Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Interculturalités et éducation à la citoyenneté

Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle

Communication au colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.

http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/colloque13/appel_colloque13.pdf

De multiples pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle peuvent favoriser le vivre ensemble à l’école et en classe : de l’enseignement de l’histoire de l’immigration au voyage scolaire ou aux échanges européens de type Comenius ou Léonardo, l’éducation à l’interculturel est un objet pédagogique commun afin de promouvoir la compréhension de l’Autre. Dans le cadre de ces pratiques éducatives comment nous interroger l’identité culturelle en favorisant la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique. Le carnet de voyage semblerait un outil pédagogique adapté car il est créatif et qu il allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1]. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus[2]. Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[3] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de l’enseignement de l’histoire de l’immigration, il prend alors toute sa dimension initiatique de quête des racines et de construction de l’identité. Nous avons en effet expérimenté un carnet de voyage aux racines familiales qui a concerné deux classes multiculturelles de cinquième qui a permis d’aborder plusieurs notions à travers une pratique artistique plastique et d’écriture : l’identité, l’interculturalité, la découverte des autres cultures, le parcours individuel et familial. Aborder la question de la construction de l’identité à travers le parcours individuel de l’enfant et de sa famille jusqu’à son arrivée sur le quartier est un sujet difficile à aborder, aussi nous avons privilégié l’expression des élèves sur l’histoire de la famille (et la culture des grands-parents). La fabrication du carnet de voyage qui témoigne du déplacement vécu au contact des autres et de la différence culturelle a semblé un outil pertinent pour atteindre cet objectif éducatif.

Bibliographie :

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’approche ethnographique : l’école et la formation des adultes. Pratiques de formation (Analyses), Décembre 1990, n°20.

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’éducation et les défis interculturels. Pratiques de formation (Analyses), mai 1993, n°5.

ARDOINO, Jacques (éditorial). Le travail de l’interculturel : une nouvelle perspective pour la formation. Pratiques de formation (Analyses), février 1999, n°37-38.

ARGOD Pascale. Trois bibliographies thématiques d’une quinzaine de pages : Echanges culturels et ouverture sur le monde : éduquer à l’anthropologie, Interculturel, diversité culturelle et intégration sociale, Francophonie et plurilinguisme en Europe : interculturel et langues. Rubrique « Ressources » du site de l’IUFM d’Aquitaine-Bordeaux IV, 2006. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.aquitaine.iufm.fr/documentation/bibliothematic/biblioDyn.php?ens=1

BEACCO Jean-Claude. Dimensions culturelles des enseignements de langue : des mots au discours. Paris : Hachette Livre, FLE, 2000.

COLIN Lucette, HESS Rémi (pref.). L’interculturation du monde. Paris : Anthropos, 2000. (exploration interculturelle et science sociale)

CONDAT, Sophie. Bibliographie Education interculturelle. CIEP, juin 2008. [en ligne]. Disponible sur : http://www.ciep.fr/bibliographie/Education_interculturelle.pdf

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS, Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi (Dir.), WULF Christophe. Parcours, passages et paradoxes interculturels. Paris : Anthropos, 1999. (exploration interculturelle et science sociale)

THIEBLEMONT-DOLLET Sylvie. Art, médiation et interculturalité. Paris : Presses universitaires de Nancy, 2008. (Interculturalités, n°2)

COLLOQUE DE l’ADECE (Association pour le développement des échanges et de la comparaison en éducation). Echanges éducatifs internationaux : difficultés et réussites. Actes du 2e colloque de l’ADECE 18-20 mai 2000 à l’IUFM de Montpellier. Paris : L’Harmattan, 2002.

COLLOQUE ANTHROPOLOGIE, INTERCULTUREL ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DES LANGUES à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord en décembre 2008.

http://users.utu.fi/freder/anthropo/appelacom-4.pdf

Approches interculturelles en éducation : dossier de synthèse. Service de veille scientifique et technologique. INRP Institut national de recherche pédagogique. [en ligne]. Disponible sur :http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/Interculturel/bibliographie.htm


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.

[2] Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010. Article publié dans inter CDI, n°228, nov-décembre 2010.

[3] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Tendances actuelles du carnet de voyage

Le carnet de voyage et ses tendances actuelles comme oeuvre d’arts graphiques : du patrimoine, du témoignage et du reportage dessiné

Communication au Symposium organisé à Lille (Palais des Beaux-arts) en décembre 2011 intitulé « Dessiner-Tracer, 19e inventaire des Trésors des musées du Nord de la France »

Le carnet de voyage, hérité du carnet d’esquisses et de l’inventaire de sites « pittoresques », ne limite pas aujourd’hui ses frontières à une définition du genre qui serait remise en question par les carnettistes à la quête d’innovation et d’espaces dessinés. Quatre tendances éditoriales se distinguent : du reportage graphique au témoignage, du sensible au sensitif, du métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. La définition du reportage, du témoignage et la notion même de documentaire se situe aux origines du « journalisme visuel ». Le carnet engagé et ethnographique, portant sur les marges de la société, met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Quant au carnet autobiographique et au journal intime dessiné, ils s’inscrivent dans la filiation de Peter Beard. Les carnets sensitifs, authentiques et originaux, ont pour objectif de recréer l’ambiance du voyage et la singularité des styles. Ils l’orientent vers l’objet livre, à supports multiples, comme création plastique du parcours géographique. Le métissage des arts le renvoie au livre d’artiste, voire à l’Artbook. En effet, la libre expression de l’album prône l’esthétique du patchwork, du collage et tend vers l’œuvre mosaïque composée d’assemblages et de montages pour tendre vers une géo-poétique du voyage. La combinaison d’arts complémentaires (aquarelle, photographie et écriture) semblerait dépasser le genre et l’insérer dans le livre d’art pluridisciplinaire. Ces distinctions sont encore compliquées par l’utilisation du support numérique ; l’autoédition personnalisée ouvre sur l’image protéiforme et ce genre intermédia conquiert de nouveaux supports.

Bibliographie

ABDELOUAHAB Farid. Ces merveilleux carnets de voyage. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2004.

ABDELOUAHAB Farid. Carnets de voyage en France. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2005.

ABDELOUAHAB Farid. L’aventure des pôles : carnets de voyage de grands explorateurs. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2006.

ABDELOUAHAB Farid. Les carnets de la mer. Paris : Sélection du Reader’s Digest, 2007.

ARGOD Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Paris : SCEREN-CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche).

KORZILLIUS Jean-Loup (Dir.). Art et littérature : le voyage entre texte et image. Amsterdam : Rodopi, 2006. (Faux titre, n° 286)

MATHIEU Didier. Livres d’artistes. BBF, 2000, n°6.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’Artiste : actes de colloque. Paris : Le mot et le reste, 2007.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Le livre et l’artiste : tendances du livre, 1976, catalogue d’exposition. Paris : BNF, 1977.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Livres d’artistes. Paris : Hersher-Georges Pompidou, 1985.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, catalogue d’exposition. Paris : J.M. Place-BNF, 1997.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Esthétique du livre d’artiste 1960 – 1980, thèse d’Anne Moeglin-Delcroix soutenue à Paris 1 en 1994.

MOEGLIN-DELCROIX Anne. Sur le livre d’artiste : articles et écrits de circonstances (1981-2005). Paris : Le mot et le reste, 2006.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts