L’éducation artistique et culturelle et le carnet de voyage

Suite l’article intitulé « Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage et de recherche » (Pascale Argod) dans la Revue InterCDI (n°254, mars-avril 2015), il me semble que l’outil pédagogique du « carnet de voyage » s’inscrit pleinement dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle. Mon expérience pédagogique à l’ESPE d’Aquitaine, École supérieure du professorat et de l’éducation, m’a amené à envisager les liens avec le carnet de voyage et le design de communication visuelle dans l’enseignement des arts appliqués (design et culture artistique), notamment au lycée professionnel.  Il s’agit en effet de mettre en oeuvre la pédagogie du projet en design de communication visuelle en classe (exemple de la seconde CAP) en vue de la réalisation d’un carnet de voyage ou d’un ouvrage en pop-up. D’autres pistes de projets sont envisageables comme celles mentionnées ci-dessous :

Des pistes pédagogiques :

Projets de carnets de voyage sur la culture latine ou grecque avec remise d’un prix durant quatre ans depuis 2011 réalisés par Florence Pélissier, enseignante de Latin – Grec au lycée François Mauriac à Bordeaux :
http://arelabor.com/pedagogie/les-carnets-de-voyage-du-lycee-francois-mauriac-bordeaux/

Réalisez un webdocumentaire de l’école au secondaire. CANOPE – CRDP d’Amiens
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=12650#.U6k8O_bsdjQ.scoopit

Création d’un webdocumentaire en classe. CLEMI de Besançon
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=15805

Petit guide interactif de Paris :
http://insuf-fle.hautetfort.com/archive/2014/01/01/petit-guide-interactif-de-paris-culture-fle-5260312.html

L’Hermione, un voyage pour l’histoire. CANOPE :
https://www.reseau-canope.fr/lhermione.html

Concours Médiatiks organisé par la CLEMI – Ministère de l’Education nationale :
http://www.clemi.org/fr/concours/mediatiks-concours-de-medias-scolaires-et-lyceens/

Concours Affichons les couleurs de l’AEDE lancé lors de la fête de l’Europe le 9 mai : http://www.aede-france.org/Concours-2015-AEDE-FR.html

La journée sur l’abolition de l’esclavage du 10 mai : ressources du CDDP d’Amiens
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=5434

La journée de l’Europe du 9 mai : ressources du CDDP d’Amiens :
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=2225

Analyser une image dans le cadre l’histoire des arts :
http://openclassrooms.com/courses/analyser-une-image

Ecrits et récits sur l’image : http://www.surlimage.info/ecrits/index.html

S’art musée : http://www.sartmusee.com/#PAGE%20D%20ACCUEIL
Programmes et réformes : dans quel cadre lancer des projets de carnet de voyage ?

Enseignement d’exploration : Programme d’enseignement de création et activités artistiques en classe de seconde générale et technologique, Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010. Partant des pratiques culturelles, des interrogations et de la curiosité des élèves, celui-ci apporte des repères et outils de diverses natures permettant à l’élève :
– d’identifier quelques grandes catégories d’activités et de métiers propres au domaine étudié ;
– de poser quelques repères sur l’horizon de la formation supérieure ;
– d’éclairer ses choix d’orientation en cycle terminal.
http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_4/75/3/creation_activites_artistiques_143753.pdf
Création et activités artistiques (1H30) : Exemple 7 Lieu observé/situation: Atelier de graphisme (BD, communication visuelle, etc.). Question : Les enjeux professionnels, les univers esthétiques, les ressorts de l’image et ses principes rhétoriques dans le cadre de la communication visuelle ou dans l’illustration. La polyvalence des formations, l’emploi et la réalité de la technologie numérique, la réalité économique, les réseaux du marché. http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Au-lycee-au-CFA/Au-lycee-general-et-technologique/La-classe-de-seconde-generale-et-technologique/Les-enseignements-d-exploration-en-seconde
Création et culture design (6 H) : Un enseignement qui permet une approche pratique et sensible des champs de la création industrielle et artisanale. Les élèves développent une compétence et une culture de la conception en se confrontant aux univers complexes du design et des métiers d’art par des approches exploratoires et expérimentales. http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Au-lycee-au-CFA/Au-lycee-general-et-technologique/La-classe-de-seconde-generale-et-technologique/Les-enseignements-d-exploration-en-seconde/Creation-et-culture-design
Création et innovations technologiques (1H30) : Cet enseignement propose aux élèves de découvrir pourquoi et comment, à partir de quelles découvertes, inventions et innovations technologiques, un produit est apparu.Les élèves appréhendent les démarches de créativité, indispensables au développement des innovations technologiques. http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Au-lycee-au-CFA/Au-lycee-general-et-technologique/La-classe-de-seconde-generale-et-technologique/Les-enseignements-d-exploration-en-seconde/Creation-et-innovation-technologiques

L’éducation artistique et culturelle pour la rentrée 2015 doit permettre à tous les élèves de se constituer une culture personnelle riche et cohérente tout au long de leur parcours scolaire, développer et renforcer leur pratique artistique et permettre la rencontre des artistes et des œuvres, la fréquentation de lieux culturels.
http://www.education.gouv.fr/cid20725/l-education-artistique-et-culturelle.html

Le référent culture (lancé en 2011) est un professeur volontaire nommé dans chaque lycée. Il a pour missions principales d’assurer la cohérence, la qualité et le suivi de la mise en oeuvre du volet culturel du projet d’établissement.
http://eduscol.education.fr/cid56139/nomination-et-missions-du-referent-culture.html

Guide pour la mise en oeuvre du parcours d’éducation artistique et culturelle. 2013 : http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_Decembre/43/1/Guide-parcours-EAC_288431.pdf

Quelles pistes pour la création d’un carnet de voyage ?
• Initier la réalisation d’un carnet de voyage à partir de la fiche CP « De l’image au texte » : Production textuelle et plastique à partir de l’imagier Tout un monde de Katy Couprie et d’Antonin Louchard (éditions Thierry Magnier, tiré de la sélection d’ouvrages de littérature de jeunesse pour le cycle 2 en ligne sur Éduscol). p. 37
• Initier la réalisation d’un carnet de voyage ou urbain à partir de la fiche CE1 « Voyage en ville, un autre regard » : Dans le cadre de la découverte de l’environnement de proximité de l’école, projet visant l’initiation à la lecture de l’espace urbain et la découverte du patrimoine architectural. p.38
• Initier la réalisation d’un carnet de voyage en arts ou au musée à partir de la fiche CE2 « Les muséales adopter une oeuvre » : Projet sur les arts visuels adossé à un musée et à une structure du spectacle vivant (compagnie théâtrale). p. 39
• Initier la réalisation d’un carnet de voyage sonore ou inter arts à partir de la fiche cinquième « Musique, espace et parole »: Projet pluridisciplinaire sur les croisements des arts. p. 44

Voir le colloque Les enseignements artistiques à l’école : entre stéréotypes et enjeux fondamentaux de l’ESPE d’Aquitaine, les 20 et 21 mai 2015 :
http://www.reseau-espe.fr/recherche/colloques-seminaires/les-enseignements-artistiques-l-ecole-entre-stereotypes-et-enjeux
Pour accompagner la généralisation d’une éducation culturelle et artistique de qualité, la formation des enseignants est renforcée. Des expérimentations d’association étroite d’artistes aux Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) seront engagées dès 2015.

Journées des arts et de la culture dans l’enseignement supérieur (JACES) 2015 se déroulent les 8, 9 et 10 avril 2015 : voir le BO n°19 du 7 mai 2015
http://journee-arts-culture-sup.fr//2ndeEdition.php
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=88523

Les nouveaux programmes de l’école pour la rentrée 2015 :
http://campus.lemonde.fr/campus/article/2015/04/14/du-cp-a-la-3e-l-integralite-des-futurs-programmes-scolaires_4615156_4401467.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine : des peintres reporters à la mémoire ethnographique

Les carnets de mission des Peintres Officiels des Armées[1] marquent le genre de leur trait pictural. Descendants des peintres du dépôt de la guerre créé par Louvois en 1688, ils relatent les hauts faits militaires des armées des Rois, des Empereurs et des Républiques et exaltent la grandeur et l’étendue de notre pays au-delà des mers. Un décret de 1981 a refondé et actualisé le statut des peintres des Armées dans les spécialités Air et Espace, Marine et Terre afin qu’ils soient nommés et agréés pour une durée de trois ans renouvelables, par le Ministre de la Défense dans un contingent de vingt peintres par Armée. Les Peintres officiels de la Marine révèlent leurs témoignages artistiques, socioculturels et patrimoniaux sur les évènements et sur les peuples rencontrés au fil des voyages d’exploration auxquels ils ont participé. François Bellec de l’Académie de Marine a notamment médiatisé leurs œuvres depuis 1770 dans son ouvrage intitulé  Carnets de voyages des Peintres de la Marine  (Editions Ouest-France, 2002).

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M.Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

Les peintres de la Marine auteurs de carnets de voyage

Héritiers de cette tradition militaire et picturale, Marin-Marin est consacré peintre de la Marine en 1934, Jacques Boullaire en 1959, Michel Bez en 1987, Titouan Lamazou en 2002… Le fondateur de l’association des « Peintres officiels de l’armée », Michel Montigné, est reconnu comme carnettiste à travers ses trois ouvrages publiés : Carnet de voyage à Djibouti ,  Carnet de Guyane ,  Carnets de Mauritanie, Maroc, Brésil . Quant à Jacques Boullaire, il édite son  carnet de croquis  (Singapour, 1992) et  Tahiti : carnet de croquis  (Le Motu, 2006), compte-rendu de ses voyages dans les années cinquante en Polynésie Française. Michel Bez, lui aussi peintre de la Marine, a réalisé les aquarelles de la troisième expédition organisée par l’équipe de l’Expédition Jules Verne à bord du trois-mâts Belem, réunies dans un carnet d’ Esquisses d’un voyage Amazonie-Martinique-Açores : une aventure cinématographique et scientifique  (Equinoxe, 2002).

Une collection d’albums intitulée  Voiles , née chez Gallimard en 1990, fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent « peintres officiels de la marine » comme Marin-Marie, M. Berthier…. Yvon Le Corre, carnettiste renommé avait réalisé dès 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal et, dès 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces, publiés tous les deux par Gallimard dans cette collection  Voiles . Il est aussi l’auteur du carnet  Cap Sizun, pointe du raz  publié en 1997 dans la collection « Carnets du littoral ». Yvon Le Corre est en fait l’initiateur du genre dès 1977-1978 avec son  Carnet Sieck  non édité. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît, en 1996, chez Glénat intitulée  Sillages  qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets (Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguélen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999), ils sont suivis de celui d’Yvon Le Corre intitulé  Mali Malo : carnet d’un voyage au Mali  en 2000. Elle recense les grandes expéditions scientifiques : en 2002  Carnets de Sibérie : mammuthus expéditions  de Benjamin Flao et Bernard Buigues, en 2003  Les compagnons du Kon-Tiki  d’Erik Hesselberg et en 2006  Sur les traces de La Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro  de John Pendray.

Les carnets de la mer, mémoires ethnographiques du monde des marins

Selon l’ouvrage Carnets de la mer de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007) qui dresse une exceptionnelle anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation, voici quelques grands  auteurs à découvrir :

« Anita Conti, Titouan Lamazou, Bernard Moitessier, Henry de Monfreid, Jacques Rougerie… quelques noms parmi les grands acteurs de la mer réunis ici, créateurs et témoins de leurs propres aventures sur tous les océans du globe. Explorateurs en route vers des continents aux reliefs mal connus, scientifiques perçant les secrets de la vie des abysses, navigateurs en quête d’absolu, architectes bâtissant des maisons aquatiques futuristes, tous ont en commun une flamme indéfectible et sans partage : celle de la passion océane. Du littoral breton aux plages malgaches, des rivages du Kenya aux baies de la Nouvelle-Zélande, ou bien au cœur de l’immensité des flots, Les Carnets de la mer nous font revivre leurs aventures exceptionnelles. Dans le sillage des prospections du prince océanographe Albert Ier de Monaco, des contrebandes d’Henry de Monfreid en mer Rouge, des interrogations de Bernard Moitessier dans ses tours du monde ou des rencontres d’Yvon Le Corre à Madagascar, ces vibrants témoignages nous lèguent une part de rêve, de liberté et de l’esprit de la traversée ». [2]

A noter dans les carnets de la mer, le journal de Paul-Emile Pajot (1873-1929), marin-pêcheur et peintre[3], figure marquante du port des Sables d’Olonnes et « imagier de la mer » pour avoir peint la flotte de pêche aujourd’hui disparue : dundees pour la pêche au thon, chaloupes, barques…Remarqué en 1925 par Jean Cocteau à cause de l’expression populaire de son art naïf, Paul-Emile Pajot a pu exposer à Paris et publier un catalogue d’exposition préfacé par Jean Cocteau. L’ouvrage, publié sous le titre  Mes aventures, le journal de Paul-Emile Pajot [4] révèle quelques pages du fac-similé de son conséquent journal autobiographique[5], réalisé de 1900 à 1922, qui comporte en effet deux mille cinq cents pages manuscrites et mille cent illustrations. L’originalité du manuscrit réside dans sa mémoire ethnographique des marins de l’époque, de l’évocation de la première guerre mondiale et de pays du monde non visités par l’auteur. Par ailleurs, le journal de bord, version cahier technique de marin, est un autre type de carnet de la mer que le navigateur Bernard Moitessier[6] illustre : en 1968, sur le voilier Joshua , il compile, dans un journal de bord, mille et un procédés de navigation ou de la vie quotidienne à bord lors de la navigation en solitaire.


[2] Extrait de la quatrième de couverture de l’ouvrage : Carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.

[3] Paul-Emile et Gilbert Pajot : peintres et pêcheurs : exposition au Musée maritime de La Rochelle, du 15 juin au 15 septembre 1996.

[4] Ouvrage collectif de 256 pages, sous la direction éditoriale de Benoît Decron, Conservateur au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, édité par l’association 303 / Arts, Recherches et Créations en coédition avec le Musée (éditions 303, hors série de la revue 303 Arts, recherches et création, n°102, 2008).

[5] Acquis en 2006 par le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix avec l’aide de l’Etat, de la région et du Crédit Maritime de Vendée, l’œuvre est exposée à l’occasion de la course du Vendée Globe en 2008.

[6] Extraits des journaux illustrés dans l’ouvrage : Les carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2007.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Mathurin Méheut, carnettiste reporter : une palette de carnets de voyage

Mathurin Méheut, carnettiste reporter à l’origine du genre éditorial du carnet de voyage et de sa palette thématique (carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs, carnet de guerre)

Les écrivains-voyageurs, avec le « Grand Tour », ouvrent la voie à la quête de l’Orientalisme qui attire les artistes et notamment les Peintres de la Marine. Les dessinateurs utilisent le carnet de relevé dessiné dans les missions archéologiques, et les photographes tendent peu à peu à remplacer ces derniers pour l’inventaire du patrimoine. Dans la vogue de l’Orientalisme, le carnet du peintre Delacroix, Album d’Espagne et d’Afrique du Nord, est un hymne à la découverte ethnographique. Il inspire ainsi Gauguin dans sa quête d’un nouveau topos, la Polynésie, qui engendre l’essai illustré Noa Noa, œuvre féconde du primitivisme où convergent l’art et l’ethnographie. Dans leur filiation l’artiste Mathurin Méheut fait reconnaître le carnet de voyage dans sa diversité créative au fil de ses découvertes, témoignages et voyages du proche au lointain, de l’ethnographie régionale de la Bretagne à la quête de l’exotisme et de l’orientalisme au Japon. Son talent artistique pluriel et son goût pour l’ethnographie en font un précurseur du genre. L’artiste Mathurin Méheut offre en effet une palette de talents : à la fois peintre, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, il est surtout dessinateur-illustrateur sur le vif, voire peintre ethnologue.

Le reportage dessiné sous forme de croquis offre la première tentative de carnet de voyage publié qui daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des réalisations des « Peintres de la marine »[1] dont est membre, depuis 2002, Titouan Lamazou à qui nous devons la médiatisation du genre en 1998, suite à la publication de ses carnets de voyage. Ce premier carnet de voyage, publié en 1957 chez l’éditeur breton de la ville de Dinard Vue sur mer, s’intitule Pêcheurs des quatre mers ; son succès lui a valu d’être réédité en 1995. En effet, il s’agit d’un reportage, sur la pêche dans les années 50, rédigé par Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine dont l’illustre Mathurin Méheut (1882-1958). Mathurin Méheut en en effet au fil de sa carrière d’artiste et illustrateur expérimenté toutes les formes de carnets de voyage et de reportages dessinés  : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs et carnet de guerre.

Du carnet naturaliste ou l’observation sur le terrain

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux  en 1911,  Encyclopédie artistique et documentaire de la plante  en 1913,  Etude de la mer ; Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913,  Etude de la forêt  en 1927 puis  La plante exotique  en 1931. L’exposition Méheut, le monde de la nature de 2010 a mis en valeur son regard sur la nature :

     « L’intérêt pour les animaux, les plantes, la mer, la forêt est une constante dans son oeuvre. Depuis son séjour à Roscoff en 1910, jusqu’à Monaco, en passant par le Japon, il accumule  une documentation qui sera la base de ses oeuvres. Des livres illustrés aux compositions  décoratives très élaborées réalisés par l’artiste, la faune et la flore sont pour lui une source d’inspiration inépuisable. Sa démarche scientifique d’abord et son regard d’ethnographe le pousse à fixer au plus vite ce qu’il voit avant que cela ne disparaisse». [2]

L’ouvrage Etude de la mer, Manche et Océan, a pour l’objectif de renouveler les sources d’inspiration des décorateurs et artisans d’art à partir du règne végétal et animal, selon la thèse d’Eugène Grasset qu’illustre Mathurin Méheut dans cette étude documentaire. Livre fondateur de toute sa carrière il s’appuie de ses dessins naturaliste de Roscoff entre 1910 et 1912.

Du carnet ethnographique ou la Bretagne[3] dessinée sur le vif

Formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris puis à l’école normale d’enseignement du dessin, il devient peintre décorateur pour les prestigieuses revues Art et décoration, L’illustration puis La Bretagne touristique et collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette, Loti pour l’illustration de l’ouvrage Pêcheurs d’Islande  ou comme Roger Vercel pour  Pêcheurs des quatre mers, publié en 1957. Ces deux ouvrages s’inscrivent dans la filiation du récit maritime de voyage et dans le cadre d’un travail de reportage dessiné sur le vif si cher à Mathurin Méheut.

Epris de vérité, Mathurin Méheut dépeint des scènes de la vie quotidienne bretonne dès 1944 et participe à la publication de l’ouvrage  Vieux métiers bretons  de Florian Le Roy qu’il illustre de trois cent cinquante dessins. Sa vision ethnographique fait d’ailleurs, de nos jours, l’objet de rétrospectives et d’analyses critiques :  Mathurin Méheut, la Bretagne rurale  de Jacques Burel (Chasse-Marée-Estran, 1986),  Bretagne au bout du monde : types et coutumes  de Pierre Guégen (Ouest-France, 1998),  La Bretagne de Mathurin Méheut  d’Anne de Stoop et Patrick Le Tiec (Bibliothèque de l’image, 2000 et Edition Langlade, 2005) ou encore  Mathurin Méheut et la Cornouailles  (Editions Palantines, 2008). Mais il se fit d’abord connaître grâce à l‘illustration naturaliste de 1910 à 1930, suite à un séjour à Roscoff au sein de la station Biologique où il accompagna pendant deux ans des chercheurs. Issues de cette expérience, les planches naturalistes qu’il crée, sont regroupées dans trois publications dont l’ouvrage suivant publié en 1913, intitulé  L’étude de la mer, de la fore et faune de la manche et de l’océan .

Du carnet sur l’ailleurs : du dessinateur reporter au Japon

Afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon, Félix Régamey, dessinateur renommé enseignant à l’Académie de dessin de Chicago est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques. Ils passent deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe et Félix Régamey écrit à son frère en 1876 :

« Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins  »[4].

Ils publient ensemble le premier tome de leur récit qui relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaises [5] en 1878, puis le deuxième en 1880 publié sous le titre Tokio-Nikko. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustrait[6] par la réalisation simultanée de dessins[7] et administrent « la Société franco-japonaise » qu’ils créent. Ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et font des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y part en 1882 et y demeure dix-huit ans comme caricaturiste.

Par la suite, Mathurin Méheut part cinq mois au Japon en 1914, doté de la bourse « Autour du monde », financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète fondé par le banquier en 1909. Il en rapporte de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières-petites-filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914  (Ouest – France, 2004). Il livre ses impressions enthousiastes sur le Japon :

«Tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne ; les mêmes gréements, les mêmes accessoires, les mêmes types que dans ses vues du Fuji. »[8]

Du carnet de guerre sur le Front

Mobilisé par la première guerre mondiale, il interrompt son voyage et participe à la guerre des tranchées dont il rapporte une quantité de dessins : il devient ainsi un peintre combattant au service d’un travail documentaire qui témoigne de la vie de ses camarades soldats. Certains d’entre eux sont consultables dans l’ouvrage intitulé  Méheut et la Grande guerre, des ennemis si proches  de Patrick Jude (Ouest-France, 2001). Il rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis, en 1951, « Peintre honoraire de l‘Armée ». Il est enfin reçu à l’Académie de Marine en 1956, deux ans avant son décès, en 1958. Ainsi, pour le cinquantenaire de sa mort, une rétrospective sous la forme de deux expositions est proposée dans les musées bretons de Morlaix et de Lamballe, dont le catalogue est diffusé sous le titre Mathurin Méheut, de Bretagne et d’ailleurs (Ouest-France, 2008).

La reconnaissance du genre par les Peintres de la Marine

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M. Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

En conclusion, cet artiste breton renommé aux talents artistiques multiples, devenu  « Peintre de la Marine », a lancé le genre éditorial du carnet de voyage dans les années 50 et  a su décliner le carnet de voyage sous toutes ces facettes de carnet de reportage graphique : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et carnet de guerre. L’exposition Mathurin Méheut [9] proposée par le Musée de la Marine révèle des extraits de la diversité de ses carnets de voyage mais elle pourrait aussi être prolongée par une nouvelle exposition sur « le carnet de voyage » qui se déclinerait alors, par exemple, en regards comparés de carnettistes sur la Bretagne ou sur le Japon de Mathurin Méheut aux carnettistes contemporains. Elle pourrait porter aussi sur les carnets de voyage des marins, des carnettistes aux Peintres de la Marine ou sur la quête du pittoresque, de l’exotisme et de l’ailleurs dans les carnets de voyage mais aussi s’orienter sur les découvertes géographiques des carnets de voyage conservés dans les fonds anciens[10] de différents musées – Muséum d’Histoire naturelle, Musée de l’Homme ou Musée du Quai Branly, Musée Guimet, Musée de la Marine (Archives de la Marine), Musée d’Histoire contemporaine, la BPI du Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay, Musée du Louvre Département Arts graphiques), d’autres sont inventoriés par le département des Manuscrits occidentaux et de La réserve des livres rares de la BNF, Bibliothèque nationale de France, dénommé Des incunables aux livres d’artiste.

Le peintre de la vie sous-marine : Mathurin Méheut, L’Illustration, 20 décembre 1913.

Un fils de la mer bretonne : Mathurin Méheut, L’illustration, n° 3689, 8 novembre 1913.

Un artiste combattant: Mathurin Méheut. Armand Dayot, L’Illustration, 26 août 1916.

Au Front (1914-1915). Armand Dayot, L’art et les artistes, numéro spécial, mai 1915.

Les croquis de guerre de Mathurin Méheut. Henri Menabrea. Art et Décoration, juillet 1915

Lettres illustrées à Jeanne Duthil, marraine de guerre 1917.

Croquis de voyage : temples japonais de Mathurin Méheut. François de Tessan. L’Illustration, 23 avril 1921.

Oeuvres littéraires :

La mer. Michelet, 1914

Le gardien du feu. Anatole Le Braz, 1923.

La brière. Alphonse de Chateaubriant, 1924.

Rabolliot. maurice Genevoix, 1928.

Mon frère Yves. Pierre Loti, Méheut. Editions Mornay, 1928.

Les artistes du livre. Mathurin Méheut, Raumond Hesse, Maurice Genevoix, 1929.

Regard…Colette et Méheut. J.G. Deschamps, 1929.

Bretagne au bout du monde : types et coutumes. Pierre Guéguen. Horizons de France, 1930.

Filles de la pluie : scènes de la vie ouessatine, 1934.

Chan’nik. François Gryffol, 1934.

Au pays des corsaires, 1935.

Pêcheurs d’Islande. Pierre Loti, 1936.

Au pays des pardons. Anatole Le Braz, 1937.

Florilège. Saint-Pol Roux, 1945.

Sous le pied de l’Archange. Roger Vercel, 1947

Mers bretonnes. Jean De Varende, 1950.

Une porte de l’Europe : Nantes, 1951.


[1] La médiatisation des expéditions scientifiques : une rencontre des arts et des sciences avec le journal de bord en ligne.

[2] Catalogue de l’exposition Mathurin Méheut et le monde de la nature présentée au musée Mathurin Méheut, Lamballe – Côtes d’Armor (1er avril – 31 décembre 2010). http://www.musee-meheut.fr/fr/exposition-nature.html

[3] A noter que la Bretagne a inspiré Gauguin à la recherche du primitivisme et que Victor Ségalen, né à Brest en 1878, a passé son enfance dans le Finistère.

[4] Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[5] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur.

Voir les reproductions aux pages 86 à 89 de l’ouvrage « Carnets de voyages des peintres de la Marine », François Bellec. Editions Ouest-France, 2002.

Voir la bibliographie sur la photographie ancienne du Japon, BNF :  http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[6]  Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du « Touring Club de France » actuellement intégré à la « Bibliothèque du tourisme et des voyages » du Trocadéro de la ville de Paris.

[7] Voir les pages 100 et 101 de l’ouvrage cité précédemment.

[8] En référence avec la naissance éditoriale du genre dans les années 80, un album original : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914. Elisabeth Jude, Hélène Jude, Patrick Jude. Ouest-france 2004.

[9] Mathurin Méheut (1882, Lamballe – 1958, Paris) au Musée de la Marine à Paris du 27 février au 30 juin 2013 : http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.htm

[10] Communication dans le séminaire « Altérité et géographie » de l’ENS, Ecole normale Supérieure de Paris, le 28 mars 2012  : http://geographie.ens.fr/Seance-du-28-mars.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne

Carnets de voyage. Pascale Argod. SCEREN - CRDP d'Auvergne

ill. de la carnettiste Sophie Ladame (Carnets d'eole vers les Caraïbes. Editions Cacimbo, 2002)

Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Pascale Argod. SCEREN – CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche), 271 p.

Fondé sur l’expérience de la pédagogie documentaire au CDI et de la formation des enseignants au CAPES, le livre explore la réalisation de carnets de voyage en classe dans le cadre de projets pédagogiques pluridisciplinaires en sciences, en sciences sociales et en arts visuels à travers 29 fiches pratiques. Retraçant l’historique du carnet de voyage depuis le journal de bord des explorateurs géographes, naturalistes et anthropologues, il invite à découvrir le rôle initiatique du voyage à travers l’expression artistique, le design et la quête ethnographique. Cet outil pédagogique pour l’éducation à l¹interculturel ouvre également aux questions que suscitent le carnet de voyage en ligne et les critères d¹évaluation d’un site web et pose finalement la problématique d’uneproduction hypermédia qui doit valoriser l¹interactivité. Les parties qui composent cet ouvrage correspondent aux trois champs disciplinaires qui caractérisent en même temps l’évolution du carnet de voyage : les sciences qui sont à l’origine des explorations et des voyages, les arts et l’ethnologie qui sous-tendent sa réalisation pédagogique, l’interactivité et les hypermédias qui permettent sa production en ligne. Ce livre souhaite donc proposer des pistes de projets pédagogiques pluridisciplinaires et, en regroupant vingt-neuf fiches pédagogiques enrichies de treize bibliographies en annexes, constituer un guide pratique pour le carnet de voyage en classe ou au CDI.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage intermédia sur l’Asie du Sud-Est

Collections de carnets de voyage

GADAND Juliette, JAUSSAUD Alexandre. Au fil du Mékong. (autoédition)

MARTIN Jacques illustrations, SIMON Christophe. Au fil du Mékong. Bruxelles : Point-Image, 2011.

MERMET Olivier. MASSIS Olivier. Chroniques asiatiques : la quête du dragon. L’expédition, 2010.

Carnets de voyage sur le Laos et sur le Cambodge :

LECLERC Olivier. Laos : carnet de voyage. Klingenthal : Editions prochaine escale, 2011.

DUBRULE Paul. Paris-Angkor : itinéraire d’un défi.. La Martinière, 2007.

Mékong : part.1 En remontant le fleuve dragon, part.2 Sur l’axe du Mékong, Chorten Production, 2007, Roadbook Média, l’esprit voyage DVD, n°5.

De MIOLLIS Bertrand. Carnets de voyage Le Cambodge avec Bertrand de Miollis. Un film de Laurent Joffrion. Gédéon Programmes, 2007 (Exploration Aventure DVD).

MAXIMY Antoine De. J’irai dormir chez vous au Cambodge. La Bonne Pioche, 2006.

http://www.jiraidormirchezvous.com/

BESANCON Vincent, Anne-Marie. Angkor : carnets du Cambodge. Magellan & Cie, 2005.

EDEL Chantal. Sur le Mékong et les pistes d’Indochine.. Glénat, 2004. (L’exploration graphique du tour du monde).

BENTEGEAT Hervé. Le Mékong : du Tibet à la Mer de Chine, le voyage de Hervé Bentégeat. Belem éditions et Le Figaro, 2004 (Au fil des fleuves).

AUNAY Arnaud d’. Au fil du Mékong : de Saïgon à Angkor. Nouveaux Loisirs, 2004 (Carnet de voyage).

KEU Tian, MANDEL Lisa, RONDET Sylvain, ALBON Lucie. Sept mois au cambodge. Grenoble : Glénat, 2003 (Sillage).

LADAME Sophie. Lao, peuple des hauteurs. Editions Cacimbo, 2004.

SMITH Justin Creedy, HERBERSTEIN Elsie, CHAVANAT Damien. Cambodge, carnets de voyage. Seuil, 2003.

MAROT Geneviève. Cambodge : dans les rues de Phnom Penh. Nouveaux Loisirs, 2003 (Carnet de voyage)

MAX PAM. Going East : 20 années de photographies en Asie. MARVAL, 1992.

Carnets de voyage sur le Vietnam :

JOUY Jean-Baptiste, GOUGLER Philippe. Des trains pas comme les autres : au Vietnam, dans l’émission « Les Echappées Belles » de France 5, 2011.

http://documentaires.france5.fr/series/des-trains-pas-comme-les-autres

http://playtv.fr/programme-tv/245186/des-trains-pas-comme-les-autres/

CLOCHERET Cécile, PICARD françois. Indochine, sur la piste rouge. BIGNOLAS Laurent. Les aventuriers d’explô. Production : France Télévisions. France Télévisions. Diffusion sur France ô, juillet 2012. http://www.franceo.fr/programmes/les-aventuriers-dexplo/

RAKOWITZ Emilie. Sur les terres du roi Dragon. Clermont-Ferrand : Editions reflets d’Ailleurs, 2011.

GUILLAUME Benoit. Chuc suc khoe : carnet d’Asie. Cambourakis, 2010.

EBAN. A la source des souvenirs. A. Roth éditeur, 2010.

BELLIOT Emeline & Gaetane. Vietnam Song, un voyage sur les traces de Marguerite Duras. Biarritz : Atlantica, 2008.

VIRCONDELET Alain, STEINLEIN Anne. Sur les pas de Marguerite Duras. Presses de la Renaissance, 2006.

GORRIDGE Gérald. Les fantômes d’Hanoï. Casterman, 2006.

HUE Geneviève. Mes carnets d’Indochine : au fil des ethnies. Flammarion, 2003 (Carnets).

JUSSEAUME Patrick, KRAEHN Jean-Charles, LE TENDRE Serge. Mission Vietnam. Glénat, 2003.

JARLOV François. Sous le signe du Dragon Bleu. Editions Rivages Lointains, 2003.

EZGULIAN Sonia. Sur la route des épices : une cuisinière dans le sillage de pierre Poivre. Lyon : S. Bachès, 2002 (Collection gourmande).

HERRENSCHMIDT Noëlle, DYJA Marina. Dans le sillage des boat-people. Albin Michel Jeunesse, 1993.

MAX PAM. Going East : 20 années de photographies en Asie. MARVAL, 1992.

Carnets de voyage sur la Birmanie :

ZENATTI Natacha. Carnet de voyage : Birmanie Myanmar. Zenatti Natacha Natpalette Editions, 2011.

CRUZ Miguel. Escapades birmanes. Hugo et compagnie, 2009.

LEDOUX Stéphanie. Birmanie. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012.

Carnets de voyage sur la Thailande :

LEDUC Vincent. La Thaïlande, les chemins du sourire.  diffusé dans les étapes des routes mythiques d’Echappées Belles de France 5.

http://documentaires.france5.fr/documentaires/echappees-belles-la-thailande

http://www.france5.fr/echappees-belles/documentaire/thailande-les-chemins-du-sourire

BOERO Nicolas, GOUGLER Philippe. Des trains pas comme les autres : Thaïlande. Step by Step Productions, 2012 (DVD). Diffusé sur France 5.

http://www.france5.fr/et-vous/userdata/a_augure_file/4/4825/Des-Trains-pas-comme-les-autres-Thailande.pdf

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage intermédia édités sur le Japon

 

Carnet du japon

Carnet du Japon de Pascale Argod 

Carnets de voyage intermédia édités sur le Japon

BRETON Yann, TOKUDA Masako. Japon. Editions Nomades, 2012 (Itinéraires de voyageurs).

TROLEZ Gwenaelle. GALLOIS Eugène. Japon, carnet d’un explorateur : Eugène Gallois. Magellan & Cie, 2012.

CRECY Nicolas De. Carnets de Kyoto. Chêne, 2012.

LEFRANCOIS Vincent, SHIIHARA Kazuhisa. En décalage : un guide amoureux de Fukuoka. Bordeaux, mai 2012 (diffusé lors de « Japan Expo » à Bordeaux).

GUILLOREL Karen. Je Sakura, 2011 (Prix Vidéoformes du carnet de voyage numérique).

PLANCHE Jean-Luc. Made in Tokyo. Alternatives, 2011.

MAYNEGRE Rémi, GARCIA Sandrine. Voyage au Japon- Tome 1 : Tokyo. CFSL INK, 2011.

CARDEILHAC Pascal. Sur la route d’Okinawa. France 5, 2010.

http://documentaires.france5.fr/documentaires/sur-la-route-dokinawa/le-champ-reste-vert

LEBEGUE Sébastien. Passeport pour Tokyo : déambulation sous Tokyo Jidai. Bordeaux : Elytis, 2010.

FARAVELLI Stefano. Giappone, Taccuini dal mondo fluttuante. Turino: Viaggi Dell’elefante, 2010. (+ DVD)

BAHREN Ralf. Tokyo clash Japanese Pop Culture. H.f.ullmann, 2010. (trilingue en français – allemande – Japonais)

CHAVOUET Florent. Manabé Shima. Arles : P. Picquier, 2010.

KRUK Antoine. Look at me Tokyo. Eyrolles, 2009.

CHAVOUET Florent. Tokyo Sanpo : promenades à Tokyo. P. Piquier, 2009.

MARTIN Olivier. Carnets de voyage le Japon avec Olivier Martin. Un film de Laurent Joffrion. Gédéon Programmes, 2007 (Exploration Aventure DVD).

FLIELLER Anouchka. Toquée de Tokyo : aventures nipponnes d’une occidentale naïve que tout étonne. Les petites vagues éditions, 2007.

BOILLET Frédéric. L’apprenti Japonais. Les Impressions Nouvelles, 2006.

FOUGERAS Nadège. Allo…la terre ? Ici Tokyo. Mettis Editions, 2006.

MAXIMY Antoine De. J’irai dormir chez vous au japon. La Bonne Pioche, 2006.

http://www.jiraidormirchezvous.com/

KUWABARA Tsunihéko. Un été au Japon. Gallimard Loisirs, 2005 (Carnet de voyage).

JUDE Elisabeth, Hélène, Patrick. Mathurin Méheut : voyage d’un peintre breton au Japon, avril-août 1914. Ouest-France, 2004, 2012.

KANNO Hachiro. Une promenade au Japon. Albin Michel, 2003.

FONTAINE, Chloé, SHIGETA Ryoichi. Mes carnets du Japon. Flammarion, 2002.

DUBA Pierre. Tokyo Béziers. 6 pieds sous terre, 2001.

KRAFTFELD. Pocket Japan : http://pocketjapan.over-blog.com/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage intermédia édités sur le Népal, le Sikkim et le Bhoutan

Carnets de voyage sur l'IndeCarnets de voyage intermédia édités sur le Népal, le Sikkim et le Bhoutan :

BARCELO Miguel. Carnets d’Himalaya. Le Promeneur, 2012.

GAUTHEY Eric. Cher Bhoutan. Editions Reflets d’ailleurs, 2011.

CAILLETTE-DENEUBOURG. Vies du Népal. Magellan & Cie, 2011.

DETCHERRY Chantal, VERCAEMER Philippe. Une racine entre deux pierres : le Népal. Fédérop, 2008.

RIZZATO Tullio, ROCHEZ Carine. Himalaya, un voyage en musiques (avec CD). Transboréal, 2008.

NOLL Michel, WEIPING Zhou. La route du thé : l’aventure millénaire d’une petite feuille aux mille vertus. Un film de Michel Noll et Zhou Weiping. IROISE SARL, ICIV (DVD).

CHAUD Marianne. Himalaya, le chemin du ciel. Un film de Marianne Chaud. Explo Exploration du monde, ZED. (DVD).

VALLI Eric. TROUBAC Sophie. Le ciel sera mon toit. Gallimard, 2006 (Blanche).

PAO Basil, PALIN Michael. Au cœur de l’Himalaya. National Geographic, 2005.

ALLIX Simon, VILMORIN Benoît de. Carnets du Kailash : voyage au cœur du bouddhisme. Glénat, 2004 (Sillage).

AGNIEL Dominique, GOTIN Michel. Voyage au Tibet : sur les pas d’Alexandra David-Néel. Folcaquier : Ed. Garde-Temps, 2002 (Voyages).

JAGER Patrick. Carnets d’un peintre au Népal. Glénat, 2001 (Sillage)

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage intermédia édités sur la Chine et le Tibet

Carnets de voyage intermédia édités sur la Chine et le Tibet

Carnet de Chine

Carnet de Chine Pascale Argod

 JOLIVOT Nicolas. Chine, scènes de la vie quotidienne. HongFei Cultures, avril 2014

FLAVEN Geneviève, BONDARENKO Evgeny. Shanghai zen. Les Xérographes, 2014

ZU HAN. Jiangnan, Aquarelles de Chine. SEPIA, 2010.

TELMON Priscillia. PEYRONNET Marie-Madeleine, VELTER André. Himalayas : sur les pas d’Alexandra David Neel. Actes Sud, 2010.

MASSEU Sophie. Dans tes yeux : en Chine. Tour du monde avec la journaliste non voyante Sophie Masseu. Arte, 2011. Diffusé en mars et avril 2012.

https://www.arte.tv/fr/6413156.html et https://www.arte.tv/fr/Tous-les-episodes/6424742.html

TEMMERMAN Marc. Sur les traces de Tintin : le lotus bleu. Un film réalisé par Marc Temmerman. Moulinsart Multimédia Gédéon Programmes, Arte, CNC, 2011 (DVD).

MICHEL Emmanuel. Tibet – Mongolie : grands récits de voyageurs sur les routes interdites. Bordeaux : Elytis, 2011.

CARNETTISTES TRIBULANTS. Gratte-ciel & soupe de nouilles : dix carnettistes voyagent en Chine. Fontenay-sous-Bois : Carnettistes tribulants, 2011.

MARTIN Boris. Hong Kong : un parfum d’éternité. Bordeaux : Elytis, 2010.

TROY Emmanuelle, PERRET Virginie, BARON Eric. Carnets de Chine : je rêvais d’aller à Kashgar…ciné-spectacle. Sur un film d’Emmanuel Troy. Ar’khan, 2010.

www.myspace.com/carnetsdechine et www.youtube.com/user/carnetschine

FRAISSE Pauline. Autour du Yunnan. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2009.

LAGOUTTE Claude. JULIET Charles. Carnets du Tibet. Diabase, 2008. (Liens et résonance)

CHAUDERLOT Charles, LAO She. Pékin, ultimes regards sur la vieille cité. Rodez : Ed. du Rouergue, 2006.

MAXIMY Antoine De. J’irai dormir chez vous en Chine. La Bonne Pioche, 2006.

http://www.jiraidormirchezvous.com/

PEISSEL Michel. Tibet, le pèlerinage impossible. Editions de La Martinière, 2005.

FARAVELLI Stefano. Cina carnet di viaggio. Turino, EDT, 2005.

CHAUDERLOT Charles, JAVARY Cyrille. La cité interdite : le dedans dévoilé. Rodez : Ed. du Rouergue, en 2004 et 2006. (Carnet de voyage).

SIMON. Carnet de voyage en Chine. Editions de la Boussole, 2004.

WALTER Alain. La Chine de l’œil : proses de voyage. FEDEROP, 2003. (Chemins du monde).

AGNIEL Dominique, GOTIN Michel. Voyage au Tibet : sur les pas d’Alexandra David-Néel. Folcaquier : Ed. Garde-Temps, 2002 (Voyages).

ROMAIN Hippolyte, ROMAIN Yann. Le thé en Chine : un langage amoureux. Genève : Editions Minerva, 2002.

BRUNET F.O., LORENS Fred, TAURINES Robert. Rêve tibétain. Editions du Mont, Tenso, 2002.

CABU, DONNER Pierre-Antoine. Cabu en Chine. Seuil, 2000 (L’histoire immédiate).

SIS Peter. Le Tibet, les secrets d’une boîte rouge. Grasset Jeunesse ; 1998, 2003.

DAVIDSON Sandra, SAINT-CHAMAS Elsie de. Tibet : les exilés. Albin Michel Jeunese, 1993.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyages maritimes

Voir l’exposition « Entre les lignes : marins, pêcheurs et port dans le dessin et la B.D.», exposition à Dunkerque du 3 mars au 3 juin 2012.

http://www.musenor.com/Dessiner-Tracer/Les-expositions/Nord-Pas-de-Calais ou http://www.musenor.com/Outils/Actualites/Bulles-de-mer.-Marins-pecheurs-et-ports-dans-le-dessin-et-la-BD

Des carnets de voyages maritimes édités :

Grisée de mer. S. Ladame. Editions Moéa, 2011.

A bord du Biladi : Tanger-Sète, marins du Maroc : carnet de voyages. Vivi Navarro, préface Jean-Robert Varaillon-Laborie. Sète : Ed. Singulières, 2011.

Les outils de la passion. Le Corre, Yvon. Chasse-marée-Armen, 2007.

Maud Fontenoy : mon carnet de bord : le tour du monde à contre-courant. Maud Fontenoy. Chêne, 2006.

Carnet du pont : journal du Légué. Gildas Chasseboeuf. Douarnenez : Chasse-marée-Armen, 2006.

Vagabond : voilier polaire au Groenland. Eric Brossier. Géorama éditions, 2006.

Sur les traces de la Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro. John Pendray. Editions Glénat, 2006 (Sillage).

Un peintre dans l’océan Austral : reportage à bord du Marion Dufresne. Christophe Verdier. Rennes : Marines, 2005.

Eoles. Carnet de voyage. Sophie Ladame. Cacimbo, 2004.

Voyage en aquarelle, de la terre Adélie aux Kerguelen. Patryck Vaucoulon. Grenoble : Libris, 2004.

Carnets d’escales : Viaux, artiste et officier de marine. Farid Abdelouahab, Isabelle Le Toquin, Nicolas Texier. Douarnenez : Chasse-marée-Armen, 2005.

Carnets de voyage au long cours : Louis Dreyfus Armateurs. Hervé Claeyssen. Rennes : Ed du Carabe, 2005.

Cargo : travaux et rêveries portuaires. Hervé Hamon, Anne Smith. Seuil, 2005.

Le Mississippi : du Golfe du Mexique à La Nouvelle-Orléans, le voyage de Joseph Macé-Scaron. Belem éditions et Le Figaro, 2005 (Au fil des fleuves).

Le Mékong : du Tibet à la Mer de Chine, le voyage de Hervé Bentégeat. Belem éditions et Le Figaro, 2004 (Au fil des fleuves).

Le Nil : de la Méditérannée au Lac Victoria, le voyage de Béatrice de Rochebouët. Belem éditions et Le Figaro, 2004 (Au fil des fleuves).

Pour aller sur l’eau : croquis, pochades et esquisses. Marc Pierre Gilles Berthier. Nouveaux loisirs, 2004.

Les carnets d’un marin : voyages imaginaires sur les bateaux extraordinaires. Sylef. Glénat, 2004.

Tous les paquebots du monde : œuvres de Maurice R. Mélissent. Jean-Pierre Ollivier, Philippe Valetoux. Magellan, 2004 (Coups de crayon).

En mer avec Henri Landier. Le Brun, Dominique. Omnibus, 2004.

Sillages d’Afrique : 20 000 milles d’aventure maritime et littéraire. Gallimard, 2004.

Les carnets de la Salangane. Ill.Geneviève Marot, Siloé et Aide et action. Les Portes du monde, 2003. (expédition de jeunes à bord d’un voilier qui découvrent richesses et injustices dans leur tour du monde).

L’île de Pâques : petit carnet du beau voyage de Thomas Gilou : voyage au bout de Rapa Nui. Thomas Gilou. Horizon Illimité, 2003.

Campagne Phare 2002 : carnet de bord d’une campagne océanographique. IFREMER, 2003.

Les compagnons du Kon-Tiki. Erik Hesselberg. Glénat, 2003. (sillage).

L’expédition Jules Verne à bord du trois Mats : esquisses d’un voyage Amazonie – Martinique –Açores, aventure cinématographie et scientifique. Michel Bez (Peintre de la Marine), Jean-Christophe Jeauffre. Saint-Rémy-de-Provence : Equinoxe, 2002 (Carnets d’ailleurs).

De Saïgon à Saint-Malo : visions de la jonque Sao Mai. Michael Pitiot, Marielle Laheurte.Tranboréal, 2001.

Autour du monde en cargo : du Havre à Marseille via Auckland : carnet de voyage, juillet-octobre 2000. Louis Baumard. Ouest-France, 2001. Journal de bord d’un tour du monde en 80 jours sur deux porte-conteneurs, ponctué de 16 escales et la traversée de deux canaux transcontinentaux.

Pen Duick : du croquis à l’aquarelle. Marc Berthier. Nouveaux loisirs, 2000 (carnet de voyage) évocation d’Eric Tabarly et de son fameux bateau Pen Duick

Carnet d’une croisière littéraire. Elsie. La Marge Edition, 1998.

Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguelen. Gildas Flahaut, Glénat, 1996 (Sillage)

Belle poule, un mode de vie : journal de bord du bosco. Stéphane Attard. S. Attard, 1995.

Pêcheurs des quatre mers. Roger Vercel. Dinard : Vue sur mer, 1995 (nouvelle édition). Reportage sur la pêche des années 50, avec des textes de Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine. Pour cette nouvelle édition, s’ajoute un article sur la pêche d’aujourd’hui.

Imraguen : les pêcheurs du désert. Expédition Peuples de l’eau (1992 – 1993). Gallimard –Jeunesse, 1993. (Voilier la Fleur de Lampaul).

La coupe de l’América. Marc P.G. Berthier, Daniel Gilles. Gallimard, 1993 (Voiles).

La coupe de l’América : cent quarante et un ans de régates pour un pichet d’argent. Marc Pierre Gilles Berthier, Daniel Gilles. Gallimard-Jeunesse, 1992.

Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces. Yvon le Corre, préface de Jean-Louis etienne. Gallimard, 1992 (Voiles).

Carnets de bord : les enfants de la Baleine Blanche. Xavier Roy. Castor poche-Flammarion, 1990. (du même auteur parution en 1988 chez R. Laffont « Les enfants de la Baleine blanche »).

Petit tour du monde illustré : carnet de bord de Loick Peyron. Denoel, 1990.

Voir la  collections spécialisée « Voiles » de Gallimard avec treize titres édités en 1992.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage intermédia édités sur l’Inde

 

Carnet de l'nde du Sud

Carnet de l’Inde du Sud de Pascale Argod

Carnets de voyage intermédias édités sur l’Inde :

GANDILLOT Clémence. Indéfinitivement. Diateino, 2008.

INGRAND Marc, PUGET Philippe. Au rythme du Raga de Calcuttta à Bombay. Bachari, 2008.

PLOTON Olivier. La tentation de Bénarès. Magellan & Cie, 2007.

SIMON. Dans les mains du soleil : carnet de voyage amoureux au Rajasthan. Editions Alternatives, 2007.

SFAR Joann. Les carnets de Joann Sfar : Maharajah. Delcourt, 2007 (Shampoing).

BICHON Philippe. Carnet de route : Inde – Bénarès-Madhya Pradesh. BleuEditions, 2006.

L’association en Inde. L’association, 2006 (Esperluette, n°45).

BICHON Philippe. Carnet de route : Inde – Rajasthan. BleuEditions, 2005.

LESAGE Marion, PREETHI ATHERYA. L’Inde à fleur d’âmes. Editions de la Martinière, 2004.

PICAUD Arielle. Je vous écris de Bombay. Editions Garde-temps, 2004 (Récit graphique).

DE BARRY Nicolas, GRANIER Laurent. L’Inde des parfums. Editions du Garde-Temps, 2004.

CABU, DONNET Pierre Antoine. Cabu en Inde. Seuil, 2002 (L’histoire immédiate).

BALLEYDIER Sandrine, MERLIN. Bénarès : carnet d’un voyage indien. Glénat, 2002 (Sillage).

DEGUERMONT Daniel. Errances indiennes. Boussole, 2001

DETCHERRY Chantal. Dans la main de l’Inde. Fédérop, 2000.

KELLER Yers. De Karachi à Katmandou. Asa, 2000 (Peintres voyageurs).

DODO, RADIS Ben, JANO. Bonjour les Indes. Humanoïdes associés, 2000.

SIMON. Au corps de l’Inde : carnets de voyage. Editions de la Boussole, 1999.

CHARDON Samuel, ROUSSEL Céline. Carnet d’Inde. Editions de la Bohème, 1999.

MAX PAM. Going East : 20 années de photographies en Asie. Marval, 1992.

Carnet intermédia :

MASSEU Sophie. Dans tes yeux : en Inde. Tour du monde avec la journaliste non voyante Sophie Masseu. Arte, 2011. Diffusé en mars et avril 2012.

https://www.arte.tv/fr/6413156.html et https://www.arte.tv/fr/Tous-les-episodes/6424742.html

JOUY Jean-Baptiste Jouy, GOUGLER Philippe. Des trains pas comme les autres.  En Inde (Kérala) dans l’émission « Les Echappées Belles » de France 5, 2011.

http://documentaires.france5.fr/series/des-trains-pas-comme-les-autres

http://playtv.fr/programme-tv/245186/des-trains-pas-comme-les-autres/

DE MAXIMY Antoine, HAUTBOIS Juliette. J’irai dormir à Bollywood, 100 minutes produit par la Bonne Pioche en 2011, diffusé sur France 5.

DE MAXIMY Antoine, HAUTBOIS Juliette. J’irai dormir chez les Maharadjahs, 10 épisodes de 26 minutes produits par la Bonne Pioche en 2011, diffusés sur France 5.

DE MAXIMY Antoine, HAUTBOIS Juliette. J’irai dormir chez vous en l’Inde, 52 minutes produit en 2005 par Voyage, Bonne Pioche, CNC (centre national du cinéma), (J’irai dormir chez vous, n°3).

MALLE Louis. L’Inde fantôme : Réflexions sur un voyage, 1968 (sept films documentaires de 52 minutes) et Calcutta, 1969. Coffret DVD produit par Arte Vidéo édité en 2005.

ROSSELLINI Roberto. India : terre mère, 1959 (90 minutes). DVD édité par FSF, Films sans Frontières, 2011.

TEMMERMAN Marc. Carnets de voyage l’Inde avec Carla Talopp. Gédéon Programmes Arte, 2007 (DVD 52 minutes, Carnets de voyage, n°6).

PORRY Emily Porry. Voyage en pays Mosso. Prix du carnet de voyage multimédia  pour 18 mois à travers l’Asie, 2009 : http://emiliequiroulenamassepasmousse.blogspot.com/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’orientalisme : E. Delacroix (1798-1863) et P. Gauguin (1848-1903) tournés vers l’ethnographie

Le carnet ethnographique et orientaliste d’Eugène Delacroix (1798-1863) : « Album en Afrique du Nord »

Dans la vogue de l’Orientalisme, Delacroix part en 1832 pour le Maroc[1] puisqu’il est nommé peintre officiel au sein de la délégation diplomatique de Charles de Mornay. Quatre carnets sur sept de Delacroix nous sont parvenus[2] : trois sont conservés au musée du Louvre et un au musée de Condé à Chantilly, parmi eux l’Album de Croze  en 1855 et Album de Charente en 1822. Le Maroc offre à Delacroix des sujets ethnographiques qui seront l’objet de ses carnets[3], d’abord aux environs de Tanger qui inspirera l’aquarelle « La Mariée juive de Tanger », puis Meknès après treize jours de traversée puis l’Andalousie, puis Oran, Alger qui inspirera « Femmes d’Alger dans leurs appartements » et enfin Marrakech. Ce carnet rassemble des études « qui désignent à partir du XVIIe siècle une représentation graphique constituant un exercice, un essai : préparation générale ou de détail, d’une œuvre d’ensemble, recherche graphique de composition ou de réalisations de détails » [4]. Les deux doubles pages des croquis de « l’Album d’Afrique du Nord » [5] qui représentent d’une part une « foule de Marocains devant une grande porte encombrée, cour et prison, porte du Juif ; cheval et arabes devant fontaine » et d’autre part un « paysage avec mosquée dans le fond et personnages » méritent d’être analysées de par leur composition originale où le texte manuscrit de notes, les croquis, les personnages, les différents plans et les détails se juxtaposent en donnant ainsi de la profondeur et une lecture particulière de l’image. Le premier exemple offre un découpage de la page en trois vues successives, du plan général extérieur à la déambulation vers l’intérieur de la médina, le deuxième exemple plus confus proposent deux vues principales agrémentées de détails et d’angles de vues plus restreints. Comme une caméra, Delacroix guide son pinceau qui est bien l’aboutissement de son regard scrutant. Il avance, s’arrête sur tel aspect, recule, découvre, déambule…ce sont des notes visuelles qui étudient le cadrage, la composition, les éléments afin de réunir l’ensemble des esquisses dans une œuvre picturale postérieure en atelier. Il semble par moment que le carnet annonce « le story-board » [6], tant la notion de déplacement et d’angle de vue est importante, parfois si proche du « travelling ». Ces carnets traduisent un déplacement, une pérégrination et une approche ethnographique qui définissent « le carnet de voyage » comme un témoignage croqué sur le vif d’un parcours et d’une expérience exotique vécue et comme une trace ethnographique de rencontres. Du point de vue ethnographique, les scènes de la vie quotidienne sont retranscrites avec tous les détails ; ceux-ci concernent les objets, les ustensiles, les éléments de décoration, les costumes, les bijoux…Les études aquarellées préalables à la réalisation du tableau «Les femmes d’Alger » y sont nombreuses et elles sont annotées de légendes précisant les couleurs et les matières qui ne peuvent pas apparaître sur un simple croquis sur le vif. Sur certaines pages, comme « cavaliers arabes, bouquet d’arbres et mer dans le fond »[7], le texte manuscrit s’intègre au dessin, se superpose, se mélange et entre dans la composition de l’image. Dans la lignée des Frères Goncourt, il s’agit d’un carnet de voyage où l’espace de l’image rencontre celle de l’écrit pour s’intégrer dans une plastique qui tient de l’immédiateté, de la rapidité d’exécution, de l’instantanéité des émotions et du regard. Dans cet exemple, l’oeuvre de Delacroix est paradoxalement une version aboutie du genre « carnet de voyage » où ni l’image ni le texte ne priment : ils se combinent dans un parcours spatial ; le déplacement du voyage est visible dans la composition de la page autant que l’instant saisi et retranscrit Delacroix serait le créateur du « carnet de voyage » qu’il a renouvelé dans une frénésie de découverte, de recherche et d’étude plastique suscitée par la quête orientaliste des impressions, des sensations et des émotions dues à l’Ailleurs à travers une démarche ethnographique.

Récapitulatif des caractéristiques du genre « genre carnet de voyage » lancé par Delacroix :

– Déambulation au fil du périple à travers le paysage du plan général au plan particulier (portraits des rencontres).

– Esquisses sur le vif ou technique du rough : rapidité et instantané du vécu (comme une sorte d’appareil photographique à la main).

– Insertion du texte dans l’image : notes visuelles accompagnées des annotations sur les couleurs, les textures, la lumière….

– Un carnet d’étude artistique et de notes visuelles pour mémoire afin d’aboutir à une gestation de l’œuvre picturale qui est composée à posteriori et qui rassemble en une synthèse de nombreux éléments du voyage.

– Ambiance du «pittoresque» mémorisée comme «digne d’être peint» avec des éléments ethnographiques annotés afin de réaliser le tableau chef d’œuvre à posteriori en atelier au retour du voyage.

– Notes écrites sur des précisions visuelles : couleurs, détails de la décoration, motifs, indications sur l’esquisse qui fait du carnet un dessin préparatoire.

– Le carnet de voyage permet à l’historien d’art d’appréhender l’acte créatif du chef d’œuvre pictural : source primordiale, une sorte de brouillon de l’artiste qui créée, en somme l’acte d’inspiration, genèse de l’oeuvre d’art.

Le carnet d’ethnologue de Paul Gauguin (1848-1903)

Après ses essais de carnets en Bretagne[8] et influencé par le journal de Delacroix, Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. Dès 1892 à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie » totalement disparu sous l’influence de la colonisation et ceci à partir de sa lecture du  Voyage aux îles du Grand océan[9]. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien révélant ainsi sa passion pour l’histoire comparée des religions. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont Noa Noa : Voyage de Tahiti[10] est le plus intéressant car il ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère » ou « l’île paradis » dans sa géographie imaginaire[11] et son retour à la nature :

« La civilisation s’en va petit à petit de moi. Je commence à penser simplement à n’avoir que peu de haine pour mon prochain – mieux, à l’aimer. J’ai toutes les jouissances de la vie libre, animale et humaine. J’échappe au factice, j’entre dans la nature [12]« .

Il y fait un réquisitoire contre la culture et la société européenne et un plaidoyer en faveur des traditions polynésiennes. Charles Morice, écrivain symboliste, apporte sa contribution à la réécriture de son recueil de notes et décide de le publier en 1901. Cette première version est complétée par Gauguin au fil des deux années restantes jusqu’en 1903 par une seconde composée de tous les procédés graphiques juxtaposés que Victor Segalen découvre lors de son arrivée à Papeete peu de temps après son décès :

« Le texte, dont l’encre brun pâle est d’une harmonie complète avec le papier bruni est ça et là, interrompu d’aquarelles – la plupart lavées sur papier séparé, découpé, collé. Il y a traces de tout ce qui faisait à ce moment la vie quotidienne du maître aux prises avec l’existence impitoyable des tropiques – splendeur de lumière, grands efforts et abandon. Noa Noa » est en effet un manuscrit en cuir avec une aquarelle gouachée sur le plat de devant qui comprend cent-quatre-vingt-deux feuillets sur lesquels sont collés cinquante neuf aquarelles et bois colorés dont dix-huit en bois noir, ainsi que des gravures, des photographies et des documents de toutes sortes accompagnant un texte écrit tantôt à l’encre noire, tantôt à l’encre bleue (1891 à 1893) » selon l’inventaire du département des arts graphiques du Louvre[13].

D’après Farid Abdelouahad[14] :

« Mélange des genres et des techniques, éclatement de la chronologie et des règles d’usage, abondance des styles, contrastes et décentrages : la spontanéité créative de Gauguin aboutit à une véritable révolution de la perception visuelle. Les possibilités offertes par les nouvelles techniques de l’image, photographie et cinéma, ne sont pas étrangères à son entreprise, qui ouvre le chemin pour un nouveau domaine des beaux-arts où peut s’exprimer la liberté du collage hétérogène[15]« .

Le carnet de voyage contemporain est né de la rencontre de l’anthropologie- ethnologie et des arts combinés et métissés. Gauguin vivant lui-même le phénomène de métissage à travers une forme d’acculturation qui révèle sa créativité, le carnet de voyage est un récit autobiographique tourné vers une recherche ethnologique aidée de sa rencontre avec la jeune Tahitienne avec qui il vit à Mataïea. A travers une démarche d’ethnologue, il utilise tous les arts graphiques et les objets culturels dont il s’imprègne. Son originalité signe la naissance du carnet de voyage contemporain autant littéraire que picturale ou graphique. A noter que Delacroix est aussi un peintre du livre, artiste plus qu’illustrateur notamment pour « Faust » de Goethe en 1828.


[1]  Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Non lieu, 2006.

Delacroix et le Maroc. Guy Dumur. Hersher, 1988.(lieux d’artsite).

[2]  Le manuscrit de « l’Album de voyage en Espagne, au Maroc et en Algérie » par Eugène de Delacroix est conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

[3]  Le journal de Delacroix. Eugène Delacroix. De vive voix limited, Musée du Louvre, 2005 (1 disque-compact).

Anthologie du Journal. Eugène Delacroix. Mille et une nuits, 2002 (La petite collection, n° 389)

Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art et artistes).

[4] Voir l’article : Etude. In Dictionnaire de l’image. Dir. Françoise Juhel. Coord. Francis Vanoye.Vuibert, 2006.

[5]     A la page 34 et détails de 35 à 37 puis en page 54 et détails de 55 à 57 des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[6] Voir la partie 3 en 1.3.1. La « littérature dessinée » (« littératures graphiques ») ou la narration par l’image : album iconotextuel, le roman graphique ou « novel graphic », story-board ou livre d’artiste ?

[7] A la page 48 et détails en 49, des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[8]     Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

Il se compose de notes synthétiques qui ont inspiré ses tableaux de 1884 à 1887.

[9]     Paru en 1837 et écrit par l’ancien consul d’Océanie Jacques-Antoine Moerenhout.

[10]    Il devait contenir des poèmes du poète symboliste Charles Morice (1860-1919).

[11]    Géograhies de Gauguin. Jean-François Staszack. Bréal , 2003.

Gauguin voyageur : du Pérou aux îles Marquises. Jean-François Staszack. Bréal , 2003. Géo Solar, 2006 (culture).

[12]    Noa, Noa. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Carnet de Tahiti. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paul Gauguin. Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

[14]    Ecrivain et historien de l’art et de la photographie, Commissaire d’expositions et scénographe qui a publié plusieurs anthologies sur les carnets de voyage et ouvrages sur la photographie depuis 1998.

[15]    Ces merveilleux carnets de voyage. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia

Canal Psy,  n°99, janvier-mars 2012

ill. de Caroline Bartal, Canal Psy, n°99, janvier-mars 2012

« Le carnet de voyage de « l’extime » au transmédia », Pascale Argod, Canal Psy, n°99 « Voyager, partir, (se)découvrir », Trimestriel de l’université Lumière de Lyon 2, n°99, janvier-février, mars 2012 (4 pages).

http://psycho.univ-lyon2.fr/rubrique-279-Parutions.html

Dès 1999, la première Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand s’inscrit dans « une éthique et une esthétique du voyage » à laquelle nous pourrions jouter la rencontre de l’Autre et de la diversité culturelle : Faire un carnet de voyage, c’est prendre le temps d’écouter, de ressentir, d’observer. C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur. Et ça change tout dans l’échange et le regard porté sur les autres. A ce titre le carnet de voyage est aussi un formidable support pour renforcer une certaine éthique du voyage qui remplace l’urgence et l’a priori par la tolérance et le respect. Il permet de passer du jugement à l’analyse ».

Le terme de « safar » exprimerait selon l’artiste Stefano Faravelli le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication, il permet la rencontre avec l’autre par le langage universelle de l’art et du dessin. Il ouvre à l’observation du monde et à la méditation en exerçant le regard et en initiant une quête de sens et d’authentisme. Paradoxalement dans un monde des flux et du mouvement, le carnet de voyage renoue avec la rareté du témoignage devenu oeuvre d’art : le lecteur privilégié découvre le regard original voir unique d’un artiste peintre sur un pays; le carnet intime de l’artiste est révélé au grand public privilégié de cette lecture. Les arts graphiques donneraient une vision plus artistique et poétique du voyage que l’unique usage de la photographie mais aussi plus authentique. Aussi le carnet de voyage représenterait une matérialité du voyage dans un monde mondialisé et virtuel et prolonge le voyage comme mémoire, esthétique, poétique. Le goût pour l’expression personnelle n’est que le reflet du scrapbook ou du blog qui valorise la composition mosaïque propre à l’image composite du carnet de voyage.

La notion « l’extime » (extérieur-intime), d’imploration-exploration ou de dehors- dedans a été formulée par Michel Tournier à propos de son ouvrage intitulé Journal Extime, publié en 2002 chez La Musardine et est transférable au carnet de voyage qui éduque autant à l’interculturel qu’au regard. Ce journal d’extime s’apparente au livre de raison qui s’écoule au gré des jours, des actualités locales et des événements personnels et sociaux. Les carnettistes tiennent souvent des carnets de croquis sur leur quotidien et sur l’actualité. Michel Tournier déclare. Le voyage propice à l’introspection suscite l’envie d’écrire cette intimité reliée à l’extérieur, puisque insérée dans une dialectique de communication avec l’Autre, différent qui renvoie alors à soi, à sa propre culture dans le décalage avec l’Autre et à son mode de pensée étranger. Pour Gaston Bachelard dans sa  Poétique de l’espace[1], « dehors et dedans forment une dialectique d’écartèlement ». Serge Tisseron définit l’extimité comme « le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique », voire « surexposée ». Cette notion de l’extime a été également évoquée par Lacan, Michel Butor et André Malraux à travers « l’exploration » et « l’imploration ». La relation intérieur-extérieur, étudiée par Gaston Bachelard dans sa Poétique de l’espace, nourrit la créativité et l’expression par confrontation du moi à l’autre, l’autre qui renvoie à son vécu. Phlippe Antoine[2] définit d’ailleurs le récit de voyage du XIXe siècle comme une écriture du moi aussi bien que du monde. La promenade des Romantiques est définie comme une manière d’être au monde, de le voir mais surtout de le dire dans cette combinaison qui créée un espace paradoxal où dehors et dedans se confondent. L’espace du blog selon Anne Kerebel[3] joue de cette extériorité et le carnet de voyage, qui parle d’intimité et d’ouverture sur l’horizon du monde et de l’autre, semble être similaire.


[1]    Poétique de l’espace. Gaston Bachelard. PUF, 1972. (Chapitre IX, La dialectique du dehors et du dedans, p.191-207).

[2]     Dehors et dedans indifférenciés : la promenade. Philippe Antoine. L’extime / l’intime. A. Mura-Brunel, F. Schurewegen. CRIN, Cahiers de recherches des institut Néerlandais d langue et littérature Française, 41, Amsterdam- New York, 2002.

[3]     Claviers intimes : les journaux en ligne comme nouvel espace d’intimité ?, Anne Kerebel, RiLUne, n°5, 2006, p. 107-120.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des aquarellistes aux origines du carnet de voyage : William Turner et Paul Signac

William Turner (1775-1861) et de Paul Signac (1863-1935) adeptes de l’aquarelle et du « liber studiorum »

Le carnet de voyage du Romantisme et du pittoresque de William Turner (1775-1861)

Qui mieux que William Turner peut consacrer Venise comme la muse des artistes peintres depuis Canaletto jusqu’à Monet[1] ? Venise est en effet « refuge romantique de 1830 à 1840 »[2] autant pour les peintres que pour les écrivains et les poètes comme Alfred de Musset (1810-1857) qui s’adonne aussi à l’esquisse[3]. Les trois voyages de William Turner en 1819, en 1833 et 1840 à Venise marquent des tournants dans sa peinture paysagiste et la période entre 1833 et 1840 témoigne de l’apothéose de ses œuvres qui intensifient la diffusion de la lumière, la spécificité aquatique de Venise et l’atmosphère de la rencontre de l’eau et du ciel, source de légèreté et de transparence, de variations colorées, de reflets le long des canaux et de dissolution des formes. Les évanescents et irréels paysages de lagune renvoient en fait au romantisme et au pré-impressionnisme. Selon Andrew Wilton, conservateur de la collection Turner à la Tate Gallery de Londres :

« Débutant par un splendide « hommage à Caneletto » dans son « Pont des Soupirs », « Palais des Doges » et Dogana, Venise : peinture à la caneletto » de 1833, Turner accéda peu à peu au cours de la décennie suivante à un univers de liberté éthérée où le chatoiement de la lumière et de l’air absorbe les formes de San Giorgo Maggiore, de l’église Santa Maria Della Salute ou du campanile de Saint-Marc »  [4].

Il laisse dix carnets de croquis et trente-cinq toiles réalisées entre 1833 et 1845 révélateurs de sa conception de l’art de paysagiste imprégné de « pittoresque » qui pourrait prolonger notre réflexion sur l’héritage du carnet de voyage : « choisir, combiner, concentrer ce qui est beau dans la nature et admirable en art est autant la tâche du peintre du paysage dans son domaine que dans les autres domaines de l’art ». Ses aquarelles au nombre de vingt mille sur papier et ses carnets en font le peintre le plus prolixe qui ait élevé l’aquarelle au rang d’art pictural majeur. Ses aquarelles de voyage sont publiées à partir de 1826 dans The Keepsake et des recueils de gravures,  The Turner’s annual tour, publiés à partir de 1831.

Les carnets de voyage paysagistes ou de marines de Paul Signac (1863-1935), marin et peintre

Paul Signac (1863-1935) est adepte de la peinture « sur le terrain » de paysages comme tous les impressionnistes et ces aquarelles instantanées permettent de saisir la lumière comme «des notes visuelles sur la couleur» selon « un art poétique de l’aquarelle avec économie de moyens et en proscrivant toue manipulation » comme le mentionne Charles Cachin[5]. Elles rappellent le carnet peint de Turner de la National Gallery de 1898 dont il s’inspire, « il se plaît à reproduire les tableaux des autres…accumule les documents comme les photographies ramenées d’Italie des œuvres des maîtres » [6]. Peintre et marin, Paul Signac a laissé, de ses séjours à Venise particulièrement remarquables[7], trente et un carnets parmi lesquels trois cents paysages côtiers de la France[8], des ports de la Méditerranée aux ports de Bretagne en commençant par Collioure en 1887, puis à Cassis en 1889 en rendant visite à Van Gogh interné à Arles qui l’influence dans son style à l’aquarelle de 1890 à 1895 dans ses paysages et ses vieux gréements puis en 1890 en Italie. Marin, en 1892, il se rend sur son bateau du Finistère à Saint-Tropez par le canal du Midi et découvre le Massif des Maures et de l’Esterel. En 1893 il expose au Salon des artistes indépendants ses « notations à l’aquarelle » et écrit dans son journal : « Il me semble beaucoup plus logique de ne prendre dans la nature, de n’emmagasiner —par un simple croquis, une simple note– que ce qui vous semble parfait de lignes et de couleurs… ». A partir de 1896, il effectue des voyages à l’étranger : en Hollande et sur la Riviera italienne, en1904, à Venise à partir de la Mer, en 1907 à Istanbul, en 1908 à Venise, en 1909 à Londres. Installé dans le Midi pendant vingt ans, à Saint-Tropez, à Sète, à Menton, il navigue le long des côtes bretonnes et de la Manche qui lui inspire un recueil de vues portuaires grand format et un carnet de son séjour à Barfleur en 1931 est aujourd’hui publié[9]. Il entreprend son dernier voyage en 1935 et laisse un ultime carnet sur la Corse[10] :

« L’aquarelle est le meilleur moyen de notation, une sorte de mémorandum, un procédé rapide et fécond, permettant à un peintre d’enrichir son répertoire d’éléments trop passagers pour être fixés par le procédé lent de la peinture à l’huile. Un ciel nuageux est un ensemble magnifique mais qui se déforme perpétuellement ».

Signac a réalisé, à partir de 1904, un catalogue aquarellé de ses œuvres où il ne mentionne pas comme Turner et Lorrain le nom de l’acquéreur.


[1] Voir l’exposition « Venise : de Canaletto à Turner et Monet » jusqu’au 15 février 2009 à la Fondation Beyerler à Bâle : http://www.beyeler.com/fondation/f/html_11sonderaus/35venedig/05_veranst.php?p=1&pos=15

[2] Venise un refuge romantique de 1830 à 1848. Florence Brieu-Galaup. L’Harmmattan, 2007 (espaces littéraires).

[3] Les photographies des dessins de l’album dessiné d’Alfred de Musset concernant son « Voyage en Italie » en 1833 avec Georges Sand ainsi que de « l’album de Venise » sont conservées à l’Institut de France.

[4] Extrait de la préface Andrew Wilton de l’ouvrage : Venise : aquarelles de Turner. Bibliothèque de l’image, 1995.

[5] Voir la préface : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000. Inventaire de département des arts graphiques du Louvre : http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[6] Signac aquarelliste. Marina Bocquillon-Feretti. A. Biro, 2001.

[7] Sélectionnées dans l’ouvrage : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000.

[8] Voir la carte des lieux évoqués par Signac dans l’ouvrage cité ci-dessus.

[9] Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue : expositon du 29 juin au 30 septembre 2000. Musée national de la marine, Musée maritime de Tatihou, 2000.

[10] Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paul Signac. Charles Cachin. M.J. Jacomet, 1990.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’enquête socio-géographique et du carnet de voyage à l’aménagement urbain ou naturel.

Mener une enquête socio-géographique[1] à partir d’un corpus de carnets de voyage tous supports -audio-visuel, blog et site web- serait pertinent afin de travailler sur l’espace perçu et vécu pour déterminer l’aménagement urbain ou naturel. A titre d’exemples, en référence au corpus proposé ci-dessous, nous pourrions étudier l’image des villes françaises véhiculées dans les carnets de voyage intermédia de l’album au film ou encore étudier la dimension ethnographique et anthropologique d’un territoire régional comme la Provence ou encore la Bretagne[2], deux destinations françaises privilégiées par les carnettistes : la première car elle est une cible du tourisme international grâce à l’éditeur Equinoxe (publications en anglais) et la deuxième car elle est le lieu de résidence de carnettistes renommés dans la filiation de Mathurin Méheut et plus récente d’Yvon Le Corre, la plupart passionnés par la navigation : Titouan Lamazou, Sophie Ladame, Gildas Flahaut, Marie-Marin…L’image de la Bretagne ou du « Midi » et la notion de territoire ou de région seraient alors intéressantes à circonscrire, à définir et à imager à partir d’un corpus de carnets de voyage et de patrimoine mais surtout d’un ensemble de sources différentes en arts graphiques (affiches, cartes postales, design de communication, brochures touristiques….). L’image de la Bretagne à travers le carnet de voyage médiatiserait un topos des artistes relativement contemporain et une esthétique propre au Romantisme lancé par les premiers aquarellistes anglais à la quête de pittoresque ; en somme le corpus de carnets de voyage valoriserait un tourisme du pittoresque à appréhender et à essayer de définir.

Corpus de carnets de voyage afin de valoriser le tourisme régional

Sur la Bretagne et son pittoresque :

–  Grisée de mer. Sophie Ladame. Moea éditions, Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), 2011.

–  Bretagne : carnet de bord d’un pêcheur d’images. Philip Plisson & Yann Queffélec. Chêne, 2009.

–  Dialogue avec la mer : retour en terres de Bretagne. Raphaëla Le Gouvello, illustrations Sophie Ladame. Edition du Toucan, 2007.

–  Carnets de voyages de peintres chinois : dans les petites cités de caractère de Bretagne. Ouest-France, 2007.

–  Rêverie bretonne : terres et Finistère. Thomas Héritier. Riom : Ed. De Borée, 2006 (carnet de voyage).

–  Carnets de voyages de peintres russes dans les petites cités de caractère de Bretagne. Igor Kamyanov, Nadezhda Krestinina, Olga Pluzhnikova-Orlova et al. sous la direction de Florence Le Thérisien, texte René Le Bihan, traduit par des notes personnelles des artistes Oxana Bobrovitch. Ouest-France, 2006.

–  Rêverie bretonne. Thomas Héritier. Romagnat : Ed. De Borée, 2006 (Carnet de voyage).

–  Armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2004.

–  La ballade de la mer salée. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2002.

–  L’âme des maisons bretonnes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2002 (L’âme des maisons).

–  Un carnet de croquis et son devenir : François-Hippolyte Lalaisse et la Bretagne. Jean Cuisenier, Denise Delouche, Simone Lossignol. Ouest-France, 2002.

–  Entre Loire et Atlantique. Denis Clavreul. Equinoxe, 2001 (Carrés de Bretagne).

–  Sur les chemins de l’île d’Yeu. texte Maurice Esseul, illustrations Erich Kasper. Laval : Siloé, 2001 (Foramt à l’italienne).

–  En Bretagne avec Lizzie Napoli. Lizzie Napoli.  Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnet de Bretagne : balade de l’Armor à l’Argorat. Marie Le Glatin-Keis. Equinoxe, 2000 (Carrés de Bretagne).

–  Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne. Guermeur, Yvon, illustrations Denis Clavreul. Nathan, 1995.

–  Escale à Saint-Malo : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

Sur le Midi et ses traditions :

–  Itinéraires niçois : encre de Chine et aquarelles. Sylvie T. Nice : Serre, 2003. Avec un cédérom qui présente un itinéraire pédestre de douze jours alliant art contemporain et sauvegarde du patrimoine dans l’Est de Digne.

–  Gordes et l’abbaye de Sénanque : mes carnets. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1996.

–  Mon voyage à Sète. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1995.

–  Escale en Corse : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1994.

–  Provence, carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993.

–   Carnets de voyage en Provence. Lizzie Napoli. Rivages 1987.

Sur des villes françaises :

–  Clermont-Ferrand absolu. François Taillandier, Bernard Deubelbeiss. Page Centrale, 2011 (Carnets du Massif Central, n°2).

–  Bayonne : voyage intérieur. Sylvie Forestier. Biarritz : Atlantica, 2006.

–  Vauban maritime. Arnaud d’Aulnay. Gallimard loisirs, 2006 (carnet de voyage).

–  Souillac : portes du Midi. Christoff Debusschere (peintre officiel de la Marine avec la collaboration de Georgette Delpech, Denis Kerjean et Karine Meuzard). Ed. des Riaux, 2006 (spiral).

–  Sète, surprenant voyage. Cathy Beauvallet. Editions Jalan, 2005.

–  Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Les carnettistes tribulants. Alternatives, 2006.

–  Lyon, ville ouverte. Régis Neyret, Micheline Colin. Lyon : S. Bachès, Beaux-Arts, mars 2003, n°6.

–  Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Erwan Le Bot. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

–  Les 36 ponts de Paris : promenade sur les ponts, les passerelles et les viaducs, le long de la Seine et du canal Saint-Martin, Claude Agnelli. Magellan, 2001 (Coups de crayon).


[1]     Le tourisme à l’épreuve de l’enquête, à moins que cela soit l’inverse. Saskia Cousin. Espacestemps.net, 2011. http://www.espacestemps.net/document8210.html

[2]     Articles de recherches soumis en vue d’une publication dans une revue de géographie ou d’anthropologie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques

Une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage

Communication au colloque  Les cultures du déplacement : Mobilités et requalifications des lieux et des territoires, 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon – Université de Nîmes – 14-16 juin 2012.

Le phénomène éditorial du carnet de voyage, expression visuelle de la mobilité de l’artiste et aboutissement d’une démarche artistique à partir du voyage, s’explique probablement par ses atouts médiatiques que sont la proximité, l’émotion, le retour à l’enfance et la ressemblance avec le réel. Preuve du vécu, témoignage de la main, du geste et donc du corps, le croquis offre une empreinte intemporelle qui marque la page et le reportage de son sceau d’authenticité. Aussi comment est mise en valeur une culture du déplacement dans les arts graphiques, l’album, les sites web et les blogs de voyage ? quelle est son influence sur la redéfinition médiatique des lieux ? Quel est son enjeu de communication et de valorisation touristique ? Les voyages touristiques des lecteurs de carnets de voyage s’opposent-ils aux voyages hors-normes des auteurs carnettistes ? Le carnet de voyage serait-il le médium d’un tourisme créatif et innovant, et d’une autre forme de voyage valorisant l’expérience ? L’esthétique de la médiation touristique est un enjeu de longue date depuis la veduta[1]du XVIIe, mémoire picturale de la ville romaine, et l’engouement pour la carte postale, souvenir partagé du site, cependant, avec le carnet de voyage, la notion de témoignage d’un voyage d’exception, original et unique exige des acteurs du tourisme l’offre d’un « autre » voyage ou d’un voyage tourné vers l’Autre, authentique, expérientiel et créatif. La redéfinition médiatique des lieux se jouerait à travers une mise en valeur esthétique et plastique pour valoriser un tourisme de l’expérience et de l’authentique. Les atouts de cette redéfinition reposeraient sur cinq caractéristiques de cette démarche de voyageur se revendiquant comme « non touriste » et pour qui le voyage serait une « philosophie de la mobilité » :

Un rapport différent au temps et au voyage : rester de longues heures en un lieu pour l’observer et en faire un rendu dessiné (/ instantané de la photographie), vivre un voyage « non touristique ».

Une quête intime du voyage : or la production de carnets est réalisée surtout par des voyageurs étrangers de passage. Le carnet de voyage est-il la finalité d’une quête ? Laquelle ?

Une vision parcellaire et déformée : le carnettiste est un voyageur occidental influencé par ses codes culturels d’étranger au pays qu’il visite et dont le séjour est souvent réduit à un mois dans le pays : sa vision sera parcellaire et déformée, voire exagérée.

La valorisation du voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique, voire solidaire, comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre, loin des tours opérateurs.

La notion de témoignage du vécu et de son expérience à travers le voyage : il s’agit en effet d’accepter la perte du corps à corps avec sa terre et son lieu d’origine, le dépaysement et le changement de repères dans le temps et dans l’espace puis de mettre à distance (cf au « regard éloigné » de Claude Levi Strauss) son groupe d’appartenance et sa culture afin de se confronter à d’autres mœurs qui risquent de remettre en cause ses représentations et ses opinions, voire sa propre culture.

 

 

 

 

 


[1] Peinture détaillée d’un paysage urbain ou d’un panorama de paysage qui est apparue chez les Flamands dès le XVIe siècle avec Paul Bril. La peinture flamande du XVIIe siècle se spécialise dans la vue urbaine telle que « La vue de Delft » de Vermeer.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts