Le travail de la matière dans le carnet de voyage

Conférence avec les carnettistes Anne Steinlein et Thomas Duranteau (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves à Bordeaux les 3 et 4 décembre 2016.

Anne Steinlein : http://annesteinlein.com/

« Globe-Croqueuse peintre voyageuse. Les carnets de voyages invitent au départ, stimulent la découverte curieuse. Amoureuse des grands espaces. Anne Steinlein est peintre voyageuse. Créatrice fertile et nomade, elle peint pieds nus des femmes sauvages, des glaneuses, des fruits… et des carnets de voyage autour du monde dans des natures encore vivantes et préservées. Sensible et passionnée, elle partage avec nous sa perception de l’incroyable diversité qui attend tout voyageur éveillé. »

Thomas Duranteau : http://www.thomasduranteau.com/

« Professeur d’histoire et de géographie, il s’intéresse à l’écriture, à l’illustration pour l’audiovisuel, à la bande dessinée et à la peinture et organise dans le cadre scolaire et dans les bibliothèques des ateliers d’écriture poétique et des ateliers BD. Le croisement entre les différentes formes d’art l’intéresse particulièrement, par exemple dans les résonances possibles entre ses textes poétiques et des œuvres plastiques, comme celles de Lydie Arickx, Marc Petit ou Philippe Croq. »

Le carnet de voyage compile des traces, des esquisses, un scénario et un témoignage ou un regard personnel. Sur le plan plastique, les traces représentent le temps passé, l’intemporalité et la durée mais contribuent aussi à donner la preuve des territoires parcourus ; les esquisses, au contraire, captent l’instant et le mouvement mais aussi le réalisme des scènes. Pour l’écriture, le scénario suggère la chronologie, la linéarité du parcours et l’évolution dans la fiction. L’ensemble offre un regard ou un témoignage subjectif et personnel sur un déplacement vécu, au contact des autres et des différences culturelles, à la quête de leurs identités. Il serait le récit autobiographique d’un déplacement (aspect géographique) illustré où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, en somme, un récit pictural de la découverte qui témoigne de la confrontation de l’artiste entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit. L’image serait la preuve de ce voyage d’où l’importance de l’exotisme dans le rendu pictural. Même s’il est difficile de définir ce genre autobiographique polymorphe, du moins est-il possible d’admettre qu’il met indéniablement le cap sur la découverte de l’Autre. Il tient du reportage et du témoignage, de l’itinéraire et de la carte mentale et privilégie le lien entre l’image et le texte. Sa réalisation nécessite la maitrise de techniques à partir d’un éveil des sens nécessaire à la création d’une oeuvre sensible : les arts graphiques adaptés au voyage et l’art du portrait typique. Selon les temps du voyage et de la création sur le terrain par le rough ou en atelier, la démarche conceptuelle du carnet peut amener à l’esquisse d’une oeuvre en devenir sur un autre support, de type toile ou tableau pictural. Le métissage des arts graphiques, la libre expression, l’esthétique du patchwork, l’art du collage sont à développer; pour quelques-uns, même le livre objet, la forme et la combinaison de médiums sont à expérimenter.

Voir l’ouvrage L’art du carnet de voyage. Pascale Argod. Gallimard – Alternatives, 2014.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Alternatives/Design-Alternatives/L-art-du-carnet-de-voyage

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Ouvrage : Cartographier les récits

L’ouvrage Cartographier les récits sous le direction de Mauricette Fournier. CERAMAC, n°35, Presses universitaires de Clermont – Ferrand, 2016.

http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=Cartographier%20les%20r%C3%A9cits

Les textes réunis dans cet ouvrage ont été présentés lors des journées d’études internationales et interdisciplinaires Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? qui se ont tenues à Clermont-Ferrand les 16 et 17 novembre 2012, à la MSH de Clermont-Ferrand lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

http://ceramac.univ-bpclermont.fr/article101.html

Citation de la quatrième de couverture :

Ostracisée durant plusieurs siècles au profit de réalisations considéreés plus en phase avec la modernité, la cartographie narrative fait son retour. Les propositions contemporaines de représentation et/ou de modélisation se multiplient pour rendre compte de manière sensible des récits documentaires ou testimoniaux. Les expériences de cartographie littéraire sont également de plus en plus nombreuses depuis les travaux pionniers de Franco Moretti ou Barbara Piatti. Ces approches profondément renouvelées constituent l’expression visuelle des différents tournants épistémologiques (tournant culture, tournant narratif, tournant spatial) qui ont affecté les sciences sociales ces dernières décennies. Bien souvent, le mise en carte des récits convoque les modalités de conservation de la mémoire d’un territoire et de ses pratiques. Toutefois, traduire un récit en langage cartographique soulève de nombreux problèmes méthodologiques que s’attachent à résoudre les chapitres de cet ouvrage collectif qui propose aussi une réflexion élargie à des conceptions atypiques de l’objet carto-graphique par l’usage du chorème, du tissus géographique, du carnet de voyage, de la carte interactive numérique.

Cartographier les récits témoigne de la richesse d’un thématique étudiée selon une grande variété d’approches émanant de nombreux contextes disciplinaires (littérature, cartographie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences de la communication). L’ouvrage illustre la diversité et la vitalité actuelle de la cartographie narrative, des diverses façons d’envisager les relations entre les cartes et les récits, les lieux et les mots.

Voir l’article : Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique. Pascale Argod. In Cartographier les récits. Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 35, 2016, p. 197 à 214.

Narrer son voyage à travers l’image à partir d’une géographie vécue est le propre du carnet de voyage qui ajoute au témoignage émotions et ressenti afin de rendre compte du réel. Cette forme de cartographie expérientielle médiatise l’expérience du lieu à partir d’une cartographie imagée, « mosaïque » et composée, qui devient un « instrument d’interprétation du monde ». Géographie intime et vécue, cette cartogarphie sensible, personnelle et artistique parle aux sens et apporte sa contribution à la réalisation d’itinéraires culturels et valoise le patrimoine local, régional et mondial.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Nouvelle revue numérique : Récits du monde

Conférence avec Barthélémy Brossel pour le revue numérique Récits du monde (animation P. Argod) lors des 2èmes Rencontres du Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves à Bordeaux, les 3 et 4 décembre 2016.

https://recitsdumonde.fr/

Récits du monde est une revue littéraire et artistique autour des cultures du voyage. Cette revue sera présentée sous la forme d’un site web, qui fournira d’une part des actus sur les artistes: festivals, parutions importantes, compte-rendus de lecture, de visite ou de visionnage. D’autre part, nous éditerons sur le site des récits de voyage soigneusement choisis, sous toutes les formes (écrit, dessin, photo, vidéo, son, quoi d’autre?), par des artistes aguerris ou des amateurs talentueux, des artistes contemporains ou du passé, des voyageurs du Sud, des voyageurs dans toutes les directions et par tous les moyens de locomotion, au bout du monde ou au coin de la rue. Enfin, parce qu’un site n’est pas un livre ou un film, les récits seront pensés pour une lecture fluide et immersive sur internet : adaptés aux tablettes et aux smartphones, très graphiques, avec des outils interactifs, et la constitution d’une communauté active de lecteurs-voyageurs autour de notre page Facebook.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Nouveau carnet de reportage numérique : le Projet 51

Conférence Changer le monde avec Marion, Ayméric et Alexandre , association Projet 51 – un tour du monde au féminin (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres du Carnet de voyage, une écriture du monde au Marche des Douves à Bordeaux, les 3 et 4 décembre 2016. Selon leurs propos, quelques extraits de l’intervention :

Le Projet 51, c’est un voyage itinérant de 10 mois dans 19 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient à la rencontre d’entrepreneurs sociaux, de responsables associatifs et de nombreux autres acteurs et actrices du changement de la condition féminine sur notre chère planète. Ce sont aussi des rencontres quotidiennes avec des citoyens et citoyennes lambda, bref, un périple au plus près des réalités locales pour comprendre ce que signifie être une femme en 2015 en Mauritanie, au Burundi, en Inde, en Iran, et dans 15 autres pays de notre chère planète Terre. Quels sont les problèmes spécifiques qu’elles connaissent, quelles sont les initiatives prises par la société civile comme par les autorités publiques pour y faire face, mais aussi quelles sont les progrès réalisés et les aspects positifs constatés : nous traiterons toutes ces questions et bien d’autres à travers nos articles, vidéos et photos. Alors, pour voyager avec nous, découvrir d’autres horizons et en même temps vous documenter sur des pays que l’on connaît généralement peu et sur la condition féminine sous d’autres cieux, suivez nous !  https://projet51.com

Originalité du parcours :

  • Nos profils très différents qui ne nous ont pas empêchés de nous réunir autour d’un même projet ;
  • Le fait de développer ce projet alors que nous étions encore étudiants (pour deux d’entre nous) et que nous n’avions que peu de ressources mobilisables immédiatement (tant financières et qu’en termes de réseaux) ;
  • L’originalité du concept : allier voyage itinérant et rédaction d’articles / programmation de rencontres autour d’un sujet défini à l’avance, tel un « voyageur social », qui s’intéresse à l’environnement dans lequel il voyage, aux gens qui y vivent, et pas seulement aux attractions touristiques majeures qui s’y trouvent.
  • L’originalité du tracé de notre itinéraire : nous nous sommes concentrés sur trois zones (Afrique – Asie – Moyen-Orient) où se posaient selon nous le plus d’enjeux relatifs à la condition féminine, et nous avons essayé d’inclure un maximum de pays peu visités par les touristes, routards et amateurs de tours du monde.

Originalité de la réalisation : https://projet51.com/

Proposer des contenus différents, qui traitent des sujets relativement peu communs, dans des pays souvent oubliés, d’une manière nouvelle. Nous n’avions pas la prétention de produire des contenus extrêmement documentés (comme un papier académique ou un article de journalisme d’investigation), mais nous souhaitions dépasser le niveau d’un récit de voyage exclusivement personnel et anecdotique, en ajoutant des informations contextuelles ou recueillies auprès de professionnels.

Concernant la partie voyage, se rendre, avec nos modestes moyens et notre mode de voyage « routard », dans des pays parmi les moins visités au monde et les moins adaptés au voyage itinérant : Burundi, Bangladesh, Mauritanie, Arménie, Iran, etc.

Chaque mois 3 vidéos, accessibles à tous et d’une durée maximum de 10-15 minutes :

« les rencontres marquantes du mois » : compilation de nos meilleures interviews

« les découvertes du mois » : micro-reportage sur un pays  et un sujet particulier

« le clip du mois » : compilation de photos prises sur la route, le tout monté sur une musique que nous avons entendu loin de chez nous !

Les articles seront rédigés dès que nous aurons des choses à raconter. Certains présenteront les enjeux d’un sujet précis qui touche les femmes d’un ou plusieurs pays et les résultats de nos études de terrain, d’autres seront les récits de notre voyage et des anecdotes de notre itinérance, d’autres expliqueront les initiatives prises par la société civile pour relever le défi de l’égalité hommes-femmes et lutter contre les discriminations injustes qu’elles subissent.

Enfin, des « cartes d’identité » seront aussi rédigées pour chaque pays. Elles feront une présentation rapide et efficace du pays et de la situation des femmes et expliqueront pourquoi nous avons choisi de nous y rendre.

3 supports vous permettront d’avoir un accès total à nos travaux : 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts