Parution de la revue de recherche sur la mobilité internationale « Journal of international Mobility »

La revue de recherche internationale intitulée Journal of International Mobility. Moving for Education, Training and Research porte pour son numéro 2 publié en octobre 2014 sur deux thèmes :  La démocratisation de la mobilité européenne et internationale et l’évaluation des impacts des mobilités européennes et internationales.

http://www.europe-education-formation.fr/page/JIM

Article publié : Le carnet de voyage-reportage, outil de formation et d’expertise pour la mobilité internationale, Pascale Argod, La revue Journal of International Mobility. Moving for Education, Training and Research, Agence Erasmus+ France Education Formation, n° 2, octobre 2014.

L’expertise de la mobilité internationale a pour objectif d’en évaluer les apports tant personnels que professionnels pour l’étudiant. Aussi, à partir d’expérimentations menées dans les universités de Bordeaux et de Clermont-Ferrand à la fois pour la recherche et pour l’enseignement, nous nous interrogerons sur la mise en forme d’ une évaluation qualitative et formative. Le médium « carnet de voyage-reportage » est en effet un outil d’expertise et de formation, hérité des méthodes visuelles utilisées par la recherche en sciences humaines et sociales, qui peut permettre d’évaluer la valeur initiatique de la mobilité et les apprentissages formels, informels et non formels. Il s’agit de déterminer en quoi il favorise la capitalisation des savoirs, savoir-faire et savoir-être, les compétences transversales et interculturelles et leur reconnaissance comme valeur ajoutée pour l’employabilité.

Mots clés : évaluation qualitative et formative, outil de formation et d’expertise, méthodes visuelles, apprentissages informels et non formels, valeur initiatique de la mobilité, compétences transversales et interculturelles, carnet de voyage-reportage- mobilité.

TITLE : The travelreporting (travelogue and travel sketchbook), a tool training and expertise for International Mobility, Pascale Argod, Journal of International Mobility. Moving for Education, Training and Research, Agence Erasmus+ France Education Formation, n°2, octobre 2014

The expertise of international mobility aims to evaluate both personal and professional contributions to the student. Also from experiments in universities of Bordeaux and Clermont-Ferrand for both research and teaching, we will examine the layout of a qualitative and formative assessment. The medium « Travelogue Report » (travelogue and travel sketchbook) is indeed a tool of expertise and training, inherited visual methods used by research in the humanities and social sciences, which can assess the initiation value of mobility and learning formal, informal and non-formal. It is to determine what it promotes accumulation of knowledge, skills and attitudes, and cross cultural skills and their recognition as an added value for employability.

Keywords : qualitative and formative assessment, tool training and expertise, visual methods, informal and non-formal learning, initiatory value of mobility, cross and intercultural skills, travel book-report-mobility, travelogue, travel reporting

APPEL A CONTRIBUTION POUR LE PROCHAIN NUMERO, n°3 sur le thème « impact économique et social de la mobilité (avant le 31 décembre 2014) :

http://www.2e2f.fr/docs/2129_jim-2014-appel-a-contribution-fr.pdf

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage – reportage, outil de formation à la mobilité internationale

Les projets de Carnets de voyage – reportage développés par l’université Montesquieu – Bordeaux 4 (dont la Formation aux métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation et l’IUT Tech de Co) concernent :

– les étudiants ERASMUS qui réalisent des carnets de voyage et de mobilité avec un accompagnent à distance de type E-learning (site web, blog ou vblog) dans le cadre de l’enseignement des langues.

– les étudiants de FLE ou FLS qui créent des carnets de voyage en arts ou de carnets réflexifs en sciences humaines (sociologie, visée ethnographique…) rédigés en français.

– Les étudiants étrangers qui regardent la France réalisent des carnets de voyage (vision artistique) ou de reportage (à visée informative).

– Les étudiants de l’IUT Tech de Co qui capitalisent les apports de leur stage professionnel à l’international et évaluent leur compétence linguistique.

– Les étudiants du Master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation de l’IUFM d’Aquitaine) qui produisent un projet en classe avec leurs élèves afin de faire participer leurs élèves au Prix Elève du carnet de voyage ou de monter un projet européen.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image (illustration et témoignage, mise en valeur d’un message, aspects documentaires du réel, représentation d’art), de l’écriture, du lien texte-image et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– Organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

– Narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

– Force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’Autre, à d’autres référents culturels,

– Double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– Trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

A la fois outil d’accompagnement et médium d’expression estudiantine, le carnet de voyage-reportage et de mobilité ouvre de nouvelles perspectives pour la mobilité internationale et universitaire. Sa dimension créative et sensible permettrait d’évaluer les compétences transverses et interculturelles des projets de mobilité. Hors des savoirs académiques, cet outil formatif intermédia, de l’audio-visuel et au blog, s’inscrit en effet dans les nouveaux dispositifs de formation à distance, e-learning, mais aussi dans le cadre informel de la formation par soi-même, par le voyage et le  changement culturel et de repères qu’il nécessité et par la rencontre de l’Autre. Puisque le retour d’expérience est aussi enrichissant pour celui qui souhaite partir, le carnet de voyage devient alors passeport vers la mobilité et l’étudiant – carnettiste se fait passeur autant que découvreur. Les témoignages fédérés (plateforme, association Erasmus, Aquimob….) forme alors une communauté d’étudiants qui valorisent leur mobilité dans leur cursus et leur employabilité et en font alors un atout professionnel. L’enjeu du carnet de voyage est en effet autant l’apprentissage issu de la mobilité que la valorisation de celle-ci dans le curriculum-vitae en vue de l’entrée de la vie active pour décrocher le premier emploi.

Les étudiants volontaires de l’université de Bordeaux 4 (Droit-éco- gestion, Master MEEF et IUT Tech de Co) réalisent un carnet de voyage papier ou numérique. L’objectif est de narrer en images accompagnées d’un texte en français (ou bilingue) l’expérience vécue à l’université, celle de l’interculturalité, les rencontres, la découverte de Bordeaux…afin de participer au 1er Prix du carnet de voyage étudiant en fin d’année et remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

http://www.u-bordeaux4.fr/international/

Bibliographie :

ANQUETIL Nathalie. Mobilité ERASMUS et communication interculturelle : une recherche action pour un parcours de formation. Peter Lang, 2006.

BALLATORE Magali. Erasmus et la mobilité des jeunes Européens : entre mythes et réalités. Presses universitaires de France, PUF, 2010 (Education et société).

BOURDON Muriel. L’Europe des universitaires : un exemple grenoblois. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

CHATZIANGELAKI Dimitra. Représentations et stéréotypes des enseignants : un enjeu pour l’interculturel : dans quelle mesure les représentations et les stéréotypes des enseignants peuvent-ils contribuer à l’ouverture vers un enseignement à visée interculturelle ?. Publibook.com, 2011.

CHAVES Rose-Marie, FAVIER Lionel, PELISSIER Soizic. L’interculturel en classe : des outils pratiques pour animer la classe. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

FRAME Alexander. Communication et interculturalité : cultures et interactions interpersonnelles. Hermès science publications, 2013 (à paraître en février)

GOULVESTRE Laurent. Les clés du savoir être interculturel : optimisez vos relations à l’international, négociez efficacement, pilotez vos équipes à distance. AFNOR Editions, 2012 (3e édition).

VINCENZO Cicchelli. L’esprit cosmopolite : voyages de formation des jeunes en Europe. Sciences Po, 2012.

ZSCHACHILTZ Ralf, MALKANI Malkani. Pour une réelle culture européenne ? Au delà des canons culturels et littéraires nationaux. L’Harmattan, décembre 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil pédagogique pour l’enseignement supérieur

Le carnet de voyage, outil pédagogique pour l’enseignement supérieur (développés de 2011 à 2013 par P. Argod)

Proposition d’un « Prix du carnet de voyage universitaire » : ce nouveau prix à destination des étudiants serait remis lors du 14e Rendez-vous du carnet de voyage en novembre 2013. Il concernerait dans cette première édition les trois universités (Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Bordeaux IV et Bordeaux IV et l’Ecole EHESP de Rennes) dans le cadre des quatre projets cités ci-dessous.

Projet « Carnets de voyage, de reportage et de mobilité » avec les RI des universités de Bordeaux IV (D. Vinet et B. Landi) et de Bordeaux III (P. Budo et A. Péraud) dans le cadre d’une mobilité internationale pour l’apprentissage des langues (prolongement du « Carnet de voyage intermédia » distingué Label européen des langues 2011) à destination des étudiants en mobilité internationale en ERASMUS et en FLE mais aussi dans le cadre du projet de la MILC (Maison internationale des langues et des cultures) :

Le carnet de voyage devenu « Label européen des langues 2011 » serait un outil pour la mobilité internationale dans le cadre de l’université afin de valider les compétences linguistiques et interculturelles d’Europass. Ce médium intermédia et numérique forgerait une citoyenneté européenne à partir de l’expression, de la créativité et de l’échange. Le reportage graphique facilite une prise de conscience des interactions culturelles afin d’accéder à une compétence interculturelle. L’éthique du respect et la curiosité du monde favorisent en effet l’adaptabilité et le développement de l’esprit d’innovation et de mobilité.

2013 : Mise en oeuvre du projet régional sur l’enseignement supérieur pour l’Université Numérique d’Aquitaine porté par le PRES Université de Bordeaux : le volet qui concerne le « Développement des mobilités étudiantes entrantes et sortantes et la valorisation des parcours universitaires internationaux ». Re-planifié, et est porté par Alexandre Péraud, chargé de mission MILC (Maison internationale des langues et des cultures)  à l’Université de Bordeaux, et par les équipes du PRES (affaires régionales et AGP), il s’inscrit dans la préfiguration du projet de Maison internationale des Langues et cultures.

2012 : Recherche & enseignement supérieur 2012 de la Région Aquitaine : le projet « Numérique et pédagogie universitaire : développement de pratiques innovantes pour un renforcement de la qualité dans l’enseignement supérieur » dirigé par Didier Paquelin (chargé de projet de l’université numérique d’Aquitaine) comprend la fiche – projet « Réussir la mobilité étudiante : portfolios, parcours et cursus » en FAD en langues et internationalisation (équipe des enseignants de langues de Bordeaux IV et P. Argod) sous la direction de M. Layan, Directeur de l’université numérique de Bordeaux IV.

http://www.una-univ-bordeaux.fr/UNA/Le-programme-UNA/Projets-par-axes/r93.html et http://www.u-bordeaux4.fr/international/etudiants_etrangers/

2011 : Vers un projet IDEX Bordeaux, axe 2 « Innover en matière de formation » :  le projet « Développer la qualité des mobilités étudiantes entrantes et sortantes et valoriser les parcours universitaires internationaux » dirigé par Didier Paquelin (chargé de mission UNA) et Alexandre Péraud (chargé de Mission MILC) du PRES de Bordeaux comprend le sous-projet  « L’accompagnement de la mobilité étudiante» (portfolios et carnets de voyage, de reportage et de mobilité en e-Learning) de Bordeaux IV (P. Argod) sous la direction de M. Layan, Directeur de l’université numérique de Bordeaux IV.

http://www.idex-univ-bordeaux.fr/News/IDEX/campus-numerique/r507.html et http://www.idex-univ-bordeaux.fr/News/IDEX/formation/r504.html

Projet « Carnets de voyage, de reportage et de mobilité » de l’université Blaise Pascal dans le cadre d’une mobilité internationale pour l’apprentissage des langues à destination des étudiants en mobilité internationale en ERASMUS et en FLE : à destinationdes étudiants allemands et chinois et dans le cadre de la formation universitaire DGIN, Diplôme national de guide interprète national à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Projet « Carnets de voyage et de patrimoine pour valoriser le tourisme » avec l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

Le carnet de voyage et de patrimoine, outil de valorisation du tourisme culturel dans le cadre de la formation au Master « Métiers du tourisme » : Valoriser le tourisme par l’esthétisme et les arts plastiques et graphiques est né de la carte postale et de l’affiche touristique mais l’édition du carnet de voyage a bouleversé par son originalité celle du guide touristique. Niche éditoriale de ce secteur, le carnet de voyage de par son hybridité, sa large palette artistique et son intermédialité ouvre de nombreuses pistes afin de valoriser le tourisme par l’esthétique et l’art souvent appropriés à l’appel de l’exotisme et aujourd’hui le patrimoine local, régional et mondial pour décrire le pittoresque du pays. Le carnet de voyage ethnographique valorise le voyage comme moyen d’apprentissage et le voyage authentique comme moyen de découvrir le monde et de rencontrer l’Autre. Le carnet de patrimoine valoriserait une médiation et une sauvegarde du patrimoine de l’inventaire à sa vulgarisation. Les carnettistes et les missions archéologiques sembleraient œuvrer pour le développement du patrimoine local. Ces carnets seraient donc des outils de formation aux métiers du tourisme et de valorisation de l’ethnographie, du patrimoine culture des routes mythiques ou des itinéraires culturels en Europe.

Projet « Carnet de voyage – reportage, outil de formation professionnelle et de mobilité » avec l’EHESP Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes : suite à la conférence préparatoire au stage de mobilité internationale intitulée Le carnet de voyage et de reportage, outil professionnel et médium de la mobilité internationale (P. Argod) du 28 juin 2012, un projet éditorial de carnet de voyage des étudiants en stage à l’étranger en service hospitalier est en cours (voir les carnets de reportage graphique « L’hôpital à la vie, à la mort » de Noelle Herrenschmidt, pionnière du genre).

http://www.ehesp.fr/2012/06/14/le-carnet-de-voyage-comme-outil-pedagogique-et-medium-de-communication-28-juin-2012/ et http://real.ehesp.fr/mod/forum/discuss.php?d=5908

Bibliographie d’ouvrages récents sur la mobilité internationale

ANQUETIL Nathalie. Mobilité ERASMUS et communication interculturelle : une recherche action pour un parcours de formation. Peter Lang, 2006.

BALLATORE Magali. Erasmus et la mobilité des jeunes Européens : entre mythes et réalités. Presses universitaires de France, PUF, 2010 (Education et société).

BOURDON Muriel. L’Europe des universitaires : un exemple grenoblois. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

CHATZIANGELAKI Dimitra. Représentations et stéréotypes des enseignants : un enjeu pour l’interculturel : dans quelle mesure les représentations et les stéréotypes des enseignants peuvent-ils contribuer à l’ouverture vers un enseignement à visée interculturelle ?. Publibook.com, 2011.

CHAVES Rose-Marie, FAVIER Lionel, PELISSIER Soizic. L’interculturel en classe : des outils pratiques pour animer la classe. Presses universitaires de Grenoble. PUG, 2012.

FRAME Alexander. Communication et interculturalité : cultures et interactions interpersonnelles. Hermès science publications, 2013 (à paraître en février)

GOULVESTRE Laurent. Les clés du savoir être interculturel : optimisez vos relations à l’international, négociez efficacement, pilotez vos équipes à distance. AFNOR Editions, 2012 (3e édition).

VINCENZO Cicchelli. L’esprit cosmopolite : voyages de formation des jeunes en Europe. Sciences Po, 2012.

ZSCHACHILTZ Ralf, MALKANI Malkani. Pour une réelle culture européenne ? Au delà des canons culturels et littéraires nationaux. L’Harmattan, décembre 2012.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts