Le reportage graphique et le carnet de voyage pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté

Le carnet de voyage et de reportage, un outil de formation et d’apprentissage pour la mobilité, l’Europe et à l’interculturel

Extrait de la communication du 5 février 2010 à l’assemblée générale de l’AEDE France et du 21 novembre 2010 lors du colloque « L’école, avenir de l’Europe ? »

Cette pratique est innovante dans la pédagogie documentaire puisque qu’elle repose sur l’expression personnelle, héritée de la pédagogie Freinet[1] centrée sur l’apprenant dans une démarche active axée sur l’enquête de terrain qui initie à l’ethnographie : le carnet d’enquête propose en effet un va et vient entre terrain et réflexion à travers une méthode inductive[2]. Elle favorise l’écriture d’un journal personnel[3] comme écrit pour l’autre avec une mise à distance indispensable ; la banque de données personnelles et la vocation initiatique, subliment le temps et la confrontation à l’Autre. Cette démarche personnelle peut être envisagée pour un projet professionnel d’orientation afin de fixer la mémoire et l’évolution du parcours : c’est en somme une sorte de « capital humain »[4], de « projection existentielle », selon les termes d’Alain Taupin[5]. La démarche personnelle de réalisation du carnet suscite la curiosité, affine le regard, éveille aux émotions et met la pensée en mouvement : ainsi se construit une culture humaniste et, à partir de là, peut se pratiquer une évaluation formative propre à mesurer l’investissement du créateur.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image —illustration et témoignage (photo), mise en valeur d’un message (arts graphiques), aspects documentaires du réel (image conceptuelle), représentation d’art (peinture)…––  et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

–  narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

–  force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’autre, à d’autres référents culturels,

– double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

De plus, la pratique artistique forge l’esprit de créativité, d’innovation et de spatialisation ; l’hémisphère droit du cerveau, centre de l’image, de la spatialité, de la globalité, de l’intuition et de l’instantané n’est sans doute pas assez mobilisé dans l’enseignement alors qu’il peut jouer un rôle indéniable dans la formation de l’individu. Il ouvre, entre autres, la voie du dessin qui se situe en dehors du monde verbal, siège de l’hémisphère gauche (rationalité, logique, analyse et abstraction) comme le fait remarquer Betty Edwards dans son ouvrage « Dessiner avec le cerveau droit » (Eyrolles, 2002) qui explique ainsi sa méthode : «La compétence globale pour dessiner quelque chose que l’on voit (une personne, un objet ou un paysage) exige seulement cinq compétences de base entièrement axées sur la perception et non une quelconque capacité à dessiner : – la perception des bords. – la perception des espaces – la perception des rapports – la perception des lumières et des ombres – la perception du tout »[6]. En somme, il faut savoir regarder pour être capable de dessiner, ce que pressentait déjà le sculpteur Rodin : « C’est parce que je vois, que je créée ».

Aussi, favoriser cette compétence à travers la réalisation d’un carnet de voyage pourrait être pertinent dans le cadre d’une pédagogie documentaire créative qui allie la double compétence de l’analyse de l’information et de l’observation sur le terrain. C’est ce que les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[7] de Bordeaux ont essayé de proposer : tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, ils sont sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste. Dans le prolongement des actions menées dans l’Académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons aussi expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, la sensibilisation au patrimoine, à l’environnement ou au développement durable.

Ainsi expérimenter diverses techniques de dessin pourrait être une des clés pour mobiliser les aptitudes spatio-cognitives : croquis sur le vif ou rough qui nécessite la rapidité du geste, dessins d’observation qui demande du temps, croquis (de type carnet d’ethnologue-anthropologue) cartes, plan ou schémas qui nécessitent une adaptation explicative, esquisse ou dessin préparatoire à une composition ou un tableau qui demande une disposition artistique tout comme les dessins d’imagination, de souvenirs ou d’après photographie, les bandes dessinées…etc. Le carnet de voyage se définit en effet  essentiellement comme une image mosaïque de procédés graphiques à partir d’une juxtaposition de créations artistiques et documents authentiques, de traces ou d’indices.  Il s’agit de synthétiser une journée en une page composée d’images plurielles qui narrent les évènements en vue d’une lecture éventuelle : elle nécessite donc une certaine adaptation au lecteur qui doit décrypter la page et comprendre les notes visuelles retranscrites par le carnettiste- reporter ou artiste. Il doit lire les images du carnet de voyage.

De plus, le carnet de voyage serait une création plastique innovante pour l’éducation artistique et culturelle car elle favorise diverses compétences : il faut savoir t transmettre l’expérience vécue par l’éveil de tous les sens, témoigner de l’authentique à travers le dialogue entre design et objets et l‘accumulation des indices d’un musée personnel (ou cabinet de curiosités), illustrer la différence culturelle en utilisant la symbolique des couleurs et des  pigments, retracer le cheminement du voyage à l’aide de la charte graphique et du chemin de fer, s’immerger dans « l’exotisme »[8] ou l’identité du pays en créant un objet-livre, retranscrire l’ambiance d’un lieu mais aussi découvrir l’environnement, le patrimoine, la culture et les arts du pays à travers le « reportage graphique ».

Ainsi la formation aux arts visuels est complète puisque l’élève utilise les différents procédés graphiques (calligraphie, typographie, technique du dessin, matériau, photographie), expérimente les diverses fonctions du dessin (d’observation, préparatoire, explicatif, schéma, étude de composition, plan de fabrication) mais pense aussi à la circulation médiatique du médium[9].

Cet outil pédagogique est également au service de la mise en oeuvre des programmes d’enseignement : l’éducation à l’image depuis l’an 2000 au collège (lettres, arts plastiques et hist-géo), l’enseignement de l’histoire des arts depuis 2008, obligatoire au brevet en 2011, l’éducation à l’Interculturel[10] avec la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts[11], l’éducation à l’environnement et au développement durable et l’éducation à la paix, à la tolérance et à l’anthropologie.

Concernant plus spécifiquement la formation à la citoyenneté européenne, il semblerait être un outil adapté[12]. Ses atouts sont indéniables en effet, dans le cadre d’une pédagogie centrée sur l’expression, la créativité, l’image et l’imagination[13] afin de sensibiliser à une éthique du respect et à la curiosité du monde qui favorise l’adaptabilité et de promouvoir l’esprit d’innovation, d’initiation et de mobilité[14]. Cet outil « intermédia », blog ou vblog, est ouvert sur la communication et le travail collaboratif pour la médiation interculturelle et pour l’éducation à l’interculturel. Le carnet de voyage est l’exercice d’un art d’expérimentation qui favorise un regard sensible sur l’autre et permet l’expression identitaire d’un regard-témoignage sur le monde. Outil personnel de recherche et d’inspiration pour les artistes, il est aussi pour le voyageur ethnographe ou pour l’anthropologue le support de réflexions sur les curiosités vues et sur la différence culturelle, une mémoire structurée du vécu qui permet de se projeter dans l’avenir (projet). Il place l’auteur du carnet en position d’artiste à travers une éducation au regard puisqu’il favorise la créativité et sollicite le reportage graphique et la démarche sociologique pour « être témoin et devenir passeur ». Il faciliterait ainsi l’identification à travers le partage du singulier.

Puisque le carnet de voyage se définit comme le récit autobiographique d’un périple dans lequel l’image est centrale par rapport au texte, le genre hybride du récit aurait alors une double vocation (lieux et temps évoqués / psychologie et intentions de l’auteur) : pour l’élève, il s’agit d’écrire objectivement ce qu’il relate, sur le modèle du documentaire, mais aussi de traduire ses sentiments (pulsions d’amour ou de rejet, vocabulaire expressif et mots à fortes connotations) et ses impressions (cinq sens) comme l’évoque le journal intime ou la biographie. De plus, les carnets imaginaires « sur les pas de… » auraient un rôle initiatique car le passage de la lecture au voyage amène au carnet de voyage.  Les apports du voyage rêvé (autant que vécu) sont indéniables pour le lecteur qui devient alors voyageur grâce à la littérature et à l’imaginaire du voyage[15] :

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie » Lamartine.


[1] Titre de la revue de type album photographique créée en 1994 par les publications PEMF.

[2] En référence aux publications sur l’éducation à l’interculturel d’Anne Mojavet et de Gisèle Provost.

[3] En référence aux publications de Rémi Hess, Professeur à Paris VIII.

[4] Intitulé de l’atelier organisé par Patrice Delegue lors du Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011.

http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[5] Directeur-adjoint de l’ONISEP : intervention dans l’atelier « Vous avez dit capital humain ? » lors du Congrès Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011. http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[6] Site de Betty Edwards : http://www.drawright.com/

[7] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet « Carnet de patrimoine européen »)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet « Livre d’artiste et parcours initiatique professionnel»)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet « Interculturalités et vivre ensemble »)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet « Carnet interculturel Anglais-Indiens en Inde du Sud »)

[8] D’après Victor Segalen « percevoir le divers » pour accéder à l’autre.

[9] Les deux notions d’intermédialité et d’artialité sont au cœur de la problématique de la thèse de Doctorat soutenue sur ce genre en SIC à l’université Bordeaux III le 10 décembre 2010.

[10] En référence au dialogue interculturel du Conseil de l’Europe dès 1975.

[11] Voir BOEN n°32 du 28 août 2008 : « L’art et les identités culturelles : altérité et dialogue»au collège, dans la thématique « Arts, créations, cultures » et au lycée, « Arts, sociétés, cultures ».

[12] A noter : l’expérience du ministère « Mon cahier d’Europe », trois cahiers de vacances pour les 7 à 15 ans.

http://www.moncahierdeurope.education.fr/, http://www.education.gouv.fr/cid21525/mon-cahier-europe.html

[13] Les projets européens développent les compétences créatives : retours sur une année thématique porteuse de résultats. Sylvie Thomas. Agence Europe Education Formation France, Soléo, l’esprit mobilité !, mars 2010, n°22. http://soleoweb.2e2f.fr/page.php?page=138

[15] Réflexion développée sous l’angle pédagogique en 2002 sur l’Académie de Reims : voir l’article « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai-juin 2002.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’archéologue : carnet de fouilles et de chantiers archéologiques

Carnet d’archéologue au carnet de fouilles et de patrimoine

Le genre éditorial, du carnet de patrimoine au carnet de voyage

L’éditeur Albin Michel Jeunesse lance en 1991 la collection pionnière de carnets de voyage intitulée Carnets du monde sur des problèmes sociaux d’actualité à destination des adolescents. Elle propose en 1992 une collection spécialisée Carnets de monde : sciences et techniques[1] coéditée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. Le premier titre porte sur Un archéologie en Arabie de l’auteur Vincent Charpentier et il est « dessiné sur le vif par l’illustrateur » Marc Lacaze. Paradoxalement, peu de carnets de voyage contemporains dédiés à l’archéologie sont édités, aussi, nous citerons deux titres édités par Reflets d’ailleurs[2] : Dans le sable de Saqqara de Catherine Adam qui retrace une chronique d’un chantier de fouilles archéologiques tout en offrant une approche sensible de l’Egypte et Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteixde Kristell Chuniaud qui est un carnet de fouilles préventives à vocation de formation professionnelle. Dix ans auparavant, sont publiés deux carnets diffusés à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas de Philippe Delord (Gallimard, 2001) et Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions de Benjamin Flao et de Bernard Buigues (Glénat 2002). Philippe Delord poursuit en 2004 ses investigations sur les pas de Louis-François Cassas à Chypre : Regards croisés sur Chypre (Gallimard, 2004).

Néanmoins, loin du monde de l’édition, quelques services éducatifs de musées archéologiques s’investissent dans la réalisation d’un carnet du parcours personnalisé de l’élève à la découverte des collections. Par exemple, Cap Archéo[3], centre d’éducation au patrimoine sur l’archéologie urbaine de Bordeaux, propose des ateliers d’exploration archéologique à partir d’une enquête documentaire, de fouilles en simulation de chantier, d’activités de laboratoire et de rencontres avec des chercheurs mais aussi une opération Reporters des sciences en archéologie. Autre initiative girondine, Louvre Estuaire[4] inscrit dans la charte Adopter son patrimoine, utilise le carnet de voyage à travers ses pôles de sensibilisation au patrimoine régional : l’architecture romane de Saintonge, l’environnement des marais et la culture poitevine ou saintongeaise.

Corpus decarnets de patrimoine archéologique

Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012. « La publication d’une fouille égyptologique constitue un travail incontournable et exhaustif, destiné au monde scientifique. Le quotidien de la vie d’un chantier, comme l’environnement humain et naturel du lieu, n’y trouvent pas leur place. Le carnet de voyage, tout en illustrant les découvertes d’une manière plaisante, prolonge le regard vers les hommes au travail, l’exotisme du décor, la faune libre ou domestique et offre une approche plus sensible que ne saurait le faire le texte ou le document rigoureux du chercheur. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/carnets-voyage/poussiere-descale/dans-le-sable-de-saqqara/

Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, INRAP, 2012. « Ce carnet de fouille explique à la fois le travail de recherche des archéologues et les méthodes employées au cours de leurs interventions. Mêlant les aspects techniques au vécu du terrain, il invite le lecteur à partager le lent processus d’émergence d’un site. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/autres-collections/carnets-de-patrimoine/mille-ans-dhistoire-aux-portes-de-clermont-ferrand/

Regards croisés sur Chypre, sur les pas de Louis-François Cassas. Philippe Delord. Gallimard, 2004. Pour la seconde fois, Philippe Delord emprunte le chemin de Louis-François Cassas, dessinateur français du XVIIIe siècle. Après Alexandrie, son travail se poursuit sur l’île de Chypre où il continue sa recherche des lieux dessinés par son prédécesseur. Au travers de l’enquête menée, son carnet de voyage révèle les influences multiples qui marquent Chypre au quotidien et, derrière l’image touristique des stations balnéaires, apparaît la réalité d’une île forte de 8 000 ans de civilisations entrant dans l’épopée européenne.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Albums-hors-serie/Regards-croises-sur-Chypre

Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions. Benjamin Flao et de Bernard Buigues. Glénat, 2002. « Un ouvrage scientifique et artistique pour découvrir le mammouth Jarkov, sorti des glaces de Sibérie, et partager l’aventure et les recherches de B. Buigues […]. Bernard Buigues poursuivait une idée fixe : faire dire à Jarkov ce qu’il savait de son époque en analysant les pollens qu’il avait emportés dans sa fourrure, et reconstituer sa chaîne ADN, dans la perspective, un peu folle celle-là, de le cloner. Afin que les caméras et les appareils photo ne témoignent pas seuls au risque de déformer ou de réduire la vie quotidienne des campagnes Mammuthus en Sibérie, il a voulu qu’un illustrateur saisisse cette réalité. Il imaginait qu’un artiste la restituerait de manière plus sensible, plus profonde et plus chaleureuse aussi. Il pensait aussi qu’art et science allaient bien ensemble. Là encore, il avait rudement raison, ce livre en témoigne.»

http://voyage.glenatlivres.com/livre/carnets-de-siberie-9782723439442.htm

Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas, Philippe Delord. Gallimard, 2001. « Sur les traces de Louis-François Cassas, dessinateur voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Philippe Delord nous fait découvrir à travers ses croquis et aquarelles toutes le sfaces cachées de cette ville mythique qu’est Alexandrie. Il revisite les monuments d’alors, ou tente d’en retrouver des fragments qu’il consigne dans ses carnets. dans le sillage de sa bicyclette, il nous entraîne au coeur de la cité et s’attache à décrire les petits métiers, les artisans ou les gentils garnements d’une ville de plus en plus vouée au tourisme et à la mondialisation. »

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Carnet-de-voyages/Alexandrie

L’héritage du carnet de photographies des missions archéologiques

Pascal-Xavier Coste (1787-1879), architecte né à Marseille[5], dirige d’importants travaux de génie civil en tant qu’architecte et ingénieur en Egypte auprès du vice-roi durant une dizaine d’années à partir de 1817. Il écrit en 1839 un ouvrage de synthèse sur l’archéologie égyptienne de la région de Memphis intitulé Monuments du Kaire[6]qui impressionne Eugène Viollet-le-Duc : « le premier, il mettait en lumière, et d’une manière assez complète, l’architecture si remarquable de cette partie de l’Orient ». Ses carnets de voyage offrent un témoignage sur la vie quotidienne autant que sur l’art islamique à travers les dessins de mosquées. Il est choisi par l’Académie royale des beaux-arts pour partir en Perse afin d’y procéder avec Eugène Flandin au relevé architectural des monuments :Tabriz, Qazvin, Téhéran, Qum, Ispahan, Persépolis et Shiraz, Bagdad, Mossoul, Alep et Beyrouth ponctuent ce périple[7] entre 1839 et 1842. Etabli durant cinq mois dans la région du Fars, il s’attache aux vestiges de Pasargades, de Persépolis, de Naqsh-i Rustam, de Naqsh-i Radjab et des environs de Shiraz ; ces relevés sont rassemblés en 1867 dans la publication de l’ouvrage Monuments modernes de la Perse[8], apprécié de Viollet-le-Duc qui juge que « son second grand ouvrage sur les monuments modernes de la Perse est supérieur encore à celui qu’il publia sur Le Caire, et est fait pour célébrer bien des points obscurs de l’histoire architectonique de l’Orient ». Voyageur infatigable, de retour en France, il sillonne l’Europe -l’Italie, l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, la Suisse- et en 1872, à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, il accomplit un dernier périple qui le conduit au Danemark, en Suède, à Saint-Pétersbourg et à Moscou, en Autriche et en Suisse.

Maxime Du Camp (1822-1894), journaliste et homme de lettres élu académicien en 1880, fut aussi l’ami des romantiques, de Gautier et de Flaubert, donc influencé par l’Orientalisme comme en témoignentses œuvres littéraires parmi les vingt-cinq ouvrages dont il est auteur : en 1848, Souvenirs et paysages d’Orient, en 1852, Egypte, Nubie, Palestine et Syrie, comme premier livre français illustré de photographies, en 1854, Le Nil ou lettres sur l’Egypte et la Nubie, en 1861, L’expédition des Deux Siciles, souvenirs personnels. Le salon de 1861, en 1868, Orient et Italie, pour exemples. Il documente durant un an, de 1849 à 1850, la mission archéologique qui lui est confiée par le ministère public à l’aide d’un appareil photographique ou daguerréotype pour rapporter « des images qui permettent une reconstitution exacte » des hiéroglyphes et du patrimoine égyptien. Sur les traces de Chateaubriand et de Champollion, son voyage en compagnie de Flaubert, le mène d’Alexandrie à Beyrouth via Jérusalem, étapes du « Grand Tour » des romantiques et des orientalistes. Il rapporte deux cent quatorze vues dont cent vingt-cinq sont publiées dans Egypte, Nubie, Palestine et Syrie : dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850 et 1851, accompagnés d’un texte explicatif et précédés d’une introduction par Maxime Du Camp, chargé de mission archéologique en Orient par le ministère de l’Instruction publique, chez Gide et Baudry en 1852[9]. L’exposition et le dossier en ligne de la BNF permettent d’approfondir le sujet : « Voyage en Orient : rêveurs d’Orient, les photographies d’Orients 1850-1880, exposition de la Bibliothèque nationale de France (2001-2002) »[10]réalisée par Jacques Lacarrière et Sylvinie Aubenas. De plus, le voyage en Egypte de Maxime Du Camp qui marque l’histoire éditoriale comme le premier livre de photographies, a été réédité plusieurs fois : en 1986, en 1987 et dans une anthologie en 1993[11]. D’ailleurs, l’exposition intitulée Miroirs d’Orients : dessins, photographies, autochromes, vidéo du XIXe au XXe siècle[12] en correspondance avec celle qui a été organisée par le Musée des beaux-arts de Lille « Istanbul traversée-Lille 3000 », propose un parcours d’images du Maroc à l’Iran, de 1830 à nos jours, du dessin orientaliste à la photographie, dans lequel Maxime Du Camp tient une place d’honneur pour fixer la trace de la mémoire égyptienne[13], notamment du carnet de voyage de photographies Egypte, Nubie, Palestine et Syrie  devenu carnet d’inventaire du patrimoine archéologique avec les fonctions du document : archiver, ordonner, moderniser les savoirs, illustrer et informer[14]. Au début du XXe siècle, le sinologue et philologue Paul Pelliot propose des carnets du voyage d’exploration archéologique[15] à travers l’Asie Centrale entre 1906 et 1908. Ils correspondent à une démarche documentaire mise oeuvre avec la collaboration de Louis Vaillant et du photographeCharles Nouette.

Désiré Charnay (Claude-Joseph Le, 1828-1915) est considéré comme le pionnier du reportage photographique à l’étranger depuis son expédition au Yucatan en 1857- 1860 et ses photographies archéologiques des sites de Mitla, Izamal, Chichen-Itza et Uxmal rassemblées dans l’album Cités et Ruines américaines publié en 1862 mais il a aussi publié un récit de voyage[16] au regard critique sur la société mexicaine déchirée par la guerre civile. L’exposition intitulée Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay[17] a permis de présenter le fonds photographique du Musée du quai Branly[18] qui détient d’ailleurs une collection unique sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie datée 1850 à 1870[19] mais aussi de la Société de géographie sur le corpus mexicain[20] détenu par la BNF, Bibliothèque nationale de France.Autant photographe qu’archéologue, il mène des campagnes de fouilles à Tula et à Teotihuacan, à Tenenepanco et à Nahualac, regroupées dans l’ouvrage Les anciennes villes du Nouveau Monde : voyages d’exploration au Mexique et en Amérique Centrale (Hachette, 1885 puis National Géographic, juin1937) tout en parcourant le monde : le Chili, Madagascar en 1863, Java et l’Australie en 1878[21]. Selon lui, «un pays est un livre que chaque voyageur a le droit de commenter à sa manière, en s’appuyant sur la vérité» et qui pourrait aussi définir le carnet de voyage.

Un carnet de fouilles d’archéologue : exposition « Sur les traces de J.C. Golvin » de l’Institut « Ausonius » de l’université de Bordeaux III.

L’Archéopôle d‘Aquitaine de l’Institut Ausonius[22] et de la Maison de l’Archéologie de l’université Michel de Montaigne à Bordeaux propose une exposition rétrospective de l’œuvre magistrale de Jean-Claude Golvin. Architecte, directeur de recherche au CNRS, auteur d’une thèse sur les amphithéâtres romains, Jean-Claude Golvin est spécialiste de la restitution des sites antiques par le dessin aquarellé. Des planches originales présentent les restitutions de villes antiques prestigieuses : Karnak, Amarna, Babylone, Persépolis, Delphes, Palmyre ; accompagnées des « Sept Merveilles » dont le tombeau de Mausole à Halicarnasse et l’Artémision d’Ephèse. Un carnet de voyage est en voie de publication chez Actes Sud Voyage avec l’Empereur qui illustre le luxe et la démesure des palais de l’époque romaine (http://ausonius.u-bordeaux3.fr/archeopole/). Sur le modèle des architectes du Prix de Rome du XIX e siècle, il représente ce qu’il découvre pour restituer et rendre une image pertinente d’un site qui permet alors de mieux comprendre le bâti et de préparer ainsi le travail de restauration. Un DVD intitulé Sur les tracés de Jean-Claude Golvin[23] présente la méthode de restitution de la villa Jovis de l’empereur Tibère (42 avJ.C. – 37 ap J.C.). Archéotransfert[24], cellule de transfert technologique et de valorisation d’Ausonius, permet de numériser, de restituer, de valoriser le patrimoine archéologique et culturel et facilite l’accès des entreprises et des collectivités territoriales aux dernières techniques d’imagerie 3D.


[1] Mention dans le titre de la périphrase « dessiné sur le vif par l’illustrateur » qui définit le carnet de voyage.

[2] Edité par « Reflets d’ailleurs », une maison d’édition clermontoise créée par M. Francillon, responsable de l’association « Tant qu’il y aura des livres » et organisateur de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

[3] Animé par à Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle en Aquitaine : www.cap-sciences.net

[4] animé par la communauté de communes de l’Estuaire de la Gironde à Saint-Ciers sur Gironde.

[5] Voir le fonds Pascal Coste à la Bibliothèque municipale à Marseille qui regroupe 6100 croquis de Marseille, de Provence, d’Egypte , du Maghreb, de Perse et de divers pays d’Europe. Pascal Coste ou l’Architecture cosmopolite.dirigé par Daniel Armogathe, Sylviane Leprun. L’Harmattan, 1990.

[6]  Pascal Coste : toutes les Egyptes. Parenthèses, 1998.

[7] Le manuscrit du « Voyage en Perse » de Pascal Coste est conservé à l’Institut de France.

[8]Voyage en Perse de MM. Eugène Flandin et Pascal Coste pendant les années 1840 et 1841. Paris : Gide et Baudry, 1843-1854, 6 vol. Originaux présentés dans l’exposition « l’art du carnet de voyage de 1800 à nos jours» du musée de la Poste à Paris du 20 avril au 12 septembre 2009. http://www.museedelaposte.fr/Expositions/L_art_du_carnet_de_voyage/index.htm

[9] Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html et http://www.socgeo.org/19_photos.htm

[10] Titre de l’ouvrage de Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 2001 et 1999. Voir la page sur Maxime Du Camp : http://expositions.bnf.fr/veo/photographes/ssindex01.htm

Les photographies d’Orients 1850-1880. Jacques Lacarrière, Sylvinie Aubenas. Bibliothèque nationale de France, Hazan, 1999.

[11] Egypte éternelle. Jean-Claude Simoën. Lattès, 1993. (à travers la photographie de 1840 à 1890 : Maxime Du Camp, Francis Frith ou Félix Bonfils). Un voyage en Egypte vers 1850. Maxime Du Camp. Sand, Conti, 1987. Voyage en Egypte : photographies de Maxime Du Camp. Gustave Flaubert. Entente, 1986 (Impressions de voyage).

[13] Pour fixer la trace : photograpie, littérature et voyage au milieu du XIX e siècle. Marta Caraion. Droz, 2003 (Histoire des idées et critique littéraire). Littérature et photographie orientaliste ou la mémoire égyptienne de Du Camp. Marta Caraion, Romantisme, année 2003, volume 33, numéro 120, p. 57-65.

[14] La photographie : entre document et art contemporain. André Rouillé. Gallimard, 2005 (Folio essais, n°450).

[15] Carnets de route 1906-1908. Paul Pelliot. Musée national des arts asiatiques-Guimet, Les indes savantes, 2008. (Mémoires sur l’Asie).

[16] Voyage au Mexique : 1858-1861. préface de et comment. Pascal Mongne. Désiré Charnay. Ginkgo, 2001 (Mémoire d’homme).

[17] Exposition « Le Yucatan est ailleurs »,expéditions photographiques (1857-1886) de Désiré Charnay. Exposition dossier « galerie suspendus Est », 13 février – 13 mai 2007, Christine Barthes. http://www.quaibranly.fr/uploads/tx_gayafeespacepresse/MQB-CP-Le-Yucatan-est-ailleurs-Desire-Charnay-FR.pdf

Le Yucatan est ailleurs : expéditions photographiques de Désiré Charnay. Pascal Monge, François Brunet, Sabrina Esmeraldo. Actes Sud, Musée du quai Branly, 2007 (Les dossiers du Musée du quai Branly). http://www.photographie.com/?prdid=117528&secid=2

[19] Fonds photographique du Musée du quai Branly avec une collection unique de 1850 à 1870 sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie. http://ymago.quaibranly.fr/La base de données Ymago permet d’avoir accès aux différents fonds photographiques du musée (téléchargement uniquement sur commande).

[20] Une collection de 20 000 images issues des conférences de la Société de géographie (à partir de 1875) dont 2107 plaques de verre concernant le continent américain ont été versées au catalogue de la BNF après numérisation : le corpus le plus important concerne le Mexique de Teobert Maler à Palenque en 1877 et de Désiré Charnay sur le Yucatan de 1881 à 1886, entre autres. Voir l’article p. 25 de la revue « Chroniques de la BNF », n°48.

[21] Fonds conservé au département cartes et plans de la BNF depuis 1942 : 100 000 photographies et 43 000 plaques de verre : Trésors photographiques de la Société de Géographie : communiqué de presse. BNF Galerie photographie, Louis Roederer Champagne. http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

[22] Unité Mixte de recherche (UMR 5607) du CNRS et de l’Université Michel de Montaigne créée en 1996 par le regroupement de centres de recherches sur l’Archéologie, l’Histoire de l’Antiquité (mondes grec et romain) et du Moyen-Âge.

[23] Produit par le CNRS Images : 1 place Aristide Briand 92 195 Meudon Cedex France (http://videotheque.cnrs.fr).

[24] http:/ /archeotransfert.cnrs.fr ; pour contact par courriel à : loic.espinasse@u-bordeaux3.fr, pascal.mora@u-bordeaux3.fr, robert.vergnieux@u-bordeaux3.fr.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Analyse par l’image de destinations touristiques mises en valeur à partir de carnets de voyage et de carnets de patrimoine

Le Mali et le Maroc sont deux pays marqués par une identité culturelle riche et qui ont été un terrain favorable pour l’ethnologue et ont suscité la création de carnets de voyage « ethnographiques ». Ils présentent en effet certaines caractéristiques communes : l’authenticité, l’absence de démarcation entre le sacré et le profane[1], la survivance de l’artisanat et la préservation de la culture face au développement économique. De plus, ces pays ont gardé un caractère « pittoresque » (terme du XVIIIe siècle) malgré leur succès touristique : ils sont donc à l’origine de l’imaginaire voyageur emprunté à l’Orientalisme. Il semblerait intéressant d’opposer le corpus du Mali à celui du Maroc, l’un est à l’origine de l’ethnographie, l’autre à celle de l’art orientaliste. La production contemporaine de carnets correspond-t-elle encore à cette épistémologie ? Les albums en ligne de voyageurs proposent-ils une vision exotique de la destination touristique ? Quelle représentation du pays offrent-ils ?

Ainsi quelques problématiques sembleraient pertinentes à étudier à partir d’un corpus de 27 carnets de voyage tous supports de l’ouvrage à l’audio-visuel et au numérique:

La vision exotique, pittoresque ou authentique du Mali : la référence au mythe (ex : Gauguin) ;

– La vision exotique, pittoresque ou authentique du Maroc : la référence à l’ethnographie  (ex : Delacroix) ;

– Les notions de reportage graphique et de témoignage ethnographique : vérification de l’hypothèse (vision partagée ou observation participante) ;

– Les caractéristiques d’une « Géopoétique » du voyage à opposer à l’image didactique comme message interculturel.

Corpus d’une vingtaine de carnets de voyage ouvrages

Sur le Mali :

1-      Mali Mélo : carnet d’un voyage au Mali. Cothias, Le Corre et Loisel. Editions Glénat, 2000.

2-      Ce petit bout d’Afrique : carnets de voyage de Quentin Lacoste. Quentin Lacoste. Magelan & Cie, 2004.

3-       La surface des morts. Badaire, Jean-Gilles. Fata Morgana, 2004.

4-      Mali, sur les rives du Niger. Gildas Flahault. Presses de la Renaissance, 2004

5-      Balade en pays Dogon. Pascal Goudet. Asa, 2004

6-      Mali, carnet di viaggio. Stefano Faravelli. EDT, Turino, 2005 (et Gallimard, 2006)

7-      Amani, impressions du pays Dogon. Sarah Letouzey et les enfants du village. Editions de la Boussole, décembre 2005

8-      Mali, une flânerie royale. Van Den Driessche. Les éditions des Riaux, mars 2006 (collection Spiral)

9-      L’explorateur, le missionnaire et le photographe : les carnets de Gwenaelle Tropez. Magellan et Cie, 2007. (Coups de crayon).

10-   Carnets d’Afrique. Miquel Barcelo. Le promeneur, 2003.

Sur le Maroc :

A- Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

B-     Sahara : l’offensive du sable. Tarik Oulehri, dessins de Laurent Corvaisier. Albin Michel Jeunesse, 1991.

C-    Saharas : carnets de voyage. Simon. Editions de la Boussole, 2001.

D-    Mes carnets du Maroc. Cloé fontaine. Flammarion, 2001.

E-     Maroc. Anne Steinlein. Presses de la Renaissance, 2003.

F-     Marrakech. Jean-Loup Eve. Nouveaux Loisirs. Gallimard, 2004.

G-    Je vous écris du Maroc, Marrakech, le 4 mai. Editions du Garde-temps, 2004.

H-    Carnets du Maroc. Lizzie Napoli. Equinoxe, 2004 (Carnets d’ailleurs).

I-       Essaouira, la perle du Maroc. Les carnets de Philippe Lorin. Magellan et Cie, 2006.

J-      Marrakech : culture populaire de la médina. Elzbieta et Hassan Jouad. Editions du Rouergue, 2007.

K-    Viaggio In Sahara : voyage au Sahara. Iliprandi. Edizioni Nuages, 2008.

Pour référence, deux carnets de voyage historiques qui offrent deux points de vue différents : l’un est un carnet d’aventurier et d’ethnologue, l’autre celui d’un peintre voyageur. Deux regards et quêtes du voyage divergeants avec cependant un propos ethnographique commun.

– « Tombouctou ou le premier voyage à Djenné et à Tombouctou» de René Caillé de style carnet de voyage d’un aventurier ethnologue datant de 1826-1828

– « Album d’Espagne et d’Afrique du Nord » d’Eugène Delacroix lors de son voyage au Maroc de style carnet de peintre datant de 1832. (Voir l’ouvrage : Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Bibliothèque de l’image, 2000).

Corpus de carnets de voyage audio-visuels et numériques

COUSIN Christophe. Les routes mythiques d’Echappées belles : treize épisodes. France 5.

http://www.francetvod.fr/site-vod/echappees-belles/

DE MAXIMY Antoine. J’irai dormir chez vous. Diffusé par France5. Paris : Bonne Pioche/ Voyage, 2004 – 2007

DE MAXIMY Antoine. J’irai dormir chez vous : saison 3. Paris : France5. Bonne Pioche/ Voyage, 2009.

http://www.jiraidormirchezvous.com/index-fr.php?page=accueil

TETEREL Xavier et Nathalie Lemarchand Prix du carnet de voyage multimédia 2005 : http://carnetdumali.free.fr

ROUCH Jean. Coffret Jean-Rouch. DVD, éd. Montparnasse, 2005 : film Les Maîtres fous (1954).


[1] Les rites religieux sont présents dans le quotidien

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de l’artiste en voyage : l’art du carnettiste du terrain à l’atelier

L’art du carnettiste du terrain à l’atelier : du croquis à la diffusion éditoriale

Le carnet de voyage est fonction du voyage, du regard de l’artiste-voyageur et du rendu artistique du voyage qui est un déplacement et qui nécessite une pratique artistique adaptée au contexte. Au-delà du regard porté sur le pays et de l’apport à la connaissance d’une culture, le carnet de voyage semblerait se résumer à son rendu iconographique, celui d’un déplacement dans l’espace, voire d’un regard sur le voyage, défini comme un parcours initiatique vers l’Autre et vers la différence. Ainsi, nous pourrions nous demander si le carnet de voyage peut être considéré comme une création de l’esthétique pour traduire « la poétique du voyage » et s’il peut être envisagé comme le témoin des valeurs symboliques d’une civilisation pour transmettre une vision projetée. En effet d’après Ernst Gombrich[1] : « Le peintre ne fixe pas ce qu’il voit mais ce qu’il sait d’une réalité » (regard social et culturel) et  « L’art n’existe pas ; seuls les artistes existent, il faut passer par l’intermédiaire de la culture pour découvrir le Beau ». De plus, le métissage artistique de l’image traduit la vision métissée du voyage, le collage est la technique la plus courante, c’est à dire une composition artistique obtenue par la juxtaposition d’éléments hétérogènes par leur source ou leur nature. Il sert l’hybridité du carnet de voyage, produit du croisement de deux éléments de genre et d’espèce différents. Mais le carnet de voyage n’est qu’une vision de l’ailleurs et de l’errance parmi d’autres manifestations en arts plastiques ou réalisations artistiques[2]. Les notions complexes, qui oscillent entre l’ailleurs imaginé, projeté, fantasmé, et le déplacement physique ou le cheminement intellectuel, sont propices à la création artistique nourrie par les voyages  sous toutes leurs formes. Les artistes contemporains redécouvrent-t-ils, avec la peinture sur le motif, l’art en plein air prôné par les aquarellistes anglais et les impressionnistes ? En fait, au-delà de l’introduction d’éléments naturels dans la création, la nature elle-même est objet d’inspiration et d’interventions sur et dans le paysage. En fait, plus que le voyage lui-même, l’exotisme serait porteur de créativité parce que la confrontation à d’autres repères géographiques et culturels change le mode de pensée et le regard de l’artiste. Il retranscrit autant la vision du monde, son regard bouleversé sur le monde, que le bouleversement de sa perception et le changement intérieur. L’artiste majorquais Miquel Barcelo, de renommée internationale[3], fait de son installation voyageuse, une « pirogue-atelier », le cœur de sa création à la découverte du fleuve Niger qu’il remonte vers le Nord-Est sur mille quatre cent kilomètres. Son atelier voyageur lui permet de réaliser de nombreux carnets de voyage, qui signent son œuvre. Cependant, plus qu’un carnet de voyage, c’est le voyage qui devient œuvre d’art puisque l’atelier-pirogue est le support artistique du voyage.

Pour saisir le temps et métamorphoser l’instant de l’esquisse (pendant le voyage) le rough est indispensable à la réalisation du carnet de voyage qui retrace un périple vécu. Formés à technique du rough, la plupart des carnettistes ont commencé comme « roughman », anglicisme qui définit l’homme du croquis, le virtuose du dessin en agence de communication ou de publicité. Le rough semblerait un pré-requis professionnel car il transcrit l’effet visuel d’une campagne de publicité sur des boards ou planches à dessin avec des croquis destinés à proposer un projet au client. Si l’agence est sélectionnée par ce dernier, le créatif se sert du travail « en rough » pour dessiner la campagne et changer de style en fonction du produit et des idées du directeur artistique. La plupart des carnettistes comme Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Roudeau, Troub’s, Simon, par exemple, se servent au quotidien de carnets de croquis, d’esquisses ou d’études qui permettent d’exercer continuellement cette aptitude et de prendre en notes graphiquement ou visuellement des idées.

Les deux temps, celui du terrain et celui de l’atelier, peuvent se compléter mais aussi s’exclure. Certains carnettistes, privilégiant le rough en voyage, évitent de retoucher leur création ultérieurement afin de préserver ainsi la valeur de témoignage, chère à leur déontologie de voyageur et d’artiste qui vit le voyage comme le processus de la démarche artistique. Pour eux, l’art du carnet de voyage s’exerce le temps du voyage et se termine avec lui : tels que Cathy Beauvallet, Jean-Loup Eve, Elsie Herberstein, Giancarlo Iliprandi, Philippe Lorin, Reno Marca, Bertrand De Miollis, Damien Roudeau… D’autres préfèrent revenir sur leur création en atelier pour prolonger les bénéfices de l’ailleurs avec la distance critique, le filtre de la mémoire et la maturité du voyage qui changent et métamorphosent l’artiste dans sa créativité : Stefano Faravelli, Gildas Flahault, Cloé Fontaine, Geneviève Hué, Sophie Ladame, Simon, Gwenaëlle Trolez…Leur travail créatif s’accompagne de lectures, de recherches, de réflexions pour approfondir le regard du voyageur, le regard de l’artiste se situant dans le prolongement de celui du voyageur. L’artiste offre alors l’expression différée de ses impressions de voyage. Pour eux, deux temps sont indispensables : celui de la captation du réel et de l’extériorité lors du voyage, ensuite, celui de l’imprégnation et de l’intériorité en atelier qui offre alors l’œuvre d’art. Ses deux démarches semblent ouvrir le genre sur deux notions différentes du temps et de la gestation de l’œuvre : l’immédiateté ou la durée. Les premiers se situent dans la lignée des dessinateurs-reporters et du reportage graphique mais aussi des photographes ; ils estiment que la perception et le rendu se doivent d’être au plus proche de l’authenticité du vécu, alors que les seconds se nourrissent de l’héritage des peintres et des plasticiens qui métamorphosent leurs impressions et leur ressenti pour se sentir au plus proche de la sincérité de leur création et de leur interprétation artistique à partir du réel.


[1] Chercheur en historien de l’art et Directeur l’Institut Warburg de Londres en 1959, il occupe la chaire d’Histoire de la Tradition classique de l’Université de Londres en 1959. Il fut anobli en 1972 et reçut l’ordre du mérite en 1988 ainsi que de nombreuses récompenses et distinctions internationales. Son ouvrage « Histoire de l’art » est paru en 1986 chez Flammarion ; il est l’ auteur d’une douzaine d’ouvrages d’histoire de l’art traduits en français.

[2] Visions de l’ailleurs. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2009 ; Figures de l’errance. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2007.

[3] Ses oeuvres exposées dans différents musées français (CAPC de Bordeaux, musée des Arts Décoratifs de Paris, Centre Georges-Pompidou, musée du Jeu de Paume, Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence) et dans de nombreuses autres galeries et musées américains et européens.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts