Hybridation et intermédialité

Le carnet de voyage, de l’hybridation iconotextuelle vers la sur-hybridation

Du collage à « l’oeuvre hybride », son iconographie fait référence à « l’art métis » et donne naissance à des formes aux marges du genre « carnet de voyage » qui sont au creuset de l’intermédialité : entre bande-dessinée, album de photographie-reportage et journal intime filmé, entre roman graphique et adaptation animée, qui évoquent pourtant le carnet de voyage. L’intermédialité du genre (hors du support papier) favorise le processus de l’hypertextualité lié à la transposition ou à la reprise d’un genre par un autre. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il un genre intermédiatique ? De cette réflexion découle la définition du genre intermédiatique et des processus à l’œuvre. L’artialité ou l’hybridation en art est-elle à l’origine du processus de l’intermédialité ?

La naissance d’un genre artistique, issu de collages et de collision entre les arts, est la première étape ; ensuite, après la reconnaissance du genre, sa diffusion s’effectuerait au sein des médias dans un phénomène de confusion médiatique. Aussi le carnet de voyage serait-il multimédia, inter-iconique et hybride, puisque « l’album d’images » s’insère dans la narration cinématographique, de l’hypertextualité à la transposition. L’hybridité de l’album « carnet de voyage » a des points communs avec le reportage graphique, le story-board et le livre d’artiste. Le carnet de voyage serait à la fois une « oeuvre mosaïque » et une « œuvre hybride » qui tend vers la combinaison des images médiatiques et des images artistiques. Le carnet de voyage, dans ses développements récents, représenterait la forme d’une « mosaïque numérique », nourrie de l’esthétique de la mondialisation et du métissage artistique, culturel, voire médiatique et de l’intermédialité[1]. Des formes sur-hybridation dont nous donnerons des exemples sont nées : en somme des combinaisons entre bande dessinée, carnet de voyage, l’album de photographie-reportage, « journal filmé », roman graphique, roman d’aventure, adaptation animée.

La combinaison des images médiatiques et des images artistiques de certains carnets de voyage en ligne, blogs ou sites web, s’inspire peut-être de collaboration entre un journaliste, un photo reporter et un dessinateur à l’origine d’albums hybrides comme « Irak, année zéro » d’Arnaud de La Grange, Thomas Goisque et de Bertrand de Miollis ou comme « le photographe » de Guibert, Lefèvre et Mercier, album complété par un DVD-document d’une chargée de mission MSF réalisé pour France 3. Ainsi le carnet de voyage vidéo, intitulé « Pocket Japan » de Kraftfeld[2] rend compte de vingt et un jours au Japon qui mêle images vidéo et extraits d’images d’actualité ou mangas, soit des « incoporations filmiques »[3] selon Nathalie Roelens qui les distingue en quatre types : « cinéma et photographie », « « cinéma et dessin », « cinéma et écriture » et « cinéma et peinture ». Le carnet de voyage vidéo ou en ligne combine les incorporations. Aussi intermédialité, multimédialité et hypermédialité semblent indissociables et ouvrent donc à l’œuvre mosaïque.

L’édition du carnet de voyage, qui a eu ses années de standardisation éditoriale, semblerait suivre le même esprit dans la quête d’une hybridité du genre, sous-tendue par un impact marketing qui tend à diffuser sur tous supports ou sur supports combinés de type « livre-DVD-CD ». Ainsi le genre s’exporte vers d’autres médias et s’élargit à d’autres genres dans une notion d’intermédialité et de métissage des images. L’album comme la bande dessinée interrogent l’intermédialité : l’université d’été du CNBDI ne porte-t-elle pas sur La bande dessinée trans-média,  cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples [4] et La littérature de jeunesse à la scène comme à l’écran[5] ? Une table ronde de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand mène une réflexion similaire sur « Le carnet de voyage multimédia, intermédia et transmédia »[6]. De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[7].

Bibliographie :

BABIR Sémir, ROELENS Nathalie, Visible. L’hétérogénéité du visuel : intermédialité visuelle. PULIM, université de Limoges, février 2008, n°3.

BARBOZA Pierre. Internet : la circulation mondiale des images. Dictionnaire mondial de l’image. sous la dir. Laurent Gervereau. Paris : Nouveau monde éditions, 2006, p.552-555.

BARBOZA Pierre, WEISSBERG Jean-Louis. L’image actée : scénarisations numériques, parcours du séminaire « L’action en image ». L’Harmattan, 2006. (Champs visuels)

BELLOUR Raymond. L’entre-images : photo, cinéma, vidéo. Paris : La différence, 1990, 2002. (Les essais)

BELLOUR Raymond. L’entre-images 2 : Mots, images. Paris : POL, 1999.

BRAUN Carol-Ann, GENTES Annie. La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?. Les Cahiers Louis-Lumière « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005, n°3.

CAUNE Jean. Esthétique de la communication. Paris : PUF, 1997. (Que sais-je ? n° 3259).

CAUNE Jean. La médiation culturelle : une construction du lien social. Les enjeux de la communication, 2000.

COUCHOT Edmond, HILAIRE Norbert. L’art numérique : comment la technologie vient au monde de l’art. Paris : Flammarion, 2003 (Champs).

COUCHOT Edmond. La critique face à l’art numérique : une introduction à la question : séminaire Interarts de Paris de l’université des arts, 1999. Paris : Klincksieck, 2001

DEJASSE Edwin. Des cases très sensibles. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007. (CIRCAV, n°19)

FONTANILLE Jacques. Intermédialité : l’affiche dans l’annonce-presse. Visible, PULIM, février 2008. n°3, p. 108-109.

FROGER Marion, MULLER Jürgen Ernst. Intermédialité et socialité : histoire et géographie d’un concept. Münster : Nodus, 2007.

GROENSTEEN Thierry. Un objet culturel non identifié. Paris : Editions de l’An 2, 2006 (Essais).

HIGGINS, Dick. Intermédia (écrit en 1965). Fluxus dixit : une anthologie. Textes réunis par Nicolas Feuillie. Paris : Presses du réel, 2002.

HIGGINS Dick. Something Else Press Newsletter. New York, February, 1996, n°1.

JEANNERET Yves. La page à l’écran, entre filiations et filières. L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens. Limoges : PULIM, 2008. p. 154.

LANCIEN Thierry, DELAVAUD Gilles (Préf.). Dossier : D’un média …l’autre. Médiamorphoses, avril 2006, n°16.

LANCIEN Thierry. D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Médiamorphoses, INA, A. Colin, avril 2006, n°16.

MATTELARD Tristan (Dir.). Médias, migrations et cultures transnationales. Paris : INA De Boeck, 2007. (Médias-recherches)

MULLER Jürgen Ersnt. Vers l’intermédialité : histoire, positions et options d’un axe de pertinence. Médiamorphoses, « D’un média…l’autre », n°16, janvier 2006.

MULLER Jürgen E. L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision. Cinémas, vol.10, n°2-3, 2000, p. 105 –134.

SCHUITEN François, PEETERS Benoît. L’aventure des images. De la bande dessinée au multimédia. Paris : Autrement, 1996.

Les promesses de l’hybridation numérique, X, l’œuvre en procès. Paris : Publications de la Sorbonne, 1996.


[1] Recherches menées par Jürgen Ernst Müller dans le cadre du centre de recherche sur l’intermédialité de Montréal, CRI  : http://cri.histart.umontreal.ca/cri/

Voir les recherches menées par Thierry Lancien, Professeur en SIC à l’université de Bordeaux III (GRESIC-MICA) http://gresic.u-bordeaux3.fr/index.htm

[3]     Incorporations filmiques. Nathalie Roelens. In L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens, PULIM, 2008, p. 71-87.

[4]  Du 5 au 7 juillet 2010 à Angoulême : http://www.citebd.org/spip.php?article1399

[5]  Du 30 juin au 1 juillet 2010 à Charleville-Mézières :  http://univ2010.wordpress.com/about/

[6]  Du 19 au 21 novembre 2010 :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/

[7] De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les arts graphiques pour l’apprentissage des langues et des cultures

Les arts graphiques -reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste- pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive »

Communication au colloque art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures organisé par le Lalic-Cirhill, UCO, à Angers du 5 au 7 septembre 2011

Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique et que mobiliserait les capacités cognitives de l’hémisphère droit du cerveau. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Dans le cadre de pratiques éducatives de mobilité internationale et européenne le carnet de voyage favoriserait la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique à partir de l’émotion artistique et le sensible. Il serait le vecteur de cette authenticité (Joëlle Aden, 2010) dans une éducation interculturelle et à l’interculturel et aux échanges avec l’Autre et sa culture que l’on reconnaît à travers l’art. A partir des spécificités du reportage graphique ou dessiné et du carnet de voyage, nous verrons en quoi ces outils seraient pertinents pour éduquer au regard et à la compréhension de l’Autre. Oeuvre mosaïque, collée et combinée d’images de diverses fonctions, le carnet de voyage est une œuvre sensorielle, créative et initiatique.

Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[1] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Bibliographie

ADEN, Joelle. Apprentissage des langues et pratiques artistiques. APLV, 2010.

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica, Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale).

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

Sur le carnet de voyage :

– Argod Pascale. Le carnet de voyage, outil de formation à la mobilité internationale, In Actes du Congrès international « La lettre et l’esprit »  sur la mobilité internationale, organisée par l’Agence Europe Education Formation France, les 29 et 30 juin 2010, avril 2011.

– Argod Pascale. Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010.

– Argod Pascale. Le carnet de voyage au regard de la sémiologie de l’image, Revue ARGOS n°46-47, double numéro « Images en lecture », du CRDP de Créteil, juin 2010.

– Argod Pascale, Créer un carnet de voyage pour éduquer au regard interculturel, Cahiers Pédagogiques, n°450, dossier « Images » en ligne, février 2007.

– Argod Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. SCEREN-CRDP d’Auvergne en 2005,173 p. (29 fiches pédagogiques).


[1] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet naturaliste pour l’étude de l’environnement et des écosystèmes

Des carnettistes illustrateurs naturalistes qui voyagent et publient leur carnet de voyage

Les naturalistes carnettistes ou illustrateurs naturalistes contemporains les plus renommés sont publiés dans la collection de référence « Carnets naturalistes » chez Nathan à partir de 1991 : Serge Nicolle, Jean Boutin, Denis Chavigny, Denis Clavreul, Eric Alibert, Patryck Vaucoulon, Alan Johnston, et Benoît Perrotin. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001. Quant à Denis Clavreul, il est conseiller scientifique et graphique pour la réalisation d’encyclopédies et de guides d’écologie dès 1989. Illustrateur, il participe à de nombreux ouvrages pédagogiques pour la protection de l’environnement dont huit carnets naturalistes et une douzaine d’expositions depuis 1980 en Europe. Après Serge Nicolle en 1991, pour l’Amazonie, et Denis Chavigny en 1994, pour la Loire, il est aussi à l’origine des premiers carnets de naturalistes toujours édités chez le même éditeur Nathan : Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne avec Yvon Guermeur, en 1995. Depuis il publie chez Gallimard : Carnet du littoral : la Corse en 1995, Carnet de Tanzanie et Carnet du Lubéron en 1996 et Pour une Loire vivante en 1998 Magie d’Afrique en 2001 sur la faune et la flore africaine de Tanzanie, et récemment deux carnets chez Gallimard Loisirs dans la collection Carrés de jardin:  Les jardins ouvriers en 2006, Les jardins de Villandry en 2005.

Patryck Vaucoulon effectue des missions scientifiques sur l’île de Crozet dans l’Antarctique entre 1979 et 1981 pour étudier les manchots royaux, puis il effectue de nombreux voyages dans le Grand Nord : Scandinavie, Groenland, Canada, Spitzberg. Après l’exercice de son métier d’enseignant de sciences naturelles à Madagascar, il est retourné récemment aux Terres australes et antarctiques françaises : il a dessiné alors les manchots dans Voyage en aquarelle, de la terre Adélie aux Kerguelen chez l’éditeur grenoblois Libris en 2004. Eric Alibert, aquarelliste naturaliste reconnu, est auteur de quatre carnets de voyage naturalistes dont tout récemment en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque chez Somogy. Alan Johnston, artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, est auteur-illustrateur de six ouvrages comptes-rendus de plusieurs expéditions scientifiques : en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Quant à Eric Alibert, il publie des carnets en 1996 chez Nathan Carnets naturalistes autour du Mont-Blanc avec Daniel Ariagno et Jean-François Desmet et en 2000 Carnets naturalistes en Provence et en 2006 Carnet de voyage dans le Caprivi : Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria chez Slatkine et en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque  chez Somogy.

Les expéditions en Amazonie ont motivé la publication de carnets de voyage. En 1992, l’Amazonie, haut lieu de la végétation tropicale et de la luxuriance, devient un sujet de prédilection de carnettistes naturalistes. Ainsi, Mario Carelli réalise chez Gallimard-Jeunesse   A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence , une chronique de 1826 à 1829 d’un jeune peintre niçois sur l’expédition scientifique du baron de Langsdorf, patronnée par le tsar Alexandre 1er le long du fleuve Amazone. En 2002, s’est déroulée l’expédition Jules Verne de la traversée de l’Atlantique en voilier à la découverte des Açores, de l’Amazonie, de la Guyane et de la Martinique. Un carnet de voyage en rend compte chez Equinoxe : L’expédition Jules Verne à bord du trois mâts Belem  de Jean-Christophe Jeauffre et de Michel Bez. Le carnet de voyage de Claudie Baran intitulé Carnet d’Amazonie (Flammarion, 2004) est centré sur l’expédition d’une ethnologue dans le territoire des indiens Korubo, placée sous l’égide de la Fondation nationale de l’Indien du Brésil (FUNAI en 1996). Mêlant nervures de feuilles, écorces et insectes collectés aux expressions picturales ou photographiques, ce carnet livre la beauté envahissante et angoissante de la forêt tropicale. Cette année, un carnet de voyage du naturaliste Eric Alibert vient de paraître sur la préservation de la biodiversité en Amazo

Des naturalistes ornithologues et leurs carnets d’observation

A la suite de l’illustre Jean-Jacques Audubon[1], le grand peintre des oiseaux qui publie de 1827 à 1839 Birds of America, composé de 435 planches gravées et colorées qui restituent détail et comportements, l’Anglais John Gould a réalisé quelques milliers de plaques lithographiques d’oiseaux entre 1831 et 1881 qui l’ont amené à voyager en Asie, en Australie et vers les Indes Orientales. Il est l’auteur de The birds of Great Britain[2] qui couvre cinq volumes édités de 1862 à 1873.

Trois naturalistes ont pris pour spécialité l’ornithologie : Alan Johnston, Denis Chavigny et le Canadien Robert McLellan Bateman. Alan Johnston est un artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, auteur – illustrateur de six ouvrages. Il a participé à plusieurs expéditions scientifiques en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Il publie des carnets en 1996 La baie du Mont-Saint-Michel chez Gallimard-Jeunesse (Carnets du littoral) en 2000 chez Nouveaux loisirs Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston puis en 2001 Carnets d’un naturaliste en Normandie (Val d’Orne)  chez Nathan. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001 chez Delachaux et Nestlé en 2001 Un jour, un oiseau : mille croquis de terrain et L’album des oiseaux d’Europe et  en 2003 Le carnet de l’ornithologue : France, Suisse, Belgique. Quant à Robert McLellan Bateman, il est doté d’une double formation de naturaliste au Royal Ontario Muséum de Toronto et d’artiste avec le peintre Schaefer qui lui permet d’enseigner les arts et la géographie dans le secondaire. A travers l’art, il défend la cause écologiste partout dans le monde. Il s’oppose notamment à l’exploitation forestière et à la pêche intensive, messages manifestes dans ses peintures. Ses ouvrages témoignent de son engagement pour l’écologie et pour l’ornithologie : Portraits of nature en 1985, Thinking like a mountain en 2000 et Birds en 2002.

Les premiers carnets naturalistes pour sensibiliser à la préservation de la biodiversité

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux en 1911, Encyclopédie artistique et documentaire de la plante en 1913, Etude de la mer, Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913, Etude de la forêt en 1927 puis La plante exotique en 1931.

Théodore Monod, géographe, ichtyologue, géologue et ethnologue offre une « quête d’absolu » sur les 9000 Kilomètres parcourus. Reconnu au niveau international, il livre dans « Méharées » sa conception des sciences naturelles comme « connaissance systématique de notre planète et l’inventaire de ses sciences » : ichtyologie, carninologie, géologie, paléontologie, archéologie, botanique, ethnologie…Dès 1934, ses  Carnets de récoltes transcrivent sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue du Tifinagh touareg…Un carnet de voyage Tais-toi et marche[1] a été édité et relate sa traversée de la Mauritanie. Il a cherché à découvrir les indices des touaregs qui leur servent à se repérer dans le désert. Les points stratégiques dessinent le chemin de l’eau autour duquel s’ordonnent la vie et l’espace nomades. Deux éléments, l’eau et le vent, créent des empreintes mobiles observables dans les ondulations du sable et les craquelures de l’argile. Elles révèlent les mouvements, le type de relief et la nature du sol qui servent à recomposer une topographie. Avec l’étude des rares végétaux, le chemin souterrain de l’eau est deviné. Ce travail à la quête de la survie fait alors la synthèse des sciences naturelles et montre que chaque peuple développe des savoirs géographies spécifiques à son environnement. L’exposition « le siècle de Théodore Monod » de 2002 au muséum national d’histoire naturelle consacre le savant[2]  de ses lieux à travers ses herbiers, ses carnets et ses cent cinquante articles.

En ce qui concerne la faune française, trois grands naturalistes, Paul Jouve, le Suisse Robert Hainard et Léon Méganck, ont publié des carnets naturalistes. Quant à Henri Fabre, il s’illustre comme entomologiste. Paul Jouve (1880-1973), peintre, sculpteur et dessinateur-illustrateur spécialisé dans l’art animalier, participe à des expositions dès l’âge de seize ans. Remarqué lors du salon des Artistes français, l’architecte Binet lui confie la décoration de la porte monumentale de l’exposition universelle de 1900. Il voyage ensuite à travers l’Europe et l’Afrique du Nord pour étudier la physionomie dans différents zoos et se passionne pour l’Extrême-Orient, Ceylan et l’Indochine. Reconnu pour pénétrer le caractère de chaque espèce animale, il a illustré les ouvrages de Kipling dont Le Livre de la jungle de Pierre Loti et Les Fables de La Fontaine.

Robert Hainard[3], graveur et sculpteur sur bois[4], se consacre, à partir de 1932, à l’observation de la nature, récapitulée dans  ses observations d’animaux dans les Cévennes et dans les Causses. Sa prise de conscience écologique sur la disparition de la nature est l’objet d’une publication en 1943 Et la nature ?. De1948 jusqu’à 1968, il multiplie alors les voyages d’étude de la faune à travers l’Europe : le loup en Tchécoslovaquie et en Laponie, les castors et les élans en Norvège et en Suède, le lynx et les bisons en Pologne, l’ours en Serbie, les chats sauvages en Yougoslavie…Macédoine, Pays de Galle, Bosnie, Angleterre, Ecosse, Belgique, Hollande…De 1968 à 1971, il voyage en Afrique orientale (Ouganda, Kenya, Tanzanie) et obtient en 1970 le titre de docteur es sciences de l’Université de Genève. Il part en Islande en 1976 et en Inde en 1977. Son ouvrage Les mammifères sauvages d’Europe fait autorité depuis plusieurs décennies et son œuvre d’illustrateur rassemble trente mille croquis de terrain puisqu’il publie plusieurs carnets naturalistes : Croquis de terrain chez Payot-Lausanne en 1975 puis Le monde sauvage de Robert Hainard chez Louvain-la-Neuve en 1988, Croquis d’Afrique en 1989 et Le cercle rouge : voyages naturalistes de Robert Hainard dans les Pyrénées avec Stéphan Carbonnaux (Hesse, 2002) et enfin Herbier alpin, herbier divin avec Stéphanie Corinna Bille et Germaine Hainard Roten (Slatkine,2004). Critiquant la croissance et la surpopulation, il prône le progrès technique pour sauvegarder la nature sauvage en diminuant la pression de l’humanité.

Léon Méganck est le tout premier naturaliste à éditer dès 1989, son carnet naturaliste intitulé Impressions radieuses dans les Alpes de lumière : le carnet d’un naturaliste en haute Provence chez Scriba à Aix-en-Provence. Très récemment, en 2004, il revient au carnet illustré mais à destination de la jeunesse, sous forme de bande dessinée-album intitulé Le maître de la taïga : la vie légendaire d’un tigre de Mandchourie. Textes adaptés d’après les récits de Nicolas Baïkov chez l’éditeur bruxellois Safran. Dès 1971-72, René Volot édite ses Carnets d’un naturaliste en 2CV[5] consacrés à sa traversée du Sahara sur les pas de Théodore Monod qui a publié de nombreux carnets de récoltes et de recherches ethnographiques conservés au Muséum d’Histoire naturelle. En 1980, les carnets naturalistes sur la nature dans différentes régions de France commencent à paraître; Henri Ulrich publie en effet ses Carnets d’un naturaliste sur l’Alsace intitulés Attentes nocturnes et Léon Meganck ses Impressions radieuses dans les Alpes de lumière sur la Haute Provence en 1989, Serge Nicolle et Jean Boutin, leurs Carnets d’un naturaliste en Camargue en 1991, Denis Chavigny, ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire en 1994.

Jean-Henri-Casimir Fabre écrit ses premiers souvenirs entomologiques[6] publiés en 1878 et organise des excursions botaniques au Mont Ventoux et se lie d’amitié avec le philosophe anglais John Stuart-Mil pour un projet sur la flore du Vaucluse. Précurseur de l’éthologie, la science du comportement animal et humain, cet «observateur inimitable», selon Darwin, voua sa vie à l’étude des insectes. Ses deux ouvrages sont disponibles : Souvenirs entomologiques : études sur l’instinct et les mœurs des insectes chez Sciences Nat en 1985 et Souvenirs d’un entomologiste : 1823-1915 chez Balland en 1986.


[1]     Tais-toi et marche : journal d’exploration – El Ghallaouya-Arafane-Chingetti de 1953 à 1954, Théodore Monod, Actes Sud, 2002 (archives privées).

[2]     Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception, Rolland Billard et Isabelle Jarry, Editions du Muséum national d’histoire naturelle, 1997.

[3]     Robert Hainard, chasseur au crayon. Stéphane Carbonnaux. Editions Hesse, 2006.

[4]     Il rentre à l’Ecole des Arts industriels de 1921 à 1926.

[5]     réédité par Le Coudray-Macouard, 2006 (Les inestimables).

[6]     Le fonds Fabre, de 1866 à 1873, est consultable au Musée d’Avignon, Esprit Requiem ; naturaliste avignonnais qui fit don au musée de l’intégralité de ses collections.

 


[1] Il est le symbole de l’écologie américaine ; « The Audubon Sociéty » est créée en 1886, ce dont témoigne le muséum qui lui est consacré à Nantes.

[2]     Extrait de cent quarante lithographies dans l’ouvrage intitulé Les Oiseaux d’Europe de John Gould John Gould. Bibliothèque de l’image, 2000.

nie : Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque (Somogy, 2007).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Interculturalités et éducation à la citoyenneté

Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle

Communication au colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.

http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/colloque13/appel_colloque13.pdf

De multiples pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle peuvent favoriser le vivre ensemble à l’école et en classe : de l’enseignement de l’histoire de l’immigration au voyage scolaire ou aux échanges européens de type Comenius ou Léonardo, l’éducation à l’interculturel est un objet pédagogique commun afin de promouvoir la compréhension de l’Autre. Dans le cadre de ces pratiques éducatives comment nous interroger l’identité culturelle en favorisant la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique. Le carnet de voyage semblerait un outil pédagogique adapté car il est créatif et qu il allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1]. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus[2]. Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[3] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de l’enseignement de l’histoire de l’immigration, il prend alors toute sa dimension initiatique de quête des racines et de construction de l’identité. Nous avons en effet expérimenté un carnet de voyage aux racines familiales qui a concerné deux classes multiculturelles de cinquième qui a permis d’aborder plusieurs notions à travers une pratique artistique plastique et d’écriture : l’identité, l’interculturalité, la découverte des autres cultures, le parcours individuel et familial. Aborder la question de la construction de l’identité à travers le parcours individuel de l’enfant et de sa famille jusqu’à son arrivée sur le quartier est un sujet difficile à aborder, aussi nous avons privilégié l’expression des élèves sur l’histoire de la famille (et la culture des grands-parents). La fabrication du carnet de voyage qui témoigne du déplacement vécu au contact des autres et de la différence culturelle a semblé un outil pertinent pour atteindre cet objectif éducatif.

Bibliographie :

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’approche ethnographique : l’école et la formation des adultes. Pratiques de formation (Analyses), Décembre 1990, n°20.

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’éducation et les défis interculturels. Pratiques de formation (Analyses), mai 1993, n°5.

ARDOINO, Jacques (éditorial). Le travail de l’interculturel : une nouvelle perspective pour la formation. Pratiques de formation (Analyses), février 1999, n°37-38.

ARGOD Pascale. Trois bibliographies thématiques d’une quinzaine de pages : Echanges culturels et ouverture sur le monde : éduquer à l’anthropologie, Interculturel, diversité culturelle et intégration sociale, Francophonie et plurilinguisme en Europe : interculturel et langues. Rubrique « Ressources » du site de l’IUFM d’Aquitaine-Bordeaux IV, 2006. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.aquitaine.iufm.fr/documentation/bibliothematic/biblioDyn.php?ens=1

BEACCO Jean-Claude. Dimensions culturelles des enseignements de langue : des mots au discours. Paris : Hachette Livre, FLE, 2000.

COLIN Lucette, HESS Rémi (pref.). L’interculturation du monde. Paris : Anthropos, 2000. (exploration interculturelle et science sociale)

CONDAT, Sophie. Bibliographie Education interculturelle. CIEP, juin 2008. [en ligne]. Disponible sur : http://www.ciep.fr/bibliographie/Education_interculturelle.pdf

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS, Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi (Dir.), WULF Christophe. Parcours, passages et paradoxes interculturels. Paris : Anthropos, 1999. (exploration interculturelle et science sociale)

THIEBLEMONT-DOLLET Sylvie. Art, médiation et interculturalité. Paris : Presses universitaires de Nancy, 2008. (Interculturalités, n°2)

COLLOQUE DE l’ADECE (Association pour le développement des échanges et de la comparaison en éducation). Echanges éducatifs internationaux : difficultés et réussites. Actes du 2e colloque de l’ADECE 18-20 mai 2000 à l’IUFM de Montpellier. Paris : L’Harmattan, 2002.

COLLOQUE ANTHROPOLOGIE, INTERCULTUREL ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DES LANGUES à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord en décembre 2008.

http://users.utu.fi/freder/anthropo/appelacom-4.pdf

Approches interculturelles en éducation : dossier de synthèse. Service de veille scientifique et technologique. INRP Institut national de recherche pédagogique. [en ligne]. Disponible sur :http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/Interculturel/bibliographie.htm


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.

[2] Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010. Article publié dans inter CDI, n°228, nov-décembre 2010.

[3] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage de l’ethnologue – anthropologue

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’histoire du carnet de voyage  annonce l’essor de l’ethnographie moderne aux origines de l’illustration orientaliste, à partir de 1798, et de la passion de la découverte géographique depuis 1821. Les premiers « ethnographes » ont cherché quel était le médium le plus adapté à leurs relevés : carnet de notes, journal de route, carnet d’esquisse, carnet de récoltes. Les écrits de l’exploration sont en effet à mettre en relation avec l’histoire de l’ethnographie et de l’ethnologie-anthropologie ; de plus le carnet de voyage place, au cœur de son projet et de sa démarche, le regard, l’observation et l’enquête ethnographiques; il semblerait annoncer les prémisses de l’anthropologie et de la sociologie visuelles, bien avant l’usage de la photographie.

Corpus de fonds anciens de carnets de voyage ethnographiques

Manuscrits ethnographiques

– Fonds iconographique du Musée Guimet de plusieurs missions de 1909 à 1923 sur le site de l’Iconothèque du CRLV, programme Viatica : Mission Segalen

http://www.sidosoft.com/icono/

http://www.victorsegalen.org/article.php3?id_article=3

– Jean Malaurie et ses deux carnets de recherche, fonds polaire du Muséum d’histoire naturelle à la bibliothèque du centre d’études arctiques

http://transpolair.free.fr/sciences/fonds_malaurie/historique.htm

– Les carnets de Paul-Emile Victor sont archivés dans le fonds « Paul-Emile Victor » de la bibliothèque du Musée de l’Homme :

http://www.paulemilevictor.fr/chapitre10_fr_22.html

– Des carnets d’ethnologues – anthropologues sont conservés au Musée de l’Homme sur le catalogue des bibliothéques MUSCAT et qui réouvrira en 2013 :

http://192.134.151.21/ipac20/ipac.jsp?profile=bnmh#focus

– Des images pour penser l’autre : des explorations à l’exposition universelle de 1931. Musée du Quai Branly :

http://modules.quaibranly.fr/e-malette/

 

– Fonds et collections d’ethnographes en France, PortEthno, réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France, Mission ethnologie de la direction de l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture.

http://www.culture.gouv.fr/culture/mpe/portethno.htm

 

– Fonds Frédéric Cailliaud de la Bibliothèque scientifique Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes :

http://www.museum.nantes.fr/pages/03-apercu/echino/fredericcailliaud.htm

 

 

Fonds ancien numérisé de photographies

– Fonds conservé au département Cartes et plans de la BNF depuis 1942 : 100 000 photographies et 43 000 plaques de verre : Trésors photographiques de la Société de Géographie : communiqué de presse. BNF Galerie photographie, Louis Roederer Champagne. http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

– La photothèque du Musée d’ethnographie de Bordeaux II : un fonds de 12 000 photographies dont environ 8.000 clichés sur plaque-de-verre dont le 1er hivernage français en antarctique par J. B. Charcot : http://www.meb.u-bordeaux2.fr/phototheque/photo.htm,  http://www.meb.u-bordeaux2.fr/charcot/index.htm

– Le fonds photographique du Musée du quai Branly avec une collection unique de 1850 à 1870 sur la photographie en rapport avec le voyage ou l’anthropologie. http://ymago.quaibranly.fr/

La base de données Ymago permet d’avoir accès aux différents fonds photographiques du musée (téléchargement uniquement sur commande).

– Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France : http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html

http://www.socgeo.org/19_photos.htm

Collection de la Société de la Géographie, département « Cartes et plans de la BNF »

– Amérique Latine de la fin du XIXe siècle :

J. CREVAUX, Carnets de route de la mission Emile Arthur Thouar à la recherche de Jules Crevaux, dans le Chaco argentin et paragayen et en Bolivie, Société de Géographie, BNF

T. NOVIS, Carnets de croquis faits durant cette expédition par Théophile Novis, Société de Géographie, BNF.

F. GARNIER. Journal de la commission d’exploration du Mékong (13 juillet 1866 – 26 novembre 1867) et exploration du Meicong du 25 mai 1866 au 12 juin 1867.

– Le manuscrit préparatoire à l’édition de 1852 de l’ouvrage à photos collées sur le voyage en Egypte fait le prestige de la Société de Géographie mais aussi du fonds « Du Camp » de l’Institut de France :

http://www.bibliotheque-institutdefrance.fr/fonds/photographies.html

http://www.socgeo.org/19_photos.htm

– Mission Jean Chaffanjon en Orénoque en 1886 jusqu’au territoire Guaharibo aux sources de l’Orénoque

http://www.bnf.fr/PAGES/presse/dossiers/soc_geographie.pdf

Manuscrits du fonds ancien de manuscrits d’expéditions géographiques

– Le Service historique de la Marine au Château de Vincennes et du musée de la Marine au Palais de Chaillot ainsi que dans les villes portuaires conservent des carnets de voyage des dessinateurs des expéditions maritimes.

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/02fonds-collections/archivdefense/fondmarine/topo/central.htm

– Le tour du monde de La Coquille, 1822-1825. présenté par Alain Morgat ; préface du contre-amiral Alain Bellot. Paris : Service historique de la défense, Éd. du Gerfaut, 2005.

http://www.librairie-maritime.com/article.cfm?art=8450&detail=true

– Fonds des plaques de verre du « service historique de la défense » : Louis Gabriel Viaux.

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Photographies-et-cartes-postales.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, niche marketing pour l’édition du tourisme

Le carnet de voyage est une niche marketing pour le guide de voyage et expérimente des cibles de l’édition du tourisme

L’édition de tourisme et de voyage optimise leur collection et développe une offre sur Internet[1]. Le secteur éditorial du tourisme, notamment des guides, est un marché très compétitif qui se porte bien en 2007 et cible donc sur les destinations hors des sentiers battus et des collections à la conception originale ciblée sur les désirs des lecteurs qui font des excursions à la journée, des séjours courts dans des villes européennes en prenant le temps de profiter de leurs passions plutôt qu de consommer le plus de visites possibles. Ainsi, Hachette propose les collections intitulées « Evasion en ville » et « Evasion en France » et Gallimard vise le guide pratique avec « Géoguide » et « Spiral » dans le style magazine. Le succès des « city-guides » correspond à une forte demande qu’illustre le succès de la collection « Cartoville » de Gallimard, soit 84 % de progression de 2005 à 2007 ; elle s’ouvre d’ailleurs à des villes moins connues comme Dubaï ou Tanger. « Le Guide Vert » de Michelin suit la vague d’engouement vers les destinations citadines, tout comme la collection « Wallpaper City » de Phaïdon qui cible sur le design et l’art. Par ailleurs, les destinations hors des sentiers battus sont en constante augmentation chez les éditions Marcus, reconnues comme pionnières avec Cuba, le Yémen et la Colombie, puis chez « Le petit futé » avec plus soixante-dix titres de destinations ciblées. Lonely planet pousuit dans cette veine avec des destinations telles que l’Algérie, les Canaries et Israël et les territoires palestiniens. D’autres choisissent la carte du régionalisme comme les éditions Ouest-France, Edisud ou Mondéos. Nous remarquons que la même tendance est perceptible du côté des carnets de voyage qui ont inauguré, avant le guide de voyage, les destinations ciblées, hors des sentiers battus, comme Cuba, le Laos, le Cambodge, l’Algérie qui est le sujet de quatre carnets de voyage sortis entre 2007 et 2009. Le régionalisme tourné vers le tourisme vert a eu ses heures de gloire avec les collections naturalistes et notamment la collection des « Carnets du littoral » [2]. Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional est toujours d’actualité dans le style « le carnet citadin » sur les villes françaises, suite à des commandes éditoriales réalisées par les offices de tourisme ou les municipalités[3]. De plus, certains illustrateurs de carnets de voyage, comme Alain Bouldouyre ou Florine Asch, ont aussi illustré des guides touristiques, en 2001, de la collection «Vacances secrètes » de l’éditeur Arthaud : Rome et sa région, illustré par Florine Asch, L’Ecosse et sa région, Moscou et sa région et Berlin et sa région, illustrés par Alain Bouldouyre. La tendance actuelle de l’édition du carnet de voyage s’oriente vers les carnets de voyage régionaux ou de villes ; elle suit ainsi l’édition du guide touristique marqué par un engouement pour les destinations de type week-end prolongé, plutôt citadins et de proximité, sur le modèle de l’édition du guide touristique, phénomène renforcé récemment par la crise économique.

Ainsi, le carnet de voyage serait bien une niche et expérimenterait les cibles de l’édition du tourisme. Voyageurs hors-normes, les carnettistes recherchent l’authenticité et l’originalité, sources de créativité et donc ouvrent, sans s’en douter, vers « les niches du tourisme». De plus, leur créativité dans le domaine de l’objet-livre peut initier des thèmes originaux : par exemple, Hachette a publié Paris énigmes, Jeux de pistes et énigmes à Paris, Paris 0…d’autant plus que certains carnettistes sont directeurs artistiques d’entreprises culturelles ou de communication dans la vie professionnelle et s’inspirent donc de leurs goûts dans leur travail. En 2009, plusieurs guides se sont inspirés du carnet de voyage dans un esprit de créativité et de renouveau du guide classique : «Ouest-France» lance la collection « Autour de » qui associe un auteur et un peintre qui croisent leur regard notamment sur Perros-Guirec, Phaidon étoffe sa collection sur le design et l’art, Dakota se tourne vers le livre-objet avec Intramuros sur des idées de balades, Lonely Planet s’intéresse aux lieux de tournage avec Destination et un portrait de ville à travers des citations et la rencontre de personnalités dans  En bonne Compagnie, Le Petit Futé mise sur le jumelage guide et DVD, pour sa collection « Country guide », et le Guide du Routard, sur la collection « G’palémo », regroupant des carnets dessinés de scènes de la vie quotidienne pour pouvoir communiquer sans frontières de langues. L’éditeur Jean-Louis Pagès de Solilang propose depuis 2006 l’angle original de l’exploration du quotidien d’un pays étranger propre au carnet de voyage ; pour lui « l’aventure au coin de la rue, même si la rue est au bout du monde ». Mais qu’adviendra-t-il du carnet de voyage, au regard du « tourisme face à la crise »[4], touché par une baisse de 10 % en décembre 2008 qui s’est répercutée par un recul de 2% des ventes de guides de voyage? Toutes les maisons d’éditions se recentrent en effet sur le tourisme régional français et sur le tourisme citadin. Un ouvrage hybride, issu autant du carnet de voyage que du guide touristique, intitulé Ma Bretagne autour de Perros-Guirec de Dominique Corbasson, est paru en avril 2009 chez l’éditeur «Ouest-France». Il allie la découverte originale d’un itinéraire en fonction du moyen de locomotion (à pied, à vélo et en bateau), la peinture à travers soixante-dix œuvres à l’acrylique et un contenu informatif de conseils pratiques (tels que les restaurants, les plages, les marchés, les indications de mouillage…) apparentés au guide touristique. Preuve en est que le carnet de voyage influence l’édition du guide touristique qui se doit d’innover en temps de crise économique dans le tourisme.


[1]  Voir l’article intitulé « Tourisme », Libre Hebdo, 29 février 2008, Supplément au n°723.

[2]     Des dessinateurs naturalistes et les collections de carnets de voyage dès 1991

[3]     Le carnet de voyage, version guide patrimonial pour valoriser le tourisme régional

[4]     Voir l’article intitulé « Le tourisme face à la crise», Libre Hebdo, 13 mars 2009, Supplément au n°768.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Soumission pour publication : un historique du carnet de voyage

Souhait de publier sous la forme d’un ouvrage illustré de fonds iconographiques de musées  ou de la BNF (Estampes) la première partie de ma thèse de Doctorat « Aux origines du carnet de voyage : la rencontre des sciences de l’homme et des arts » (200 pages)

Il s’agit de définir et de circonscrire le genre éditorial de ce que l’on entend par « carnet de voyage », c’est à dire une production à la croisée des genres. En effet, l’édition actuelle offre un panorama très large qui parfois se situe aux limites du récit, de la littérature de voyage et de l’autobiographie, du guide touristique et du documentaire, de l’album photographique et du livre-objet création esthétique…Ainsi, il m’a semblé opportun de dresser, dans une première partie, une recherche historique aux origines de l’ethnographie et aux sources de l’oeuvre picturale à travers l’esquisse. Elle semble bien approprié au sein des recherches menées par le laboratoire IMAGINES sur la culture visuelle mais aussi sur les mutations, les médiations et les objets culturels. Le carnet de voyage est lié à l’histoire de l’ethnographie et donc de la discipline de l’ethnologie-anthropologie mais aussi au voyage d’exploration (XVIe siècle) ou de formation artistique et humaniste (XVIIe siècle). Dépendant de l’histoire du livre d’artiste et de l’esquisse de l’œuvre picturale, l’héritage est marqué par des peintres illustres dont certains ont une vision ethnographique de l’ailleurs (Delacroix et Gauguin). Le genre prend naissance avec « le livre imagé » et « le livre d’artiste » qui ouvrent réciproquement sur l’illustration et l’art du collage aux sources des arts graphiques. De nombreuses tendances artistiques innovantes du XXIe siècle et fort diversifiées formeraient le creuset d’un art d’expérimentation en arts plastiques (le mouvement Fluxus, notamment) et lanceraient les prémisses du carnet de voyage, comme œuvre d’art à part entière ; les recherches historiques relient donc le creuset anthropologique à l’histoire de l’art, de l’art pictural aux arts graphiques et plastiques et posent la problématique du genre entre création artistique et production documentaire.

Aussi pour mener ce travail d’enquête historique sur l’histoire du carnet de voyage, j’ai consulté les bases documentaires en ligne des bibliothèques et des musées, mon sujet relevant autant du livre que des arts graphiques. Situer l’objet dans sa dimension historique a permis de vérifier les ébauches de caractéristiques sémiologiques. Cette enquête historique m’a semblé apporter une valeur scientifique à une définition de cet album, qui se dérobait au fil des nouveautés éditoriales, de plus en plus innovantes et surtout hybrides. Les anthologies de Farid Abdelouahab m’ont permis de cerner quelques auteurs illustres –explorateurs, aventuriers ou artistes– et d’en découvrir d’autres au fil des recherches. J’ai essayé de mener mon travail en complémentarité du sien et d’apporter des éléments nouveaux. Aussi j’ai omis volontairement certains des exemples qu’il cite pour essayer d’en découvrir d’autres et d’axer mon propos de manière chronologique et donc à partir d’une histoire de l’art du carnet de voyage. J’ai essayé de circonscrire le sujet par d’autres approches afin de situer le genre dans une vision globale, historique et culturelle, de l’image fixe de type « illustration de l’ailleurs » et de définir certains enjeux historiques, techniques et culturels qui permettent d’appréhender l’engouement ou le désintérêt, fluctuant au fil de l’histoire, pour le genre lié au voyage d’exploration, à l’art pictural et aux arts graphiques ainsi qu’aux évolutions du livre. Ainsi, mes approches historiques et sémiologiques ont été les suivantes : la diffusion livresque des découvertes scientifiques, les carnets des naturalistes voyageurs à la quête de spécimens botaniques ou zoologiques, les voyages d’exploration au XXe siècle liés à la naissance de l’ethnologie-anthropologie, la source de l’œuvre picturale et les techniques artistiques, les caractéristiques des premiers carnets de voyage de peintres, l’apogée du « livre imagé », l’illustration et l’art du pittoresque, la naissance du reportage géographique, les prémisses de l’album de voyage, la naissance du livre d’artiste, les mouvements artistiques du XXe siècle, de l’art du collage des dadaïstes à l’art hétérogène du Pop-Art, la place de certains peintres ou illustrateurs contemporains aux limites du genre, les héritages de la littérature viatique (récit de voyage illustré) mais aussi des photographes voyageurs. Les deux ouvrages généraux sur l’image que sont le Dictionnaire de l’image, publié sous la direction de Françoise Juhel et sous la coordination de Francis Vanoye (Vuibert, 2006), et le Dictionnaire mondial de l’image, publié sous la direction de Laurent Gervereau (Nouveau monde éditions, 2006), m’ont été d’une aide précieuse pour compléter ou vérifier les recherches que j’avais commencées afin d’éviter d’oublier une étape dans la chronologie culturelle.

Esquisse du plan (détaillé dans la thèse) :

Chapitre 1 : Aux origines ethnographiques du voyage

1.1. La diffusion livresque des découvertes scientifiques et leur incidence sur le genre

1.2. Les origines lointaines du carnet et de l’ethnologie-anthropologie

Chapitre 2 : Aux sources artistiques du carnet de voyage

2.1. De l’oeuvre picturale : esquisses et inspiration

2.2. Caractéristiques et spécificités des six premiers « carnets de voyage » de peintres illustrés

2.3. Naissance du « livre imagé » sur le voyage au XIXe siècle pour « voir » l’ailleurs

2.4. Aux prémisses de l’album de voyage

Chapitre 3 : Du livre d’artiste au témoignage du voyage

3.1. Le livre d’artiste, oeuvre d’art selon les mouvements artistiques du XXe siècle

3.2. Des livres d’artistes ou des carnets de voyage ?

3.3. Sur la route, rendre compte du voyage, des héritages de la littérature vers l’image : du métissage des arts visuels et des lettres.


 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de patrimoine : d’architecture, d’urbanisme, d’archéologie et d’ethnographie

L’édition contemporaine du carnet de voyage empreinte à différents genres graphiques ou artistiques hérités du carnet de recherche compte-rendu de fouilles archéologiques ou de projet de réalisation architecturale. Ce carnet de croquis oscille alors vers le carnet de projet ou de rough personnel pour la création et oublie ses origines de carnet de voyage ethnographique qui décrit le pittoresque du pays. Au XVIII e siècle, la naissance de l’aquarelle et l’essor du tourisme en l’Angleterre, engendrent la pratique artistique du carnet de voyage, reflet d’un regard du voyageur, étonné et admirateur de sites historiques. Héritière de cette épistémologie, une large palette de carnets valorise aujourd’hui le patrimoine local, régional et mondial. L’édition obéit, il est vrai, à un engouement pour le tourisme culturel qui offre la part belle aux sites classés « patrimoine mondial de l’humanité » par l’Unesco. Elle impose aussi aux touristes et aux gouvernants la nécessité de préserver les hauts lieux historiques. En classe, le carnet de voyage permet de sensibiliser à l’architecture, à l’urbanisme et au patrimoine en arts plastiques et en histoire – géographie, souvent thèmes transversaux d’actions éducatives nationales réalisées en partenariat avec les services éducatifs de musées.

Corpus de carnets de patrimoine :

1- Des carnets d’architectes

1-1- Le Corbusier, Aldo Rossi, Albert Laprade, Paul Rudolph…

Voyage d’Orient. Carnets, Electa, Le Moniteur, Fondation Le Corbusier, Milan, 1987.

Le voyage d’Orient. Le Corbusier. Marseille : Parenthèses, 1987 (Architecture).

Le Corbusier. Carnets, The architectural History Foundation, New York, 1981 –1982, Hersher/Dessain et Tolra, Paris, 1981 – 1982.

Corbusier. Le voyage en Orient. Le Corbusier. Editions Forces Vives. Meaux, 1966.

Jean-Michel Dalgabio : Lyon, Athènes, Constantinople : les dessins du voyage de 1843. François Tomas, Bernard Merlin. Publications de Saint-Etienne, 2002.

Les carnets d’architecture d’Albert Laprade (1920 – 1950). Albert Laprade. Kubik, 2006

Les rues de Paris à travers les croquis d’Albert Laprade : édition augmentée de 12 planches. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1995

Architectures de la méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1983.

Architectures de France : à travers les croquis d’Albert Laprade. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1981.

Croquis 07 : l’Europe méridionale et l’Asie mineure. Albert Laprade. Berger-Levrault, 1981.

Aldo Rossi : dessins 1990 – 1997, précédé de « Les dessins d’Aldo Rossi, chère architecture ». Dirigé par Marco Brandolisco, Giovanni Da Pozzo, Massimo Sheurer, Michèle Tadini. Arles : Actes Sud, Milan : F. Motta, 1999.

Paul Rudolph : dessins d’architecture. Moniteur, 1981.

Dessins d’architecture. Paul Rudolph. OLF, 1974.

1-2- Dominique Lenclos et Christian Dardennes à l’origine de collections pionnières

Les couleurs du monde, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions, 1999 (Géographie de la couleur).

Les couleurs de la France, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions , 2003 (Géographie de la couleur).

Les couleurs de l’Europe, Lenclos, Jean-Philippe. Paris : Le moniteur Editions, 1995 (Géographie de la couleur).

Le Grand Louvre : dessins de chantier (1991 – 1993). Christian Dardennes. Société des éditions régionales »,1993.

Falcons in the nest… : a falcon factory sketchbook, Un métro pour le 21e siècle, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Le projet Météor : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

La maison de France télévision : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Une aérogare pour l’an 2000 : Roissy – Charles-De-Gaulle 2F : dessins de chantier, Christian Dardennes. Société des éditions régionales,1999.

Dessins de chantier : la restauration du Petit Palais, Christian Dardennes. Paris –Musées, 2006.

2- Quelques carnets de voyage contemporains d’artistes illustrateurs

2-1- Sur le patrimoine et l’architecture en France

Le Havre, carnets d’escale, Jean-Claude Piriou, Marc Wiltz. Magellan, 2006 (Coups de crayon).

Le train à vapeur des Cévennes, d’Anduze à Saint-Jean- Du-Gard. Agnès Maloine. Ed. du Rouergue, en 2006. (Carnet de voyage).

L’âme des maisons normandes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2006 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons des bords de Loire. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2006 (L’âme des maisons).

Rêverie bretonne. Thomas Héritier. Romagnat : Ed. De Borée, 2006 (Carnet de voyage).

D’argile et d’hommes : carnet de voyage au cœur de Terreal. Gérard Paul Cavallier, Maurice Hamon. Somogy, 2006. ( histoire de la tuile et de la brique et d’un métier ancestral).

L’âme des maisons du Sud-Ouest. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2005 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons alsaciennes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2005 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons des Alpes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2004 (L’âme des maisons).

L’âme des maisons provençales. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2004 (L’âme des maisons).

Les parures du fleuve, Saintes, Cognac. Georges Lemoine. Somogy, 2004 (deux classes de collège et de lycée s’expriment sur le fleuve symbolisé par l’eau, la pierre et l’écorce pour le réseau de villes Charente-Océan.

Armoriques : balades de Corto Maltese en Bretagne. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2004.

Mes châteaux de la Loire : carnet de Gonzague Saint-Bris. Philippe Lorin, Gonzague Saint-Bris, Flammarion, 2003.

Itinéraires niçois : encre de Chine et aquarelles. Sylvie T. Nice : Serre, 2003.

Avec cédérom présente un itinéraire pédestre de douze jours alliant art contemporain et sauvegarde du patrimoine dans l’Est de Digne à la découverte de neuf bâtiments rénovés contenant une œuvre.

La ballade de la mer salée. Hugo Pratt, Jacques Ferrandez, Michel Pierre. Casterman (Les balades de Corto Maltese), 2002.

L’âme des maisons bretonnes. Marie Le Goaziou. Ill. de Lise Herzog, photo de Bernard Galéron. Rennes : Ouest-France, 2002 (L’âme des maisons).

Refuges d’art. Andy Goldsworthy. Roche-La-Molière : Artha, Digne-les-Bains : Musée Gassendi, 2002.

Carnet de voyage à Saint-Gobain. Maurice Hamon, Gérard Paul-Cavallier. Somogy, 2001. (histoire architecturale et technique sur trois siècles du site verrier entre Laon et Soissons fermé en 1995).

Les bancs-reposoirs napoléoniens. Eban. La Broque : Les petites vagues, 2001 (Trésors d’Alsace).

L’abbaye de Beauport. Jean-William Hanoteau. Gallimard-Jeunesse, 1996 (carnets du littoral).

Gordes et l’abbaye de Sénanque : mes carnets. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1996

Mon voyage à Sète. Lizzie Napoli. Equinoxe, 1995

Escale en Corse : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1994

Provence, carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993

Escale à Saint-Malo : carnet de voyage. Lizzie Napoli. Edisud, 1993

Une aventure au Mont-Saint-Michel. Lizzie Napoli. Rivages 1989

Carnets de voyage en Provence. Lizzie Napoli. Rivages 1987

2-2- Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

 L’épopée de Compostelle. François Tallandier. Clermont-Ferrand : l’Instant durable, 2006 (Compas, n°6).

Un artiste chinois, pèlerin de l’art, sur les chemins de Compostelle, Ji Da Hai. Rennes : Ouest-France, 2005 (Itinéraires d’artistes).

Compostelle, il n’est que de partir : récit d’un parcours inhabituel de Saint-Jean-Pied-De-Port à Saint-Jacques-de-Compostelle par Onati et Oviedo, Jacques et Pierre Patureau. Biarritz : Atlantica, 2005.

Saint-Jacques-de-Compostelle, François Dermaut. Grenoble : Glénat, 2003.

Carnet d’un peintre sur le chemin de Compostelle, Patrick Jager. Grenoble : Glénât, 2003 (Sillages).

Compostelle , carnet d’un pèlerin, Jacques Dary. Rennes : Ouest-France, 2003 (Le lecteur de l’imaginaire).

Un normand sur les chemins de Compostelle. Jean Marguerite. Cully : OREP, 2003 (Carnet de voyage).

Du Puy à Conques par le chemin des pèlerins. Anne Le Maître. Ed. du Rouergue, 2002, (Carnet de voyage).

Carnets de chemin : de Besançon à Compostelle, en aquarelle, Manola Salvador et Madelaine Griselin. Créer, 2002.

Regards sur le chemin de Compostelle : volume 1, Du Puy-en-Velay à Saint-Jacques-de-Compostelle, Pierre Castillou. La librairie des Pyrénées et de Gascogne, 2002 (Regards sur).

2-3- Sur quelques villes françaises

 Bayonne : voyage intérieur. Sylvie Forestier. Biarritz : Atlantica, 2006.

Vauban maritime. Arnaud d’Aulnay. Gallimard loisirs, 2006 (carnet de voyage).

Souillac : portes du Midi. Christoff Debusschere (peintre officiel de la Marine avec la collaboration de Georgette Delpech, Denis Kerjean et Karine Meuzard). Ed. des Riaux, 2006 (spiral).

Sète, surprenant voyage. Cathy Beauvallet. Editions Jalan, 2005.

Banlieue nomade : carnets de voyage autour de Paris. Les carnettistes tribulants. Alternatives, 2006.

Lyon, ville ouverte. Régis Neyret, Micheline Colin. Lyon : S. Bachès, Beaux-Arts, mars 2003, n°6.

Arrêts sur Brest : la ville de Brest vue et dessinée à partir de son réseau de bus. Commentaires de Brestois. Erwan Le Bot. Brest : Ed. Océaniques, 2002.

Les 36 ponts de Paris : promenade sur les ponts, les passerelles et les viaducs, le long de la Seine et du canal Saint-Martin, Claude Agnelli. Magellan, 2001 (Coups de crayon).

2-4- Sur l’architecture hors Europe

 La cité interdite : le dedans dévoilé. Charles Chauderlot et de Cyrille Javary Ed. du Rouergue, en 2004 et 2006. (Carnet de voyage).

Pékin, ultimes regards sur la vieille cité. Charles Chauderlot, She Lao. Rodez : Ed. du Rouergue, 2006.

Brasilia, ventura ventis : voyage graphique. Albi : Requins marteaux, 2005.

Visages d’Alexandrie. Marine Estrangin Le Mans : Harpocrates Publishing, 2005

Les couleurs d‘Alexandrie. André Pelle Le Mans : Harpocrates Publishing, 2005.

Dans les sables de Saqqara.  Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, 2005.

Carnet d’Alexandrie : sur les pas de Cassas. François Delord. Editions Galimard, 2000.

Pablo Tillac : traqueur d’images 1897 –1969 : Paris, New York, Madrid, Euskal Herria, Pays Basque. Claude Denlaletche. Elkarlanean,1999.

Un archéologue en Arabie. Vincent Charpentier, Marc Lacaze. Albin Michel Jeunesse, Cité des Sciences et de l’Industrie, 1992 (Carnets du monde : sciences et techniques).

2-5- Réalisés par des carnettistes architectes de formation

Voir les diplômes des écoles d’architecture et d’ENSAD non publié réalisés sous la forme de carnets de voyage.

 Mes carnets du Maroc, Cloé Fontaine. Flammarion, 2001.

Mes carnets du Japon, Cloé Fontaine. Flammarion, 2002.

Mes carnets du Mexique, Cloé Fontaine, Flammarion, 2003

Bhoutan, royaume de Bouddha, Cloé Fontaine, Editions des Presses de la Renaissance, 2004

Morvan, couleurs intimes, Cloé fontaine ; Editions de l’Armançon, 2005.

Vietnam. Vincent Besançon. Gallimard, 2002.

Angkor, carnets du Cambodge. Vincent Besançon. Editions Magellan et Cie, 2004.

Trésors de la Hague. Guillaume de Monfreid. Cherbourg : Isoète, 2003.

Montmartre Délires. Jean Pattou. Artena, 2006.

Lille Folies. Jean Pattou et Michel Quint. Lille : PDN éditions, 2003 (vision de l’urbaniste et aquarelliste J. Pattou).

The world’s cities, exposition de Jean Pattou à Hong Kong, à Montmartre, à Singapour et à Rome en 2001.

Sillages d’Afrique. Guillaume de Monfreid, Cloé fontaine, Guillaume de Monfreid et al. Gallimard, 2003.

Regard sur la Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at La Provence »).

Saint-Rémy-de-Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Saint-Rémy»).

Arles-en-Provence et le Vaccarès. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Arles »).

Regard sur Aix-en-Provence. Philippe Lorin. Edisud, 2001. (traduit en anglais « A look at Aix-en-Provence»).

Mes châteaux de la Loire : carnet de voyage ». Saint-Bris, Philippe Lorin. Flammarion, 2003.

Sur les pas de George Sand. Saint-Bris, Philippe Lorin. Presses de la Renaissance, 2004.

Au fil du Var. Philippe Lorin. Lancosme, 2005.

Sur les pas de Léonard de Vinci. Saint-Bris, Philippe Lorin. Presses de la Renaissance, 2006.

Essaouira, la perle du Maroc : les carnets de Philippe Lorin. Philippe Lorin. Magellan et Cie, 2006.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage « Carnet de voyage sans frontières »

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Communication au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?, DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Le carnet de voyage se décline du reportage au témoignage mais aussi du carnet sensible et sensitif à un métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. Le genre hybride au carrefour des sciences humaines et des SIC serait un nouveau médium d’éducation et de communication interculturelle qui repose sur les notions de reportage, de témoignage et de documentaire. Le carnet engagé et ethnographique met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Nous pouvons nous demander, d’une part, si l’artiste – carnettiste est un ethnographe qui se positionne comme interprète d’une culture et comme médiateur entre l’Autre et les lecteurs, et d’autre part, si le carnet de voyage est un support pour l’ethnographie alors qu’il n’offre que des points de vue et des interprétations. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il « un journal d’enquête ethnographique » (Rémi Hess[1], 1998) ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme (« esthétique du divers » selon Victor Ségalen, « regard éloigné » selon Claude Lévi-Strauss) ? Propose-t-il une vision documentaire ou ethnographique ? Le carnettiste ne perçoit la vie des autres qu’à travers le filtre de ses perceptions et de ses propres catégories de jugements façonnées par sa culture. Toute étude anthropologique est une interprétation du réel, une fiction ou une représentation de la culture de l’autre à laquelle s’ajoute la part de subjectivité personnelle ; en somme, « une interprétation d’une interprétation » (Geertz[2], 1973).

1- Le carnet de voyage comme outil réfléxivité interdisciplinaire : une confrontation de points de vue

La démarche de l’écriture d’un journal personnel

Le carnet de voyage développe le même principe que le journal intime développé par Rémi Hess[3], notamment dans une démarche interculturelle[4]. Dans son ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien[5], il pose la question de la subjectivité et de l’objectivité évoquée pour le carnet de voyage. En effet, le journal intime considéré comme un journal ethnosociologique, c’est à dire comme un outil d’analyse interne et d’intervention, permet pour le chercheur d « être en perpétuelle recherche, en disponibilité permanente pour apprendre de l’école de la vie. Une étape importante de la recherche consiste à relire, puis faire lire un journal, à le rendre public. De ce point de vue, il ne faut plus concevoir le journal comme un écrit pour soi, mais un écrit pour l’autre[6] ».

Un récit autobiographique, image d’un déplacement physique ou d’un cheminement intérieur : « le carnet de fragments personnalisé »

La mise en page, le collage, les symboles, les couleurs, le code de l’image, la place du texte…sont mis en œuvre dans le graphisme et le design qui participent autant de la dénotation que de la connotation puisqu’ils reflètent le point de vue de l’auteur à partir d’une représentation du réel et portent bien évidemment la marque de l’empreinte de l’auteur tout en souhaitant faire ressentir un pays, une ambiance, une atmosphère. Marianne Roth conclut d’ailleurs son ouvrage, De l’ailleurs à l’œuvre par ses mots : « cette tentative de centrer son moi dans l’éclatement et la dissonance des lieux permettent à l’artiste d’affirmer sa singularité. Il trouve dans le déplacement la solitude nécessaire pour se définir et se dépasser dans l’errance. La multitude des détours que lui offre l’ailleurs imprime des possibilités non rectilignes : ces méandres favorisent des ouvertures qui lui tracent le chemin pour stabiliser son attitude face au monde » [7].

La notion d’exotisme[8] : selon Victor Segalen (1878-1919) et selon Claude Lévi-Strauss

L’image idéalisée du lointain a porté la découverte de l’ailleurs dans ce qu’elle comporte de fabuleux, de merveilleux, de déroutant à travers le culte du pittoresque. Le carnet de voyage peut véhiculer ces représentations et cette quête voyageuse. Aussi la notion d’exotisme semble centrale dans la représentation iconographique du carnet de voyage et conduire de l’esthétique du divers, prôné par Victor Segalen au regard éloigné conseillé par Claude Lévi-Strauss mais aussi, dans la relation à l’Autre, au préjugé et au métissage de la vision culturelle.

2. Des représentations véhiculées sur « L’autre en relations » [9]

Une représentation projetée

François Laplantine[10] dénonce autant l’identité que la représentation qui font obstacle à l’exercice critique de la pensée et prône une autre façon de penser, de parler et d’écrire que l’anthropologie se doit d’initier.

Du métissage culturel

Cultures et identités sont plurielles et le carnet de voyage participe à l’hétérogénéité culturelle des appartenances et des groupes ethniques. Le carnet de voyage est-il constitué d’images métisses ? Le carnet de voyage s’inscrit-il dans la voie du métissage culturel ? ou plutôt dans celle de l’art ? (Voir : François Laplantine[11] et Alexis Nouss et Serge Gruzinski[12] )

Le carnet de voyage est-il une médiation transculturelle[13] ?

L’approche transculturelle s’inscrit au-delà des cultures et dépasse la notion d’identités culturelles plurielles pour tendre vers ce qui dépasse et qui est commun à toutes les cultures qui les traverse, « en matière d’information ce qui transcende les frontières » selon Thierry Lancien[14]. Le carnet de voyage semblerait faire l’éloge d’une culture nomade à la recherche de l’hors-soi, de l’autre, une culture revendiquant tous les métissages et tous les héritages.

3. De l’ethnographie, une vision documentaire du carnet de voyage

« Entre voyage et ethnologie »[15] (Gérard Toffin)

Les trois ouvrages,  L’Afrique fantôme  de Michel Leiris, paru en 1934,  Tristes Tropiques  de Claude Lévi-Strauss, paru en 1955, et  Blackberry Winter  [16] de Margaret Mead, paru en 1972, offrent une réflexion sur le voyage et l’ethnologie qui reprend le souhait de Marcel Griaule : « Les explorateurs d’aujourd’hui et de demain doivent être les ethnographes »[17].

Du métier d’ethnologue sur le terrain

L’ethnologue se définit comme un passeur entre les valeurs de la société étudiée et celles de sa propre culture. Le va-et-vient d’une civilisation à l’autre le rend sensible, par extension, à l’étrangeté de sa propre culture. L’observateur se transforme en ethnologue lorsque sa connaissance de telle ou telle ethnie dépasse les images préconçues et les conceptions esthétisantes trompeuses des premiers moments. Lorsqu’elle se fonde sur une vie commune plus ou moins partagée avec des hommes et des femmes de ce groupe.

De l’observation, pré-requis de tout carnettiste tourné vers l’ethnologie – ethnographie

Le type d’observation sur le terrain lors du voyage détermine-t-il la qualité du rendu ethnographique du carnet de voyage. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?  (voir les quatre formes selon Buford H. Junker[18] mais aussi l’observation diffuse par Jean-Michel Chapoulie [19] et l’observation flottante par Colette Pétonnet[20])

Le voyage comme rupture et enjeu autobiographique selon Michel Leiris

L’Afrique fantôme[21], paru en 1934, rassemble ainsi des notes au jour le jour, souvent impressionnistes, de ce qu’il perçoit directement, par information donnée ou par sa participation active. Ainsi naît un ouvrage, issu de la conjugaison de deux pratiques : l’autobiographie et l’ethnographie[22]. Il détourne les techniques d’enquête et de retranscription ethnographique pour les appliquer à la description du quotidien et des conditions de travail de l’équipe de chercheurs (querelle avec Marcel Griaule).

Le carnet de voyage, l’ethnographie et l’anthropologie visuelle ?

Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Des carnets d’ethnologues non publiés

Nous remarquons que le carnet de recherche d’ethnologues est aussi absent des publications alors que les naturalistes ou les archéologues l’ont beaucoup utilisé et qu’il reste aujourd’hui pour les naturalistes un moyen de traduire l’observation de la nature et de la vulgariser. Il semble intéressant que les carnets de croquis d’ethnologues, anthropologues et sociologues, trouvent leur place dans l’édition dans le but de faire connaître leur science et de vulgariser leurs recherches.

En somme, au-delà du clivage entre tourisme et voyage, l’émergence du désir nomade repose sur l’expérience personnelle et renouvelée du voyage et de l’exotisme qui enrichit la conscience. Plus que le voyage, c’est la démarche qui est essentielle, celle que définit Rodolphe Christin[23], par exemple : « l’attitude voyageuse qui, toujours et à nouveau, découvre le réel, ses cultures, ses natures […]. Le voyage tend vers l’un-divers de l’univers. Dans ce trajet œuvre une liberté d’exister, une liberté de penser, un exercice de l’éprouver et du connaître »[24].

Bibliographie

CARMIGNANI Pierre (Dir.), équipe de recherche VECT.. Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études).

CHAPOULIE Jean-Michel. Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985), Génèses, 2000, vol 39, n°39.

CHRISTIN Rodolphe. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

DEBAENE Vincent, KECK Frédéric. Claude Lévi-Straus : l’homme au regard éloigné, Paris : Gallimard, 2009. (Littératures, n°543)

GEERTZ Clifford. Ici et là-bas, l’anthropologue comme auteur. Paris : Métailié, 1996. (leçons de choses)

GERVEREAU Laurent. Se représenter et représenter l’Autre : des clichés planétaires durables en cartes postales. Images : histoire mondiale. Paris : SCEREN – CNDP, Nouveau Monde Editions, 2008. p. 151.

GRIAULE Marcel. Les Grands explorateurs. PUF, 1991.

HESS Rémi (Dir.), Weigand Gabriele. L’observation participante : dans les situations interculturelles. Paris : Economica anthropos, 2005. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

LAPLANTINE François. La description ethnographique. Paris : Armand colin, 2005.

LEVI-STRAUSS Claude. Le regard éloigné. Plon, 1983.

MAUSS Marcel. Manuel d’ethnographie. Paris : Payot, 1967, 1989, 2002.

PETONNET Collette. Espaces habités : ethnologie des banlieues. Galillée, 1982.

ROTH Marianne. De l’ailleurs à l’œuvre. Peter Lang, 2007.

SEGALEN Victor. Essai sur l’exotisme : une esthétique du divers. Textes sur Gauguin et l’Océanie, Précédé de Segalen et l’exotisme, Gilles Manceron. Paris : LGF, 2007 (Le livre de Poche, biblio essais, 4042) édité Fata Morgana, 2005.

TODOROV Tzvetan. Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine. Editions du Seuil, 1989 (Points Essais n°250).

TOFFIN, Gérard. «Entre voyage et ethnologie», In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.


[1]     Rémi Hess, La pratique du journal : l’enquête au quotidien, Paris, Anthropos, 1998.

[2]     Clifford Geertz, The Interprétation of cultures, New York, Basic Books, 1973.

[3] Professeur à l’université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis, chercheur au laboratoire « Experice » et président de l’Association française Janusz-Korczak pour les droits de l’enfant. Auteur du livre Henri Lefebvre et l’aventure du siècle (Métaillié, 1988), il réédite l’oeuvre de Lefebvre depuis 1988, dont douze livres chez Anthropos, avec Gabriele Weigand, professeur à l’université de Karlsruhe, en 2009, année du cinquantenaire du livre. Le laboratoire de recherche « Experice » porte sur les apprentissages et l’éducation hors de l’école développé dans le Master en sciences du jeu :

http://www.experice.fr/wakka.php?wiki=PageAccueil

[4] La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Remi HESS. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

[5] La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi HESS. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

[6] Idem, p. 134-135.

[7] De l’ailleurs à l’œuvre. Marianne Roth. Peter Lang, 2007, p. 156.

[8] Voir le numéro de la revue : L’exotisme, l’exotique, l’étranger : actes du colloque tenu à la Maison des sciences de l’homme, Paris, le 3 juin 2004, organisé par le Centre de coopération franco-norvégienne en sciences sociales et huamines dirigé par Per Buvik. Carnets de l’exotisme, nouvelle série, n°6. Kailash, Torii, 2006. Depuis leur création en 1990, Les Carnets de l’exotisme explorent les imaginaires de la différence, par une approche pluridisciplinaire et thématique.

[9] Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. coord. par P. Carmignani, équipe de recherche VECT. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études), p. 12. A paraître en novembre 2009 : Culture et pratiques culturelles. Antigone Moutchouris. Presses universitaires de Perpignan, 2009. (études).

[10] Anthropologue qui a effectué ses recherches au Brésil et Professeur d’ethnologie à l’université de Lyon II

[11] Professeur à l’Université de Lyon II, département d’Ethnologie, théoricien du métissage culturel et directeur du laboratoire CREAS créé en 1991: http://recherche.univ-lyon2.fr/crea/

[12] Historien, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et auteur de douze ouvrages.

[13] du 28 février 2007 au 2 mars 2007 à l’université Concordia (3 jours) et qui fait suite aux activités de recherches de l’hiver 2006 de l’univerité d’Ottawa au Canada :

http://www.sciencessociales.uottawa.ca/transferts/pdf/transculture.pdf

Voir l’article mis en ligne de Fulvio Caccia du 1er mars 2007 intitulé « Diversité culturelle et transculture ou ViceVersa ».

[14] Réception télévisée et compréhension interculturelle. Thierry Lancien. In « Réception de la télévision ». Dir. I. Durousseau. Copenhague, 1998.

[15] «Entre voyage et ethnologie», Gérard Toffin, In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.

[16] Publié sous le titre : Du givre sur les ronces. Editions du Seuil, 1977.

[17] Les Grands explorateurs. Marcel Griaule. PUF, 1991.

[18] Idem.

[19] «Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985)». Jean-Michel Chapoulie, Génèses, 2000, vol 39, n°39.

[20]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[21] L’Afrique fantôme. Michel Leiris. Galllimard, 1981 (Bibliothèque des sciences humaines). www.michel-leiris.fr/

[22] A son retour, il étudie l’ethnologie en suivant les cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie et prend la responsabilité du Département d’Afrique noire du Musée d’ethnographie du Trocadéro (ancêtre du Musée de l’Homme) et y exerce son métier d’ethnographe jusqu’en 1971.

[23] Sociologue et anthropologue de formation, voyageur dans l’âme, il s’est exposé au hasard et à la nécessité lors de séjours et d’expéditions en Guyane, Mongolie, Laponie, dans le Nord canadien. Il est auteur de cinq ouvrages.

[24] L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Rodolphe Christin. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité

« Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité », Revue Proteus, Cahiers des théories de l’art, n°1, « Le médium », janvier 2011, p. 27-35 (8 pages).

http://revue-proteus.com/Proteus01.pdf

Le mot fluxien « Intermédia »[1] hérité de Dick Higgins introduit la question de l’hybridité, centrale dans la pratique artistique du multimédia puisqu’elle est indissociable du collage, du ready-made et de la performance. L’intermédialité permet d’interroger la question du média en émergence et l’émergence de nouvelles formes d’art ou « art intermédia ». Désignant les stratégies d’emprunt d’un média et d’un art en émergence il serait alors la phase initiale d’un nouvel art lié à un nouveau média puisqu’il se situe dans « l’entre » (l’interface, l’interactivité, l’interconnexion, l’intersubjectivité, l’interdiscipline, l’incorporéité)[2]. Le carnet de voyage[3] illustrerait cette collusion ou collision entre les arts comme le rappelle Jürgen E. Müller qui est à l’origine du concept d’« intermédialité »[4]. Le carnet de voyage est né à l’époque romantique et serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions entre différents médias. Ce serait donc un genre intermédiatique et hybride. De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures[5], genres littéraires dits mineurs et en même temps de diffusion massive, étudiées par Gabriel Thoveron, et notamment des albums, mais aussi commun à plusieurs média. Il tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. Rick Altman définit l’intermédialité comme un état transitoire où un média émergent, en devenir, reste pour un temps prisonnier ou dépendant des médias en place qu’il vient concurrencer[6]. Le carnet de voyage dont l’identité médiatique est incertaine, pas encore stabilisée et institutionnalisée semblerait donc une illustration pertinente de l’intermédialité[7] défini par Thierry Lancien à partir d’une généalogie des médias[8].  De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[9]. De plus, le carnet de voyage peut être une « création évolutive » ou un « Work in Progress » que le voyage et le déplacement élaborent : le cheminement est alors perçu comme une performance artistique, probablement héritée du mouvement Fluxus qui souhaite abolir les frontières entre le spectateur et l’œuvre d’art, entre l’art et le flux de la vie et qui favorise la liberté d’échange entre les différentes pratiques artistiques. Elle tend donc vers l’installation qui favorise les liens spatiaux entre objet et espace architectural pour que l’œuvre en 3 D soit un processus auquel le spectateur participe. En somme, elle devient un « environnement », puis un « Happening » ou une « performance » (l’œuvre d’art total, rêvé par les Avant-gardes[10]). Le mouvement a été instauré par des dessinateurs scénographes précurseurs qui ont fait migrer la bande dessinée vers « l’opéra pictural », des carnettistes qui ont initié un décloisonnement artistique du carnet de voyage vers le nomadisme artistique. La biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand tend en effet à devenir un festival multimédia et multi arts vers l’intermédialité qui illustre la circulation du genre « carnet de voyage » d’un média à l’autre, notamment vers l’hypermédia avec le vlogging sur le web.


[1]    Dick Higgins, Something Else Press Newsletter, New York, February, 1996, n°1.

[2]   Voir la journée d’étude « Esthétiques intermédias : approches historiques », du 10 juin 2006, au Théâtre Paris Villette. Journée coorganisée par Annie Gentes (ENST) et Isabelle Rieusset-Lemarié (MECSI, CHCSQ, UVSQ) en relation avec Patrick Guffet (Directeur du théâtre Paris-Villette).

Prolongement de l’article : «La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?» Carol-Ann Braun, Annie Gentès, Les Cahiers Louis-Lumière, n°3, « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005.

[3]   Voir la thèse en SIC : Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Pascale Argod, sous la direction de M. Le Professeur Lancien. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 10 décembre 2010. (790 pages et corpus de 800 titres).

[4] CRI, Centre de recherche sur l’intermédialité de l’université de Montréal au Québec. http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/vitrine/default.asp

[5]     Etudiées par Gabriel Thoveron : Deux siècles de paralittératures : lecture, sociologie, histoire. Vol. 2, 1895-1995. Gabriel Thoveron. Liège : Ed. du CEFAL, 2008. (Bibliothèque des paralittératures)

[6]  De l’intermédialité au multimédia : cinéma, média, avènement du son. Rick Altman. Cinémas, Revue d’études cinématographiques, vol 10, n°1, automne 1999.

[7]  Dossier « D’un média…l’autre », Gilles Delavaud, Thierry Lancien, Médiamorphoses, n°16, janvier 2006.

[8] D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Thierry Lancien. Médiamorphoses, n°16, INA, A. Colin, avril 2006.

[9]   De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

[10]   L’œuvre d’art totale à la naissance des avant-gardes : 1908-1914. Marcella Lista. Ed. du CTHS, INHA, 2006 (L’art et l’essai, n°2).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Médium d’initiation à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs

Initier à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs pour inciter à une « alter-graphia »

Parmi dix prix du 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1], le concours Prix Vulcania créé en 2005 récompense le meilleur carnet de voyage de découverte environnementale, géographique ou ethnographique d’une région volcanique. Il encourage en effet la création artistique sur une thématique liée au volcanisme et consiste en l’attribution d’une bourse de voyage à destination d’un pays volcanique. Avec la thématique « Histoires en terres volcaniques », les élèves peuvent aborder à travers la création d’un carnet de voyage les mythes et les légendes, la vie quotidienne de la population, la menace de l’éruption, l’histoire du volcanisme…etc. Ainsi, les arts, les sciences et les sciences humaines peuvent être abordés autour de ce paysage aux particularismes remarquables ; l’identité volcanique interpelle le carnettiste qui médiatise ses sentiments, ses impressions, son regard et ses découvertes grâce à la création plastique. Par exemple, Dominique Meyer, récompensé en 2008 pour ses carnets aux Comores ou Thomas Houtteville et Valentine Hurtrelle pour ceux sur le Costa Rica. Les prix multimédia et numérique récompensent depuis 2002 des carnets de voyage numériques et vblog[2] souvent compte-rendu de voyages au long cours : le Prix De Bussac multimédia[3] et le prix du carnet de voyage numérique Vidéoformes[4].

La journée du vendredi[5] est ouverte aux enseignants et aux élèves (au nombre de 2500 avec leurs enseignants en 2009 et depuis deux ans provenant d’autres académies) afin qu’ils découvrent le carnet de voyage comme production artistique par la rencontre de carnettistes et comme album pour inciter à la lecture. Pour favoriser les productions, deux projections cinématographiques et quatre ateliers avec des carnettistes sont proposés pour chaque niveau (école, collège, lycée) aux élèves ainsi qu’un stage de formation académique « Enseigner le carnet de voyage » destiné aux enseignants depuis 2003 et aux personnes ressources en arts et culture depuis qu’il est devenu national en 2008. Organisé par le SCEEREN-CRDP d’Auvergne, j’ai proposé successivement chaque année une nouvelle approche éducative : pour l’éducation à l’EEDD en 2008, pour l’interculturel en 2009, pour le patrimoine en 2010 et pour l’éducation à l’Europe et à la mobilité internationale en 2011. Chaque classe bénéficie d’un parcours personnalisé à travers les deux niveaux du Polydôme (4000 m2) de Clermont-Ferrand qui permet à leurs participants de rencontrer les 120 carnettistes (+ éditeurs) présents et de découvrir les originaux (3 mètres de panneaux d’exposition par artiste). Accompagnés d’un étudiant du Master « Edition générale et de la jeunesse » de l’université de Clermont-Ferrand ou d’élèves de sections artistiques de lycée, les élèves ayant participé au Prix Elève du carnet de voyage découvrent la diversité des genres utilisés mais aussi la variété des formes de voyages, de destinations, de pays et de cultures. En somme, ils « voyagent » à la découverte du monde, de stands en expositions des originaux de carnets de voyage, et découvrent ainsi la diversité géographique et culturelle de la planète. Depuis 2001, le concours scolaire de production d’un carnet de voyage récompense par le prix Elève du carnet de voyage[6] les meilleures productions des classes, de la maternelle à la terminale, de l’Académie d’Auvergne et, à partir de 2007, de toutes les académies en France. Depuis novembre 2009, un nouveau prix a été créé : le Prix Elève du carnet de voyage multimédia[7]. Une plate-forme en ligne sur le site du CRDP est destinée au dépôt des carnets de voyage multimédia qui seront récompensés par ce prix, remis lors du « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand ».


[1] dont le Grand Prix Michelin « Guides et cartes » : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

[2]     Voir l’intervention aux deux conférences-débats données lors de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/SAMEDI-20-NOVEMBRE.html

[6] En 2009 – 2010 : 1112 élèves participants dont 933 de l’Académie de Clermont-Ferrand, soit 45 établissements (dont cinq hors académie) et 239 carnets de voyage présentés au concours. http://crdp-kalitrace.ac-clermont.fr/www/upload/%5B21%5D%5B175%5D%5B915%5D%5B2010-11-23%5D%5B14-35-27%5D%5B55E2%5D.pdf

[7] 20 carnets multimédias pour 10 établissements en 2009-2010.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de découverte géographique

Du récit maritime[1] à l’expédition polaire, entre documentaire et livre d’artiste, pour sensibiliser à une culture géographique

La première tentative de carnet de voyage daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des peintres de la marine et des marins bretons qui traduisent en mots et en peinture la vie des marins ; il s’agit en effet du reportage Pêcheurs des quatre mers  de Roger Vercel, édité en 1957 chez l’éditeur de Dinard « Vue sur mer ». Ce reportage sur la pêche des années 50 est croqué sur le vif par des peintres de la marine, Marin-Marin, Albret Brenet et l’illustre Mathurin Méheut, précurseur du genre, suivi, une vingtaine d’années après, par Yvon Le Corre[2]. L’idée de « carnet de voyage » est née en effet chez Gallimard en 1990 sous le pinceau d’Yvon Le Corre. La collection d’albums intitulée « Voiles » fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent peintres officiels de la marine comme Marin-Marie, Marc Berthier, Yvon Le Corre….Marc Berthier, membre de l’équipage d’Eric Tabarly comme Titouan Lamazou, s’adonne lui aussi, au carnet de voyage en évoquant la navigation sur le fameux « Pen Duick»  dans l’album Pen Duick : du croquis à l’aquarelle (Nouveaux Loisirs, 2000). Yvon Le Corre, futur professeur de dessin de Titouan Lamazou, est le premier à rendre le genre visible en France dès 1978 chez Gallimard avec le titre Heureux comme iris) et a publié en 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal  et, en 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces  publiés tous les deux par Gallimard dans la collection « Voiles ». Dès 1982, Yvon Le Corre se balade en Irlande avec son carnet de croquis à la main condensé dans Carnet d’Irlande (Chasse-Marée, 2000) et dans l’Irlande, les demeures du grand souffle, accompagné d’un CD d’airs irlandais. Il est suivi, en 1990, par Loustal, dessinateur de bandes dessinées, puis par Titouan Lamazou dès 1988-1990. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît chez Glénat, intitulée Sillages, qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets : Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguelen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999. En 1992, la collection d’Albin Michel Jeunesse, qui a lancé le carnet de voyage dans l’édition de jeunesse, propose quatre Carnets du monde : sciences et techniques. Les premiers titres, « dessinés sur le vif » (terme employé dans le titre de la couverture) par un illustrateur, sont ainsi coédités avec la Cité des sciences et de l’industrie :  Compte à rebours à Kourou  en 1992,  Everest : une expédition scientifique  en 1993,  Madagascar : une mission humanitaire  en 1993,  Paris, les mystères de l’eau  en 1994. Titouan Lamazou publie Carnets de voyage, volume 2 les artistes autour du monde en 2000 chez Nouveaux loisirs alors qu’il réalise des carnets, notamment sur les Antilles depuis 1974, sur son séjour chez les Berbères de l’Atlas marocain en 1989 (coauteur Karine Huet), publiés dans le magazine d’Air France de 1996 à 1998. Le carnet de voyage  pourrait se définir comme « un récit autobiographique d’un déplacement où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, un récit pictural de la découverte témoignant de la place du voyageur »[3] entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, et entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit. Il semblerait donc reprendre l’ensemble des aspects suivants : la quête du voyage (thème, découverte, finalité), l’expression (technique, image, écriture, rapport texte – image) et l’intention (cible et regard).

Dans le sillage des Peintres de la marine, les expéditions scientifiques[4] ont utilisé le carnet comme médium de vulgarisation. Par exemple, Yvon le Corre est à l’origine du premier carnet de voyage scientifique publié : Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces (Gallimard, 1992) préfacé par Jean-Louis Etienne[5] à propos de l’expédition Antartica de l’explorateur. Il y mentionne les grands courants, les flux, les criques, les icebergs utiles à la navigation. Sur le plan historique, le premier carnet d’expédition daterait de 1947, celui du témoignage dessiné d’Erik Hesselberg sur l’expédition du Kon-Tiki. L’album est illustré à la plume et édité en 1952 par l’éditeur René Julliard. Depuis, il a été réédité dans la collection « Sillage » chez Glénat. En 1997, Christophe Blain, illustrateur dès 1991 dans la collection « Carnets de monde » d’Albin Michel Jeunesse[6], part en Terre Adélie à la demande du magazine Grands Reportages et de l’Institut français des pôles et rapporte un Carnet polaire (Casterman, 1997). A la fin des années 1980, Paul-Emile Victor a déposé, à la bibliothèque du Musée de l’Homme, un fonds constitué des documents ethnographiques sur les Inuits[7] qu’il a produit à l’occasion de ses expéditions au Groenland entre 1934 et 1937 ; ce sont des carnets de voyage composés de notes de terrain, de manuscrits de publications, de lettres et télégrammes, de fiches descriptives des objets déposés au musée de l’Homme ainsi qu’un fonds iconographique de deux mille photographies et de trois cent trente-cinq dessins. Trois expéditions de la Société des Explorateurs et Voyageurs français font aussi l’objet d’un carnet de voyage (dir. Patrice Franceschi) : L’expédition Cliperton, La boudeuse autour du monde et Ultima Cordillera II aux origines du monde. De même d’autres sur les traces d’explorateurs proposent des carnets de voyage : Exploration Pacifique,  Opération La Pérouse ou l’expédition Vanikoro,  Paris–Kaboul  et Portes d’Afrique.

Le carnet de reportage du géographe ou du journaliste : un regard documenté sur des voyages au long cours[8]

Le reportage est la relation de « choses vues », c’est-à-dire un compte-rendu de l’expérience vécue sur le terrain. Le travail de reporter suppose une préparation à la collecte des informations «  in situ » de l’événement dans un travail d’investigation : recherche documentaire, entretiens, relevés, enquêtes, étude du pays. Le reportage est donc à la fois un compte rendu et un témoignage destiné au public qui offrent à la fois description et compréhension des faits. Si l’objectivité du journaliste prime puisque le reporter témoigne de ce qu’il a vu et entendu, la mise en scène et l’information sont essentielles pour que le lecteur ait l’impression de revivre l’événement. Cependant le reportage relèverait du documentaire qui sert à instruire en analysant et en expliquant ; aussi le degré d’authenticité de l’image serait-il primordial comme le recherchent les journalistes qui abordent le Moyen-Orient par le biais du carnet : Arnaud de la Grange, Thomas Goisque et Bertrand De Miollis se sont intéressés à l’Irak, année zéro, pays abordé aussi par Christophe Dabitch, auteur du  Voyage au pays des Serbes. Jean-Paul Mari, auteur de Carnets de Bagdad  (Grasset, 2003), et Yann Le Bechec, illustrateur, proposent la lecture de l’événement à travers des rencontres et la vie quotidienne dans leur carnet Israël Palestine : carnets  (Jalan Publications, 2004). Contrairement aux attendus du marketing éditorial qui repose sur la promotion touristique, les carnets de voyage de journalistes reporters ont le vent en poupe, loin des clichés de l’Ailleurs et du rêve exotique. En 2009, un carnet de reportage a été mené en Palestine par Bruno Pilorget et Michel Renaud et médiatisé lors de la 10e Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. La route de la soie au croisement des échanges entre civilisations est aussi devenue un enjeu géopolitique sous le feu de l’actualité. Aussi, Bernard Ollivier est-il parti à la rencontre des peuples qui la jalonnent, héritiers du tissage culturel entre Orient et Occident. Passionné autant d’histoire que de marche à pied, il a rapporté trois tomes de la Longue marche. Trois ans après son périple en solitaire, ses Carnets d’une longue marche : nouveau voyage d’Istanbul à Xian (éditions Glénat en 2003) ont été illustrés par François Dermaut. Priscilla Telmon et Sylvain Tesson rendent aussi compte de l’Asie centrale dans leurs Carnets de steppes. Le voyage au long cours de Claire et Reno Marca, soit Trois ans de voyage autour du monde  (Hermé 2005), est un carnet de voyage reportage ; tourné vers le documentaire de géographie, il offre un point de vue de géographe sur chaque pays traversé que les auteurs replacent dans l’actualité géopolitique internationale et dans le contexte politique, social et économique propre. Le journal qui offre une vision personnelle et intime est ainsi confronté à la vision des médias. Ouvrage de géographie du monde contemporain, il se réfère à la grande tradition des encyclopédies de géographie du début du siècle compilant les travaux comptes-rendus des expéditions des géographes de la Société de Géographie. Ce travail de mise en abîme sur le plan historique leur a demandé en effet un travail de conception de dix-huit mois avec une équipe éditoriale importante. Leur point de vue personnel au contact de la société civile et de la rue s’est ainsi confronté aux prises de position gouvernementale. Ils ont su aborder habilement ce décalage entre le peuple et le gouvernement.


[1]  Consulter l’ouvrage « Carnets de la mer » de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.) qui dresse une anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation.

[2] Lauréat du Grand Prix 2002 du carnet de voyage et auteur de dix-sept livres.

[3]  Thèse de Doctorat soutenue en 2009 sur l’essai de définition du carnet de voyage : Le carnet de voyage : approches historiques et sémiologiques. Pascale Argod (Dir. Thierry Lancien). Université de Bordeaux III, 10 décembre 2009 (790 p + 800 titres de corpus).

[4]     Le carnet de voyage a le vent en poupe, Pascale Argod, publié dans le revue Argos, n°37, « Vers une politique documentaire ? », avril 2005, p. 34-41. CRDP de Créteil.

[5]     Invité d’honneur du 10e Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, novembre 2009 à l’occasion de la publication de son ouvrage : 30 ans d’expédition, éditions Chesne, 2009.

[6]     Deux carnets de voyage : « Cyclones à Chittagong : Bangladesh » et « Carnet d’un matelot ».

[7]     Manuscrit de la bibliothèque du Muséum de l’Homme de Paris : CALAMES, catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-129

[8]     Des documentaires atypiques : carnets de voyage ou de société. Pascale Argod. InterCDI, n°214, juillet / août 2008, Numéro Spécial « L’image documentaire », p. 26-32.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand »

Participation à la programmation depuis 2006 : conférences-débats, expositions de carnets de voyage personnels et organisation du stage de deux jours de formation continue des enseignants en « arts et culture ».

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

La Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, créée en 1999 par l’Association IFAV,  Il faut aller voir, est une manifestation culturelle et artistique qui a lieu chaque année depuis douze ans et qui a été dénommée pour 2011 « Rendez-vous du carnet de voyage »[1]. Elle développe le carnet de voyage sous la forme multimédia sur tous supports, du livre à l’audio-visuel ou numérique. Elle fédère depuis 1999, durant trois jours, au mois de novembre à Clermont-Ferrand, une rencontre nationale entre des carnettistes français et européens, des réalisateurs, des écrivains, des artistes, des aventuriers qui ont la passion du voyage afin de faire connaître au grand public ce genre polymorphe selon un choix de zones géographiques au fil des éditions : l’Afrique et les carnets naturalistes en 2008, la Méditerranée et les voyages en cargo pour 2009, les pays d’Asie et les voyages d’expédition en montagne pour 2010, les îles et les pays nordiques pour 2011, l’Amérique Latine et la péninsule ibérique pour 2012. De plus, une dizaine de carnettistes européens (italiens, espagnols, anglais, belges, scandinaves….) sont invités chaque année afin d’échanger et de diffuser ce genre original en Europe.


[1] Cette manifestation culturelle de grande envergure (nationale) est à la fois un salon du livre et une Biennale artistique mais aussi un festival du film de voyage (à travers des projections cinématographiques) et reçoit plus 18 000 visiteurs sur trois jours au mois de novembre. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts