pascale Argod, le 18 novembre 2011), « Le carnet de patrimoine outil de valorisation du tourisme culturel », « Création plastique d’un carnet de voyage pour une valorisation touristique par la créativité » et « Réaliser un carnet de voyage dans le cadre d’une mobilité internationale pour l’apprentissage des langues » à destination des étudiants en mobilité internationale en FLE (dont les étudiants chinois) et en ERASMUS (Pascale Argod, les 15 et 16 novembre 2012).

[12] Organisé par le SCEREN-CRDP d’Auvergne, j’ai proposé successivement chaque année une nouvelle approche éducative : l’éducation à l’EEDD en 2008, à l’interculturel en 2009, au patrimoine en 2010 et l’éducation à l’Europe et à la mobilité internationale en 2011.

[13] Soit 40 carnets multimédias en 2011-2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Médium d’initiation à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs

Initier à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs pour inciter à une « alter-graphia »

Parmi dix prix du 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1], le concours Prix Vulcania créé en 2005 récompense le meilleur carnet de voyage de découverte environnementale, géographique ou ethnographique d’une région volcanique. Il encourage en effet la création artistique sur une thématique liée au volcanisme et consiste en l’attribution d’une bourse de voyage à destination d’un pays volcanique. Avec la thématique « Histoires en terres volcaniques », les élèves peuvent aborder à travers la création d’un carnet de voyage les mythes et les légendes, la vie quotidienne de la population, la menace de l’éruption, l’histoire du volcanisme…etc. Ainsi, les arts, les sciences et les sciences humaines peuvent être abordés autour de ce paysage aux particularismes remarquables ; l’identité volcanique interpelle le carnettiste qui médiatise ses sentiments, ses impressions, son regard et ses découvertes grâce à la création plastique. Par exemple, Dominique Meyer, récompensé en 2008 pour ses carnets aux Comores ou Thomas Houtteville et Valentine Hurtrelle pour ceux sur le Costa Rica. Les prix multimédia et numérique récompensent depuis 2002 des carnets de voyage numériques et vblog[2] souvent compte-rendu de voyages au long cours : le Prix De Bussac multimédia[3] et le prix du carnet de voyage numérique Vidéoformes[4].

La journée du vendredi[5] est ouverte aux enseignants et aux élèves (au nombre de 2500 avec leurs enseignants en 2009 et depuis deux ans provenant d’autres académies) afin qu’ils découvrent le carnet de voyage comme production artistique par la rencontre de carnettistes et comme album pour inciter à la lecture. Pour favoriser les productions, deux projections cinématographiques et quatre ateliers avec des carnettistes sont proposés pour chaque niveau (école, collège, lycée) aux élèves ainsi qu’un stage de formation académique « Enseigner le carnet de voyage » destiné aux enseignants depuis 2003 et aux personnes ressources en arts et culture depuis qu’il est devenu national en 2008. Organisé par le SCEEREN-CRDP d’Auvergne, j’ai proposé successivement chaque année une nouvelle approche éducative : pour l’éducation à l’EEDD en 2008, pour l’interculturel en 2009, pour le patrimoine en 2010 et pour l’éducation à l’Europe et à la mobilité internationale en 2011. Chaque classe bénéficie d’un parcours personnalisé à travers les deux niveaux du Polydôme (4000 m2) de Clermont-Ferrand qui permet à leurs participants de rencontrer les 120 carnettistes (+ éditeurs) présents et de découvrir les originaux (3 mètres de panneaux d’exposition par artiste). Accompagnés d’un étudiant du Master « Edition générale et de la jeunesse » de l’université de Clermont-Ferrand ou d’élèves de sections artistiques de lycée, les élèves ayant participé au Prix Elève du carnet de voyage découvrent la diversité des genres utilisés mais aussi la variété des formes de voyages, de destinations, de pays et de cultures. En somme, ils « voyagent » à la découverte du monde, de stands en expositions des originaux de carnets de voyage, et découvrent ainsi la diversité géographique et culturelle de la planète. Depuis 2001, le concours scolaire de production d’un carnet de voyage récompense par le prix Elève du carnet de voyage[6] les meilleures productions des classes, de la maternelle à la terminale, de l’Académie d’Auvergne et, à partir de 2007, de toutes les académies en France. Depuis novembre 2009, un nouveau prix a été créé : le Prix Elève du carnet de voyage multimédia[7]. Une plate-forme en ligne sur le site du CRDP est destinée au dépôt des carnets de voyage multimédia qui seront récompensés par ce prix, remis lors du « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand ».


[1] dont le Grand Prix Michelin « Guides et cartes » : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

[2]     Voir l’intervention aux deux conférences-débats données lors de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/SAMEDI-20-NOVEMBRE.html

[6] En 2009 – 2010 : 1112 élèves participants dont 933 de l’Académie de Clermont-Ferrand, soit 45 établissements (dont cinq hors académie) et 239 carnets de voyage présentés au concours. http://crdp-kalitrace.ac-clermont.fr/www/upload/%5B21%5D%5B175%5D%5B915%5D%5B2010-11-23%5D%5B14-35-27%5D%5B55E2%5D.pdf

[7] 20 carnets multimédias pour 10 établissements en 2009-2010.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts