Le 5e Prix universitaire international du carnet de voyage étudiant

Pour la cinquième année consécutive, l’Université Clermont Auvergne organise le prix universitaire international du Carnet de voyage étudiant qui distingue le meilleur carnet de voyage réalisé par un(e) étudiant(e).

Ouvert à toutes les personnes inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, le concours permet de retranscrire une expérience vécue lors d’un voyage, en texte et en images, en laissant libre cours au sens d’observation et à la créativité de son auteur. Le carnettiste lauréat du Prix recevra un prix de 500 euros.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2016/06/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant/

Le concours s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, quelle que soit leur nationalité.
Le carnet de voyage doit retranscrire, en texte et en image, une expérience vécue lors d’un voyage, d’un périple ou de la découverte d’une culture ou d’un environnement. Il peut découler d’un voyage personnel, d’un échange à l’étranger dans le cadre d’un cursus, d’un voyage d’études ou encore d’un déplacement sur le terrain. Les carnets participant doivent être réalisés en format papier – les formats numériques ne sont pas acceptés – la ou les langues employées étant laissées au libre choix de l’auteur.

http://www.uca.fr/actualites-/toutes-les-actualites-/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant-21404.kjsp

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage transmédia sur Aliénor d’Aquitaine

Le projet MediaNum, mené en collaboration avec le MICA (Université Bordeaux Montaigne) et le Cluster CATS, a pour objectif de mettre en place des dispositifs transmédia afin de valoriser le patrimoine de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes… La valorisation du Patrimoine via le Transmedia Storytelling a été lancée en 2016 par Mélanie Bourdaa. https://medianum.hypotheses.org/

« Les voies d’Aliénor » est un projet transmédia de valorisation du patrimoine aquitain. Celui-ci s’articule autour de la figure d’Aliénor d’Aquitaine et mobilise plusieurs supports médiatiques dans le but de créer une expérience de narration augmentée. Il permet d’aborder entre autres l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa descendance, la condition de la femme au Moyen Âge ou encore les conditions de vie au XIIème siècle sous forme ludique et divertissante. http://lesvoiesdalienor.org/

Notre transmédia « Aliénor d’Aquitaine » souhaite valoriser le patrimoine régional de la Nouvelle Région Aquitaine à travers une proposition d’itinéraires sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine. Il s’agit d’établir une stratégie de communication dans le registre narratif (contenu) et figuratif (expression) du storytelling afin de valoriser les lieux à partir d’un récit et de l’imaginaire et de favoriser l’imaginaire touristique et historique dans le but d’inciter au voyage réel de la découverte des sites. Dans le cas du transmédia « Aliénor d’Aquitaine », c’est au lecteur de créer son itinéraire sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine, au fil de sa biographie et des ressources patrimoniales que recèlent les monuments historiques et les musées. La notion de « conteur », ou plutôt concernant notre projet, de troubadour du numérique incite à la réflexion sur la médiation à propos du transmédia storyteling. Comment faire du lecteur un conteur d’une épopée qu’il va narrer ?

Quatre critères caractérisent le carnet de voyage : le reportage ou témoignage (soit des documents authentiques dans le cas d’un carnet historique) ou des traces du passé comme témoignage du réel, le lien texte-image ou l’iconotextuel, la narration par l’image au fil du carnet, l‘itinéraire et la carte mentale.

Voir l’article intitulé « Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique »

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

A noter des multimédia précurseurs pour l’enseignement de l’histoire : la collection Terres d’histoire de Renaudel Multimédia (IUT de Bordeaux – Montaigne) initiée de 2000 à 2005 sous la direction de Pierre Pommier a proposé la réalisation d’un carnet de voyage sur les Cyclades et sur l’Ile de Gorée (article Carnets de mémoire publié dans la revue InterCDI n°190, p. 74 à 79). Deux ans auparavant, en 1998, j’avais participé à la réalisation du pilote de cédérom (innovation technologique de l’université de Paris 8) intitulé Sur les traces de Marco Polo sous l’égide du Centre Culturel Saint-Exupéry de Reims. Il a été accompagné d’un jeu multimédia scénarisé « Vous êtes le héros Marco Polo » que j’avais créé en 1999 pour mes élèves du collège de Verzy (article CDI et Culture de la paix publié dans la revue InterCDI n°169, p.11-19 et article Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages publié dans la revue InterCDI n°177, p. 17-23).

Notre équipe de recherche lance le prototype transmédia début septembre afin que des classes de cinquième et de seconde d’établissements scolaires puissent le tester dans le cadre d’une action EAC centrée sur la biographie d’Aliénor d’Aquitaine, reine des Francs puis d’Angleterre dans le cadre de PATRINUM. Sur la période 2016-2018, cet autre projet de recherche – action a vocation à s’articuler autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle (EAC), notamment auprès des enseignants stagiaires à l’ESPE d’Aquitaine.

http://patrinum.espe-aquitaine.fr/actions-eac-2017-18/les-voies-dalienor/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche

Depuis l’époque des Grandes Découvertes et les compte-rendu d’expédition, les techniques graphiques ont fait une large place aux sciences et aux notions de terrain, recourant aux méthodes visuelles et à l’image analytique ou explicative. Elles s’insèrent dans la démarche scientifique, de l’observation à l’inventaire ou à la récolte, mais aussi dans le compte-rendu de recherche et dans la vulgarisation des connaissances. Nous souhaiterions montrer comment le chercheur peut inscrire le carnet de recherche dans sa pratique et l’intérêt que peut avoir le dessin dans le carnet de terrain qu’il soit carnet de nature (de biologie et de géologie), carnet de la terre (de géographie et de géologie), carnet de patrimoine (d’architecture et d’archéologie), carnet de l’homme (d’anthropologie et de sociologie) avec chacun sa spécificité, selon une terminologie proposée.

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi de terrains, d’expériences et de rencontres, en vue de restituer des faits et d’en témoigner. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Comprenant les fonctions de l’image (explicative et informative) et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…), découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche. Il peut se décliner sur tous les supports audio-visuels (cinéma avec les films-essais ou « appunti ») sonores et numériques (blogs, sites web, wikis…) dans une intermédialité du carnet qui évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue (du chercheur au praticien ou au professionnel). Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet, de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation. Il se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), parfois convergents, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur, chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet d’éveil selon les orientations de l’auteur.

Le carnet de recherche est en effet à la fois un carnet de mémoire et d’observation et un carnet de projet et d’enquête. Ainsi la collecte, l’inventaire, l’observation, le relevé constituent une banque de données personnelles qui facilite la projection, l’innovation et la créativité. Nous pourrions décrire la démarche en six temps (Argod, 2014) : observation et perception sur le terrain, interprétation et démarche heuristique, retranscription en texte et en images, vérification et va-et-vient entre théorie et terrain, élaboration du document secondaire et diffusion du carnet. Le carnet mobilise en effet la découverte du réel par les sens, le questionnement et l’imaginaire qui permet la retranscription ou la construction de symboles et met en jeu la créativité. Outil personnel de recherche et d’inspiration, ce carnet serait donc une mémoire structurée du vécu qui permettrait de se projeter dans l’avenir. En effet, il affine le regard, éveille aux émotions, met la pensée en mouvement et sensibilise à l’esprit critique.

La diversité du carnet scientifique est fonction du destinataire (soi-même, chercheurs, étudiants ou grand public) et de l’objectif visé par la discipline scientifique qu’il s’agisse de publication ou de vulgarisation, mais aussi du type de média utilisé (carnet papier, article, ouvrage ou numérique comme le blog ou le site web). La pratique du carnet dessiné est liée à l’épistémologie des sciences de l’homme, de la discipline étudiée et à une démarche de recherche, notamment en sociologie visuelle (Chauvin, Reix, 2015). La longue tradition du carnet de terrain s’ouvre aujourd’hui aux développements du numérique (tablettes, écrans, images animées, rendu 3 D, simulations, image de synthèse, mindmap). Cette pratique soulève de nombreuses questions que nous ne pourrons toutes envisager : est-elle toujours d’actualité pour le chercheur sur le terrain à l’heure des nouveaux médias ? En quoi le carnet dessiné est-il un outil et une méthode pour le chercheur et un médium adapté à la recherche et au terrain, formatif et efficient ? Quels sont les types de carnets encore usités et dans quelle science humaine et sociale ? Quel est le rôle du dessin en tant « qu’objet d’interaction » lors de l’étude de terrain ? Quel statut lui est conféré dans un processus d’enquête participative ou collaborative et en quoi contribue-t-il à construire une relation particulière à l’objet d’étude sur le terrain ? Notre intérêt se portera plus particulièrement sur les carnets de patrimoine et liés aux disciplines SHS : les croquis, rough ou notes visuelles, peuvent être utiles en phase exploratoire. Trait après trait ils reconstituent et opèrent des choix dans les détails dessinés, comme « graphique épurateur » (Piette, 1992; Chauvin & Reix, 2009) ou apporter un « gain de réflexivité » (Du et Meyer, 2008) en permettant de continuer l’observation « hors-terrain », d’autant plus que le processus de la vision englobe les mécanismes du raisonnement (Arnheim, 1997). A ces deux points de vue opposés, s’ajoute ce que peut apporter l’étude de la trame narrative et le ressenti du lecteur – spectateur.

Nous étudierons donc le contexte de la pratique du dessin, qu’il soit témoignage du réel ou mise en projet/projection :

  • d’une part, l’observation participante dans le carnet de l’ethnologue-anthropologue, le reportage graphique en sociologie, le carnet de reportage avec l’art du portrait en sciences de l’information-communication,
  • d’autre part le dessin d’architecture 3D en archéologie, le projet de création en architecture-paysagisme, la représentation de l’espace et de concepts en géographie, le carnet de voyage en sciences de l’éducation.

Comme le dessin facilite l’explication, l’observation et la visualisation, il semble pertinent de distinguer la diversité des fonctions du dessin scientifique qu’il soit conceptuel, d’observation ou participatif, puis de caractériser l’image graphique dans le carnet de terrain. Son analyse peut porter sur cinq aspects : la fonction de l’image, la composition de l’image, le lien texte-image, la carte mentale ou narration, la place de l’auteur. Le dessin est un atout pour la recherche car il inscrit le sensible et l’intime dans la démarche, et la restitution comme modalité d’enquête et comme « fabrique du patrimoine ». De plus, la pensée visuelle (Wigan, 2008) afin de concevoir un projet et le carnet en vue de l’apprentissage sur le terrain favorisent l’usage graphique et en font un outil de recherche indéniable.

  1. De l’image à l’explication, de l’observation à la visualisation
  2. Le carnet dessiné in situ, outil et méthode pour les chercheurs : témoignage du réel et relevé comme modalité d’enquête
  3. Le carnet de projection-conception, un outil pour la créativité : la pensée visuelle et la mise en projet / réalisation

Voir la carte heuristique accompagnant l’article de recherche : Le carnet dessiné, une méthode visuelle en sciences humaines et sociales

https://www.mindomo.com/fr/mindmap/le-carnet-dessine-une-methode-visuelle-en-shs-2e2d3754bc5f454380c5d8e846dfb447

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Parution de la Revue Française des Méthodes Visuelles

La Revue Française des Méthodes Visuelles est une revue pluridisciplinaire et ouverte à l’international. Elle est conçue comme un lieu de discussion et de recherche entre les disciplines sur les méthodes visuelles et, au-delà, sur l’ensemble des méthodes qui ne se limitent pas à l’écrit.

L’ambition de la revue est d’offrir un espace de dialogue aux sciences humaines et sociales et, ainsi, de construire progressivement une vision d’ensemble de ces méthodes. Les chercheurs sont de plus en plus nombreux à mobiliser l’image (fixe ou animée), ou d’autres méthodes alternatives à l’écrit, dans leurs pratiques professionnelles : les sciences de l’homme, comme toutes les sciences, ne sont pas seulement travaillées ou écrites avec des mots. Il s’agit désormais de se tourner vers ces pratiques pour tenter d’en comprendre les apports réels et d’enrichir la recherche et l’enseignement universitaires. https://rfmv.fr/projet-scientifique/

Le numéro n° 1 est paru début juillet 2017 :  MÉTHODES VISUELLES, DE QUOI PARLE-T-ON ? Images fixes   https://rfmv.fr/numeros/1/

Le numéro n°2 est en cours de réalisation pour une publication en 2018 et portera sur les Images animées. Un appel à contribution a été lancé par la MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts