Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards de reporters et témoignages du réel. Pascale Argod, Belgeo [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, URL : http://belgeo.revues.org/12843

http://belgeo.revues.org/12843

Résumé :
Selon le regard du dessinateur de presse, du journaliste ou du carnettiste, une typologie de carnets de voyage-reportage contemporains se dessine à travers l’historique du reportage graphique depuis 1820. Elle oscille entre deux tendances, le roman graphique de reportage dessiné et le documentaire de reportage multi arts graphiques, et deux regards sur l’actualité, celui du journaliste et celui de l’artiste. L’angle de vue choisi, la composition (montage significatif) de l’image permettent d’appréhender les lieux et les liens de la narration entre texte-image. Il s’agit de définir ce qu’est le carnet de reportage comme genre éditorial et de voir comment s’articule le regard journalistique avec le témoignage vécu et la réalité, à partir de l’analyse de quatre titres sur des territoires à la géopolitique brûlante depuis 2004 (Afghanistan, Irak, Palestine et la Mer d’Arabie). La combinaison d’images et d’arts graphiques ouvre sur une nouvelle narration visuelle qui définit ce genre, devenu intermédia

TITLE : The graph reporting and reporting book: geopolitical images, views of reporters and the real testimonials
Depending on the look of a cartoonist, journalist or cartoonist traveling (carnettiste), a typology of contemporary reportage travelogues emerges through the history of graphic reportage since 1820. It oscillates between two trends, the graphic novel designed and reporting reportage documentary multi graphics, and two look at the news, the journalist and that of the artist. The selected angle, composition (significant assembly) of the image allow to understand the places and the links between narrative text and image. This is to define what the story book as editorial genre and see how revolves journalistic look with lived witness and reality, from the analysis of four titles in territories to geopolitics burning since 2004 (Afghanistan, Iraq, Palestine and the Arabian Sea). The combination of images and graphic arts opens a new visual narrative that defines this media genre, became intermedial.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Création de carnets de voyage en classe : expérimentations

Création de carnets de voyage, une diversité d’approches éducatives. Pascale Argod. Revue InterCDI, n°228, novembre – décembre 2010. p. 64-69.

Dans le prolongement des actions menées dans l’académie de Clermont-Ferrand  (Prix Elèves et journée de formation, puis stage au PAF), nous avons, avec quelques collègues enseignantes de Bordeaux, expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, puis la sensibilisation au patrimoine et à l’environnement – développement durable.

228 p64-69 MACRO

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans »

Séminaire interdisciplinaire (cinéma et langues vivantes) « Fiction et non fiction : le carnet de voyage » de l’université de Caen – LASLAR
Afin d’approfondir notre recherche et de la rendre plus féconde nous avons décidé de construire les quatre séances de l’année 2014-2015 autour d’un axe unique, « le carnet de voyage », genre et format hybrides par excellence, qui se trouve au carrefour entre fiction et non fiction et constitue en soi l’une des passerelles privilégiées entre littérature, arts graphiques, arts plastiques, photographie et cinéma. Le carnet de voyage comme axe thématique qui peut être journal de bord, carnet de route, carnet d’illustrateur invite aussi à examiner les liens et les différences avec le récit de voyage et le journal intime, entre autres, selon les propos de Vincent Amiel, Anouck Linck, Ina Salazar, David Vasse, Christian Viviani (voir le  site du LASLAR : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/2867 )

Conférence du 5 février 20015 intitulée Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans » : transferts, mutations, hybridités, intermédialité, transmédia pour « Faire création du réel » (P. Argod)

Le genre circule d’un média à l’autre dans un processus complexe d’intermédialité. Né à l’époque romantique, le carnet de voyage serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions (E. J. Muller). De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures, et tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. De l’écrit à l’écran, il semble subir des « mutations génériques et des mutations médiatiques » (J. Migozzi). L’édition du carnet de voyage migre de l’album de voyage dessiné vers une hybridité, supports combinés et nouvelles formes de médiations
– Certains carnets de voyage s’inscrivent dans la transposition du récit de voyage à d’autres médias, d’autres plus spécifiquement dans la notion de carnet de voyage multimédia ou d’intermédia.
– Quelques uns dans une nouvelle forme de documentaires telle que l’illustre la collection « Carnets de voyage » de Gédéon programmes.
– Blogs et vidéoblogs de voyage font évoluer le genre « carnet de voyage » autant que la démarche créative du carnettiste, devenu un « web graphiste » ou un « blogueur reporter ».
Le carnet de voyage – ouvrage se situe entre le journal de bord, le carnet de route et le carnet d’illustrateur et utilise le reportage graphique. Comme il place la narration en images au centre de sa définition, il se décline de la littérature au cinéma, des arts graphiques et plastiques aux arts visuels, images fixes et animées, plus largement, entre récit de voyage et journal intime.
Il établit des ponts entre littérature et cinéma avec des problématiques :
– Quels sont les supports et quelles formes prend le carnet de voyage ?
– Quels sont les transferts d’un support à l’autre ?
– Comment définir la narration par l’image selon les types de supports ?
– Quelles sont les hybridités d’un art à l’autre ?
– Comment définir l’hybridité du carnet de voyage cinématographique ? Et évoque-t-on uniquement le « road movie » pour le cinéma?
– Est-ce un mode de perception et de compréhension « fictionnalisant » ou « documentarisant » (Odin, 2000) ? « Fiction ou non fiction » ?
– Quel statut ont le témoignage, la trace ou l’indice du vécu, dans ce genre de documentaire de création, expérimental ou « film-essai »?
– Parle-t-on de « carnet de voyage » ou « de carnet de reportage » ?
– Peut-on parler de « carnet de voyage intermédia » ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appunti, du carnet de voyage cinématographique, du film – essai et du documentaire expérimental

Appunti (carnet de notes de Pier Paolo Pasolini), du carnet de voyage cinématographique, du « film-essai » et du documentaire expérimental
Carnet de notes pour une Orestie africaine et Notes pour un film sur L’Inde révèlent le talent de poète-réalisateur qu’est Pier Paolo Pasolini mais aussi une forme du genre cinématographique « carnet de voyage » entre carnet d’esquisses et carnet de recherche audio-visuel. L' »appunti » est-il d’un documentaire expérimental et de repérages pour un film en devenir et donc à jamais inachevé ? Et donc la trace d’une recherche cinématographique en gestation ? Le définit-on comme un film-essai ? Qu’est-ce qui le caractérise comme « carnet de voyage » ? Quel est l’héritage littéraire de l’appunti ? Est-ce la forme mosaïque d’histoires fragmentaires et inachevées ? L’inachevé est-il le propre du genre intermédia carnet de voyage ? Ou est-ce plutôt le collage d’images ? Ou encore la poétique du déplacement ? Les notions de « géopétique » et d »ex-time » sont-elles présentes ?
Ce carnet d’annotations visuelles renvoie à un film à réaliser ultérieurement, une sorte de « work in progress» en vue de son vaste projet Notes pour un poème sur le tiers-monde, poème filmique en cinq parties : l’Inde, l’Afrique, les pays Arabes, l’Amérique du Sud et les ghettos d’Amérique du Nord. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de « film à faire », sinon comme alibi pour ce magma formel totalement libre qu’est le Carnet de notes. L’inachèvement est la marque de fabrique du « cycle des Appunti », selon l’expression de J.-C. Biette reprise par Hervé Joubert-Laurencin pour désigner toute la production « parallèle » des « films-essais » de Pasolini, caractérisés entre autres par l’innovation formelle. Roberto Chiesi le définit comme un « « film-laboratoire » : « Carnet de notes pour une Orestie africaine affiche une fertile contamination de registres. C’est un film de repérages, mais il comprend une séquence où quelques vers des Choéphores d’Eschyle (Orestie sur la tombe d’Agamemnon et sa fuite, pourchassé par les furies) sont mis en scène par Pasolini, avec un interprète trouvé sur place. C’est un film de montage (il inclut de violents extraits d’archives sur la guerre du Biafra pour évoquer le siège de Troie), mais c’est également un travail métalinguistique, dans lequel l’auteur remet en question le film lui-même. »
Notes pour un film sur l’Inde est un autre de ces Appunti. En 1961, Pasolini découvre l’Inde pour la première fois, avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Comme l’Afrique, l’Inde imprègnera une grande partie de son activité artistique, à commencer par le récit issu de ce voyage, L’Odeur de l’Inde. Entre décembre 1967 et janvier 1968, le cinéaste repart en Inde, pour y tourner les Notes pour un film sur l’Inde, probable élément du projet des Notes pour un poème sur le Tiers-monde. Il serait très pertinent de comparer cette oeuvre avec celles de Louis Malle, L’Inde Fantôme ou Calcutta, réalisées la même année dans la vague des hippies routards ou « Backpakers » vers l’Inde.

http://www.cineclubdecaen.com/realisat/pasolini/notespourunfilmsurlinde.htm
http://www.critikat.com/dvd-livres/dvd/carnet-de-notes-pour-une-orestie.html
https://www.franceculture.fr/oeuvre-carnet-de-notes-pour-une-orestie-africaine-de-pier-paolo-pasolini.html

A lire :
Anne-Violaine Houcke, « Pasolini et la poétique du déplacement », Conserveries mémorielles [En ligne], #6 | 2009, mis en ligne le 26 décembre 2009. URL : http://cm.revues.org/399

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Action culturelle ESPE « Le carnet de patrimoine, outil de formation »

Action culturelle de l’ESPE d’Aquitaine intitulée « Le carnet de patrimoine, outil de formation » en vue du Prix Ecole-Collège-Lycée du carnet de voyage

Le carnet de patrimoine, dans la diversité de sa déclinaison thématique, est un outil de formation professionnelle aux métiers de l’enseignement et de l’éducation afin de participer à l’un des prix suivants, selon le choix de l’étudiant :

– 3e Prix Etudiant du carnet de voyage : concours universitaire international lancé par les universités de Clermont-Ferrand et de Bordeaux avec remise du prix lors du 15e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand
http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-prix-du-carnet-de-voyage-etudiant
http://www.univ-bpclermont.fr/article2084.html

– 16e Prix « Ecole – Collège – Lycée » du carnet de voyage : concours scolaire national sur support papier et numérique pour chaque niveau d’enseignement :
http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-jeune-public

http://www.cndp.fr/crdp-clermont/crdp/LireArticle-5335-une-crdp.htm

1.1. Pour découvrir la diversité des carnets de patrimoine pour appréhender les patrimoines et l’environnement et la mémoire (Guerre 14-18) et pour éduquer au patrimoine

– Etudier différents sujet de carnets : patrimoine régional, architecture, mémoire (guerre 14-18, 39-45), ethnographie et interculturel…
– Découvrir les arts graphiques au service du patrimoine
– Dresser un historique du carnet de patrimoine et des arts graphiques au service du relevé patrimonial
– Analyse d’images (photo, carte postale….)
– Recherche sur l’iconotextuel dans l’album
– Etude de carnets de guerre 14-18 : poilus, carnets d’enfants, d’artistes…. lien avec le projet européen ENSERER en vue de la rentrée 2015
– Expérimenter l’outil pour l’enseignement de l’histoire et de la géographie / découverte du monde et des civilisations
– Etude des carnets de Léon Drouyn en Aquitaine: Bordeaux de Léon Drouyn : exposition de la BM Mériadeck ou Guide du voyageur à Saint-Emilion, Bordeaux
http://leodrouyn.com/ ou http://memoiresdesgraves.fr/pdf/Leon-drouyn25438.pdf

1.2. Pour la formation aux Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Master MEEF)

– Découvrir un outil pédagogique innovant et transdisciplinaire
– Appréhender le potentiel d’une pédagogie documentaire et créative
– Expérimenter le médium dans une démarche de réalisation personnelle
– Narrer son expérience vécue en textes et en image
– Favoriser les projets pluridisciplinaires
– Développer sa créativité et son esprit critique
– Réaliser un carnet : carnet, pages et articulation du chemin de fer

1.3. Pour une pédagogie documentaire et créative en classe (pour le 1er et 2nd degré)

– Expression personnelle à travers l’écriture et la création plastique
– Démarche de projet et valorisation de la transdisciplinarité
– Evaluation des sorties et des voyages scolaires
– Pédagogie de / par l’image et l’analyse de l’image,
– Outil pédagogique créatif pour favoriser l’autonomie de l’élève
– Pratique artistique et ouverture artistique et culturelle
– Apprentissage des langues et de l’interculturel
– Enseignement de l’histoire des arts, éducation au patrimoine, au développement durable (voir l’option 1 de l’oral du concours du Professorat des écoles)

Label européen des langues 2011 : « le carnet de voyage intermédia (de l’ouvrage au site web – blog ou à l’audio-visuel), outil pédagogique, créatif et artistique pour l’apprentissage des langues et pour l’éducation à l’interculturel de la maternelle à l’université » (P. Argod).

1.4. Pour l’accompagnement de la mobilité internationale des étudiants et pour les projets européens ERASMUS avec pour objectifs :

– L’apprentissage des langues
– L’éducation à l’interculturel
– L’évaluation du stage ou de la formation à l’étranger
– L’éducation à la citoyenneté européenne

Poursuite du projet RI et Culture de Bordeaux 4 et du PRES de Bordeaux de l’an dernier 2012-2013 dans le cadre du projet de recherche 2012- 2014 UNA – MILC Mobilité internationale du PRES de Bordeaux (journée du 11 juin 2013 à Bordeaux 2 avec les services RI des universités Grandes écoles de Bordeaux)

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage sur scène : la mise en spectacle d’un carnet de voyage

Le carnet de voyage sur scène : la mise en spectacle d’un carnet de voyage

Carnet(s) de Chine : je rêvais d’aller à Kashgar, réalisé en 2010 et primé par le Prix vblog du carnet de voyage numérique, n’est, selon les auteurs, Emmanuelle Troy, Virginie Perret, Erik Baron, Tony Petrau et Pablo Jaraute, « Ni ciné-concert, ni « connaissance du monde », Carnet(s) de Chine est une proposition artistique pluridisciplinaire, un carnet de voyage vivant, contemporain et accessible, mêlant cinéma, lectures d’écrivains-voyageurs, musiques et danse. Ce dialogue ouvert entre film, textes, danse et musiques invite à re-parcourir ensemble le chemin». Ce spectacle, réalisé à partir d’un voyage vécu, part à la découverte des danses et des musiques du Turkestan chinois, que le groupe représente sur scène et qu’il accompagne de textes et d’images. Devenu interarts, le carnet de voyage amène à penser le genre comme installation et performance artistique et ouvre sur tout l’espace de création et de l’œuvre d’art, dans son hybridation, à la fois genre éditorial, littéraire, artistique et numérique. D’autres carnets de voyage sont des créations originales de mise en scène ou de propositions théâtrales. La pièce en six actes, Traversées de Jessica Ashford et Jehanne Gascoin, prend la forme d’un spectacle vivant multidisciplinaire, réalisé par la Compagnie Kartik’Ârt qui mêle tous les arts de la scène en vue d’adapter le carnet de voyage Zoé Zoé Femmes du Monde de Titouan Lamazou : soit quarante-six femmes qui racontent leur vie. Sur les traces de Blaise Cendrars, Philippe Rousseau propose sur scène un carnet de voyage sous forme de monologue poétique dans la Russie hivernale traversée par le Transsibérien, de Moscou au lac Baïkal. Il a mis en scène son voyage initiatique Mes pas captent le vent, publié sous le titre Passeport pour une Russie : mes pas captent le vent (Elytis, 2010). A partir de son carnet, Iran (Elytis, 2012), Philippe Bichon propose une création musicale de l’oud, luth arabe, accompagnée d’images, spectacle diffusé lors du 13e Rendez-vous du carnet de voyage.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts