Appel à communication pour le colloque « Dessiner les lieux, arpenter le monde »

Appel à communication pour le

Colloque international & interdisciplinaire 

Dessiner les lieux

Arpenter le monde

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

 14-15 novembre 2013

Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique (en fichier attaché sous le format « .doc ») avant 15 juin 2013 au plus tard.

Lire le texte de l’appel : Colloque MSH LIDO 2013 def2

3/ Voyages et reportages graphiques : albums, carnets, images de voyage (Pascale Argod)

Le reportage graphique contemporain se définit comme la mise en scène d’une expérience vécue avec une subjectivité assumée « qui permet paradoxalement une compréhension plus immédiate et plus approfondie du sujet » (Art Spiegelman). Il semblerait que, lorsque la limite entre le reportage et l’autobiographie s’estompe, il s’agisse plutôt d’un carnet de voyage (selon le terme lancé en 1969 par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français), que d’un reportage graphique ; la réalité vécue du seul point de vue du dessinateur n’est plus du journalisme mais du témoignage parfois très subjectif où l’émotion peut remplacer la quête de vérité. La création plastique repose sur cette subjectivité sensorielle et émotionnelle que le carnet de voyage place au centre de son propos et d’une cartographie sensible du périple.

La définition du reportage, du témoignage, du documentaire détermine ce que nous entendons par « reportage graphique». Afin de « capter les vues de l’esprit » selon Blaise Cendrars, le dessinateur transmet le ressenti, l’ambiance ou l’atmosphère du lieu et ne montre pas la situation de la même manière que la photographie (Jean-Charles Langlois l’a démontré en 1860 dans son photo-reportage de la guerre de Crimée). L’enjeu documentaire ne serait pas de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif.

Médium du témoignage du voyage vécu, l’art de l’illustration est donc, grâce à sa richesse sémiotique, à l’origine d’une diversité de genres : de l’album générique à la bande dessinée ou au carnet de voyage. Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, dans la lignée des Peintres de la marine et des artistes carnettistes, déploie sa palette de tons et d’images et offre une vision plurielle et multiforme des lieux, du monde et de l’ailleurs (Argod, 2009 et 2011).

Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée reportage (qui a donné lieu à la rétrospective BD Reporters au Centre Georges Pompidou en 2006-2007) ou d’actualité (attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage depuis le festival d’Angoulême de 2004) et le carnet de voyage à la vision ethnographique. Sa palette thématique se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D. – reportage (Bernière, 2002 et 2003), carnet de dessin de presse sur la différence culturelle, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition…Dans le cadre de cette session, on s’interrogera tout particulièrement sur la manière dont chacun d’eux rend compte des lieux selon son langage ou son médium iconographique propre.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de patrimoine, outil de formation aux Masters Culture, patrimoine et tourisme

Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme

Dixième journée de la géographie de l’association Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » organisé en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

http://www.ades.cnrs.fr/IMG/pdf/Doc_geo_10eme_journee_de_la_geographie_VOYAGE.pdf

Selon le rapport au voyage qu’il entretient, le carnet de voyage se décline en quatre types : un outil de recueil de la mémoire et de recherche du voyageur, un genre éditorial médium du patrimoine et de valorisation du tourisme, une oeuvre d’art réalisée a posteriori du voyage en atelier et un outil pédagogique innovant. A travers les points de vue de l’hybridité du genre[1] et de l’outil d’apprentissage[2], trois approches du carnet de voyage sont proposées : scientifique[3] -géographique et ethnographique – qui concerne le chercheur, pédagogique destinée à l’élève et l’approche touristique qui cible le grand public. Outil de recherche pour le géographe, du terrain à la géographie culturelle, et outil réflexif en sciences humaines[4],  le carnet de voyage met en relations diverses disciplines[5]. Il se divise en deux tendances : le carnet de reportage et le carnet de patrimoine[6]. Il favorise l’apprentissage par le voyage et l’expérience personnelle que les voyagistes savent utiliser comme marketing . Aussi le carnet du patrimoine[7] lié au genre éditorial « carnet de voyage »[8] est-il un outil de médiation et de formation au(x) patrimoine(s) de l’école à l’université, suite à son succès comme outil pédagogique auprès des jeunes.

Oscillant entre le carnet de recherche avec l’exercice du rough[9] et le carnet de voyage avec la reproduction de lieux admirés, le carnet de croquis peut devenir un outil pédagogique pour sensibiliser les jeunes au patrimoine et à l’architecture. Le carnet de voyage incite à la découverte du patrimoine à travers un large panel de titres édités et part du terrain et de la quête initiatique et artistique, anthropologique pour développer la réflexivité et la recherche documentaire sur l’Autre et l’Ailleurs. Il sensibilise au tourisme authentique, à la rencontre de l’Autre et à la protection de l’environnement et du patrimoine à partir d’une éducation au regard. Parmi dix prix du 13e Rendez-vous du carnet de voyage le concours Prix Vulcania récompense le meilleur carnet de voyage de découverte environnementale, géographique ou ethnographique d’une région volcanique et consiste en l’attribution d’une bourse de voyage à destination d’un pays volcanique. Avec la thématique « Histoires en terres volcaniques », le voyageur peut aborder à travers la création d’un carnet de voyage les mythes et les légendes, la vie quotidienne de la population, la menace de l’éruption…etc. Ainsi, les arts, les sciences et les sciences humaines peuvent être abordés autour de ce paysage aux particularismes remarquables ; l’identité volcanique interpelle le carnettiste qui médiatise ses sentiments, ses impressions, son regard et ses découvertes grâce à la création plastique.

Un espace au sein de la manifestation est consacré aux carnets de patrimoine[10] qu’ils soient carnets de recherches en sciences humaines, de récoltes géographiques ou ethnographiques ou orientés vers l’archéologie, l’architecture, la géologie…donc d’inventaire et de médiation des patrimoines. Une formation des étudiants du Master Métiers du tourisme de Clermont-Ferrand est organisée afin que le carnet de voyage et de patrimoine soit un « outil de formation à la mobilité internationale et aux métiers du tourisme »[11] comme il l’est depuis 2001 dans l’éducation lors du stage national de formation Enseigner le carnet de voyage [12] destiné aux enseignants depuis 2003[13].


[1] En référence à la deuxième partie de ma thèse de Doctorat en SIC : Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Pascale Argod (dir. Thierry Lancien), Université de Bordeaux III, 10 décembre 2009.

[2] En référence à la troisième partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III, 2009.

[3] En référence à la première partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III, 2009.

[4] Communication en colloque : Le carnet de voyage, un outil de réflexivité sur l’Interculturel. Pascale Argod au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » organisé par  l’Université de Limoges-DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010.

[5] En référence aux « carnets de récoltes » de Théodore Monod : par exemple Tais-toi et marche.

[6] Un corpus de carnets de voyage est publié sur le carnet de recherche « Carnet de voyage -reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine » de Pascale Argod, Hypotheses.org, avril 2012 :http://cdevoyage.hypotheses.org/category/corpus-intermedia

[7]qui se déclinent en carnet d’architecture, carnet d’archéologie, carnet d’ethnographie, carnet de guerre et carnet d’environnement : http://cdevoyage.hypotheses.org/category/carnet-de-patrimoine

« Des carnets de patrimoine », Pascale Agod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – SCEREN – CRDP de Créteil, double numéro n°46-47, juin 2010, p. 44-51 (8 pages).

[8] En référence à la deuxième partie de ma thèse de Doctorat en SIC soutenue à Bordeaux III : voir le corpus de 800 titres de carnets de voyage édités.

[9]  C’est l’abréviation de l’anglais rough draft (« brouillon »). Le rough est une illustration sommaire destinée à donner au client ou au concepteur un aperçu visuel d’une illustration ou d’une mise en page.

[10] Des carnets de patrimoine, Pascale Argod, Revue ARGOS, Ministère de l’éducation nationale – SCEREN – CRDP de Créteil, double numéro n°46-47, juin 2010, p. 44-51 (8 pages).

[11]Conférences que j’ai dispensées aux étudiants de Master « Métiers du tourisme » de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand : « Carnets de voyage et de patrimoine, de la valorisation du patrimoine et du tourisme » (Pascale Argod, le 18 novembre 2011), « Le carnet de patrimoine outil de valorisation du tourisme culturel », « Création plastique d’un carnet de voyage pour une valorisation touristique par la créativité » et « Réaliser un carnet de voyage dans le cadre d’une mobilité internationale pour l’apprentissage des langues » à destination des étudiants en mobilité internationale en FLE (dont les étudiants chinois) et en ERASMUS (Pascale Argod, les 15 et 16 novembre 2012).

[12] Organisé par le SCEREN-CRDP d’Auvergne, j’ai proposé successivement chaque année une nouvelle approche éducative : l’éducation à l’EEDD en 2008, à l’interculturel en 2009, au patrimoine en 2010 et l’éducation à l’Europe et à la mobilité internationale en 2011.

[13] Soit 40 carnets multimédias en 2011-2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appel à contribution au colloque « Le tourisme et sa communication »

Une collaboration entre le LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire

Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris).

Appel à contribution « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la

communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la

communication ? »

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Si l’expression « communication touristique » ne pose aucun problème aux professionnels du tourisme qui y voient un des aspects du marketing, les sciences humaines et sociales ont beaucoup plus de mal avec ce concept. Aussi bien dans les domaines anglophone, germanophone que francophone, les études sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions. Si le tourisme a été inventé par les lords anglais au 18ème siècle (Boyer 2000) et la communication s’est théorisée dans le milieu du 20ème siècle (Mattelart 2005), la communication touristique comme forme spécifique de compréhension scientifique d’un phénomène de société complexe attend encore son développement théorique. Ce colloque vise à combler ce manque. Pour approcher le sujet, quatre axes sont proposés :

Axe 1 : Le cadre théorique et l’épistémologie de la communication touristique

Quels sont les développements récents des sciences de l’information et de la communication qui peuvent trouver une application dans le tourisme ? La communication des organisations s’est développée en regroupant dans son analyse les entreprises et les collectivités publiques. Le tourisme lui aussi est souvent soutenu par le privé et le public. Qu’est-ce que la communication des organisations peut lui apporter ?

En quoi la perspective des concepts de base comme le constructivisme ou la systémique peuvent enrichir la problématique du tourisme ? Des chercheurs comme Bernard/Joule (2003) ont développé des concepts comme la communication engageante qui pourrait aussi intéresser le tourisme.

Qu’est-ce que les nouvelles approches du tourisme en France comme celles de Jean-Didier Urbain (2002, 2011) ou de l’équipe MIT (2000 + 2003) ou celles du monde anglophone des tourism studies (Pritschard 2008) apportent au domaine ?

Faut-il aller plus loin et revendiquer une science du tourisme, une tourismologie comme le font certains (Py 2004) ou bien l’approche interdisciplinaire qui préside actuellement est-elle plus riche de développements que l’enfermement dans une seule discipline ?

Quels sont les apports possibles des SIC et de leur dimension interdisciplinaire ? De nouveaux styles et manières d’interpréter le tourisme utilisent les langages du visuel (Chambers, 2011) et du digital (Lazar, 2010), ou des nouvelles approches de l’analyse quantitative (Klobas, 2011). Avec quelle conséquence ?

Enfin, des spécialistes problématisent de plus en plus l’application de méthodes particulières à des sphères sociales spécifiques où la communication n’est jamais absente, comme le développement économique (Brau, 2008), le marketing et l’hospitalité (Ronald, 2007), le tourisme lié à la qualité de vie (Uysal, 2012) ou le tourisme culturel (Richards, 2010).

Axe 2 : Le tourisme comme forme de communication et la méthodologie de l’approche

Voyager est une forme de communication au monde et aux autres. Quels sont les éléments qui poussent les touristes à quitter leur lieu de résidence et pourquoi vont-ils vers telle ou telle destination ? Ces facteurs push et pull (Harisson-Hart 1983) sont à la fois des explications à ce phénomène migratoire qui va concerner en 2013 un milliard de personnes (OMT, 2012), mais aussi des signes qui renvoient à l’identité des individus et des groupes, à l’image qu’ils veulent donner d’eux-mêmes. En ce sens, les classifications habituelles de touristes, qui vont de l’explorateur au touriste de masse (Cohen 1984), sont-elles satisfaisantes ? D’un autre côté, afin de répondre à des attentes qu’ils croient déceler chez leurs clients, les professionnels mettent de plus en plus en scène les espaces réels, les médiatisent ou en créent de virtuels (Musée du Louvre par exemple).

Faut-il craindre une déréalisation du monde, une « dysnélandisation » de la réalité (Brunel 2006) ? Faut-il diluer le tourisme dans l’espace plus large des loisirs pour mieux le comprendre ou suffit-il simplement de le mettre dans cette perspective ? Ne faut-il pas sortir de l’opposition réel-virtuel pour se pencher sur les pratiques et les offres, toutes bien réelles ? Comment alors penser la relation et l’articulation entre les univers matériels et électroniques, à travers notamment les offres de réalité augmentée ou tout simplement le passage de l’un à l’autre effectué en permanence par les touristes, de la collecte de l’information à la découverte des lieux ? Les études sur les réseaux sociaux numériques soulèvent la question de la méthodologie possible et permutable à l’intérieur des études sur le Web 2.0 ou 3.0 (Andrade, 2011).

Axe 3 : La communication du côté des professionnels et l’impact des NTIC

Les TIC ont bouleversé de nombreux domaines des sociétés contemporaines, notamment celui du tourisme. Depuis 2009, plus de la moitié des transactions financières liées au tourisme en France se font sur Internet (Stratégies 2010). Comment aujourd’hui sont construits les sites web des professionnels du tourisme ? Quels sont les choix faits par les structures (états, régions, villes, petites entreprises locales, etc.) Comment se fait l’accueil des internautes qui pratiquent d’autres langues-cultures étrangères ? Les nouvelles technologies modifient la donne : si les hôteliers sont moins soumis à la contrainte des guides papier traditionnels, ils le sont en revanche aux nouveaux guides (Tripadvisor), aux sociétés qui vendent des nuitées (Booking, Expedia, Venere, etc.) et aux règles du référencement sur le web. Comment gérer ces changements ? Comment participer aux réseaux sociaux dont l’importance semble ne pas s’arrêter de croître ? Comment émerger dans ce flot d’informations, comment gérer les techniques les plus récentes comme la géolocalisation ? Peut-on rentrer dans une idéologie techniciste selon laquelle le futur du tourisme sera meilleur grâce à la technique sans distance critique ?

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC

Grâce aux forums, blogs et autres Facebook ou Twitter, le touriste potentiel n’est plus dépendant de la seule information officielle des professionnels de la branche ou des guides touristiques. Les études (Viallon 2012) montrent que la crédibilité accordée aux autres blogueurs est souvent supérieure à celle des sites officiels. Pourquoi plus croire son alter ego que l’on ne connaît pas qu’une structure qui a une réputation à conserver ? Comment penser cette transposition de la crédibilité, voire de la légitimité des experts aux touristes-amateurs ? Que peut-on en conclure sur la transformation des positions sociales et symboliques de la figure des amateurs dont certains deviennent des amateurs-experts ? Doit-on parler de démocratisation ou de populisme, de vulgarisation ou de médiation ? Comment la circulation et la diffusion des points de vue et des opinions s’effectuent-elles ? Comment peut-on cartographier l’aura et les réseaux de communication des touristes-amateurs ? Quelles sont les motivations des touristes-blogueurs ?

Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine.

Procédure :

Il est prévu un colloque qui aura lieu du 16 au 18 mai 2013 à l’IUT Robert Schuman de

l’Université de Strasbourg et un numéro spécial de la revue Mondes du tourisme.

– pour le colloque : toutes les propositions doivent être envoyées avant le 15 février 2013 àl’adresse suivante : dpt-infocom.iut@urs.u-strasbg.fr Elles seront analysées en double aveugle par les membres du comité scientifique. Les résultats seront connus le 1 mars 2013. Les langues de communication sont le français, l’anglais et l’allemand. Toute présentation sera accompagnée d’une présentation visuelle dans une autre langue de travail.

– pour la publication : toutes les propositions seront rédigées en français, anglais ou allemand avec un résumé dans une autre langue et doivent être envoyées avant le 1 septembre 2013 à l’adresse suivante : mondes@revue-espaces.com. Elles comporteront entre 50.000 et 60.000 signes (espaces compris) et seront rédigés en times new roman 12, interligne 1,5. Les articles seront sur le même sujet que la conférence, développés et enrichis par les discussions qui auront suivi. Les textes seront soumis au comité de rédaction de la revue.

Comité scientifique :

 Pedro Andrade, Universidade Nova de Lisbõa. Marion Bechet, Université de Strasbourg. Patricia Caillé, Université de Strasbourg. Claudine Chaspoul, Editions Espace. Philippe Chavot, Université

de Strasbourg. Emmanuelle Chevry, Université de Strasbourg. Christophe Clivaz, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Frédéric Darbellay, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Jocelyn Donze, Université de Strasbourg. Audrey Marchioli. Université de Strasbourg. Stéphane Nahrath, Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion. Elsa Poupardin, Université de Strasbourg. Yeny Serrano. Université de Strasbourg. Philippe Viallon, Université de Strasbourg. Philippe Violler, Université d’Angers.

Comité d‘organisation :

Marion Bechet, Jonas Braun, Patricia Caillé, Emmanuelle Chevry, Valentin Fautrel, Lucie Flamand,

Emmanuelle Lutz, Audrey Marchioli, Amélie Nicolas, Yeny Serrano, Philippe Viallon, Claire Wernert.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, médium de l’expérience touristique enrichie

Le carnet de voyage intermédia (ouvrage et blog), médium de l’expérience touristique enrichie : séduction de l’image artistique et communication d’un tourisme d’apprentissage

Communication au colloque « Le tourisme et sa communication ou comment théoriser la communication touristique à l’époque des technologies de l’information et de la communication ? »  à l’IUT Robert Schuman de l’Université de Strasbourg  en collaboration avec LISEC (Université de Strasbourg), le CRIT (Institut Universitaire Kurt Bösch, Suisse) et la revue Mondes du tourisme (Paris) du 16 au 18 mai 2013.

http://iutrs.unistra.fr/iut-illkirch/colloque-tourisme.html

Axe 4 : La communication du côté des touristes et l’usage des NTIC :

« Certains blogs prennent des formes qui ne sont pas sans rappeler celles des carnets de voyage (Argod 2010), photos ou croquis à l’appui. Ce supplément d’informations enrichit-il le voyage et l’expérience touristique ou bien renforce-t-il la dimension « parcours imposé » que le touriste doit faire ? Laisser une trace au monde, prouver son existence, le tourisme a des motivations beaucoup plus profondes que ne le laisserait supposer son apparence anodine ».

Parmi les dix prix remis lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, nous remarquons combien le carnet de voyage est un médium de communication touristique[1] recherché. En effet, les guides Lonely Planet et Le Routard ont tour à tour offert le « Grand Prix du carnet de voyage » qui, depuis deux ans, a été remplacé par le « Grand Prix Michelin Cartes et Guides ». Le prix du public remis par Atalante voyages a été remplacé par Nouvelles Frontières. Les agences de voyage l’utilisent comme outil de communication dans leur brochure de voyages ou dans offres de voyages – ateliers de pratique artistique animés par un artiste-carnettiste. Certaines voyagistes en ligne ont tissé des partenariats avec des plate-formes de carnets de voyage[2] qui émanent parfois d’éditeurs de guides touristiques. Le carnet de voyage est donc bien un outil marketing qui vend le voyage et l’évasion. C’est justement grâce à ces notions d’exotisme, d’ailleurs rêvé et de vacances que le carnet de voyage se retrouve dans de nombreuses campagnes publicitaires ou placardées sur des affiches qui vendent le voyage, en oubliant le carnet. L’image résume alors le tout, le carnet ; c’est un raccourci plutôt rapide mais efficace : seule l’image du paradis sublimé reste synonyme de carnet de voyage. Cette représentation des clichés « vahinés » de Cythère et du nouvel Eden des vacances s’est abstraite de tout lien avec le reportage et avec la réalité du monde. Par contre, les notions d’authenticité, d’artisanat et d’humanité qualifient « le carnet » lorsque celui-ci est mis en avant dans l’affiche publicitaire à travers l’illustration et le croquis manuel. La séduction de l’image artistique est au cœur de cet engouement pour le carnet de voyage.

         Qu’apporte le carnet de voyage à l’expérience du voyage ? Comment les agences de tourisme et les éditeurs touristiques se servent-ils de l’image « Carnet de voyage » ? Comment la créativité du carnet de voyage est-elle détournée au profit du tourisme et d’un marketing de l’authentique ? A travers trois notions « carnet », « voyage » et « carnet de voyage » comment se tissent les liens avec le marketing touristique ? En quoi serait-il une niche expérimentale de la communication touristique ?

         Aussi en réponse à « la relation de séduction et d’enchantement » (Winkin, 1998) qu’est le tourisme, le carnet de voyage offrirait toutes les caractéristiques pour en faire son outil de valorisation marketing, voir son médium afin de promouvoir une autre vision du tourisme et du voyage plus authentique et proche de l’Autre. Le carnet de voyage valorise-t-il une expérience touristique enrichie ou un « parcours imposé » pour le touriste ? Ce genre éditorial est-il concurrence ou complémentarité du guide touristique ? Favorise-t-il l’exotisme ou la quête initiatique ?


[1]les études sur la communication touristiques sont rares : Jaworksi/Pritchard (2005), Luger (2000), Boyer et Viallon (1994) font partie des quelques exceptions.

[2]tels que uniterre.com, carnetsvoyages.free, expedia.fr, blog-de-voyage.fr, abm.fr, (Le) routard.com…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du carnet de voyage à la cartographie sensible

Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique

Communication lors de la Journée d’étude « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? » organisée par la MSH Maison des Sciences de l’Hommes de Clermont-Ferrand, les 15 et 16 novembre 2012.

La valorisation touristique par l’esthétisme et les arts graphiques est née de la carte postale et de l’affiche touristique ; cependant, le carnet de voyage a initié la narration du voyage à travers l’image à partir d’une géographie vécue, du témoignage et du ressenti, en somme une cartographie expérientielle afin de rendre compte du réel. Le carnettiste médiatise en effet son expérience du lieu à travers une cartographie imagée qui devient un « instrument d’interprétation du monde » et créée alors une image « mosaïque » et composée afin de narrer son parcours. Géographie intime et vécue, le carnet de voyage nourrit l’imaginaire du lecteur qui inspire à « voyager sur les pas de ». Cette cartographie sensible, personnelle et artistique qui parle aux sens, apporte sa contribution à la réalisation de l’itinéraire culturel qui valorise le patrimoine local, régional et mondial, des routes mythiques aux itinéraires culturels européens. Une large palette de carnets  (genre intermédia de l’ouvrage au numérique) qui, à travers le pittoresque du lieu, facilite la médiation du tourisme à travers l’esthétique et l’art, souvent appropriés à l’appel de l’exotisme et à la séduction médiatique. Le carnet de voyage est un média des représentations spatiales, géographiques et esthétiques d’un espace perçu comme un « produit » mais aussi un média à analyser afin de donner une lecture des sociétés et des cultures, propre à la géographie culturelle et une interprétation des itinéraires propre à la cartographie.

Aussi en quoi le carnet de voyage serait-il affilié à la cartographie et à « l’inventaire du monde »?  En quoi le carnet de voyage aurait-il des affinités avec la carte mentale et avec le story-board comme narration du déplacement et rendu de la spatialité ?  En quoi l’image composée participe-t-elle au processus de cartographie du voyage ? Comment le carnet de voyage permet-il de « s’approprier intellectuellement le monde » ?  Serait-il un langage plastique propre à la narration du voyage de l’artiste ?  Comment la représentation d’un site à travers la narration d’un parcours permettrait-elle de construire un itinéraire culturel de valorisation patrimoniale ?

A partir d’un corpus de carnets de voyage ou de patrimoine nous pourrions appréhender le processus de fabrication d’images, la composition narrative d’un territoire et la cartographie expérientielle des lieux afin de distinguer une typologie du genre.

Bibliographie :

Amirou R., 2000. Imaginaire du tourisme culturel, Paris, PUF.

Augé M., 1997. L’impossible voyage : le tourisme et ses images, Paris, Rivages.

Bougourd C. , Côme T. , Chavouet F., 2011. Florent Chavouet, le cartomanique, le 1er décembre 2011, au Café de l’Industrie. Strabic.fr, 2011  [en ligne]

Carmignani P. (Dir.), équipe de recherche VECT, 2000. Bouleversants voyages : itinéraires et transformations, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan (études).

Christin R. , 2000. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Paris, L’Harmattan. (Logiques sociales).

Claval P., 2003. Géographie culturelle: une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, Armand Colin.

Claval P., 1995. Géographie culturelle, Paris, Nathan.

Debarbieux B. , 2004. Carte d’identités, cartes d’altérité : Référence, Rhétorique et Relativité dans la cartographie contemporaine, In Les cartes de la connaissance codirigé par Pierre-Robert Baduel et Jean-Paul Bord, Paris, éditions Karthala.

Devanthery A. 2011. Entre itinéraires et trajets : représentations des déplacements dans les guides de voyage au tournant du XIXe siècle, In Situ [En ligne] http://insitu.revues.org/661

Di Méo G., 2003. Territorialité, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault, Paris, Editions Belin, p. 919.

Hatt E., Vles V., Clarimont S. et Delatraz G., 2011. Retour sur images, EspacesTemps.net.

Knafou Rémy (Dir.), Duhamel P., Gay J.-C., Lazzarotti O., Equipe MIT Mobilités, Itinéraires Tourismes, 2008. Tourismes, volume 1, Lieux communs,  Paris, Belin (Mappemonde).

Lussault M., 2003. Identité spatiale, In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Paris, Editions Belin, p. 480.

Meaux D., Mourey J.-P. , 2011. Le Paysage au rythme du voyage, Saint-Etienne, Editions Publications de l’université de Saint-Etienne (328 p.)

Olmédo E, 2010. Le croquis comme outil d’enquête, Cafés géographiques.Net.

Paulet J.-P, 2002. Les représentations mentales en géographie, Paris, Economica.

RothM. 2007. De l’ailleurs à l’œuvre, Paris :  Peter Lang.

Sanijian T. , 2008. Carnets de terrain : pratique géographique et aires culturelles, Paris, L’Harmattan.

Tiberghien G., 2007. Finis Terrae, imaginaires et imaginations cartographiques, Paris, Bayard (Le rayon des curiosités).

Viallon P., Boyer M. , 1994. La communication touristique,  Paris, PUF (Que sais-je ?)

Wackermann G. , 2008.Géographie des civilisations, Paris, Ellipses.

Westphal B. , 2011. Le monde plausible. Espace, lieu, carte,  Paris, Editions de minuit.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, un médium du projet urbain : du carnet de patrimoine urbain

Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques.

Communication lors du colloque « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? » organisé par l’Université Bordeaux III – IUT Carrières sociales – UMR CNRS ADES, les 18 – 19 janvier 2013.

Les carnets de patrimoine, de l’ouvrage au site web, inventorient les patrimoine(s) et s’insèrent dans différents projets urbains. Carnet de terrain (Sanijan, 2008), carnet ethnographique ou carnet de relevés d’observations, le carnet de voyage – reportage est aussi un outil réflexif des sciences humaines, de la géographie à l’anthropologie, indispensables aux projets urbains. Outil de valorisation du patrimoine, il s’inscrit dans des projets urbains de communication à visée touristique mais aussi dans d’autres registres afin de faire évoluer les représentations. De plus, dans le cadre de l’animation socioculturelle, réaliser un carnet de voyage favoriserait la « fabrique » de l’habitant-citoyen : l’identité du quartier, la territorialité et la « géocitoyenneté » sont en jeu à travers les arts graphiques et l’image. Construire sa géographie dans ses déplacements permettrait d’appréhender le territoire dans sa complexité et dans les enjeux qu’il engendre afin de s’inscrire dans une démarche de citoyen géographe attentif à son environnement et de devenir un géo-citoyen. La diversité éditoriale des carnets de patrimoine sur la ville permet d’appréhender en quoi cet objet socio-culturel procède de la fabrication de l’habitant-citoyen et concilie la visée communicante et l’aspect ethnographique.

Corpus de carnets de patrimoine  ou  carnets de voyage urbain  :

ALVADO Béatrice, ARIZZOLI Louise, BAECQUE Marie-Caroline de et al. Saint-Denis, portrait sensible. Magellan & Cie, 2008. (Coups de crayon).

ANDREADIS Ianna, BOUDIER Laurent. Cosmopolis : Ivry-Sur-Seine. Ed. du Panama, 2007.

BEAUVALLET Cathy. Sète, surprenant voyage. Editions Jalan, 2005.

BEB-DEUM, GERNER Jochen, BROQUET Virginie, VAN HASSELT Thierry. Brasilia, ventura ventis : reportage graphique. Les Requins Marteaux, 2005. Résidence de sept artistes graphiques : 3 Brésiliens, 3 Français et 1 Belge.

BOULDOUYRE Alain. Lyon : carnet de chantier. Horvath, 1993.

CHAVOUET Florent. Tokyo Sampo. Philippe Picquier, 2011.

CHUNIAUD Kristell. ADAM Catherine, CARLIER Mathieu. Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand : carnet de fouille archéologique à Trémonteix.  Clermont-Ferrand : Editions Reflets d’Ailleurs, INRAP, 2012

CRUMB Robert. Sketchbooks Reports.Cornélius, 1999 (Blaise).

DUPUY Philippe, BERBERIAN. Carnets de New York Cornélius : 1999.

DUPUY Philippe, BERBERIAN. Barcelone carnets. Cornélius : 1996.

EISNER Will. New York Big City. Albin Michel, 1985

EISNER Will. Big City volume 4 : Carnet de croquis : métropole. Grenoble : Comics USA, 1989.

EISNER Will. Dropsy Avenue : biographie d’une rue du Bronx. Delcourt, 2007.

GUIBERT Emmanuel. Le pavé de Paris. Ouest-France, 2004.

HAFS Zahia, HERBERSTEIN Elsie. Alger, simples confidences. Jalan Publications, 2005.

HYMAN Miles, REA Vincent. New York itinéraires. Casterman, 2010.

LE BECHEC Yann, KLEIN Elaine. New York : quartiers noirs. Albin Michel jeunesse, 1992. (carnets du monde).

JOLIVET Joëlle. Vues d’Ivry. Cornélius, 2001 (Blaise).

LE BOT Erwan. Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

LES CARNETTISTES TRIBULANTS. Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Alternatives, 2006.

ROUDEAU Damien. Les Trucs : 20 dessins sur les Travaux de Rénovation Urbaine des Cités Sensibles, 28 décembre 2008 [en ligne] http://grandpapier.org/damien-roudeau/

TAILLANDIER François, DEUBELBEISS. Clermont-Ferrand absolu. Page Centrale, 2011.

CAMPANARIO Gabriel, URBAN STKETCHERS. The arts of urban sketching : drawing on location around the world. USA (Beverly) : Quarry Books, 2012. http://www.urbansketchers.org/

Projets numériques de carnet de patrimoine urbain :

RUMEAU Jean-Luc. Projet B3D Bordeaux 3D. Produit par Axyz, 2011 : http://www.axyz.fr/patrimoine-historique-reconstitution-3d.htm / http://www.heritage-prod.fr/

BUFFET Claire, DESVERNES Franck. Webdocumentaire : Montréal en 12 lieux. Montréal : URBANIA, 2007 : http://www.mtl12.com/

Projet Le voyage à Nantes, Ville de Nantes : http://www.levoyageanantes.fr/

Détours jardins : balade numérique dans les jardins de Villeneuve-sur-Lot. Compagnie de danse et arts associés Sylex, La Fabrique BNSA du Conseil régional d’Aquitaine, 2012 :

http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/05/14/detours-jardins-balade-numerique-a-villeneuve-sur-lot/

Street Invaders. Association Lartefact, le blog street-invaders.com. La Fabrique BNSA du Conseil régional d’Aquitaine, 2012 :

http://lafabrique.bnsa.aquitaine.fr/2012/12/18/street-invaders-chasse-au-patrimoine-urbain/

http://www.street-invaders.com/

Street Museum. Musée de Londres, 2012 :

http://www.zeutch.com/cool/street-museum-11896

http://www.museumoflondon.org.uk/Resources/app/you-are-here-app/home.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts