Le carnet, outil de formation en sciences humaines et sociales et en arts

Les carnets d’artiste, d’élève et de chercheur sur le terrain, outils de formation en sciences humaines et sociales et en arts : communication lors de la journée d’études « Qu’apprendre des carnets aujourd’hui ? What do we learn from notebooks today? » du 4 décembre 2013 à l’ESPE de Caen, Ecole supérieure du Professorat et de l’éducation, organisée par la Maison de la Recherche en Sciences humaines (MRSH – UMS 843 CNRS) de l’université de Caen, Pôle Formation Éducation Travail Emploi (pôle pluridisciplinaire de la MRSH Caen).

Les recherches que j’ai menées depuis 2001 sur le carnet de voyage m’ont permis de distinguer les types de carnets autour de l’expérience in situ, du travail sur le terrain et du compte rendu de la mobilité pour l’artiste, le chercheur, l’étudiant et l’élève. La manifestation culturelle du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand (ex Biennale du carnet de voyage créée en 1999) les diffuse : voir les conférences depuis 2001 et la session annuelle du stage de formation des enseignants depuis 2003. Le carnet de voyage est en effet référencé par le ministère de l’éducation nationale comme outil pédagogique pluridisciplinaire depuis la création du Prix Elève du carnet de voyage en 2001 (CRDP d’auvergne et Association IFAV Il Faut Aller voir) et comme outil d’apprentissage des langues et de l’interculturel depuis la distinction du Label européen des langues en 2011. De plus, le Prix universitaire international du carnet de voyage est remis depuis novembre 2013 lors du Rendez-vous du carnet de voyage. Pensé dans son « intermédialité » ou sa palette médiatique, de l’ouvrage au numérique ou du cahier aux écrans, le carnet de voyage rend compte d’une mobilité, d’une observation sur le terrain ou d’une expérience in situ, du carnet d’expérimentation de l’élève au carnet d’esquisses de l’artiste ou du carnet de recherches du chercheur. Le carnet est le matériaux de l’œuvre finale et aboutie, le brouillon de la pensée en marche, le palimpseste de la gestation de l’œuvre. Suite à ma thèse de Doctorat sur le sujet, mes recherches s’orientent depuis 2009 vers « les carnets comme outils de formation en sciences humaines et sociales et en arts », aussi les apprentissages liés à chacun des trois niveaux de carnets (élève, artiste et chercheur) sont au coeur de la réflexion. Quels sont les points communs et les différences dans le rendu de l’expérience ? En quoi sont-ils des outils de formation en SHS et en arts ? Quels apprentissages informels et non formels favorisent-ils ? Quelle démarche active et réflexive est favorisée ? Quelles translitteraties sont mises en œuvre ? Comment les notes visuelles et la composition texte-image rendent-elles compte de l’observation et de l’expérimentation in situ ? Comment utiliser les carnets en vue de la formation des enseignants ? A partir d’expérimentations menées en établissements scolaires depuis 1999, à l’IUFM d’Aquitaine depuis 2004 et à l’université (Clermont-Ferrand et Bordeaux 4) depuis 2010 mais aussi à l’aide d’un corpus de carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs dont des carnets de voyage primés chaque année au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand (10 prix remis), nous dressons un bilan de recherches personnelles menées sur ce sujet depuis une dizaine d’années et les pistes exploratoires à envisager. Outil de formation pluridisciplinaire le carnet recèle des innovations pédagogiques à développer.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pole_fete/6708

https://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/apprendre_des_carnets_aujourd_hui_04_le_carnet_outil_de_formation_en_sciences_humaines_et_sociales_et_en_arts.13548

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel : communication lors du colloque international & interdisciplinaire « Dessiner les lieux, cartographier le monde » des 14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

            Si le terme « carnet de voyage » a été lancé par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français en 1969 et qu’il est marqué par la découverte géographique, celui de « carnet de reportage » serait emprunté au journalisme, vulgarisé depuis 2008 par la revue XXI (Joe Sacco). Le reportage graphique serait à la fois un outil de recherche sur le terrain pour le géographe, un médium de communication pour le journaliste reporter et un moyen d’expression pour le voyageur carnettiste. Devenu un médium journalistique il offre un regard critique sur le monde en l’interrogeant et en cherchant des angles de vue révélateurs. Depuis les dessinateurs reporters du milieu du XIXe siècle et ceux de la bande dessinée reportage, le témoignage dessiné a marqué le genre éditorial au début des années 90’s par la collection Carnets du monde d’Albin Michel Jeunesse suivie par celle des Correspondances de Pierre Christin. A travers l’esquisse d’un historique du reportage graphique (depuis Töpffer), nous proposerons une typologie des carnets de voyage – reportage. Nous étudierons notamment les carnets de voyage de dessinateurs de presse tels que Cabu, de Patrick Chappatte et Wolinski mais aussi ceux de journalistes tels que Jean-Paul Mari et Yann Le Bechec (Israel-Palestine, 2004), Arnaud de la Grange, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis (Irak, année Zéro, 2004), Bernard Ollivier et François Dermaut (Carnets d’une longue marche : nouveau voyage d’Istambul à Xian, 2005) ou de carnettistes tels que Claire et Reno Marca (Journal en mer d’Arabie, 2012),Troub’s et Edmond Baudouin (Cuidad Juarez, 2012), Bruno Pilorget (Palestine, 2012), entre autres. Nous analyserons notamment le type de voyage et l’angle de vue choisi, la composition (ou le montage significatif) de l’image afin d’appréhender les lieux et leurs enjeux géopolitiques, les liens de la narration texte-image; comment s’articulent le  regard journalistique avec le témoignage vécu et de la réalité ? Quelle géopolitique du monde offrent images dessinées ou collées ? Pour conclure, en quoi le reportage graphique serait un outil de médiation pour le journaliste et d’expression du témoignage pour le voyageur mais aussi un enjeu médiatique pour le numérique (cf la Revue dessinée : http://www.larevuedessinee.fr/). Les interview de cinq carnettistes présents depuis de nombreuses années au Rendez-vous du carnet de voyage complète la recherche : Claire et Reno Marca, Troub’s, Bruno Pilorget et Véronique Massenot.

Bibliographie :

BOLOCH Joelle. Photographies de guerre : de la guerre de Crimée à la Première Guerre mondiale. Paris : Milan, 5 continents éditions, 2004.

ECK Hélène, MARTIN Laurent (Dir.).Le tour du monde : médias et voyages. Le Temps des médias, n°8, octobre 2007. Paris : Nouveau Monde éditions, Société pour l’histoire des médias de Sciences Po Paris.

GUYS Constantin. Constantin Guys, 1802-1892 : Fleurs du mal : exposition, Paris, Musée de la vie romantique, 8 octobre 2002-5 janvier 2003. Paris :Paris-Musée, 2002.

LANGLOIS Jean-Charles Langlois. Jean-Charles Langlois, peintre et photographe de la guerre de Crimée : 1855-1856, correspondance inédite. Paris :J. Chambon, 1991.

ORSELLI Julien, SOHET Philippe. Reportage d’image, images de reportage. Online Magazine of the Visual Narrative [en ligne]. Image & narrative, mai 2005. Disponible sur : http://www.imageandnarrative.be/worldmusicb_advertising/orselli.htm

PUISEUX Hélène. Un champ d’expériences : les images de la guerre de Crimée. Les Figures de la guerre : Représentations et sensibilités 1839-1996. Paris : Gallimard, 1997. (le temps des images).

SALINGER Pierre (pref), DUFLO Pierre. Constantin Guys : fou de dessin, grand reporter, 1802-1892. Paris :A. Seydoux, 1988.

WIGAN Mark. Pensée visuelle. Paris : Pyramid, 2008.

DAYEZ Henri. La nouvelle bande dessinée : Blain, Blutch, David D, De Crécy, Dupuis-Berbérian, Guibert, Rabaté, Sfar. Bruxelles : Editions Niffle, 2002.

DEJASSE Erwin. Des cases très sensibles. Dejasse. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

DELANNOY Pierre Alban (coord.). La bande dessinée à l’épreuve du réel. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. Images à mi-mots : bandes dessinées, dessins d’humour. Bruxelles : Les impressions nouvelles, 2008. (réflexions faites).

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. La bande dessinée. Paris : Armand Colin, 2009 (128 linguistique)

GROENSTEEN Thierry. La bande dessinée : une littérature graphique. Paris : Milan, 2005 (Les essentiels Milan, n°660).

KAENEL Philippe. Les voyages illustrés. Rodolph Töpffer. D. Magetti (Dir.). Genève : Skira, 1996.

MENU, Jean-Christophe. L’Association et le reportage. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p. 61-64.

MERCIER Jean-Pierre. Entretien avec Joe Sacco. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p.56-60.

MERZEAU Louise. Une nouvelle forme de livre illustré : le roman graphique. Litterales, Université Paris X, n°9, 1991.

MORGAN Henri. Principes des littératures dessinées. Angoulême : Editions de l’An 2, 2003.

BD reporters : exposition du 20 décembre 2006 au 23 avril 2007. Centre Pompidou, 2007. http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/AllExpositions/922DF7FEF2C345B3C12571AF002DF65B?OpenDocument

Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées. Neuvième art 2.0, revue en ligne de référence dédiée à la bande dessinée. Rédacteur en chef Thierry Groensteen. CNBDI d’Angoulême. http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique75

Séverine Bourdieu, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012. http://contextes.revues.org/5362

Frédéric Dabitch. Reportage et bande dessinée. Hermès 54, 2009. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/31562/HERMES_2009_54_91.pdf?sequence=1

Cécile Bagault. Quand la bande dessinée se frotte au réel. InLes Grands Dossiers des Sciences Humaines, n°26, 2012/3. https://www.cairn.info/magazine-les-grands-dossiers-des-sciences-humaines-2012-3-p-14.htm

Numérisation : le fonds Töpffer. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre des appels à projets de numérisation 2012, la Cité CNBDI a procédé à la numérisation de sa collection d’imprimés signés du grand auteur suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846). http://collections.citebd.org/topffer/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage

Le carnet de voyage, outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage : communication lors du colloque « L’écologie humaine en voyage », XXVe Journées scientifiques de la Société d’écologie humaine, les 19 et 20 septembre 2013 à Cap Sciences Bordeaux.

            Le Rendez-vous du carnet de voyage s’inscrit dans une éthique et une esthétique du voyage et dans une médiationla rencontre de l’Autre :  « C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur : ce qui change dans l’échange et le regard porté sur les autres» (Association IFAV, Il faut aller voir, organisatrice de la manifestation culturelle et artistique). Le terme safarselon le carnettiste Stefano Faravelli à l’origine de l’Ecole du voyage « Scuola di Viaggio » à Turin,exprimerait le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication de rencontre avec l’autre par le langage universel de l’art, il ouvre à l’observation du monde en exerçant le regard éveillé aux idées différentes et en initiant une quête de sens et de l’authentique. Il facilite le passage du jugement à l’analyse afin d’évaluer la valeur du voyage sa quête et sa portée initiatique à travers la collecte du sensible et de l’expérience vécue. Cette mémoire personnelle (Rémi Hess, 1998), culturelle, esthétique et poétique du périple évalue l’imploration-exploration.Le carnet de voyage « extime » (Michel Tournier, 2002) éduque autant à l’interculturel qu’au regard(corpus sur l’Inde). Le voyageur qui observe, analyse, confronte les points de vue, met en œuvre une aptitude à la distance et à l’élargissement de ses référents qui favorise la capacité d’adaptation à la complexité humaine.Le carnet de voyage serait donc un outil d’apprentissage par l’expérience de la mobilité, de formation et d’évaluation de « l’être au monde » dans une démarche interculturelle. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’Autre sans frontières (Pascale Argod, 2011).

Une typologie des valeurs initiatiques du voyage à travers du carnet de voyage qui est un outil d’évaluation de l’être au monde semblerait se dégager :

1- Carnet de voyage « dévoilement » (« Safar ») : révélation de soi et de la découverte du monde.

2- Carnet de voyage « dépassement » : odyssée et chemin initiatique du vécu et de dépassement des frontières, témoignage de « l’extime. ».

3- Carnet de voyage « interculturel » : passeport vers l’autre et rencontre interculturelle, valeurs d’égalité et de respect, pont entre les cultures.

4- Carnet de voyage « identité » : ressourcement et développement personnel, construction de soi, de ses racines, de son identité et de sa culture par confrontation à l’Autre.

5- Carnet de voyage « liberté » : manifeste des libertés et de l’expression comme essai de vérité et de pluralisme d’expression, liberté du voyage, émotion personnelle, quête du nomadisme…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts