Actualités du carnet de voyage, n°20, avril 2014

Bulletin d’information sur le genre carnet de voyage (auteur : P. Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°20, avril 2014

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle de recherche en SHS

Le carnet de terrain et de recherche, une méthode visuelle du chercheur en sciences humaines et sociales

Le Réseau inter-MSH des Méthodes Visuelles vise à rassembler des individus et des communautés de pratiques qui, au-delà des cloisonnements disciplinaires, convergent à travers des questions méthodologiques. Il rassemble des acteurs de diverses Maisons des Sciences de l’Homme qui structurent l’ensemble sur le plan institutionnel. Cependant, ce réseau a vocation à être une communauté ouverte, accueillante et solidaire. Toute personne, quel que soit son statut, qui a un intérêt pour l’usage de l’image dans la recherche, doit pouvoir rejoindre ce réseau.

https://sites.google.com/site/reseauintermshdesmv/

Mon propos porte sur le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) qui est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche.

– Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article scientifique, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de « reporter » et de témoigner de faits, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.

– Comprenant les fonctionsde l’image (explicative et informative)et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…),découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche en sciences humaines et sociales.

– Il peut se décliner sur tous les supports – audio-visuel (cinéma) sonore et numérique (blogs, sites web, wikis…)- et écrans dans une intermédialité du carnet et évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue ou regards du chercheur au praticien ou professionnel. Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet qu’il soit de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation.

– L’objet d’étude pourrait s’étendre à différentes périodes historiques afin d’envisager le carnet de recherche, autant « carnet d’esquisses » comme source de créativité et poétique de l’oeuvre pour l’artiste, que « carnet de terrain » comme déclencheur d’innovation et palimpseste du raisonnement pour le scientifique. Il contribuerait, notamment à travers les relations entre le texte et l’image, à une épistémologie des disciplines, à la constitution des sciences de l’homme et à l’évolution des sciences humaines et sociales qui découlent de l’expérience vécue, de la relation à l’Autre et des types d’observation sur le terrain, déclinés notamment en sociologie, en anthropologie et en géographie.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage – reportage numérique

Du carnet de voyage numérique à l’expérience transmédia. Pascale Argod, Numéro 2 de la revue Échappées, revue annuelle d’art et de design – recherche intitulé Graphic design and multimedia – uses and users in the digital age de l’École supérieure d’art des Pyrénées Pau Tarbes, mai 2014.

http://recherche.esapyrenees.fr/echappees/fr/index.php

La mobilité du numérique produit une transfiguration de la relation à l’espace, notamment du déplacement physique et du voyage qui évolue vers un espace virtuel, partagé, de flux et d’interaction, parfois vers une poétique de l’imaginaire et de la mobilité numérique. Le carnet de voyage met en question la territorialité liée aussi à un autre temps du voyage, entre retenue et passage de flux. La question du statut de l’oeuvre « carnet de voyage » interroge ainsi le régime de l’art. Comment expérimente-t-on le rendu du voyage de l’artiste à l’heure de l’oeuvre numérique ? De l’écrit à l’écran, le carnet de voyage semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques : de l’album de voyage dessiné et du documentaire audio-visuel vers une hybridité de supports combinés et de nouvelles formes de médiations (blog, streaming, e-pub…). L’hybridité du genre rend nécessaire la création d’une typologie qui puisse différencier les carnets de voyage multimédia et numériques en fonction de plusieurs critères. Du blog de voyage ou « blog-reportage » au web documentaire, la transgression des frontières entre documentaire et fiction semblerait alors « la marque de fabrique » du carnet de voyage qui pourrait tendre vers une virtualisation de la notion de voyage.

Voir l’intégralité de l’article sur le site de la revue en ligne :

http://recherche.esapyrenees.fr/echappees/fr/index.php

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage sonore : l’intermédialité du genre

Du carnet de voyage sonore : première intermédialité du genre

            Le premier carnet musical a été réalisé en 1994 par Yvon Le Corre, professeur de dessin de Titouan Lamazou, à destination des enfants : Irlande : les demeures du grand souffle (Gallimard-Jeunesse, 1994) accompagné d’un CD de musique irlandaise de Per Tallec. Ensuite cette mélodieuse idée ne réapparaît que dix ans après, en 2004, avec Eric Roux-Fontaine qui voyage aux sources gitanes à partir des textes et des musiques de Thierry « Titi » Robin et de Sergio G. Mondelo pour le carnet intitulé Rajasthan (Editions du Garde-temps, 2004). Pendant trois ans, Philippe Lansac et Laurent Granier ont parcouru 120 000 km et traversé vingt-hui  pays de Paris à Tokyo qu’il relate dans leur ouvrage Paris-Tokyo : carnet de route (Ed. Garde-Temps, France Bleue, 2004) et dans leur carnet de route sonore, sous la forme d’un CD audio, composé d’interviews et de sons, bruits, musiques, captés tout au long de la route. La même année, Muriel Lameignère, styliste – désigner, avait exposé son carnet d’opéra où l’imaginaire voyage au son de la partition de La flûte enchantée de Mozart. Depuis 2001, le compositeur Bruno Letort s’inspire du voyage et de la ville mais c’est en 2004 dans Ea(s)t (Sonagramme, 2004)qu’il rend compte de ses multiples voyages, sources de collectes sonores, et de rencontres plurielles aux gré des pérégrinations en Russie, en Biélorussie, en Ukraine et en Slovénie. Retraçant un voyage le long de la Volga, jusqu’à la ville de Saratov ce périple multimédia, réunit des pièces musicales (pour quatuor à cordes et field recording) et des documents photographiques. En 2008, la musicologie indienne a inspiré un autre voyage dans le Nord de l’Inde, objet d’un récit de voyage à travers le raga : Au rythme du raga : de Calcutta à Bombay de Philippe Puget et de Marc Ingrand (Bachari, 2008) qui est accompagné d’un CD d’enregistrements de concerts. Bruno Blum est parti, quant à lui, sur la piste du reggae en Jamaïque au fil des montages, des tournages vidéo ou de la production de disques (Ad. Scali, 2007). Nadine Marchal, plasticienne créatrice de tissus, et Stanislas Pierrel, guitariste et compositeur, ont eu l’idée originale d’un carnet bilingue autour du monde (Mali, Etats-Unis, Russie, Mauritanie, Cuba…) composé des textes de chansons, des entretiens des autochtones rencontrés agissant pour la protection de l’environnement et d’un CD musical : Graines de rencontres, Seeds of encounters (Bichromia-Armonia, 2007).

            L’ouvrage Un opéra pictural : Aichi 2005, Urbicande 2004, Portrait d’Axel Wappendorf 2003 de François Schuiten, Benoît Peeters, Bruno Letort (Editions du Point d’exclamation, 2006) regroupe la scénographie imaginée pour l’exposition universelle d’Aichi en 2005 et le Portrait d’Axel Wappendorf, une série de croquis sur les machines fantastiques imaginées par le savant. Le DVD contient le film de S. Bucher réalisé sur Urbicande et des oeuvres musicales diverses dont le Portrait d’Axel Wappendorf. Cet album – CD – DVD – intermédia intutilé « Opéra pictural » ouvre sur l’inter arts et inaugure une collection de sept titres publiés par l’éditeur Point d’exclamation en 2006 et 2007 qui croisent l’image dessinée avec la musique. A la marge du carnet de voyage, en combinant photographies et sons, l’album photographique et multimédia Mégalopoles d’Isao Tanaka, Charles René, Julie Heath et Valérie Anisimov (Editions du point d’exclamation, 2007) est un ouvrage innovant issu de la collaboration de cinq artistes de domaines différents (photographie, vidéographie, illustration, scénographie et musique). Le carnet musical est réalisé par Bruno Letort qui retranscrit les impressions sonores de cinq mégalopoles revisitées à des moments simultanés (New-York, Londres, Paris, Moscou, Bombay et Tokyo); la composition musicale repose sur les éléments sonores urbains en fonction du décalage horaire de chaque ville, en quelque sorte des « cartes postales sonores » illustrées par les images de l’album intitulé La fièvre d’Urbicande de Schuitten.

            D’autres médias s’emparent du genre, en version reportage, comme l’émission radiophonique intitulée Aux détours du monde sur Radio-France réalisée par Sandrine Mercier qui a consacré un de ces enregistrements aux carnets de voyage. Très pionnière, elle a lancé en 2009 un concours du Carnet de voyage sonore d’une durée de dix minutes organisé par Radio France, Allibert, la société Courrier international-Ulysse et la société Place des éditeurs éditrice des guides Lonely Planet. Ce « carnet de voyage sonore » s’inscrit dans une interactivité avec l’auditeur : « À votre disposition toutes les ressources de la création radiophonique : reportage, bruitage, ambiance… Votre seul objectif est de nous prendre par les oreilles pour nous faire découvrir un pays, une région, une ville, des gens et surtout de nous faire rêver dans notre fauteuil ». Depuis 2010, le site Voyages Libération.fr a relancé cette initiative sous l’impulsion de Fabrice Drouzy.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts