De l’orientalisme : E. Delacroix (1798-1863) et P. Gauguin (1848-1903) tournés vers l’ethnographie

Le carnet ethnographique et orientaliste d’Eugène Delacroix (1798-1863) : « Album en Afrique du Nord »

Dans la vogue de l’Orientalisme, Delacroix part en 1832 pour le Maroc[1] puisqu’il est nommé peintre officiel au sein de la délégation diplomatique de Charles de Mornay. Quatre carnets sur sept de Delacroix nous sont parvenus[2] : trois sont conservés au musée du Louvre et un au musée de Condé à Chantilly, parmi eux l’Album de Croze  en 1855 et Album de Charente en 1822. Le Maroc offre à Delacroix des sujets ethnographiques qui seront l’objet de ses carnets[3], d’abord aux environs de Tanger qui inspirera l’aquarelle « La Mariée juive de Tanger », puis Meknès après treize jours de traversée puis l’Andalousie, puis Oran, Alger qui inspirera « Femmes d’Alger dans leurs appartements » et enfin Marrakech. Ce carnet rassemble des études « qui désignent à partir du XVIIe siècle une représentation graphique constituant un exercice, un essai : préparation générale ou de détail, d’une œuvre d’ensemble, recherche graphique de composition ou de réalisations de détails » [4]. Les deux doubles pages des croquis de « l’Album d’Afrique du Nord » [5] qui représentent d’une part une « foule de Marocains devant une grande porte encombrée, cour et prison, porte du Juif ; cheval et arabes devant fontaine » et d’autre part un « paysage avec mosquée dans le fond et personnages » méritent d’être analysées de par leur composition originale où le texte manuscrit de notes, les croquis, les personnages, les différents plans et les détails se juxtaposent en donnant ainsi de la profondeur et une lecture particulière de l’image. Le premier exemple offre un découpage de la page en trois vues successives, du plan général extérieur à la déambulation vers l’intérieur de la médina, le deuxième exemple plus confus proposent deux vues principales agrémentées de détails et d’angles de vues plus restreints. Comme une caméra, Delacroix guide son pinceau qui est bien l’aboutissement de son regard scrutant. Il avance, s’arrête sur tel aspect, recule, découvre, déambule…ce sont des notes visuelles qui étudient le cadrage, la composition, les éléments afin de réunir l’ensemble des esquisses dans une œuvre picturale postérieure en atelier. Il semble par moment que le carnet annonce « le story-board » [6], tant la notion de déplacement et d’angle de vue est importante, parfois si proche du « travelling ». Ces carnets traduisent un déplacement, une pérégrination et une approche ethnographique qui définissent « le carnet de voyage » comme un témoignage croqué sur le vif d’un parcours et d’une expérience exotique vécue et comme une trace ethnographique de rencontres. Du point de vue ethnographique, les scènes de la vie quotidienne sont retranscrites avec tous les détails ; ceux-ci concernent les objets, les ustensiles, les éléments de décoration, les costumes, les bijoux…Les études aquarellées préalables à la réalisation du tableau «Les femmes d’Alger » y sont nombreuses et elles sont annotées de légendes précisant les couleurs et les matières qui ne peuvent pas apparaître sur un simple croquis sur le vif. Sur certaines pages, comme « cavaliers arabes, bouquet d’arbres et mer dans le fond »[7], le texte manuscrit s’intègre au dessin, se superpose, se mélange et entre dans la composition de l’image. Dans la lignée des Frères Goncourt, il s’agit d’un carnet de voyage où l’espace de l’image rencontre celle de l’écrit pour s’intégrer dans une plastique qui tient de l’immédiateté, de la rapidité d’exécution, de l’instantanéité des émotions et du regard. Dans cet exemple, l’oeuvre de Delacroix est paradoxalement une version aboutie du genre « carnet de voyage » où ni l’image ni le texte ne priment : ils se combinent dans un parcours spatial ; le déplacement du voyage est visible dans la composition de la page autant que l’instant saisi et retranscrit Delacroix serait le créateur du « carnet de voyage » qu’il a renouvelé dans une frénésie de découverte, de recherche et d’étude plastique suscitée par la quête orientaliste des impressions, des sensations et des émotions dues à l’Ailleurs à travers une démarche ethnographique.

Récapitulatif des caractéristiques du genre « genre carnet de voyage » lancé par Delacroix :

– Déambulation au fil du périple à travers le paysage du plan général au plan particulier (portraits des rencontres).

– Esquisses sur le vif ou technique du rough : rapidité et instantané du vécu (comme une sorte d’appareil photographique à la main).

– Insertion du texte dans l’image : notes visuelles accompagnées des annotations sur les couleurs, les textures, la lumière….

– Un carnet d’étude artistique et de notes visuelles pour mémoire afin d’aboutir à une gestation de l’œuvre picturale qui est composée à posteriori et qui rassemble en une synthèse de nombreux éléments du voyage.

– Ambiance du «pittoresque» mémorisée comme «digne d’être peint» avec des éléments ethnographiques annotés afin de réaliser le tableau chef d’œuvre à posteriori en atelier au retour du voyage.

– Notes écrites sur des précisions visuelles : couleurs, détails de la décoration, motifs, indications sur l’esquisse qui fait du carnet un dessin préparatoire.

– Le carnet de voyage permet à l’historien d’art d’appréhender l’acte créatif du chef d’œuvre pictural : source primordiale, une sorte de brouillon de l’artiste qui créée, en somme l’acte d’inspiration, genèse de l’oeuvre d’art.

Le carnet d’ethnologue de Paul Gauguin (1848-1903)

Après ses essais de carnets en Bretagne[8] et influencé par le journal de Delacroix, Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. Dès 1892 à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie » totalement disparu sous l’influence de la colonisation et ceci à partir de sa lecture du  Voyage aux îles du Grand océan[9]. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien révélant ainsi sa passion pour l’histoire comparée des religions. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont Noa Noa : Voyage de Tahiti[10] est le plus intéressant car il ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère » ou « l’île paradis » dans sa géographie imaginaire[11] et son retour à la nature :

« La civilisation s’en va petit à petit de moi. Je commence à penser simplement à n’avoir que peu de haine pour mon prochain – mieux, à l’aimer. J’ai toutes les jouissances de la vie libre, animale et humaine. J’échappe au factice, j’entre dans la nature [12]« .

Il y fait un réquisitoire contre la culture et la société européenne et un plaidoyer en faveur des traditions polynésiennes. Charles Morice, écrivain symboliste, apporte sa contribution à la réécriture de son recueil de notes et décide de le publier en 1901. Cette première version est complétée par Gauguin au fil des deux années restantes jusqu’en 1903 par une seconde composée de tous les procédés graphiques juxtaposés que Victor Segalen découvre lors de son arrivée à Papeete peu de temps après son décès :

« Le texte, dont l’encre brun pâle est d’une harmonie complète avec le papier bruni est ça et là, interrompu d’aquarelles – la plupart lavées sur papier séparé, découpé, collé. Il y a traces de tout ce qui faisait à ce moment la vie quotidienne du maître aux prises avec l’existence impitoyable des tropiques – splendeur de lumière, grands efforts et abandon. Noa Noa » est en effet un manuscrit en cuir avec une aquarelle gouachée sur le plat de devant qui comprend cent-quatre-vingt-deux feuillets sur lesquels sont collés cinquante neuf aquarelles et bois colorés dont dix-huit en bois noir, ainsi que des gravures, des photographies et des documents de toutes sortes accompagnant un texte écrit tantôt à l’encre noire, tantôt à l’encre bleue (1891 à 1893) » selon l’inventaire du département des arts graphiques du Louvre[13].

D’après Farid Abdelouahad[14] :

« Mélange des genres et des techniques, éclatement de la chronologie et des règles d’usage, abondance des styles, contrastes et décentrages : la spontanéité créative de Gauguin aboutit à une véritable révolution de la perception visuelle. Les possibilités offertes par les nouvelles techniques de l’image, photographie et cinéma, ne sont pas étrangères à son entreprise, qui ouvre le chemin pour un nouveau domaine des beaux-arts où peut s’exprimer la liberté du collage hétérogène[15]« .

Le carnet de voyage contemporain est né de la rencontre de l’anthropologie- ethnologie et des arts combinés et métissés. Gauguin vivant lui-même le phénomène de métissage à travers une forme d’acculturation qui révèle sa créativité, le carnet de voyage est un récit autobiographique tourné vers une recherche ethnologique aidée de sa rencontre avec la jeune Tahitienne avec qui il vit à Mataïea. A travers une démarche d’ethnologue, il utilise tous les arts graphiques et les objets culturels dont il s’imprègne. Son originalité signe la naissance du carnet de voyage contemporain autant littéraire que picturale ou graphique. A noter que Delacroix est aussi un peintre du livre, artiste plus qu’illustrateur notamment pour « Faust » de Goethe en 1828.


[1]  Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Non lieu, 2006.

Delacroix et le Maroc. Guy Dumur. Hersher, 1988.(lieux d’artsite).

[2]  Le manuscrit de « l’Album de voyage en Espagne, au Maroc et en Algérie » par Eugène de Delacroix est conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

[3]  Le journal de Delacroix. Eugène Delacroix. De vive voix limited, Musée du Louvre, 2005 (1 disque-compact).

Anthologie du Journal. Eugène Delacroix. Mille et une nuits, 2002 (La petite collection, n° 389)

Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art et artistes).

[4] Voir l’article : Etude. In Dictionnaire de l’image. Dir. Françoise Juhel. Coord. Francis Vanoye.Vuibert, 2006.

[5]     A la page 34 et détails de 35 à 37 puis en page 54 et détails de 55 à 57 des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[6] Voir la partie 3 en 1.3.1. La « littérature dessinée » (« littératures graphiques ») ou la narration par l’image : album iconotextuel, le roman graphique ou « novel graphic », story-board ou livre d’artiste ?

[7] A la page 48 et détails en 49, des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[8]     Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

Il se compose de notes synthétiques qui ont inspiré ses tableaux de 1884 à 1887.

[9]     Paru en 1837 et écrit par l’ancien consul d’Océanie Jacques-Antoine Moerenhout.

[10]    Il devait contenir des poèmes du poète symboliste Charles Morice (1860-1919).

[11]    Géograhies de Gauguin. Jean-François Staszack. Bréal , 2003.

Gauguin voyageur : du Pérou aux îles Marquises. Jean-François Staszack. Bréal , 2003. Géo Solar, 2006 (culture).

[12]    Noa, Noa. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Carnet de Tahiti. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paul Gauguin. Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

[14]    Ecrivain et historien de l’art et de la photographie, Commissaire d’expositions et scénographe qui a publié plusieurs anthologies sur les carnets de voyage et ouvrages sur la photographie depuis 1998.

[15]    Ces merveilleux carnets de voyage. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Analyse par l’image de destinations touristiques mises en valeur à partir de carnets de voyage et de carnets de patrimoine

Le Mali et le Maroc sont deux pays marqués par une identité culturelle riche et qui ont été un terrain favorable pour l’ethnologue et ont suscité la création de carnets de voyage « ethnographiques ». Ils présentent en effet certaines caractéristiques communes : l’authenticité, l’absence de démarcation entre le sacré et le profane[1], la survivance de l’artisanat et la préservation de la culture face au développement économique. De plus, ces pays ont gardé un caractère « pittoresque » (terme du XVIIIe siècle) malgré leur succès touristique : ils sont donc à l’origine de l’imaginaire voyageur emprunté à l’Orientalisme. Il semblerait intéressant d’opposer le corpus du Mali à celui du Maroc, l’un est à l’origine de l’ethnographie, l’autre à celle de l’art orientaliste. La production contemporaine de carnets correspond-t-elle encore à cette épistémologie ? Les albums en ligne de voyageurs proposent-ils une vision exotique de la destination touristique ? Quelle représentation du pays offrent-ils ?

Ainsi quelques problématiques sembleraient pertinentes à étudier à partir d’un corpus de 27 carnets de voyage tous supports de l’ouvrage à l’audio-visuel et au numérique:

La vision exotique, pittoresque ou authentique du Mali : la référence au mythe (ex : Gauguin) ;

– La vision exotique, pittoresque ou authentique du Maroc : la référence à l’ethnographie  (ex : Delacroix) ;

– Les notions de reportage graphique et de témoignage ethnographique : vérification de l’hypothèse (vision partagée ou observation participante) ;

– Les caractéristiques d’une « Géopoétique » du voyage à opposer à l’image didactique comme message interculturel.

Corpus d’une vingtaine de carnets de voyage ouvrages

Sur le Mali :

1-      Mali Mélo : carnet d’un voyage au Mali. Cothias, Le Corre et Loisel. Editions Glénat, 2000.

2-      Ce petit bout d’Afrique : carnets de voyage de Quentin Lacoste. Quentin Lacoste. Magelan & Cie, 2004.

3-       La surface des morts. Badaire, Jean-Gilles. Fata Morgana, 2004.

4-      Mali, sur les rives du Niger. Gildas Flahault. Presses de la Renaissance, 2004

5-      Balade en pays Dogon. Pascal Goudet. Asa, 2004

6-      Mali, carnet di viaggio. Stefano Faravelli. EDT, Turino, 2005 (et Gallimard, 2006)

7-      Amani, impressions du pays Dogon. Sarah Letouzey et les enfants du village. Editions de la Boussole, décembre 2005

8-      Mali, une flânerie royale. Van Den Driessche. Les éditions des Riaux, mars 2006 (collection Spiral)

9-      L’explorateur, le missionnaire et le photographe : les carnets de Gwenaelle Tropez. Magellan et Cie, 2007. (Coups de crayon).

10-   Carnets d’Afrique. Miquel Barcelo. Le promeneur, 2003.

Sur le Maroc :

A- Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

B-     Sahara : l’offensive du sable. Tarik Oulehri, dessins de Laurent Corvaisier. Albin Michel Jeunesse, 1991.

C-    Saharas : carnets de voyage. Simon. Editions de la Boussole, 2001.

D-    Mes carnets du Maroc. Cloé fontaine. Flammarion, 2001.

E-     Maroc. Anne Steinlein. Presses de la Renaissance, 2003.

F-     Marrakech. Jean-Loup Eve. Nouveaux Loisirs. Gallimard, 2004.

G-    Je vous écris du Maroc, Marrakech, le 4 mai. Editions du Garde-temps, 2004.

H-    Carnets du Maroc. Lizzie Napoli. Equinoxe, 2004 (Carnets d’ailleurs).

I-       Essaouira, la perle du Maroc. Les carnets de Philippe Lorin. Magellan et Cie, 2006.

J-      Marrakech : culture populaire de la médina. Elzbieta et Hassan Jouad. Editions du Rouergue, 2007.

K-    Viaggio In Sahara : voyage au Sahara. Iliprandi. Edizioni Nuages, 2008.

Pour référence, deux carnets de voyage historiques qui offrent deux points de vue différents : l’un est un carnet d’aventurier et d’ethnologue, l’autre celui d’un peintre voyageur. Deux regards et quêtes du voyage divergeants avec cependant un propos ethnographique commun.

– « Tombouctou ou le premier voyage à Djenné et à Tombouctou» de René Caillé de style carnet de voyage d’un aventurier ethnologue datant de 1826-1828

– « Album d’Espagne et d’Afrique du Nord » d’Eugène Delacroix lors de son voyage au Maroc de style carnet de peintre datant de 1832. (Voir l’ouvrage : Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Bibliothèque de l’image, 2000).

Corpus de carnets de voyage audio-visuels et numériques

COUSIN Christophe. Les routes mythiques d’Echappées belles : treize épisodes. France 5.

http://www.francetvod.fr/site-vod/echappees-belles/

DE MAXIMY Antoine. J’irai dormir chez vous. Diffusé par France5. Paris : Bonne Pioche/ Voyage, 2004 – 2007

DE MAXIMY Antoine. J’irai dormir chez vous : saison 3. Paris : France5. Bonne Pioche/ Voyage, 2009.

http://www.jiraidormirchezvous.com/index-fr.php?page=accueil

TETEREL Xavier et Nathalie Lemarchand Prix du carnet de voyage multimédia 2005 : http://carnetdumali.free.fr

ROUCH Jean. Coffret Jean-Rouch. DVD, éd. Montparnasse, 2005 : film Les Maîtres fous (1954).


[1] Les rites religieux sont présents dans le quotidien

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage « Carnet de voyage sans frontières »

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Communication au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?, DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Le carnet de voyage se décline du reportage au témoignage mais aussi du carnet sensible et sensitif à un métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. Le genre hybride au carrefour des sciences humaines et des SIC serait un nouveau médium d’éducation et de communication interculturelle qui repose sur les notions de reportage, de témoignage et de documentaire. Le carnet engagé et ethnographique met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Nous pouvons nous demander, d’une part, si l’artiste – carnettiste est un ethnographe qui se positionne comme interprète d’une culture et comme médiateur entre l’Autre et les lecteurs, et d’autre part, si le carnet de voyage est un support pour l’ethnographie alors qu’il n’offre que des points de vue et des interprétations. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il « un journal d’enquête ethnographique » (Rémi Hess[1], 1998) ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme (« esthétique du divers » selon Victor Ségalen, « regard éloigné » selon Claude Lévi-Strauss) ? Propose-t-il une vision documentaire ou ethnographique ? Le carnettiste ne perçoit la vie des autres qu’à travers le filtre de ses perceptions et de ses propres catégories de jugements façonnées par sa culture. Toute étude anthropologique est une interprétation du réel, une fiction ou une représentation de la culture de l’autre à laquelle s’ajoute la part de subjectivité personnelle ; en somme, « une interprétation d’une interprétation » (Geertz[2], 1973).

1- Le carnet de voyage comme outil réfléxivité interdisciplinaire : une confrontation de points de vue

La démarche de l’écriture d’un journal personnel

Le carnet de voyage développe le même principe que le journal intime développé par Rémi Hess[3], notamment dans une démarche interculturelle[4]. Dans son ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien[5], il pose la question de la subjectivité et de l’objectivité évoquée pour le carnet de voyage. En effet, le journal intime considéré comme un journal ethnosociologique, c’est à dire comme un outil d’analyse interne et d’intervention, permet pour le chercheur d « être en perpétuelle recherche, en disponibilité permanente pour apprendre de l’école de la vie. Une étape importante de la recherche consiste à relire, puis faire lire un journal, à le rendre public. De ce point de vue, il ne faut plus concevoir le journal comme un écrit pour soi, mais un écrit pour l’autre[6] ».

Un récit autobiographique, image d’un déplacement physique ou d’un cheminement intérieur : « le carnet de fragments personnalisé »

La mise en page, le collage, les symboles, les couleurs, le code de l’image, la place du texte…sont mis en œuvre dans le graphisme et le design qui participent autant de la dénotation que de la connotation puisqu’ils reflètent le point de vue de l’auteur à partir d’une représentation du réel et portent bien évidemment la marque de l’empreinte de l’auteur tout en souhaitant faire ressentir un pays, une ambiance, une atmosphère. Marianne Roth conclut d’ailleurs son ouvrage, De l’ailleurs à l’œuvre par ses mots : « cette tentative de centrer son moi dans l’éclatement et la dissonance des lieux permettent à l’artiste d’affirmer sa singularité. Il trouve dans le déplacement la solitude nécessaire pour se définir et se dépasser dans l’errance. La multitude des détours que lui offre l’ailleurs imprime des possibilités non rectilignes : ces méandres favorisent des ouvertures qui lui tracent le chemin pour stabiliser son attitude face au monde » [7].

La notion d’exotisme[8] : selon Victor Segalen (1878-1919) et selon Claude Lévi-Strauss

L’image idéalisée du lointain a porté la découverte de l’ailleurs dans ce qu’elle comporte de fabuleux, de merveilleux, de déroutant à travers le culte du pittoresque. Le carnet de voyage peut véhiculer ces représentations et cette quête voyageuse. Aussi la notion d’exotisme semble centrale dans la représentation iconographique du carnet de voyage et conduire de l’esthétique du divers, prôné par Victor Segalen au regard éloigné conseillé par Claude Lévi-Strauss mais aussi, dans la relation à l’Autre, au préjugé et au métissage de la vision culturelle.

2. Des représentations véhiculées sur « L’autre en relations » [9]

Une représentation projetée

François Laplantine[10] dénonce autant l’identité que la représentation qui font obstacle à l’exercice critique de la pensée et prône une autre façon de penser, de parler et d’écrire que l’anthropologie se doit d’initier.

Du métissage culturel

Cultures et identités sont plurielles et le carnet de voyage participe à l’hétérogénéité culturelle des appartenances et des groupes ethniques. Le carnet de voyage est-il constitué d’images métisses ? Le carnet de voyage s’inscrit-il dans la voie du métissage culturel ? ou plutôt dans celle de l’art ? (Voir : François Laplantine[11] et Alexis Nouss et Serge Gruzinski[12] )

Le carnet de voyage est-il une médiation transculturelle[13] ?

L’approche transculturelle s’inscrit au-delà des cultures et dépasse la notion d’identités culturelles plurielles pour tendre vers ce qui dépasse et qui est commun à toutes les cultures qui les traverse, « en matière d’information ce qui transcende les frontières » selon Thierry Lancien[14]. Le carnet de voyage semblerait faire l’éloge d’une culture nomade à la recherche de l’hors-soi, de l’autre, une culture revendiquant tous les métissages et tous les héritages.

3. De l’ethnographie, une vision documentaire du carnet de voyage

« Entre voyage et ethnologie »[15] (Gérard Toffin)

Les trois ouvrages,  L’Afrique fantôme  de Michel Leiris, paru en 1934,  Tristes Tropiques  de Claude Lévi-Strauss, paru en 1955, et  Blackberry Winter  [16] de Margaret Mead, paru en 1972, offrent une réflexion sur le voyage et l’ethnologie qui reprend le souhait de Marcel Griaule : « Les explorateurs d’aujourd’hui et de demain doivent être les ethnographes »[17].

Du métier d’ethnologue sur le terrain

L’ethnologue se définit comme un passeur entre les valeurs de la société étudiée et celles de sa propre culture. Le va-et-vient d’une civilisation à l’autre le rend sensible, par extension, à l’étrangeté de sa propre culture. L’observateur se transforme en ethnologue lorsque sa connaissance de telle ou telle ethnie dépasse les images préconçues et les conceptions esthétisantes trompeuses des premiers moments. Lorsqu’elle se fonde sur une vie commune plus ou moins partagée avec des hommes et des femmes de ce groupe.

De l’observation, pré-requis de tout carnettiste tourné vers l’ethnologie – ethnographie

Le type d’observation sur le terrain lors du voyage détermine-t-il la qualité du rendu ethnographique du carnet de voyage. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?  (voir les quatre formes selon Buford H. Junker[18] mais aussi l’observation diffuse par Jean-Michel Chapoulie [19] et l’observation flottante par Colette Pétonnet[20])

Le voyage comme rupture et enjeu autobiographique selon Michel Leiris

L’Afrique fantôme[21], paru en 1934, rassemble ainsi des notes au jour le jour, souvent impressionnistes, de ce qu’il perçoit directement, par information donnée ou par sa participation active. Ainsi naît un ouvrage, issu de la conjugaison de deux pratiques : l’autobiographie et l’ethnographie[22]. Il détourne les techniques d’enquête et de retranscription ethnographique pour les appliquer à la description du quotidien et des conditions de travail de l’équipe de chercheurs (querelle avec Marcel Griaule).

Le carnet de voyage, l’ethnographie et l’anthropologie visuelle ?

Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Des carnets d’ethnologues non publiés

Nous remarquons que le carnet de recherche d’ethnologues est aussi absent des publications alors que les naturalistes ou les archéologues l’ont beaucoup utilisé et qu’il reste aujourd’hui pour les naturalistes un moyen de traduire l’observation de la nature et de la vulgariser. Il semble intéressant que les carnets de croquis d’ethnologues, anthropologues et sociologues, trouvent leur place dans l’édition dans le but de faire connaître leur science et de vulgariser leurs recherches.

En somme, au-delà du clivage entre tourisme et voyage, l’émergence du désir nomade repose sur l’expérience personnelle et renouvelée du voyage et de l’exotisme qui enrichit la conscience. Plus que le voyage, c’est la démarche qui est essentielle, celle que définit Rodolphe Christin[23], par exemple : « l’attitude voyageuse qui, toujours et à nouveau, découvre le réel, ses cultures, ses natures […]. Le voyage tend vers l’un-divers de l’univers. Dans ce trajet œuvre une liberté d’exister, une liberté de penser, un exercice de l’éprouver et du connaître »[24].

Bibliographie

CARMIGNANI Pierre (Dir.), équipe de recherche VECT.. Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études).

CHAPOULIE Jean-Michel. Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985), Génèses, 2000, vol 39, n°39.

CHRISTIN Rodolphe. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

DEBAENE Vincent, KECK Frédéric. Claude Lévi-Straus : l’homme au regard éloigné, Paris : Gallimard, 2009. (Littératures, n°543)

GEERTZ Clifford. Ici et là-bas, l’anthropologue comme auteur. Paris : Métailié, 1996. (leçons de choses)

GERVEREAU Laurent. Se représenter et représenter l’Autre : des clichés planétaires durables en cartes postales. Images : histoire mondiale. Paris : SCEREN – CNDP, Nouveau Monde Editions, 2008. p. 151.

GRIAULE Marcel. Les Grands explorateurs. PUF, 1991.

HESS Rémi (Dir.), Weigand Gabriele. L’observation participante : dans les situations interculturelles. Paris : Economica anthropos, 2005. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

LAPLANTINE François. La description ethnographique. Paris : Armand colin, 2005.

LEVI-STRAUSS Claude. Le regard éloigné. Plon, 1983.

MAUSS Marcel. Manuel d’ethnographie. Paris : Payot, 1967, 1989, 2002.

PETONNET Collette. Espaces habités : ethnologie des banlieues. Galillée, 1982.

ROTH Marianne. De l’ailleurs à l’œuvre. Peter Lang, 2007.

SEGALEN Victor. Essai sur l’exotisme : une esthétique du divers. Textes sur Gauguin et l’Océanie, Précédé de Segalen et l’exotisme, Gilles Manceron. Paris : LGF, 2007 (Le livre de Poche, biblio essais, 4042) édité Fata Morgana, 2005.

TODOROV Tzvetan. Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine. Editions du Seuil, 1989 (Points Essais n°250).

TOFFIN, Gérard. «Entre voyage et ethnologie», In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.


[1]     Rémi Hess, La pratique du journal : l’enquête au quotidien, Paris, Anthropos, 1998.

[2]     Clifford Geertz, The Interprétation of cultures, New York, Basic Books, 1973.

[3] Professeur à l’université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis, chercheur au laboratoire « Experice » et président de l’Association française Janusz-Korczak pour les droits de l’enfant. Auteur du livre Henri Lefebvre et l’aventure du siècle (Métaillié, 1988), il réédite l’oeuvre de Lefebvre depuis 1988, dont douze livres chez Anthropos, avec Gabriele Weigand, professeur à l’université de Karlsruhe, en 2009, année du cinquantenaire du livre. Le laboratoire de recherche « Experice » porte sur les apprentissages et l’éducation hors de l’école développé dans le Master en sciences du jeu :

http://www.experice.fr/wakka.php?wiki=PageAccueil

[4] La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Remi HESS. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

[5] La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi HESS. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

[6] Idem, p. 134-135.

[7] De l’ailleurs à l’œuvre. Marianne Roth. Peter Lang, 2007, p. 156.

[8] Voir le numéro de la revue : L’exotisme, l’exotique, l’étranger : actes du colloque tenu à la Maison des sciences de l’homme, Paris, le 3 juin 2004, organisé par le Centre de coopération franco-norvégienne en sciences sociales et huamines dirigé par Per Buvik. Carnets de l’exotisme, nouvelle série, n°6. Kailash, Torii, 2006. Depuis leur création en 1990, Les Carnets de l’exotisme explorent les imaginaires de la différence, par une approche pluridisciplinaire et thématique.

[9] Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. coord. par P. Carmignani, équipe de recherche VECT. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études), p. 12. A paraître en novembre 2009 : Culture et pratiques culturelles. Antigone Moutchouris. Presses universitaires de Perpignan, 2009. (études).

[10] Anthropologue qui a effectué ses recherches au Brésil et Professeur d’ethnologie à l’université de Lyon II

[11] Professeur à l’Université de Lyon II, département d’Ethnologie, théoricien du métissage culturel et directeur du laboratoire CREAS créé en 1991: http://recherche.univ-lyon2.fr/crea/

[12] Historien, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et auteur de douze ouvrages.

[13] du 28 février 2007 au 2 mars 2007 à l’université Concordia (3 jours) et qui fait suite aux activités de recherches de l’hiver 2006 de l’univerité d’Ottawa au Canada :

http://www.sciencessociales.uottawa.ca/transferts/pdf/transculture.pdf

Voir l’article mis en ligne de Fulvio Caccia du 1er mars 2007 intitulé « Diversité culturelle et transculture ou ViceVersa ».

[14] Réception télévisée et compréhension interculturelle. Thierry Lancien. In « Réception de la télévision ». Dir. I. Durousseau. Copenhague, 1998.

[15] «Entre voyage et ethnologie», Gérard Toffin, In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.

[16] Publié sous le titre : Du givre sur les ronces. Editions du Seuil, 1977.

[17] Les Grands explorateurs. Marcel Griaule. PUF, 1991.

[18] Idem.

[19] «Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985)». Jean-Michel Chapoulie, Génèses, 2000, vol 39, n°39.

[20]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[21] L’Afrique fantôme. Michel Leiris. Galllimard, 1981 (Bibliothèque des sciences humaines). www.michel-leiris.fr/

[22] A son retour, il étudie l’ethnologie en suivant les cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie et prend la responsabilité du Département d’Afrique noire du Musée d’ethnographie du Trocadéro (ancêtre du Musée de l’Homme) et y exerce son métier d’ethnographe jusqu’en 1971.

[23] Sociologue et anthropologue de formation, voyageur dans l’âme, il s’est exposé au hasard et à la nécessité lors de séjours et d’expéditions en Guyane, Mongolie, Laponie, dans le Nord canadien. Il est auteur de cinq ouvrages.

[24] L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Rodolphe Christin. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts