Carnet d’archéologue et carnet de fouilles ou de patrimoine

Carnet d’archéologue et carnet de fouilles ou de patrimoine

L’éditeur Albin Michel Jeunesse lance en 1991 la collection pionnière de carnets de voyage intitulée Carnets du monde sur des problèmes sociaux d’actualité à destination des adolescents. Elle propose en 1992 une collection spécialisée Carnets de monde : sciences et techniques[1] coéditée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. Le premier titre porte sur Un archéologie en Arabie de l’auteur Vincent Charpentier et il est « dessiné sur le vif par l’illustrateur » Marc Lacaze. Paradoxalement, peu de carnets de voyage contemporains dédiés à l’archéologie sont édités, aussi, nous citerons deux titres édités par Reflets d’ailleurs[2] : Dans le sable de Saqqara de Catherine Adam qui retrace une chronique d’un chantier de fouilles archéologiques tout en offrant une approche sensible de l’Egypte et Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix de Kristell Chuniaud qui est un carnet de fouilles préventives à vocation de formation professionnelle. Dix ans auparavant, sont publiés deux carnets diffusés à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas de Philippe Delord (Gallimard, 2001) et Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions de Benjamin Flao et de Bernard Buigues (Glénat 2002). Philippe Delord poursuit en 2004 ses investigations sur les pas de Louis-François Cassas à Chypre : Regards croisés sur Chypre (Gallimard, 2004).

Néanmoins, loin du monde de l’édition, quelques services éducatifs de musées archéologiques s’investissent dans la réalisation d’un carnet du parcours personnalisé de l’élève à la découverte des collections. Par exemple, Cap Archéo[3], centre d’éducation au patrimoine sur l’archéologie urbaine de Bordeaux, propose des ateliers d’exploration archéologique à partir d’une enquête documentaire, de fouilles en simulation de chantier, d’activités de laboratoire et de rencontres avec des chercheurs mais aussi une opération Reporters des sciences en archéologie. Autre initiative girondine, Louvre Estuaire[4] inscrit dans la charte Adopter son patrimoine, utilise le carnet de voyage à travers ses pôles de sensibilisation au patrimoine régional : l’architecture romane de Saintonge, l’environnement des marais et la culture poitevine ou saintongeaise.

Corpus de carnets de patrimoine archéologique :

Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012.

« La publication d’une fouille égyptologique constitue un travail incontournable et exhaustif, destiné au monde scientifique. Le quotidien de la vie d’un chantier, comme l’environnement humain et naturel du lieu, n’y trouvent pas leur place. Le carnet de voyage, tout en illustrant les découvertes d’une manière plaisante, prolonge le regard vers les hommes au travail, l’exotisme du décor, la faune libre ou domestique et offre une approche plus sensible que ne saurait le faire le texte ou le document rigoureux du chercheur. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/carnets-voyage/poussiere-descale/dans-le-sable-de-saqqara/

Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, INRAP, 2012

« Ce carnet de fouille explique à la fois le travail de recherche des archéologues et les méthodes employées au cours de leurs interventions. Mêlant les aspects techniques au vécu du terrain, il invite le lecteur à partager le lent processus d’émergence d’un site. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/autres-collections/carnets-de-patrimoine/mille-ans-dhistoire-aux-portes-de-clermont-ferrand/

Regards croisés sur Chypre, sur les pas de Louis-François Cassas. Philippe Delord. Gallimard, 2004.

Pour la seconde fois, Philippe Delord emprunte le chemin de Louis-François Cassas, dessinateur français du XVIIIe siècle. Après Alexandrie, son travail se poursuit sur l’île de Chypre où il continue sa recherche des lieux dessinés par son prédécesseur. Au travers de l’enquête menée, son carnet de voyage révèle les influences multiples qui marquent Chypre au quotidien et, derrière l’image touristique des stations balnéaires, apparaît la réalité d’une île forte de 8 000 ans de civilisations entrant dans l’épopée européenne.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Albums-hors-serie/Regards-croises-sur-Chypre

Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions. Benjamin Flao et de Bernard Buigues. Glénat, 2002.

« Un ouvrage scientifique et artistique pour découvrir le mammouth Jarkov, sorti des glaces de Sibérie, et partager l’aventure et les recherches de B. Buigues […]. Bernard Buigues poursuivait une idée fixe : faire dire à Jarkov ce qu’il savait de son époque en analysant les pollens qu’il avait emportés dans sa fourrure, et reconstituer sa chaîne ADN, dans la perspective, un peu folle celle-là, de le cloner. Afin que les caméras et les appareils photo ne témoignent pas seuls au risque de déformer ou de réduire la vie quotidienne des campagnes Mammuthus en Sibérie, il a voulu qu’un illustrateur saisisse cette réalité. Il imaginait qu’un artiste la restituerait de manière plus sensible, plus profonde et plus chaleureuse aussi. Il pensait aussi qu’art et science allaient bien ensemble. Là encore, il avait rudement raison, ce livre en témoigne.»

http://voyage.glenatlivres.com/livre/carnets-de-siberie-9782723439442.htm

Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas, Philippe Delord. Gallimard, 2001.

« Sur les traces de Louis-François Cassas, dessinateur voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Philippe Delord nous fait découvrir à travers ses croquis et aquarelles toutes le sfaces cachées de cette ville mythique qu’est Alexandrie. Il revisite les monuments d’alors, ou tente d’en retrouver des fragments qu’il consigne dans ses carnets. dans le sillage de sa bicyclette, il nous entraîne au coeur de la cité et s’attache à décrire les petits métiers, les artisans ou les gentils garnements d’une ville de plus en plus vouée au tourisme et à la mondialisation. »

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Carnet-de-voyages/Alexandrie


[1] Mention dans le titre de la périphrase « dessiné sur le vif par l’illustrateur » qui définit le carnet de voyage.

[2] Edité par « Reflets d’ailleurs », une maison d’édition clermontoise créée par M. Francillon, responsable de l’association « Tant qu’il y aura des livres » et organisateur de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

[3] Animé par à Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle en Aquitaine : www.cap-sciences.net

[4] animé par la communauté de communes de l’Estuaire de la Gironde à Saint-Ciers sur Gironde.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’archéologue : carnet de fouilles et de chantiers archéologiques

Carnet d’archéologue au carnet de fouilles et de patrimoine

Le genre éditorial, du carnet de patrimoine au carnet de voyage

L’éditeur Albin Michel Jeunesse lance en 1991 la collection pionnière de carnets de voyage intitulée Carnets du monde sur des problèmes sociaux d’actualité à destination des adolescents. Elle propose en 1992 une collection spécialisée Carnets de monde : sciences et techniques[1] coéditée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. Le premier titre porte sur Un archéologie en Arabie de l’auteur Vincent Charpentier et il est « dessiné sur le vif par l’illustrateur » Marc Lacaze. Paradoxalement, peu de carnets de voyage contemporains dédiés à l’archéologie sont édités, aussi, nous citerons deux titres édités par Reflets d’ailleurs[2] : Dans le sable de Saqqara de Catherine Adam qui retrace une chronique d’un chantier de fouilles archéologiques tout en offrant une approche sensible de l’Egypte et Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteixde Kristell Chuniaud qui est un carnet de fouilles préventives à vocation de formation professionnelle. Dix ans auparavant, sont publiés deux carnets diffusés à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas de Philippe Delord (Gallimard, 2001) et Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions de Benjamin Flao et de Bernard Buigues (Glénat 2002). Philippe Delord poursuit en 2004 ses investigations sur les pas de Louis-François Cassas à Chypre : Regards croisés sur Chypre (Gallimard, 2004).

Néanmoins, loin du monde de l’édition, quelques services éducatifs de musées archéologiques s’investissent dans la réalisation d’un carnet du parcours personnalisé de l’élève à la découverte des collections. Par exemple, Cap Archéo[3], centre d’éducation au patrimoine sur l’archéologie urbaine de Bordeaux, propose des ateliers d’exploration archéologique à partir d’une enquête documentaire, de fouilles en simulation de chantier, d’activités de laboratoire et de rencontres avec des chercheurs mais aussi une opération Reporters des sciences en archéologie. Autre initiative girondine, Louvre Estuaire[4] inscrit dans la charte Adopter son patrimoine, utilise le carnet de voyage à travers ses pôles de sensibilisation au patrimoine régional : l’architecture romane de Saintonge, l’environnement des marais et la culture poitevine ou saintongeaise.

Corpus decarnets de patrimoine archéologique

Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012. « La publication d’une fouille égyptologique constitue un travail incontournable et exhaustif, destiné au monde scientifique. Le quotidien de la vie d’un chantier, comme l’environnement humain et naturel du lieu, n’y trouvent pas leur place. Le carnet de voyage, tout en illustrant les découvertes d’une manière plaisante, prolonge le regard vers les hommes au travail, l’exotisme du décor, la faune libre ou domestique et offre une approche plus sensible que ne saurait le faire le texte ou le document rigoureux du chercheur. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/carnets-voyage/poussiere-descale/dans-le-sable-de-saqqara/

Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, INRAP, 2012. « Ce carnet de fouille explique à la fois le travail de recherche des archéologues et les méthodes employées au cours de leurs interventions. Mêlant les aspects techniques au vécu du terrain, il invite le lecteur à partager le lent processus d’émergence d’un site. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/autres-collections/carnets-de-patrimoine/mille-ans-dhistoire-aux-portes-de-clermont-ferrand/

Regards croisés sur Chypre, sur les pas de Louis-François Cassas. Philippe Delord. Gallimard, 2004. Pour la seconde fois, Philippe Delord emprunte le chemin de Louis-François Cassas, dessinateur français du XVIIIe siècle. Après Alexandrie, son travail se poursuit sur l’île de Chypre où il continue sa recherche des lieux dessinés par son prédécesseur. Au travers de l’enquête menée, son carnet de voyage révèle les influences multiples qui marquent Chypre au quotidien et, derrière l’image touristique des stations balnéaires, apparaît la réalité d’une île forte de 8 000 ans de civilisations entrant dans l’épopée européenne.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Albums-hors-serie/Regards-croises-sur-Chypre

Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions. Benjamin Flao et de Bernard Buigues. Glénat, 2002. « Un ouvrage scientifique et artistique pour découvrir le mammouth Jarkov, sorti des glaces de Sibérie, et partager l’aventure et les recherches de B. Buigues […]. Bernard Buigues poursuivait une idée fixe : faire dire à Jarkov ce qu’il savait de son époque en analysant les pollens qu’il avait emportés dans sa fourrure, et reconstituer sa chaîne ADN, dans la perspective, un peu folle celle-là, de le cloner. Afin que les caméras et les appareils photo ne témoignent pas seuls au risque de déformer ou de réduire la vie quotidienne des campagnes Mammuthus en Sibérie, il a voulu qu’un illustrateur saisisse cette réalité. Il imaginait qu’un artiste la restituerait de manière plus sensible, plus profonde et plus chaleureuse aussi. Il pensait aussi qu’art et science allaient bien ensemble. Là encore, il avait rudement raison, ce livre en témoigne.»

http://voyage.glenatlivres.com/livre/carnets-de-siberie-9782723439442.htm

Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas, Philippe Delord. Gallimard, 2001. « Sur les traces de Louis-François Cassas, dessinateur voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Philippe Delord nous fait découvrir à travers ses croquis et aquarelles toutes le sfaces cachées de cette ville mythique qu’est Alexandrie. Il revisite les monuments d’alors, ou tente d’en retrouver des fragments qu’il consigne dans ses carnets. dans le sillage de sa bicyclette, il nous entraîne au coeur de la cité et s’attache à décrire les petits métiers, les artisans ou les gentils garnements d’une ville de plus en plus vouée au tourisme et à la mondialisation. »

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Carnet-de-voyages/Alexandrie

L’héritage du carnet de photographies des missions archéologiques

Pascal-Xavier Coste (1787-1879), architecte né à Marseille[5], dirige d’importants travaux de génie civil en tant qu’architecte et ingénieur en Egypte auprès du vice-roi durant une dizaine d’années à partir de 1817. Il écrit en 1839 un ouvrage de synthèse sur l’archéologie égyptienne de la région de Memphis intitulé Monuments du Kaire[6]qui impressionne Eugène Viollet-le-Duc : « le premier, il mettait en lumière, et d’une manière assez complète, l’architecture si remarquable de cette partie de l’Orient ». Ses carnets de voyage offrent un témoignage sur la vie quotidienne autant que sur l’art islamique à travers les dessins de mosquées. Il est choisi par l’Académie royale des beaux-arts pour partir en Perse afin d’y procéder avec Eugène Flandin au relevé architectural des monuments :Tabriz, Qazvin, Téhéran, Qum, Ispahan, Persépolis et Shiraz, Bagdad, Mossoul, Alep et Beyrouth ponctuent ce périple[7] entre 1839 et 1842. Etabli durant cinq mois dans la région du Fars, il s’attache aux vestiges de Pasargades, de Persépolis, de Naqsh-i Rustam, de Naqsh-i Radjab et des environs de Shiraz ; ces relevés sont rassemblés en 1867 dans la publication de l’ouvrage Monuments modernes de la Perse[8], apprécié de Viollet-le-Duc qui juge que « son second grand ouvrage sur les monuments modernes de la Perse est supérieur encore à celui qu’il publia sur Le Caire, et est fait pour célébrer bien des points obscurs de l’histoire architectonique de l’Orient ». Voyageur infatigable, de retour en France, il sillonne l’Europe -l’Italie, l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, la Suisse- et en 1872, à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, il accomplit un dernier périple qui le conduit au Danemark, en Suède, à Saint-Pétersbourg et à Moscou, en Autriche et en Suisse.

Maxime Du Camp (1822-1894), journaliste et homme de lettres élu académicien en 1880, fut aussi l’ami des romantiques, de Gautier et de Flaubert, donc influencé par l’Orientalisme comme en témoignentses œuvres littéraires parmi les vingt-cinq ouvrages dont il est auteur : en 1848, Souvenirs et paysages d’Orient, en 1852, Egypte, Nubie, Palestine et Syrie, comme premier livre français illustré de photographies, en 1854, Le Nil ou lettres sur l’Egypte et la Nubie, en 1861, L’expédition des Deux Siciles, souvenirs personnels. Le salon de 1861, en 1868, Orient et Italie, pour exemples. Il documente durant un an, de 1849 à 1850, la mission archéologique qui lui est confiée par le ministère public à l’aide d’un appareil photographique ou daguerréotype pour rapporter « des images qui permettent une reconstitution exacte » des hiéroglyphes et du patrimoine égyptien. Sur les traces de Chateaubriand et de Champollion, son voyage en compagnie de Flaubert, le mène d’Alexandrie à Beyrouth via Jérusalem, étapes du « Grand Tour » des romantiques et des orientalistes. Il rapporte deux cent quatorze vues dont cent vingt-cinq sont publiées dans Egypte, Nubie, Palestine et Syrie : dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850 et 1851, accompagnés d’un texte explicatif et précédés d’une introduction par Maxime Du Camp, chargé de mission archéologique en Orient par le ministère de l’Instruction publique, chez Gide et Baudry en 1852[9]. L’exposition et le dossier en ligne de la BNF permettent d’approfondir le sujet : « Voyage en Orient : rêveurs d’Orient, les photographies d’Orients 1850-1880, exposition de la Bibliothèque nationale de France (2001-2002) »[10]réalisée par Jacques Lacarrière et Sylvinie Aubenas. De plus, le voyage en Egypte de Maxime Du Camp qui marque l’histoire éditoriale comme le premier livre de photographies, a été réédité plusieurs fois : en 1986, en 1987 et dans une anthologie en 1993[11]. D’ailleurs, l’exposition intitulée Miroirs d’Orients : dessins, photographies, autochromes, vidéo du XIXe au XXe siècle[12] en correspondance avec celle qui a été organisée par le Musée des beaux-arts de Lille « Istanbul traversée-Lille 3000 », propose un parcours d’images du Maroc à l’Iran, de 1830 à nos jours, du dessin orientaliste à la photographie, dans lequel Maxime Du Camp tient une place d’honneur pour fixer la trace de la mémoire égyptienne[13], notamment du carnet de voyage de photographies Egypte, Nubie, Palestine et Syrie  devenu carnet d’inventaire du patrimoine archéologique avec les fonctions du document : archiver, ordonner, moderniser les savoirs, illustrer et informer[14]. Au début du XXe siècle, le sinologue et philologue Paul Pelliot propose des carnets du voyage d’exploration archéologique[15] à travers l’Asie Centrale entre 1906 et 1908. Ils correspondent à une démarche documentaire mise oeuvre avec la collaboration de Louis Vaillant et du photographeCharles Nouette.

Désiré Charnay (Claude-Joseph Le, 1828-1915) est considéré comme le pionnier du reportage photographique à l’étranger depuis son expédition au Yucatan en 1857- 1860 et ses photographies archéologiques des sites de Mitla, Izamal, Chichen-Itza et Uxmal rassemblées dans l’album Cités et Ruines américaines publié en 1862 mais il a aussi publié un récit de voyage[16] au regard critique sur la société mexicaine déchirée par la guerre civile. L’exposition intitulée Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay[17] a permis de présenter le fonds photographique du Musée du quai Branly[18] qui détient d’ailleurs une collection unique sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie datée 1850 à 1870[19] mais aussi de la Société de géographie sur le corpus mexicain[20] détenu par la BNF, Bibliothèque nationale de France.Autant photographe qu’archéologue, il mène des campagnes de fouilles à Tula et à Teotihuacan, à Tenenepanco et à Nahualac, regroupées dans l’ouvrage Les anciennes villes du Nouveau Monde : voyages d’exploration au Mexique et en Amérique Centrale (Hachette, 1885 puis National Géographic, juin1937) tout en parcourant le monde : le Chili, Madagascar en 1863, Java et l’Australie en 1878[21]. Selon lui, «un pays est un livre que chaque voyageur a le droit de commenter à sa manière, en s’appuyant sur la vérité» et qui pourrait aussi définir le carnet de voyage.

Un carnet de fouilles d’archéologue : exposition « Sur les traces de J.C. Golvin » de l’Institut « Ausonius » de l’université de Bordeaux III.

L’Archéopôle d‘Aquitaine de l’Institut Ausonius[22] et de la Maison de l’Archéologie de l’université Michel de Montaigne à Bordeaux propose une exposition rétrospective de l’œuvre magistrale de Jean-Claude Golvin. Architecte, directeur de recherche au CNRS, auteur d’une thèse sur les amphithéâtres romains, Jean-Claude Golvin est spécialiste de la restitution des sites antiques par le dessin aquarellé. Des planches originales présentent les restitutions de villes antiques prestigieuses : Karnak, Amarna, Babylone, Persépolis, Delphes, Palmyre ; accompagnées des « Sept Merveilles » dont le tombeau de Mausole à Halicarnasse et l’Artémision d’Ephèse. Un carnet de voyage est en voie de publication chez Actes Sud Voyage avec l’Empereur qui illustre le luxe et la démesure des palais de l’époque romaine (http://ausonius.u-bordeaux3.fr/archeopole/). Sur le modèle des architectes du Prix de Rome du XIX e siècle, il représente ce qu’il découvre pour restituer et rendre une image pertinente d’un site qui permet alors de mieux comprendre le bâti et de préparer ainsi le travail de restauration. Un DVD intitulé Sur les tracés de Jean-Claude Golvin[23] présente la méthode de restitution de la villa Jovis de l’empereur Tibère (42 avJ.C. – 37 ap J.C.). Archéotransfert[24], cellule de transfert technologique et de valorisation d’Ausonius, permet de numériser, de restituer, de valoriser le patrimoine archéologique et culturel et facilite l’accès des entreprises et des collectivités territoriales aux dernières techniques d’imagerie 3D.


[1] Mention dans le titre de la périphrase « dessiné sur le vif par l’illustrateur » qui définit le carnet de voyage.

[2] Edité par « Reflets d’ailleurs », une maison d’édition clermontoise créée par M. Francillon, responsable de l’association « Tant qu’il y aura des livres » et organisateur de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

[3] Animé par à Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle en Aquitaine : www.cap-sciences.net

[4] animé par la communauté de communes de l’Estuaire de la Gironde à Saint-Ciers sur Gironde.

[5] Voir le fonds Pascal Coste à la Bibliothèque municipale à Marseille qui regroupe 6100 croquis de Marseille, de Provence, d’Egypte , du Maghreb, de Perse et de divers pays d’Europe. Pascal Coste ou l’Architecture cosmopolite.dirigé par Daniel Armogathe, Sylviane Leprun. L’Harmattan, 1990.

[6]  Pascal Coste : toutes les Egyptes. Parenthèses, 1998.

[7] Le manuscrit du « Voyage en Perse » de Pascal Coste est conservé à l’Institut de France.

[8]Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin et Pascal Coste pendant les années 1840 et 1841. Paris : Gide et Baudry, 1843-1854, 6 vol. Originaux présentés dans l’exposition « l’art du carnet de voyage de 1800 à nos jours» du musée de la Poste à Paris du 20 avril au 12 septembre 2009. http://www.museedelaposte.fr/Expositions/L_art_du_carnet_de_voyage/index.htm

[9] Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html et http://www.socgeo.org/19_photos.htm

[10] Titre de l’ouvrage de Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 2001 et 1999. Voir la page sur Maxime Du Camp : http://expositions.bnf.fr/veo/photographes/ssindex01.htm

Les photographies d’Orients 1850-1880. Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 1999.

[11] Egypte éternelle. Jean-Claude Simoën. Lattès, 1993. (à travers la photographie de 1840 à 1890 : Maxime Du Camp, Francis Frith ou Félix Bonfils). Un voyage en Egypte vers 1850. Maxime Du Camp. Sand, Conti, 1987. Voyage en Egypte : photographies de Maxime Du Camp. Gustave Flaubert. Entente, 1986 (Impressions de voyage).

[13] Pour fixer la trace : photograpie, littérature et voyage au milieu du XIX e siècle. Marta Caraion. Droz, 2003 (Histoire des idées et critique littéraire). Littérature et photographie orientaliste ou la mémoire égyptienne de Du Camp. Marta Caraion, Romantisme, année 2003, volume 33, numéro 120, p. 57-65.

[14] La photographie : entre document et art contemporain. André Rouillé. Gallimard, 2005 (Folio essais, n°450).

[15] Carnets de route 1906-1908. Paul Pelliot. Musée national des arts asiatiques-Guimet, Les indes savantes, 2008. (Mémoires sur l’Asie).

[16] Voyage au Mexique : 1858-1861. préface de et comment. Pascal Mongne. Désiré Charnay. Ginkgo, 2001 (Mémoire d’homme).

[17] Exposition « Le Yucatan est ailleurs »,expéditions photographiques (1857-1886) de Désiré Charnay. Exposition dossier « galerie suspendus Est », 13 février – 13 mai 2007, Christine Barthes. http://www.quaibranly.fr/uploads/tx_gayafeespacepresse/MQB-CP-Le-Yucatan-est-ailleurs-Desire-Charnay-FR.pdf

Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay. Pascal Monge, François Brunet, Sabrina Esmeraldo. Actes Sud, Musée du quai Branly, 2007 (Les dossiers du Musée du quai Branly). http://www.photographie.com/?prdid=117528&secid=2

[19] Fonds photographique du Musée du quai Branly avec une collection unique de 1850 à 1870 sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie. http://ymago.quaibranly.fr/La base de données Ymago permet d’avoir accès aux différents fonds photographiques du musée (téléchargement uniquement sur commande).

[20] Une collection de 20 000 images issues des conférences de la Société de géographie (à partir de 1875) dont 2107 plaques de verre concernant le continent américain ont été versées au catalogue de la BNF après numérisation : le corpus le plus important concerne le Mexique de Teobert Maler à Palenque en 1877 et de Désiré Charnay sur le Yucatan de 1881 à 1886, entre autres. Voir l’article p. 25 de la revue « Chroniques de la BNF », n°48.

[21] Fonds conservé au département cartes et plans de la BNF depuis 1942 : 100 000 photographies et 43 000 plaques de verre : Trésors photographiques de la Société de Géographie : communiqué de presse. BNF Galerie photographie, Louis Roederer Champagne. http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

[22] Unité Mixte de recherche (UMR 5607) du CNRS et de l’Université Michel de Montaigne créée en 1996 par le regroupement de centres de recherches sur l’Archéologie, l’Histoire de l’Antiquité (mondes grec et romain) et du Moyen-Âge.

[23] Produit par le CNRS Images : 1 place Aristide Briand 92 195 Meudon Cedex France (http://videotheque.cnrs.fr).

[24] http:/ /archeotransfert.cnrs.fr ; pour contact par courriel à : loic.espinasse@u-bordeaux3.fr, pascal.mora@u-bordeaux3.fr, robert.vergnieux@u-bordeaux3.fr.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de patrimoine : d’architecture, d’urbanisme, d’archéologie et d’ethnographie

L’édition contemporaine du carnet de voyage empreinte à différents genres graphiques ou artistiques hérités du carnet de recherche compte-rendu de fouilles archéologiques ou de projet de réalisation architecturale. Ce carnet de croquis oscille alors vers le carnet de projet ou de rough personnel pour la création et oublie ses origines de carnet de voyage ethnographique qui décrit le pittoresque du pays. Au XVIII e siècle, la naissance de l’aquarelle et l’essor du tourisme en l’Angleterre, engendrent la pratique artistique du carnet de voyage, reflet d’un regard du voyageur, étonné et admirateur de sites historiques. Héritière de cette épistémologie, une large palette de carnets valorise aujourd’hui le patrimoine local, régional et mondial. L’édition obéit, il est vrai, à un engouement pour le tourisme culturel qui offre la part belle aux sites classés « patrimoine mondial de l’humanité » par l’Unesco. Elle impose aussi aux touristes et aux gouvernants la nécessité de préserver les hauts lieux historiques. En classe, le carnet de voyage permet de sensibiliser à l’architecture, à l’urbanisme et au patrimoine en arts plastiques et en histoire – géographie, souvent thèmes transversaux d’actions éducatives nationales réalisées en partenariat avec les services éducatifs de musées.

Corpus de carnets de patrimoine :

1- Des carnets d’architectes

1-1- Le Corbusier, Aldo Rossi, Albert Laprade, Paul Rudolph…

Voyage d’Orient. Carnets, Electa, Le Moniteur, Fondation Le Corbusier, Milan, 1987.

Le voyage d’Orient. Le Corbusier. Marseille : Parenthèses, 1987 (Architecture).

Le Corbusier. Carnets, The architectural History Foundation, New York, 1981 –1982, Hersher/Dessain et Tolra, Paris, 1981 – 1982.

Corbusier. Le voyage en Orient. Le Corbusier. Editions Forces Vives. Meaux, 1966.

Jean-Michel Dalgabio : Lyon, Athènes, Constantinople : les dessins du voyage de 1843. François Tomas, Bernard Merlin. Publications de Saint-Etienne, 2002.

Les carnets d’architecture d’Albert Laprade (1920 – 1950). Albert Laprade. Kubik, 2006

Les rues de Paris à travers les croquis d’Albert Laprade : édition augmentée de 12 planches. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1995

Architectures de la méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1983.

Architectures de France : à travers les croquis d’Albert Laprade. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1981.

Croquis 07 : l’Europe méridionale et l’Asie mineure. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1981.

Aldo Rossi : dessins 1990 – 1997, précédé de « Les dessins d’Aldo Rossi, chère architecture ». Dirigé par Marco Brandolisco, Giovanni Da Pozzo, Massimo Sheurer, Michèle Tadini. Arles : Actes Sud, Milan : F. Motta, 1999.

Paul Rudolph : dessins d’architecture. Moniteur, 1981.

Dessins d’architecture. Paul Rudolph. OLF, 1974.

1-2- Dominique Lenclos et Christian Dardennes à l’origine de collections pionnières

Les couleurs du monde, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions, 1999 (Géographie de la couleur).

Les couleurs de la France, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions , 2003 (Géographie de la couleur).

Les couleurs de l’Europe, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions, 1995 (Géographie de la couleur).

Le Grand Louvre : dessins de chantier (1991 – 1993). Christian Dardennes. Société des éditions régionales »,1993.

Falcons in the nest… : a falcon factory sketchbook, Un métro pour le 21e siècle, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Le projet Météor : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

La maison de France télévision : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Une aérogare pour l’an 2000 : Roissy – Charles-De-Gaulle 2F : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Dessins de chantier : la restauration du Petit Palais, Christian Dardennes. Paris –Musées, 2006.

2- Quelques carnets de voyage contemporains d’artistes illustrateurs

2-1- Sur le patrimoine et l’architecture en France

Le Havre, carnets d’escale, Jean-Claude Piriou, Marc Wiltz. Magellan, 2006 (Coups de crayon).

Le train à vapeur des Cévennes, d’Anduze à Saint-Jean- Du-Gard. Agnès Maloine. Ed. du Rouergue, en 2006. (Carnet de voyage).

L’âme des maisons normandes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2006 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons des bords de Loire. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2006 (L’âme des maisons).

Rêverie bretonne. Thomas Héritier. Romagnat : Ed. De Borée, 2006 (Carnet de voyage).

D’argile et d’hommes : carnet de voyage au cœur de Terreal. Gérard Paul Cavallier, Maurice Hamon. Somogy, 2006. ( histoire de la tuile et de la brique et d’un métier ancestral).

L’âme des maisons du Sud-Ouest. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2005 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons alsaciennes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2005 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons des Alpes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2004 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons provençales. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2004 (L’âme des maisons).

Les parures du fleuve, Saintes, Cognac. Georges Lemoine. Somogy, 2004 (deux classes de collège et de lycée s’expriment sur le fleuve symbolisé par l’eau, la pierre et l’écorce pour le réseau de villes Charente-Océan.

Armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2004.

Mes châteaux de la Loire : carnet de Gonzague Saint-Bris. Philippe Lorin, Gonzague Saint-Bris, Flammarion, 2003.

Itinéraires niçois : encre de Chine et aquarelles. Sylvie T. Nice : Serre, 2003.

Avec cédérom présente un itinéraire pédestre de douze jours alliant art contemporain et sauvegarde du patrimoine dans l’Est de Digne à la découverte de neuf bâtiments rénovés contenant une œuvre.

La ballade de la mer salée. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2002.

L’âme des maisons bretonnes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2002 (L’âme des maisons).

Refuges d’art. Andy Goldsworthy. Roche-La-Molière : Artha, Digne-les-Bains : Musée Gassendi, 2002.

Carnet de voyage à Saint-Gobain. Maurice Hamon, Gérard Paul-Cavallier. Somogy, 2001. (histoire architecturale et technique sur trois siècles du site verrier entre Laon et Soissons fermé en 1995).

Les bancs-reposoirs napoléoniens. Eban. La Broque : Les petites vagues, 2001 (Trésors d’Alsace).

L’abbaye de Beauport. Jean-William Hanoteau. Gallimard-Jeunesse, 1996 (carnets du littoral).

Gordes et l’abbaye de Sénanque : mes carnets. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1996

Mon voyage à Sète. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1995

Escale en Corse : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1994

Provence, carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993

Escale à Saint-Malo : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993

Une aventure au Mont-Saint-Michel. Lizzie Napoli. Rivages 1989

Carnets de voyage en Provence. Lizzie Napoli. Rivages 1987

2-2- Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

 L’épopée de Compostelle. François Tallandier. Clermont-Ferrand : l’Instant durable, 2006 (Compas, n°6).

Un artiste chinois, pèlerin de l’art, sur les chemins de Compostelle, Ji Da Hai. Rennes : Ouest-France, 2005 (Itinéraires d’artistes).

Compostelle, il n’est que de partir : récit d’un parcours inhabituel de Saint-Jean-Pied-De-Port à Saint-Jacques-de-Compostelle par Onati et Oviedo, Jacques et Pierre Patureau. Biarritz : Atlantica, 2005.

Saint-Jacques-de-Compostelle, François Dermaut. Grenoble : Glénat, 2003.

Carnet d’un peintre sur le chemin de Compostelle, Patrick Jager. Grenoble : Glénât, 2003 (Sillages).

Compostelle , carnet d’un pèlerin, Jacques Dary. Rennes : Ouest-France, 2003 (Le lecteur de l’imaginaire).

Un normand sur les chemins de Compostelle. Jean Marguerite. Cully : OREP, 2003 (Carnet de voyage).

Du Puy à Conques par le chemin des pèlerins. Anne Le Maître. Ed. du Rouergue, 2002, (Carnet de voyage).

Carnets de chemin : de Besançon à Compostelle, en aquarelle, Manola Salvador et Madelaine Griselin. Créer, 2002.

Regards sur le chemin de Compostelle : volume 1, Du Puy-en-Velay à Saint-Jacques-de-Compostelle, Pierre Castillou. La librairie des Pyrénées et de Gascogne, 2002 (Regards sur).

2-3- Sur quelques villes françaises

 Bayonne : voyage intérieur. Sylvie Forestier. Biarritz : Atlantica, 2006.

Vauban maritime. Arnaud d’Aulnay. Gallimard loisirs, 2006 (carnet de voyage).

Souillac : portes du Midi. Christoff Debusschere (peintre officiel de la Marine avec la collaboration de Georgette Delpech, Denis Kerjean et Karine Meuzard). Ed. des Riaux, 2006 (spiral).

Sète, surprenant voyage. Cathy Beauvallet. Editions Jalan, 2005.

Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Les carnettistes tribulants. Alternatives, 2006.

Lyon, ville ouverte. Régis Neyret, Micheline Colin. Lyon : S. Bachès, Beaux-Arts, mars 2003, n°6.

Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Erwan Le Bot. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

Les 36 ponts de Paris : promenade sur les ponts, les passerelles et les viaducs, le long de la Seine et du canal Saint-Martin, Claude Agnelli. Magellan, 2001 (Coups de crayon).

2-4- Sur l’architecture hors Europe

 La cité interdite : le dedans dévoilé. Charles Chauderlot et de Cyrille Javary Ed. du Rouergue, en 2004 et 2006. (Carnet de voyage).

Pékin, ultimes regards sur la vieille cité. Charles Chauderlot, She Lao. Rodez : Ed. du Rouergue, 2006.

Brasilia, ventura ventis : voyage graphique. Albi : Requins marteaux, 2005.

Visages d’Alexandrie. Marine Estrangin Le Mans : Harpocrates Publishing, 2005

Les couleurs d‘Alexandrie. André Pelle Le Mans : Harpocrates Publishing, 2005.

Dans les sables de Saqqara.  Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, 2005.

Carnet d’Alexandrie : sur les pas de Cassas. François Delord. Editions Galimard, 2000.

Pablo Tillac : traqueur d’images 1897 –1969 : Paris, New York, Madrid, Euskal Herria, Pays Basque. Claude Denlaletche. Elkarlanean,1999.

Un archéologue en Arabie. Vincent Charpentier, Marc Lacaze. Albin Michel Jeunesse, Cité des Sciences et de l’Industrie, 1992 (Carnets du monde : sciences et techniques).

2-5- Réalisés par des carnettistes architectes de formation

Voir les diplômes des écoles d’architecture et d’ENSAD non publié réalisés sous la forme de carnets de voyage.

 Mes carnets du Maroc, Cloé Fontaine. Flammarion, 2001.

Mes carnets du Japon, Cloé Fontaine. Flammarion, 2002.

Mes carnets du Mexique, Cloé Fontaine, Flammarion, 2003

Bhoutan, royaume de Bouddha, Cloé Fontaine, Editions des Presses de la Renaissance, 2004

Morvan, couleurs intimes, Cloé fontaine ; Editions de l’Armançon, 2005.

Vietnam. Vincent Besançon. Gallimard, 2002.

Angkor, carnets du Cambodge. Vincent Besançon. Editions Magellan et Cie, 2004.

Trésors de la Hague. Guillaume de Monfreid. Cherbourg : Isoète, 2003.

Montmartre Délires. Jean Pattou. Artena, 2006.

Lille Folies. Jean Pattou et Michel Quint. Lille : PDN éditions, 2003 (vision de l’urbaniste et aquarelliste J. Pattou).

The world’s cities, exposition de Jean Pattou à Hong Kong, à Montmartre, à Singapour et à Rome en 2001.

Sillages d’Afrique. Guillaume de Monfreid, Cloé fontaine, Guillaume de Monfreid et al. Gallimard, 2003.

Regard sur la Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at La Provence »).

Saint-Rémy-de-Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Saint-Rémy»).

Arles-en-Provence et le Vaccarès. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Arles »).

Regard sur Aix-en-Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Aix-en-Provence»).

Mes châteaux de la Loire : carnet de voyage ». Saint-Bris, Philippe Lorin. Flammarion, 2003.

Sur les pas de George Sand. Saint-Bris, Philippe Lorin. Presses de la Renaissance, 2004.

Au fil du Var. Philippe Lorin. Lancosme, 2005.

Sur les pas de Léonard de Vinci. Saint-Bris, Philippe Lorin. Presses de la Renaissance, 2006.

Essaouira, la perle du Maroc : les carnets de Philippe Lorin. Philippe Lorin. Magellan et Cie, 2006.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts