Le carnet de voyage, comme volet d’une narration transmédia

Article publié par le carnet de recherche MediaNUM sur les pistes pédagogiques du transmédia Les voies d’Aliénor, novembre 2017

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

Réaliser en classe le carnet de voyage d’un troubadour de l’Occitanie à l’Angleterre sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine permettrait de travailler sur la culture occitane, la langue, la poésie et la musique occitanes (Bertrand de Ventadour) mais aussi penser les limites linguistiques et géographiques de l’Occitanie. L’amour courtois est en effet né en Aquitaine au XIe siècle, sous la plume de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine (grand père d’Aliénor d’Aquitaine). Il s’agirait de partir sur les traces médiévales ( XI – XIIIe siècles) que l’on peut découvrir dans la région Nouvelle Aquitaine et réfléchir aux formes du « médiévalisme » (Ferré, 2010).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Journée professionnelle sur le carnet naturaliste, une exploration du monde

Les Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde reviennent en 2017 pour une 3e édition les 2 et 3 décembre au Marché des Douves à Bordeaux !

Cette 3e édition fera une place d’honneur aux carnets naturalistes, ces beaux objets littéraires illustrés par des carnettistes qui accompagnent des expéditions contemporaines à visée scientifique, zoologique et/ou botanique, qui participent à la sensibilisation et à la protection de l’environnement.

https://lettresdumonde33.com/3e-edition-2017/

Une demi-journée professionnelle sur « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation » aura lieu le vendredi 1er décembre (14H – 17H). Elle s’adresse en priorité aux bibliothécaires et professeurs-documentalistes.
Elle s’inscrit dans le cadre de la manifestation culturelle « Carnet de voyage, une écriture du monde » qui se déroulera le week-end du 2 et 3 décembre au Marché des Douves sur Bordeaux (Capucins).
L’inscription en ligne est obligatoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage sur l’Amérique Latine

Communication réalisée lors de la Fête de la science, manifestation culturelle organisée par AMERIBER  (EA 3656) sur le thème L’Amérique latine : continent de la diversité culturelle, le jeudi 12 octobre 2017, Amphi Cirot, université Bordeaux – Montaigne.
http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/l-amerique-latine-continent-de-la-diversite-culturelle.html

L’art et l’écriture des carnets de voyage : images témoignages ou imaginaires de l’exotisme sur l’Amérique Latine (P. Argod)

Problématiques : Quel héritage historique des Grandes Découvertes (nouveau continent) est porté par le genre éditorial et médiatique du carnet de voyage ? Quel est le statut de l’image ? Est-elle preuve du vécu ou expression de l’exotisme projeté ? En quoi le carnet de voyage est-il « un journal ethnosociologique » (Hess, 1998) ? En quoi « l’extime » (Tournier, 2002) permet-il diverses appréhensions « d’être au monde » ? En quoi le carnet de voyage est-il outil de formation à l’interculturel ? Quelles médiations (patrimoniales, éducatives….) permet le carnet de voyage ?

Plan proposé :

  • Aux origines du carnet de voyage :  images de l’Amérique Latine, des mythes culturels à l’inventaire scientifique
  • Les caractéristiques du carnet de voyage
  • Le corpus éditorial sur l’Amérique Latine (27 carnets édités)
  • Des pistes pour l’analyse texte-image
  • Un outil de médiation : pour l’éducation, pour le patrimoine, pour la recherche…

Corpus :

Des artistes – carnettistes ayant exposés au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

Julien et Philippe AUTRAN, L’ombre de Laura, une piste au Pérou, éd. Grandvaux

Patrick BARD, Partir, traité de Routologie / La route de l’Inca, éditions Seuil

Gaby BAZIN (Tijuana, Ceuta)

Julie BLAQUIE (Amérique Latine)

Aurélie CALMET (Guatemala, Brésil, Argentine)

Carole DELTENRE (Argentine, Buenos Aires)

Lydiane FERRERIObrigada, édition 13 avril

Enrique FLORESCuba, cuaderno de viaje, édition De Ponent

Joaquin GONZALES DORAO (Brésil)

Fabienne KAUFMANN (Espagne)

Elodie LACAZE (Argentine, Brésil, Colombie)

David LEFEVREAux 4 vents de la Patagonie, éditions Transboréal

David LOPEZ (Mexique / Guatemala)

Laura RUCCOLO (La traversée des Amériques)

Sabrina SAUSSOL (Amérique Latine)

Julien TELLE (Mexique)

TROUB’SViva la vida, Ciudad Juarez, éditions L’Association

Véra TURSur le sentier de Quetzalcóatl, éditions In Octavo

Michel VAYSSIELa Patagonie à vélo

Bibliographie :

Ces merveilleux carnets de voyages. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2004.

Des voyageurs à l’épreuve du terrain. Etudes, enquêtes, explorations (1800-1960). Catalogue de l’exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 aux Archives nationales

Carnets d’explorateurs. Huw Lewis-Jones et Karl Herbert. Paulsen, 2016.

La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi Hess. Anthropos, 1998.

Une vie dans les Andes : le journal de Théodore Ber (1864-1896). Pascal Riviale, Chritophe Galinon. Ginkgo éditeur, 2014.

Expédition de Humbolt et Bonpland en Amérique espagnole (1799 – 1804). Muséum d’histoire naturelle.

http://www.mnhn.fr/fr/explorez/dossiers/orchidees-colombie-pas-humboldt-bonpland/expedition-humboldt-bonpland-amerique-espagnole-1799-1804

La France en Amérique : cinq siècles d’échanges entre la France et l’Amérique, Dossier Gallica de la BNF.

http://gallica.bnf.fr/html/dossiers/FranceAmerique/fr/default.htm

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, une oeuvre en soi

Thèse de Doctorat en arts plastiques soutenue par Nadine Durand, le 5 septembre 2017 à l’université Bordeaux – Montaigne

Sous la Direction d’Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux-Montaigne.

Sujet : Le carnet de voyage, une oeuvre en soi ?

Membres du jury :

  • Pascale Argod, PRCE – chercheuse à l’université Bordeaux – Montaigne
  • Patrick Barres, Professeur à l’université Toulouse Le Mirail
  • Eric Bonnet, Professeur à l’université Paris 8
  • Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux – Montaigne

Résumé :

Protéiforme, le carnet de voyage emprunte à différents modes de communication, qu’elle soit écrite, visuelle, ou tactile. Chaque auteur donne au récit une forme plus ou moins originale, pour appuyer un point de vue personnel, ou impersonnel. C’est la nature même et la dynamique de cet objet que j’ai étudié, dans ses expressions particulières comme dans ses formes les plus communes. Le voyage est un accélérateur d’expérience, envisagé pour se ressourcer, jouir du quotidien, découvrir chaque jour un cadre renouvelé qui stimule la vue, puis l’ouïe, le goût et l’odorat. Tout voyage est une remise en question du quotidien dont il perturbe les rites et renouvelle le cadre. Cette thèse, étayée par ma pratique personnelle, est structurée selon les trois « temps » du voyage : avant, pendant, après. « Que rapporter du voyage ? » est la question qui préoccupe l’adepte du carnet. Les Carnettistes Tribulants[1] ou le collectif Urban Sketchers affirment qu’en s’appuyant sur le réel visible, on trouve la matière à voir et à penser ; il est indéniable que dessiner sur le carnet permet de mieux voir et réfléchir son environnement. Par procuration picturale, son regard transporte le corps du carnettiste tout entier dans son carnet, pour changer le monde en images. Le carnet est devenu pour bon nombre d’adeptes le but du voyage et une œuvre en soi. Le mobile du voyage est une mise en mouvement sinon en instabilité qui peut participer à la régénération de la pratique plastique ; ce qu’expérimentèrent ainsi de nombreux artistes reconnus, Delacroix, les orientalistes français, Turner, des peintres orientaux venus en France et Lamazou, tête de file des carnettistes contemporains.

Avant le voyage, « le carnet périscope » condense les préparatifs et l’anticipation des besoins, en posant les questions du choix du carnet, du papier, du médium, des outils et des techniques pour l’œuvre à venir. Le carnet présente un nombre déterminé de folios reliés en cahiers cousus, ou par une spirale métallique. Le papier sera le cadre de la réflexion et le lieu de la rencontre avec l’autochtone. Pour maîtriser le petit territoire du carnet, il s’agit de connaître les particularités du papier, encollé ou non, granuleux ou lisse, transparent ou opaque, et son adéquation à la technique envisagée, sèche comme le crayon graphite ou les craies, ou fluide comme les feutres, aqueuse comme l’aquarelle, pâteuse comme la gouache par exemple. Certains choisissent le parti de la ligne claire, d’autres travaillent uniquement en noir et blanc en valeurs, d’autres encore privilégient la couleur dans ses techniques spécifiques. Les techniques sèches sont faciles à emporter en voyage et propices à la notation de la lumière et de l’ombre. La gouache et l’aquarelle ainsi que des outils plus contemporains comme les feutres de couleur, restitueront les émotions chromatiques du voyage mais sont mises en œuvre moins spontanément. Il importe d’adapter le support de travail à la technique privilégiée sur le motif. D’autre part, les conditions atmosphériques et hygrométriques interagissent sur le carnettiste, et son support, modifiant les habitudes de perception et de notation. Si on trouve dans le commerce une offre pléthorique de carnets aux formats, reliures, couvertures, grammages de papier très variés, nombreux sont les carnettistes qui optent pour un support fabriqué sur mesure, en le commandant à façon, en le réalisant soi-même, ou en réhabilitant des livres vierges. Le plasticien adapte la forme de son carnet de notes aux paramètres de son voyage, solitaire ou en groupe, court, long, nomade ou rayonnant. Parallèlement, la main dessinatrice, la largeur de la paume, le rangement et le poids du carnet ou de l’album, les qualités tactile, colorée et réfléchissante du papier entrent à leur tour en ligne de compte. En pays inconnu, se sentir prémuni pour être rapidement opérationnel quand le motif apparaît, c’est avoir prévu la trousse contenant le matériel graphique de prédilection et le support de notation. Cet atelier du voyage cadre le travail du carnettiste. Son ouvrage est souvent rituellement introduit par des pages présentant la carte et le lexique, des chiffres concernant les taux de change, les horaires des transports et quelques numéros de téléphone en cas de nécessité de rapatriement, des repères indispensables à l’immersion.

En deuxième partie, « le carnet miroir » recouvre tout ce qui concerne le déroulement effectif du voyage, tant le rapport individuel et travailleur à l’objet carnet, que l’attention portée à la contrée traversée et à l’improviste des rencontres. Celles-ci sont de nature : humaines, animales, environnementales, objets, intempéries… Le support de notation, complice de l’instant, supplée la mémoire visuelle comme un sténopé. Sur le motif, le carnettiste s’interroge sur le sens du format, la nature de la lumière, le choix de l’angle de vue, la nature de la trace qu’il laissera. Les questions de dimensions, de technique et d’interprétation l’interpellent. Garde-t-il la silhouette ou l’empreinte de son motif, les détails de la structure et de la texture ou le mouvement de l’être rencontré, les couleurs ou le clair-obscur révélateur du volume ? En voyage, les notations dans le carnet sont parfois rapides et légères, alternant avec des études plus longues et appliquées. Au fil des pages, comme dans les carnets de croquis de guerre[2] d’Adrien Ouvrier, jeune artiste soldat de la Première Guerre Mondiale, le carnet accueille souvent un autoportrait réel. En réalité, c’est un autoportrait crypté, ce prolongement de soi-même qui devient une espèce de mémoire annexe pour conserver les sensations de l’instant vécu, à la manière d’un journal personnel. Le carnettiste est homme ou femme, perçu comme tel lors de ses rencontres, et ses portraits traduisent son empathie, sa curiosité ou sa sensualité. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci et Albrecht Dürer, avaient pratiqué le dessin d’observation nomade de leurs contemporains à la pointe d’argent, à la plume avec encrier ou au fusain sur de petits cahiers cousus dans des carnets ou sur papier libre. Dévisager est cet acte qui engage l’artiste dans une lecture de l’apparence et des expressions, inscrites dans la configuration et de l’organisation des traits des visages. L’art de rencontrer une personne inconnue et de négocier pour la faire poser, repose sur un savoir-faire diplomatique et prépare une série ethnographique de portraits. Les peintres considèrent leur carnet comme un dispositif de recherche, dont les folios offrent les temps successifs d’expérimentation face au motif, et qui constitue d’autre part le réceptacle de leur collecte documentaire, en particulier celle de papiers qui ne sont pas destinés à l’écriture – tickets, publicités, papiers d’emballage… à la manière dont Gauguin avait mis en exergue les papiers d’emballage d’origine japonaise trouvés à Tahiti[3]. Dans les pays dont le voyageur ignore l’alphabet, ces petits bouts de texte trouvés – journaux, étiquettes, tickets, billets d’entrée, lettres manuscrites – apportent leur touche décorative à la page du carnet et deviennent pense-bête. Plusieurs carnets d’artistes consultés au Cabinet des Arts Graphiques du Louvre, et que j’ai feuilletés, présentent un certain nombre de folios non utilisés, alors même que le carnet est entamé par ses deux côtés, comme le fameux Album au Maroc de Delacroix[4]. A la différence d’une œuvre d’art, sa vocation première n’est pas de devenir un objet de spéculation. Il est un support de transaction, dessinée, ou écrite a priori non vénale. Le carnet est fait d’observation et d’interprétation, est une mémoire et une distance, produit du mouvement et  de l’immobilité.

En troisième temps, « le carnet rétroviseur » médite sur les conditions de visibilité de la somme artistique et documentaire ramenée par le carnet. Celui qui regarde dans son carnet au courant du voyage revoit, les moments passés dans les dessins accumulés, comme le rétroviseur réfléchit le paysage dépassé. Les carnets originaux des artistes sont présentés selon deux modalités ; l’une classique, présentant un carnet ouvert en double page derrière une vitrine, l’autre virtuelle, qui propose au visiteur de feuilleter plusieurs carnets différents dans leur intégralité, pages vierges comprises, dans un sens ou dans l’autre.

Les carnets des grands artistes sont recherchés par des amateurs éclairés et collectionneurs d’art qui y trouvent la genèse d’œuvres produites en atelier et un travail artistique et ethnographique spontané. Parce qu’il garde la mémoire directe d’une portion de vie, le carnet rayonne encore davantage de l’aura que Walter Benjamin a attribuée à l’œuvre unique. Le carnet est un tout indivisible et ses images ont ce caractère d’empreinte du réel, comme la fatigue et les épreuves du périple. Mes propres carnets usagés par le voyage, font l’objet d’une restauration de la reliure des feuillets, leur mobilité étant la condition nécessaire à la transmission du récit. Au stade de l’édition, la reproduction des pages sur un nouveau support par le clichage, produit une mise en forme globale des dessins, et incorpore tous les documents rapportés sur la page. Mais elle supprime aussi toutes les informations accumulées dans la matérialité de l’objet, et contourne les problèmes de restauration et de conservation. Considérés désormais comme des trésors nationaux, les carnets de Turner, Delacroix et Gauguin, n’ont pas fait l’objet d’une restauration de leurs feuillets, et sont conservés dans des boîtes conçues sur mesure à cet effet, dans l’état dans lequel ils sont parvenus au musée.

Le carnet de voyage, « fabriqué et utilisé manuellement, doté d’une forme et de propriétés physiques adaptées à un procès de production déterminé »[5], possède ainsi les qualités d’un outil, c’est à dire celle d’un objet dédié a priori à une fonction. Interactif, support polyvalent de notation, il est fragilisé par sa fonction même de livre et d’écritoire. Sa vocation première n’est pas de devenir objet de spéculation, tout juste un support pour une transaction mais sa qualité d’ « objet vécu » lui confère la valeur et la dignité d’une œuvre d’art en soi.

Ci-dessous deux oeuvres réalisées par Nadine Durand lors de ses voyages :

[1] http.://tribulants.canalblog.com/

[2] Corpus exposé en 2007 au Musée de Vienne (Isère) qui le conserve, comprenant 17 carnets depuis 1913, date de son incorporation à 1919, date de sa démobilisation.

[3] Id. f°121, collage ou copie d’estampes.

[4] E. Delacroix, Album au Maroc, 1712bis, Cf. Cahier d’images, p.109, La conservation des carnets.

[5] Définition proposée dans Trésor Informatisé de la Langue Française.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts