Le carnet de voyage, une oeuvre en soi

Thèse de Doctorat en arts plastiques soutenue par Nadine Durand, le 5 septembre 2017 à l’université Bordeaux – Montaigne

Sous la Direction d’Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux-Montaigne.

Sujet : Le carnet de voyage, une oeuvre en soi ?

Membres du jury :

  • Pascale Argod, PRCE – chercheuse à l’université Bordeaux – Montaigne
  • Patrick Barres, Professeur à l’université Toulouse Le Mirail
  • Eric Bonnet, Professeur à l’université Paris 8
  • Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux – Montaigne

Résumé :

Protéiforme, le carnet de voyage emprunte à différents modes de communication, qu’elle soit écrite, visuelle, ou tactile. Chaque auteur donne au récit une forme plus ou moins originale, pour appuyer un point de vue personnel, ou impersonnel. C’est la nature même et la dynamique de cet objet que j’ai étudié, dans ses expressions particulières comme dans ses formes les plus communes. Le voyage est un accélérateur d’expérience, envisagé pour se ressourcer, jouir du quotidien, découvrir chaque jour un cadre renouvelé qui stimule la vue, puis l’ouïe, le goût et l’odorat. Tout voyage est une remise en question du quotidien dont il perturbe les rites et renouvelle le cadre. Cette thèse, étayée par ma pratique personnelle, est structurée selon les trois « temps » du voyage : avant, pendant, après. « Que rapporter du voyage ? » est la question qui préoccupe l’adepte du carnet. Les Carnettistes Tribulants[1] ou le collectif Urban Sketchers affirment qu’en s’appuyant sur le réel visible, on trouve la matière à voir et à penser ; il est indéniable que dessiner sur le carnet permet de mieux voir et réfléchir son environnement. Par procuration picturale, son regard transporte le corps du carnettiste tout entier dans son carnet, pour changer le monde en images. Le carnet est devenu pour bon nombre d’adeptes le but du voyage et une œuvre en soi. Le mobile du voyage est une mise en mouvement sinon en instabilité qui peut participer à la régénération de la pratique plastique ; ce qu’expérimentèrent ainsi de nombreux artistes reconnus, Delacroix, les orientalistes français, Turner, des peintres orientaux venus en France et Lamazou, tête de file des carnettistes contemporains.

Avant le voyage, « le carnet périscope » condense les préparatifs et l’anticipation des besoins, en posant les questions du choix du carnet, du papier, du médium, des outils et des techniques pour l’œuvre à venir. Le carnet présente un nombre déterminé de folios reliés en cahiers cousus, ou par une spirale métallique. Le papier sera le cadre de la réflexion et le lieu de la rencontre avec l’autochtone. Pour maîtriser le petit territoire du carnet, il s’agit de connaître les particularités du papier, encollé ou non, granuleux ou lisse, transparent ou opaque, et son adéquation à la technique envisagée, sèche comme le crayon graphite ou les craies, ou fluide comme les feutres, aqueuse comme l’aquarelle, pâteuse comme la gouache par exemple. Certains choisissent le parti de la ligne claire, d’autres travaillent uniquement en noir et blanc en valeurs, d’autres encore privilégient la couleur dans ses techniques spécifiques. Les techniques sèches sont faciles à emporter en voyage et propices à la notation de la lumière et de l’ombre. La gouache et l’aquarelle ainsi que des outils plus contemporains comme les feutres de couleur, restitueront les émotions chromatiques du voyage mais sont mises en œuvre moins spontanément. Il importe d’adapter le support de travail à la technique privilégiée sur le motif. D’autre part, les conditions atmosphériques et hygrométriques interagissent sur le carnettiste, et son support, modifiant les habitudes de perception et de notation. Si on trouve dans le commerce une offre pléthorique de carnets aux formats, reliures, couvertures, grammages de papier très variés, nombreux sont les carnettistes qui optent pour un support fabriqué sur mesure, en le commandant à façon, en le réalisant soi-même, ou en réhabilitant des livres vierges. Le plasticien adapte la forme de son carnet de notes aux paramètres de son voyage, solitaire ou en groupe, court, long, nomade ou rayonnant. Parallèlement, la main dessinatrice, la largeur de la paume, le rangement et le poids du carnet ou de l’album, les qualités tactile, colorée et réfléchissante du papier entrent à leur tour en ligne de compte. En pays inconnu, se sentir prémuni pour être rapidement opérationnel quand le motif apparaît, c’est avoir prévu la trousse contenant le matériel graphique de prédilection et le support de notation. Cet atelier du voyage cadre le travail du carnettiste. Son ouvrage est souvent rituellement introduit par des pages présentant la carte et le lexique, des chiffres concernant les taux de change, les horaires des transports et quelques numéros de téléphone en cas de nécessité de rapatriement, des repères indispensables à l’immersion.

En deuxième partie, « le carnet miroir » recouvre tout ce qui concerne le déroulement effectif du voyage, tant le rapport individuel et travailleur à l’objet carnet, que l’attention portée à la contrée traversée et à l’improviste des rencontres. Celles-ci sont de nature : humaines, animales, environnementales, objets, intempéries… Le support de notation, complice de l’instant, supplée la mémoire visuelle comme un sténopé. Sur le motif, le carnettiste s’interroge sur le sens du format, la nature de la lumière, le choix de l’angle de vue, la nature de la trace qu’il laissera. Les questions de dimensions, de technique et d’interprétation l’interpellent. Garde-t-il la silhouette ou l’empreinte de son motif, les détails de la structure et de la texture ou le mouvement de l’être rencontré, les couleurs ou le clair-obscur révélateur du volume ? En voyage, les notations dans le carnet sont parfois rapides et légères, alternant avec des études plus longues et appliquées. Au fil des pages, comme dans les carnets de croquis de guerre[2] d’Adrien Ouvrier, jeune artiste soldat de la Première Guerre Mondiale, le carnet accueille souvent un autoportrait réel. En réalité, c’est un autoportrait crypté, ce prolongement de soi-même qui devient une espèce de mémoire annexe pour conserver les sensations de l’instant vécu, à la manière d’un journal personnel. Le carnettiste est homme ou femme, perçu comme tel lors de ses rencontres, et ses portraits traduisent son empathie, sa curiosité ou sa sensualité. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci et Albrecht Dürer, avaient pratiqué le dessin d’observation nomade de leurs contemporains à la pointe d’argent, à la plume avec encrier ou au fusain sur de petits cahiers cousus dans des carnets ou sur papier libre. Dévisager est cet acte qui engage l’artiste dans une lecture de l’apparence et des expressions, inscrites dans la configuration et de l’organisation des traits des visages. L’art de rencontrer une personne inconnue et de négocier pour la faire poser, repose sur un savoir-faire diplomatique et prépare une série ethnographique de portraits. Les peintres considèrent leur carnet comme un dispositif de recherche, dont les folios offrent les temps successifs d’expérimentation face au motif, et qui constitue d’autre part le réceptacle de leur collecte documentaire, en particulier celle de papiers qui ne sont pas destinés à l’écriture – tickets, publicités, papiers d’emballage… à la manière dont Gauguin avait mis en exergue les papiers d’emballage d’origine japonaise trouvés à Tahiti[3]. Dans les pays dont le voyageur ignore l’alphabet, ces petits bouts de texte trouvés – journaux, étiquettes, tickets, billets d’entrée, lettres manuscrites – apportent leur touche décorative à la page du carnet et deviennent pense-bête. Plusieurs carnets d’artistes consultés au Cabinet des Arts Graphiques du Louvre, et que j’ai feuilletés, présentent un certain nombre de folios non utilisés, alors même que le carnet est entamé par ses deux côtés, comme le fameux Album au Maroc de Delacroix[4]. A la différence d’une œuvre d’art, sa vocation première n’est pas de devenir un objet de spéculation. Il est un support de transaction, dessinée, ou écrite a priori non vénale. Le carnet est fait d’observation et d’interprétation, est une mémoire et une distance, produit du mouvement et  de l’immobilité.

En troisième temps, « le carnet rétroviseur » médite sur les conditions de visibilité de la somme artistique et documentaire ramenée par le carnet. Celui qui regarde dans son carnet au courant du voyage revoit, les moments passés dans les dessins accumulés, comme le rétroviseur réfléchit le paysage dépassé. Les carnets originaux des artistes sont présentés selon deux modalités ; l’une classique, présentant un carnet ouvert en double page derrière une vitrine, l’autre virtuelle, qui propose au visiteur de feuilleter plusieurs carnets différents dans leur intégralité, pages vierges comprises, dans un sens ou dans l’autre.

Les carnets des grands artistes sont recherchés par des amateurs éclairés et collectionneurs d’art qui y trouvent la genèse d’œuvres produites en atelier et un travail artistique et ethnographique spontané. Parce qu’il garde la mémoire directe d’une portion de vie, le carnet rayonne encore davantage de l’aura que Walter Benjamin a attribuée à l’œuvre unique. Le carnet est un tout indivisible et ses images ont ce caractère d’empreinte du réel, comme la fatigue et les épreuves du périple. Mes propres carnets usagés par le voyage, font l’objet d’une restauration de la reliure des feuillets, leur mobilité étant la condition nécessaire à la transmission du récit. Au stade de l’édition, la reproduction des pages sur un nouveau support par le clichage, produit une mise en forme globale des dessins, et incorpore tous les documents rapportés sur la page. Mais elle supprime aussi toutes les informations accumulées dans la matérialité de l’objet, et contourne les problèmes de restauration et de conservation. Considérés désormais comme des trésors nationaux, les carnets de Turner, Delacroix et Gauguin, n’ont pas fait l’objet d’une restauration de leurs feuillets, et sont conservés dans des boîtes conçues sur mesure à cet effet, dans l’état dans lequel ils sont parvenus au musée.

Le carnet de voyage, « fabriqué et utilisé manuellement, doté d’une forme et de propriétés physiques adaptées à un procès de production déterminé »[5], possède ainsi les qualités d’un outil, c’est à dire celle d’un objet dédié a priori à une fonction. Interactif, support polyvalent de notation, il est fragilisé par sa fonction même de livre et d’écritoire. Sa vocation première n’est pas de devenir objet de spéculation, tout juste un support pour une transaction mais sa qualité d’ « objet vécu » lui confère la valeur et la dignité d’une œuvre d’art en soi.

[1] http.://tribulants.canalblog.com/

[2] Corpus exposé en 2007 au Musée de Vienne (Isère) qui le conserve, comprenant 17 carnets depuis 1913, date de son incorporation à 1919, date de sa démobilisation.

[3] Id. f°121, collage ou copie d’estampes.

[4] E. Delacroix, Album au Maroc, 1712bis, Cf. Cahier d’images, p.109, La conservation des carnets.

[5] Définition proposée dans Trésor Informatisé de la Langue Française.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage Voyages d’artistes entre tradition & modernité

L’ouvrage Voyages d’artistes entre tradition & modernité sous la direction de Tiphanie Larroque, Claire Le Thomas & Michel Demange. Presses universitaires de Strasbourg, 2016. La collection Arts Correspondances est dédiée à des thématiques appelant une réflexion plurielle autour de problématiques communes aux discours et aux pratiques de l’art.

http://pus.unistra.fr/fr/livre/?GCOI=28682100501990

« Le voyage a longtemps été une des figures imposées de la carrière artistique : initiation en Italie, Grand Tour, périples exotiques furent autant d’occasions de se former que de renouveler ou de diffuser sa pratique. Au cours du XXe siècle, avec le développement du tourisme, la mondialisation du commerce et du marché de l’art, les déplacements d’artistes se sont multipliés, voire institutionnalisés.
Cet ouvrage se propose d’examiner les modalités les plus caractéristiques ou les plus inédites de cette mobilité accrue, facteur de l’internationalisation des échanges culturels. Il interroge également leurs incidences sur la création artistique au plan conceptuel, méthodologique et formel. Sans prétendre à l’exhaustivité, il résume tout à la fois le caractère rituel d’une tradition et ses évolutions les plus notables. »

Contribution intitulée Le carnet de voyage contemporain : livres d’artiste et « installations – itinéraires » (P. Argod), page 112 à 119.

La référence au voyage vécu, le témoignage ethnographique, la mise en forme plastique du périple, l’art du collage ou du photomontage caractérisent le carnet de voyage comme un genre qui rend hommage à la route et à la quête initiatique de l’artiste. Le voyage peut devenir le palimpseste de la création et le carnet d’inspiration mais aussi une œuvre d’art utilisant les cultures et les modes d’expression locaux, un livre d’artiste en gestation ou une installation itinéraire ou « atelier voyage ». Cet article se propose ainsi d’interroger les liens entre carnets de voyage et livres d’artistes afin de rendre visible ce qui constitue la spécificité des premiers.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

L’oeuvre artistique transculturelle : de l’exotisme et de la créativité

Le carnet de voyage, oeuvre artistique transculturelle : de l’exotisme et de la créativité (P. Argod), Essais, hors série – 2015.

Article publié dans la revue interdisciplinaire d’Humanités Essais de l’université de Bordeaux – Montaigne sur le thème « Création, créolisation, créativité », études réunies par Hélène Crombet (p. 107à 120).

L’exotisme serait porteur de créativité parce que la confrontation à d’autres repères géographiques et culturels change le mode de pensée et le regard de l’artiste. Or le carnet de voyage est une création originale, parfois métissée afin de traduier la vision multiple du voyage et l’hybridité du carnet de voyage. En participant à l’hétérogénéité culturelle des appartenances et des groupes ethniques, il serait issu d’un mélange d’éléments culturels personnels et de caractères inhérents à l’Autre.

http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/la-revue-essais.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

The art of sketching : a book in English

I am happy and honored to present my new book translated into English « L’art du carnet de voyage » (éditions Gallimard, collection Alternatives).

The art of sketching : 400 years of travel diaries is a book published by Promopress, 2016.

« Memories of other places, travel notebooks chronicle the experience of getting to know each other and ourselves. They have been companions of artists from Dürer to Philip Delord, going through the orientalists and explorers. The Art of Travel illustrates the great scientific and journalistic adventures in history, from the Egyptian campaign to the war in Iraq. It also explores more intimate territories, capturing the essence of our world to preserve the remembrance. Between text and image, this stunning collection travels through the centuries revealing the most beautiful pages of a very human adventure. »

The art book is illustrated with over forty artists – travelers who publish many travel books for twenty years. They present their artistic work and editorial throughout their travels all over the world in the fifth and final part of the book.The variety of graphic arts, media, viewpoints, subjects and artistic styles is fascinating and makes you want to create an illustrated travel journal. 

http://www.promopresseditions.com/detalles.php?sec=F0-TO&titulo=All%20titles&ref=A1119926000

Notice to art school !

ACV-cover-OK-2015_v9

 

 

 

 

 

 

RRN Arts and Architecture The Art of Sketching Spring 2016

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage sur scène : la mise en spectacle d’un carnet de voyage

Le carnet de voyage sur scène : la mise en spectacle d’un carnet de voyage

Carnet(s) de Chine : je rêvais d’aller à Kashgar, réalisé en 2010 et primé par le Prix vblog du carnet de voyage numérique, n’est, selon les auteurs, Emmanuelle Troy, Virginie Perret, Erik Baron, Tony Petrau et Pablo Jaraute, « Ni ciné-concert, ni « connaissance du monde », Carnet(s) de Chine est une proposition artistique pluridisciplinaire, un carnet de voyage vivant, contemporain et accessible, mêlant cinéma, lectures d’écrivains-voyageurs, musiques et danse. Ce dialogue ouvert entre film, textes, danse et musiques invite à re-parcourir ensemble le chemin». Ce spectacle, réalisé à partir d’un voyage vécu, part à la découverte des danses et des musiques du Turkestan chinois, que le groupe représente sur scène et qu’il accompagne de textes et d’images. Devenu interarts, le carnet de voyage amène à penser le genre comme installation et performance artistique et ouvre sur tout l’espace de création et de l’œuvre d’art, dans son hybridation, à la fois genre éditorial, littéraire, artistique et numérique. D’autres carnets de voyage sont des créations originales de mise en scène ou de propositions théâtrales. La pièce en six actes, Traversées de Jessica Ashford et Jehanne Gascoin, prend la forme d’un spectacle vivant multidisciplinaire, réalisé par la Compagnie Kartik’Ârt qui mêle tous les arts de la scène en vue d’adapter le carnet de voyage Zoé Zoé Femmes du Monde de Titouan Lamazou : soit quarante-six femmes qui racontent leur vie. Sur les traces de Blaise Cendrars, Philippe Rousseau propose sur scène un carnet de voyage sous forme de monologue poétique dans la Russie hivernale traversée par le Transsibérien, de Moscou au lac Baïkal. Il a mis en scène son voyage initiatique Mes pas captent le vent, publié sous le titre Passeport pour une Russie : mes pas captent le vent (Elytis, 2010). A partir de son carnet, Iran (Elytis, 2012), Philippe Bichon propose une création musicale de l’oud, luth arabe, accompagnée d’images, spectacle diffusé lors du 13e Rendez-vous du carnet de voyage.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le 15e Rendez-vous du carnet de voyage

Programme du 15e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand du 14 au 16 novembre 2014 :

3 thèmes : Regards croisés sur l’Afrique, Voyages en cargo et Carnets de tranchées avec comme invité d’honneur le célèbre dessinateur Cabu :

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-themes-2014

150 invités : 120 artistes carnettistes, 8 écrivains, 14 réalisateurs et 15 éditeurs

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-les-invites–4

55 Animations : 29 ateliers avec un carnettiste (A. Vielfaure, M. Pradier, D. Roudeau, J. Alessandra, M.- H. Puget, C. Bonami-Redler, E. Prost, F. Dumas, Lapin, P. Bichon, S. Privat, S. Ledoux, Troubs, D. Priollaud-Stoclet, M. Bonneau, V. Aboulker, N. Barberon, Emdé David Magli, F. Caillette-Deneubourg, J. Agostini, Y. Lesacher).

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-ateliers-2014

+ 11 projections de film, 7 conférences et 8 rencontres avec un écrivain

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-voir-le-monde-films-debats, http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-comprendre-le-monde-conferences http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-lire-le-monde-rencontres-ecrivains

12 expositions en régionLa route des carnets met à l’honneur plusieurs auteurs à travers des expositions  : Damien ROUDEAU, Stefano FARAVELLI, Luis RUIZ, Bruno FORTUNER, Nicolas JOLIVOT, Sonia PRIVAT, Etienne DRUON, Delphine PRIOLLAUD-STOCLET, etc.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-la-route-des-carnets-2014

Le 4e Marché du Carnet de Voyage se déroulera le samedi 15 novembre 2014 de 10h00 à 19h00. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation

Conférence : L’art du carnet de voyage (Pascale Argod) : sortie de l’ouvrage auquel   40 carnettistes ont participé (voir la partie 5 « carnettistes »), le dimanche 14 novembre à 14 H 30 : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-lart-du-carnet-de-voyage

« Hérité de la rencontre des sciences de l’homme et des arts, le carnet de voyage se décline selon la quête du voyage (thème, découverte, finalité), l’expression (technique, image, écriture) et l’intention (cible et regard). Depuis l’engouement lancé dans les années 1990, des formes hybrides d’albums en font une niche éditoriale. L’originalité fait tendre le genre vers l’œuvre d’art ou vers le médium d’information. Du carnet de voyage reportage au carnet de patrimoine, une palette de carnets ouvre au voyage et aux arts qu’illustrent plus d’une trentaine de carnettistes. »

Journée de formation universitaire de l’UBP de Clermont-Ferrand à destination des étudiants de Master et des Doctorants le 14 novembre à partir de  9 H 30  avec remise du prix du carnet de voyage Etudiant à 18 H :

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-prix-de-carnet-de-voyage-etudiant

Journée des scolaires du vendredi 14 novembre : le Rendez-vous accueille les établissements scolaires (école-collèges-lycées) de 9h00 à 19h30. Tous les établissements doivent impérativement s’inscrire au préalable.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-public-scolaire

Prix du carnet « Ecole-Collège-lycée » : Julie LAUMONIER – classe de 1ère STD2A du Lycée Savina,  Tréguier (22) sur le thème de l’Orient Express

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-prix-du-carnet-ecoles-colleges-lycees

Les 15 et 16 novembre 2014, un carnet-jeu sera distribué aux enfants pour découvrir la manifestation de manière ludique et pédagogique. Les illustrations ont été réalisées par le carnettiste Emdé pour l’occasion.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-espace-jeunesse

 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche de l’auteur-illustrateur

Du côté de la bande dessinée, l’Artbook se définit comme le carnet des notes et des croquis préparatoires à l’album B.D., à la manga ou le dessin animé et surtout du côté de l’illustration d’album pour la jeunesse. L’ouvrage Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot (Cercle de la Librairie, 2000) offre quelques extraits de réalisation plastique classés par illustrateur. Issu de l’expérience créative de l’artiste et de ses voyages vécus, Ailleurs… plus loin ! d’Emmanuel Lepage rassemble en effetles illustrations, les dessins d’atelier et les croquis de voyage de l’auteur qui les commente. Hugo Pratt dévoile aussi les dessous de sa création liée à ses voyages dans la publication intitulée Périples secrets (Casterman, mars 2009) tout comme Beb-Deum dans Face box : art of (Delcourt, 2008).

En fait, dès 1994, les dessinateurs novateurs du genre bande dessinée Dupuy et Berberian réalisent un journal de bord de la réalisation d’une bande dessinée Le journal d’un album chez l’éditeur L’Association mais ils ne traitent cependant pas du thème du voyage. Art Spiegelman publie aussi ses trois volumes de Sketchbook rassemblés dans Be, A Nose !exposé à la Galerie Martel à Paris. Le premier Be est la reproduction d’un petit carnet d’ébauches réalisées lors d’un voyage en Allemagne et en Pologne en 1979 et donc préparatoires à l’album Maus. Le second volume « A » rassemble le travail de 2007 à la recherche du trait perdu dans son projet Autophobia. Le troisième carnet Nose recèle des images d’avant-garde datant de 1983 tirées de la revue « Raw » créée avec sa femme. De plus, un livret d’accompagnement explicite son travail quotidien de croquis dans ses carnets. La vogue de l’édition du carnet de dessinateur ou d’illustrateur semble s’affirmer depuis 2005 et démontre l’intérêt du lecteur pour la gestation de l’œuvre afin d’appréhender le métier d’illustrateur. Mais, à travers ces deux exemples proposés, peut-on encore parler de genre « carnet de voyage » ?

La collection Dess(e)ins, publiée par l’association Les traces habiles, Dess(e)ins, un observatoire des dessins liés aux processus créatifs groupe un fonds inédit de dessins de créateurs et de chercheurs de toutes disciplines, constitué grâce à leurs dons. Elle permet de découvrir la richesse et la diversité des processus créatifs. Exercé comme un langage, le dessin élabore des hypothèses, construit des scénarios et consigne les étapes de projets en devenir. Reflet du cheminement de la pensée entre l’esprit et la main, le dessin permet de s’approprier, comprendre, restituer son projet artistique ou scientifique. Dans cette collection, chaque créateur invente sa propre écriture en fonction de son dessein ou de pratiques liées à l’image, l’espace, l’objet ou à un thème (http://les-traces-habiles.org/le-projet-desseins/).

Corpus :

Les traces habiles 1. Association Les traces habiles. Hersher, 2012. http://les-traces-habiles.org/

Voir les titres de la collection : http://les-traces-habiles.org/la-collection/

Be a nose ! : three sketchbooks by Art Spiegelman.Art Spiegelman. Bruxelles : Casterman, 2009. http://www.galeriemartel.com/espace_pro/files/cp_art_spiegelman.pdf

http://www.actuabd.com/Art-Spiegelman-a-Paris-cote-coulisses

Ailleurs… plus loin !. Emmanuel Lepage. Mosquito, 2009

Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot. Cercle de la Librairie, 2000.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet interarts : de l’installation artistique au carnet de spectacle

Le carnet d’arts ou « carnet interarts » : de l’installation artistique au carnet de spectacle

Le peintre et voyageur Titouan Lamazou a fait connaître le genre éditorial du carnet de voyage en 1998 et en 1999 avec ses deux albums « Carnet I » et «  Carnet II » [1]. En 2007, il réalise un carnet de voyage sous la forme audio-visuelle composé de portraits multisupports à l’aquarelle et d’interviews de rencontres de femmes d’exception « Zoé, Zoé, Femmes du monde » au Musée de l’Homme (voir le DVD). Au delà de l’exposition, l’installation propose scénographie et objets ethnographiques pour plonger le spectateur dans l’ambiance et l’atmosphère du pays afin d’éveiller tous les sens dans une composition en trois dimensions (au-delà du décor de théâtre) qu’il peut parcourir tel un carnettiste-voyageur vivant son périple sur la route. En 2012, La pièce de théâtre Traversées[2]de Jessica Ashford et Jehanne Gascoin mêle tous les arts de la scène en vue d’adapter le carnet de voyage Zoé Zoé Femmes du Monde de Titouan Lamazou. Le carnet de voyage s’ouvre aux arts de la scène, se diffuse, circule d’art en art et devient donc un carnet interarts. D’autres installations sembleraient évoquer le carnet de voyage, telle Typographies Parallèlles qui est une proposition innovante de Michel Bouvet avec une scénographie Sandro Agostini et une mise en espace Stéphane Déplan et Laurence Delmas : à l’occasion de voyages à travers le monde, Michel Bouvet photographie les rues des villes qu’il visite ou qu’il parcourt afin de créer une sorte de « typo-trip ». Les carnets de voyage du cirque Galapiat[4] en Argentine et au Chili proposent un spectacle des trois mois de traversée du continent latino américain d’est en ouest de Buenos-Aires à Valparaiso en 2011.

La notion Concert de dessins[3] qui allie dessin et musique et qui est reprise par Bastien Vives en 2012 au Salon de la BD d’Angoulême, décentre certes la notion de voyage mais affirme la rencontre entre les arts : les musiciens, placés au centre de la scène, sont dirigés par un chef d’orchestre et accompagnent, parfois conduisent, l’histoire qui s’écrit en direct sur un écran géant au fond de la scène.  Michel Costiou[5] et Cathy Beauvallet[6] renommés pour leur travail de rough in situ en salle de spectacle sur la danse, l’opéra ou d’orchestre proposent des « carnets de spectacles », objet d’un espace dédié[7] lors du 14e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Ce développement du « carnet d’arts » ou du « carnet de voyage interarts » (P. Argod) ou  s’inscrit dans l’art contemporain in situ, in vivo, en interaction dans la tendance du « work in progress ».

Corpus

ASHFORD Jessica, GASCOUIN Jehanne. La pièce de théâtre Traversées, 2013.

BEAUVALLET Catherine, REISCH Manu. Que cir que : du montage au démontage.Nouveaux Loisirs, 2001.

BEAUVALLET Cathy (ill.); CLOUTIER Nathalie (photographies, peintures); BRIANTI Jacques. Carnet de voyage en corridas. Atlantica, 2008.

BOUVERT M. AGOSTINI S. (scénographie), DEPLAN S. et DELMAS L. (mise en espace). Typographies Parallèlles.

CABU. Cabu in jazz : carnets de jazz. Cabu. Ed. Du Layeur, 2004.

CABU (ill.), DUPUIS Dominique. Cabu swing : souvenirs & carnets d’un fou de jazz. Les Echappées, 2013.

FORNICA Jean-Pierre. Carnets taurins. Actes Sud, 2012.

COSTIOU Michel, préface Fly de Latour. Le cirque : reportage graphique. IDLivre, 2006.

COSTIOU Michel, préface Jean Guizerix. La danse : reportage graphique. IDLivre, 2006.

LAMAZOU Titouan. Zoé, Zoé, Femmes du monde. Gallimard Loisirs, 2007.

OLISLAEGER François. Carnets d’Avignon : planches 2008-2012. Actes Sud, Arte Editions, 2013.

VAILLANCOURT Lorraine et Nathalie Cloutier, textes. Nem, le Nouvel Ensemble moderne : un parcours d’ensemble contemporain 1989-2009. Montréal : Lorraine Vallaincourt, 2009.

VIVES Bastien. Concert de dessins. France Culture, 2012. https://www.franceculture.fr/2012-01-27-angouleme-2012-bastien-vives-au-concert-de-dessins

Le concept qui allie dessin et musique triomphe depuis 2005 au Salon de la BD d’Angoulême. http://www.theatre-angouleme.org/component/option,com_popevents/task,detail/spectid,224/

Concerts dessinés de l’association Regard 9 du 22 au 30 mai 2013 à Bordeaux: Adrien Demont, Vincent Perriot et Guillaume Trouilard, RICA Taga, Olivier Besseron-Cromwell, Nicolas Witko.


[5] Michel Costiou, Le cirque, reportages graphiques, éditions IDLIVRE, 2006. La danse, reportages graphiques, éditions IDLIVRE, 2006. http://www.michelcostiou.fr/standard-878-1.html

[6] Cathy Beauvallet, Manu Reisch. Que cir que : du montage au démontage. Nouveaux Loisirs, 2001. http://www.cathybeauvallet.com/

[7] Suite à ma demande à l’association IFAV,  Il Faut Aller Voir, qui est organisatrice de la manifestation : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-les-carnets-de-spectacles

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’aquarelle à la naissance du carnet de voyage, une esthétique des contraires

Communication «De l’aquarelle à la naissance du carnet de voyage, une esthétique des contraires : l’inventaire du monde et de la topographie / l’art du « pittoresque » et de l’exotisme orientaliste (du XVIIIe au XIXe siècle) » au Colloque « Vertu des contraires : art, artiste, société » organisé par le Laboratoire d’études en sciences des arts – LESA, novembre 2012 à Aix-en-Provence.

Hérité du journal de bord des explorateurs, marins et cartographes, mais aussi des planches naturalistes des expéditions scientifiques, le carnet de voyage devient un ouvrage d’initiation artistique au « Quattro Cento ». L’art graphique, au service des sciences et notamment des sciences humaines, se désolidarise de son objet d’étude pour acquérir une reconnaissance artistique propre, à travers le dessin et l’esquisse. Le carnet de voyage serait l’héritier de l’essai artistique, source de l’oeuvre picturale et de l’inspiration « pittoresque ». Il devient carnet d’étude et livre de modèles pour les humanistes, les architectes, les peintres et les védutistes qui retracent leur Tour d’Italie afin de parfaire leur trait et leurs humanités. Au milieu du XVIIIe siècle, la sensibilité romantique éveille à l’esthétique du pittoresque qui trouve son épanouissement à travers l’aquarelle anglaise. Cette technique adaptée au voyage, au dessin topographique et au détail architectural favorise l’invention du paysage. Comment les aquarellistes anglais tels que John Constable, Thomas Girtin et William Turner, s’adonnent-ils au carnet de voyage ? En quoi leur formation de topographe a-t-elle servi l’art du paysage alpin ? Quels sont les chefs d’œuvre qui suscitent l’engouement romantique pour certains lieux, devenus depuis escales des peintres ? Le carnet de voyage contemporain serait-il marqué par cette filiation de l’aquarelle anglaise et de la rencontre des sciences de l’homme et des arts picturaux. Comment la vogue de l’orientalisme a-t-elle lancé le genre « carnet de voyage » et médiatisé le pittoresque et l’exotisme de l’ailleurs ? Le défi documentaire et scientifique semblerait alors s’opposer à l’esquisse du chef d’oeuvre pictural des artistes épris d’exotisme. La vertu des contraires de l’art de l’aquarelle a donné naissance à un genre original « le carnet de voyage » et a généré une façon de ressentir le regard de l’artiste en voyage.

Le voyage en Italie

BOURGUET Marie Noëlle, LEPETIT Bernard, NORDMAN Daniel, SINARELLIS Maroula. L’invention scientifique de la Méditerranée : Egypte, Morée, Algérie. Paris :Editions de l’EHESS, 1998.

LEYMARIE Jean, MONNIER Geneviève, ROSE Bernice. Histoire d’un art : le dessin. Paris :Skira, 1979.

LOISEL Catherine. L’appel de l’Italie : artistes français et nordiques dans la Péninsule, dessins des XVII et XVIII e siècles, exposition du 4 novembre 2006 au 4 février 2007. Grenoble : Musée de Grenoble, ed. Gourcuff Gradenigo, 2006.

MOUREAU François (Dir.). L’œil aux aguets ou l’artiste en voyage : études réunies par François Moureau. Genève : Klincksieck, 1995.

OULEBSIR Nadia. Le voyage architectural en Méditerranée : entre poétique des ruines et rigueur mathématique. Revue de la bibliothèque nationale de France, mars 2006, n° 22.

RPOXAMA A.. Un carnet de voyage de Pissaro. L’œil, juin 2004, n° 559.

WILTON A. (pref.).Venise : aquarelle de Turner,Paris :Inter-Livres-Bibliothèque de l’image, 1995.

La route de l’Italie : gravures et dessins du XVI au XIXe siècles. Exposition à la Maison de l’Italie du 7 au 14 avril 1991. Torino : centro interuniversitario di Richerche sul « Viaggio in Italia », CIRVI, Maison de l’Italie, 1991.

Voir le centre de recherche universitaire de Turin sur le voyage en Italie « Viaggio in Italia », CIRVI

Le carnet de l’aquarelliste (Dürer, Signac et Turner)

BOCQUILLON-FERETTI Marina, CACHIN Charles. Paul Signac : dessins et aquarelle. Paris :La Martinière, 2000.

BOCQUILLON-FERETTI Marina. Signac aquarelliste. Paris :A. Biro, 2001.

BROWN David. Turner et les Alpes : exposition, Fondation Pierre Gianadda, 5 mars-6 juin 1999. organisée avec la Tate Gallery de Londres.Martigny : Fondation Pierre Gianalda,1999.

DURER Albrecht. Dürer, dessinateur et aquarelliste. Paris :Citadelles et Mazenod, 2004.

DURER, Albrecht Piel Friedrich (pref.). Dürer : aquarelles et dessins. Paris :Inter-Livres-Biliothèque de l’image, 1994.

LEVEQUE-MINGAM Paul-Jacques. Turner & la Loire.Paris :C. Pirot, 2009 (Monts et merveilles).

TURNER William, WILTON Andrew (pref.). Venise : aquarelle de Turner. Paris :Inter-Livres-Bibliothèque de l’image, 1995.

TURNER William. Turner en voyage. A. Wilton. Paris :Flammarion, 1983.

SIGNAC Paul. Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paris :M.J. Jacomet, 1990.

TURNER William, WILTON Andrew (préf.).Venise : aquarelles de Turner. Paris : Bibliothèque de l’image, 1995.

WILTON Andrew. Turner en voyage : France, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Italie, Suisse. Paris :Flammarion, 1987. (les classiques de l’art)

WARREL Ian. Turner et la Seine : exposition, Tate Gallery, Londres, 29 juin-3 oct. 1999 ; Pavillon des arts, Paris, 27 oct. 1999-30 janv. 2000 ; Musée Malraux, Le Havre, 10 mars-12 juin 2000. Paris : Pavillon des arts. Réunion des musées nationaux, 1999.

Aquarelle : atelier et plein air : exposition au Musée d’Orsay du 27 mai au 7 septembre 2008 organisée par la galerie des arts graphiques.

Turner, le voyage sur la Loire : exposition, musée du château de Blois, 7 mars-1er juin 1998 ; musée du château de Nantes, 13 juin-14 sept. 1998. Exposition. Blois, Musée du Château. Réunion des musées nationaux,1998.

Des carnets de peintres officiels de la marine

LOTI Pierre. L’Ile de Pâques : journal d’un aspirant de La Flore, précédé du Journal intime (3-8 janvier 1872). Saint Cyr-sur-Loire : Christian Pirot éditeur, 2006. (autour de 1900)

DE SAINT-FRONT Yves. Marin-Marie : carnet de dessins (1931 – 1987). Paris : Octavo, 1993.

MARIN-MARIE. Vent dessus, vent dedans. Paris : Gallimard, 2000.

BOULLAIRE Jacques, DESCHAMPS Emmanuel. Tahiti : carnet de croquis sketchbook. Tahiti : Le Motu, Papetoï-Moorea, 2006.

BERTHIER Marc Pierre Gilles, GILLES Daniel. La coupe de l’América : cent quarante et un ans de régates pour un pichet d’argent. Paris : Gallimard-Jeunesse, 1992.

PERDRAY John. Sur les traces de la Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro. Paris : Glénat, 2006.

Pierre Loti : exposition au Musée de la vie romantique à Paris, octobre 2006.

Des carnets des peintres Delacroix et Gauguin

ARAMA Maurice. Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Paris : Non Lieu, 2006.

BENZINA Fayzat. Les Carnets du Maroc de Delacroix : du voyage à l’image,(Tunis), In Images et voyages : Représentations iconographiques du voyage de la Méditerranée aux Indes orientales et occidentales, de la fin du moyen âge au XIXe siècle. Séminaire du CRLV, université d’Aix-en-Provence, les 15 au 17 mai 2008.

DELACROIX Eugène. Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Paris : Non lieu, 2006.

DELACROIX Eugène, DAGUERRE DE HUREAU Alain. Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Paris : Bibliothèque de l’image, 2000.

DELACROIX Eugène. Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Paris : Gallimard, 1999 (art et artistes).

DUNEUR Guy. Delacroix et le Maroc. Paris : Hersher, 1988 (lieux d’artiste).

MUSEE MARITIME TATIHOU. Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue. Saint-Vaast-La-Hougue : Musée maritime de Tatihou, 2000 (90 p. catalogue d’exposition)

GAUGUIN Paul. Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

GAUGUIN Paul, Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paris : Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine

Le carnet de voyage et les Peintres de la Marine : des peintres reporters à la mémoire ethnographique

Les carnets de mission des Peintres Officiels des Armées[1] marquent le genre de leur trait pictural. Descendants des peintres du dépôt de la guerre créé par Louvois en 1688, ils relatent les hauts faits militaires des armées des Rois, des Empereurs et des Républiques et exaltent la grandeur et l’étendue de notre pays au-delà des mers. Un décret de 1981 a refondé et actualisé le statut des peintres des Armées dans les spécialités Air et Espace, Marine et Terre afin qu’ils soient nommés et agréés pour une durée de trois ans renouvelables, par le Ministre de la Défense dans un contingent de vingt peintres par Armée. Les Peintres officiels de la Marine révèlent leurs témoignages artistiques, socioculturels et patrimoniaux sur les évènements et sur les peuples rencontrés au fil des voyages d’exploration auxquels ils ont participé. François Bellec de l’Académie de Marine a notamment médiatisé leurs œuvres depuis 1770 dans son ouvrage intitulé  Carnets de voyages des Peintres de la Marine  (Editions Ouest-France, 2002).

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M.Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

Les peintres de la Marine auteurs de carnets de voyage

Héritiers de cette tradition militaire et picturale, Marin-Marin est consacré peintre de la Marine en 1934, Jacques Boullaire en 1959, Michel Bez en 1987, Titouan Lamazou en 2002… Le fondateur de l’association des « Peintres officiels de l’armée », Michel Montigné, est reconnu comme carnettiste à travers ses trois ouvrages publiés : Carnet de voyage à Djibouti ,  Carnet de Guyane ,  Carnets de Mauritanie, Maroc, Brésil . Quant à Jacques Boullaire, il édite son  carnet de croquis  (Singapour, 1992) et  Tahiti : carnet de croquis  (Le Motu, 2006), compte-rendu de ses voyages dans les années cinquante en Polynésie Française. Michel Bez, lui aussi peintre de la Marine, a réalisé les aquarelles de la troisième expédition organisée par l’équipe de l’Expédition Jules Verne à bord du trois-mâts Belem, réunies dans un carnet d’ Esquisses d’un voyage Amazonie-Martinique-Açores : une aventure cinématographique et scientifique  (Equinoxe, 2002).

Une collection d’albums intitulée  Voiles , née chez Gallimard en 1990, fait déjà appel à des aquarellistes renommés, souvent « peintres officiels de la marine » comme Marin-Marie, M. Berthier…. Yvon Le Corre, carnettiste renommé avait réalisé dès 1990  Les Tavernes d’Alcina : voyage au Portugal et, dès 1992,  Antarctide : journal de bord d’un peintre dans les glaces, publiés tous les deux par Gallimard dans cette collection  Voiles . Il est aussi l’auteur du carnet  Cap Sizun, pointe du raz  publié en 1997 dans la collection « Carnets du littoral ». Yvon Le Corre est en fait l’initiateur du genre dès 1977-1978 avec son  Carnet Sieck  non édité. Ciblée sur les voyages d’aventure, une autre collection apparaît, en 1996, chez Glénat intitulée  Sillages  qui inaugure avec Gildas Flahaut trois carnets (Les carnets tempête : voyage aux îles Kerguélen  en 1996,  Carnets Mongols  en 1997,  Le phare du bout du monde  en 1999), ils sont suivis de celui d’Yvon Le Corre intitulé  Mali Malo : carnet d’un voyage au Mali  en 2000. Elle recense les grandes expéditions scientifiques : en 2002  Carnets de Sibérie : mammuthus expéditions  de Benjamin Flao et Bernard Buigues, en 2003  Les compagnons du Kon-Tiki  d’Erik Hesselberg et en 2006  Sur les traces de La Pérouse : carnets d’expédition à Vanikoro  de John Pendray.

Les carnets de la mer, mémoires ethnographiques du monde des marins

Selon l’ouvrage Carnets de la mer de Farid Abdelouahab (Sélection Reader’s digest, 2007) qui dresse une exceptionnelle anthologie des carnets de voyages maritimes ou de navigation, voici quelques grands  auteurs à découvrir :

« Anita Conti, Titouan Lamazou, Bernard Moitessier, Henry de Monfreid, Jacques Rougerie… quelques noms parmi les grands acteurs de la mer réunis ici, créateurs et témoins de leurs propres aventures sur tous les océans du globe. Explorateurs en route vers des continents aux reliefs mal connus, scientifiques perçant les secrets de la vie des abysses, navigateurs en quête d’absolu, architectes bâtissant des maisons aquatiques futuristes, tous ont en commun une flamme indéfectible et sans partage : celle de la passion océane. Du littoral breton aux plages malgaches, des rivages du Kenya aux baies de la Nouvelle-Zélande, ou bien au cœur de l’immensité des flots, Les Carnets de la mer nous font revivre leurs aventures exceptionnelles. Dans le sillage des prospections du prince océanographe Albert Ier de Monaco, des contrebandes d’Henry de Monfreid en mer Rouge, des interrogations de Bernard Moitessier dans ses tours du monde ou des rencontres d’Yvon Le Corre à Madagascar, ces vibrants témoignages nous lèguent une part de rêve, de liberté et de l’esprit de la traversée ». [2]

A noter dans les carnets de la mer, le journal de Paul-Emile Pajot (1873-1929), marin-pêcheur et peintre[3], figure marquante du port des Sables d’Olonnes et « imagier de la mer » pour avoir peint la flotte de pêche aujourd’hui disparue : dundees pour la pêche au thon, chaloupes, barques…Remarqué en 1925 par Jean Cocteau à cause de l’expression populaire de son art naïf, Paul-Emile Pajot a pu exposer à Paris et publier un catalogue d’exposition préfacé par Jean Cocteau. L’ouvrage, publié sous le titre  Mes aventures, le journal de Paul-Emile Pajot [4] révèle quelques pages du fac-similé de son conséquent journal autobiographique[5], réalisé de 1900 à 1922, qui comporte en effet deux mille cinq cents pages manuscrites et mille cent illustrations. L’originalité du manuscrit réside dans sa mémoire ethnographique des marins de l’époque, de l’évocation de la première guerre mondiale et de pays du monde non visités par l’auteur. Par ailleurs, le journal de bord, version cahier technique de marin, est un autre type de carnet de la mer que le navigateur Bernard Moitessier[6] illustre : en 1968, sur le voilier Joshua , il compile, dans un journal de bord, mille et un procédés de navigation ou de la vie quotidienne à bord lors de la navigation en solitaire.


[2] Extrait de la quatrième de couverture de l’ouvrage : Carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection Reader’s digest, 2007, 223 p.

[3] Paul-Emile et Gilbert Pajot : peintres et pêcheurs : exposition au Musée maritime de La Rochelle, du 15 juin au 15 septembre 1996.

[4] Ouvrage collectif de 256 pages, sous la direction éditoriale de Benoît Decron, Conservateur au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, édité par l’association 303 / Arts, Recherches et Créations en coédition avec le Musée (éditions 303, hors série de la revue 303 Arts, recherches et création, n°102, 2008).

[5] Acquis en 2006 par le Musée de l’Abbaye Sainte-Croix avec l’aide de l’Etat, de la région et du Crédit Maritime de Vendée, l’œuvre est exposée à l’occasion de la course du Vendée Globe en 2008.

[6] Extraits des journaux illustrés dans l’ouvrage : Les carnets de la mer. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2007.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Mathurin Méheut, carnettiste reporter : une palette de carnets de voyage

Mathurin Méheut, carnettiste reporter à l’origine du genre éditorial du carnet de voyage et de sa palette thématique (carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs, carnet de guerre)

Les écrivains-voyageurs, avec le « Grand Tour », ouvrent la voie à la quête de l’Orientalisme qui attire les artistes et notamment les Peintres de la Marine. Les dessinateurs utilisent le carnet de relevé dessiné dans les missions archéologiques, et les photographes tendent peu à peu à remplacer ces derniers pour l’inventaire du patrimoine. Dans la vogue de l’Orientalisme, le carnet du peintre Delacroix, Album d’Espagne et d’Afrique du Nord, est un hymne à la découverte ethnographique. Il inspire ainsi Gauguin dans sa quête d’un nouveau topos, la Polynésie, qui engendre l’essai illustré Noa Noa, œuvre féconde du primitivisme où convergent l’art et l’ethnographie. Dans leur filiation l’artiste Mathurin Méheut fait reconnaître le carnet de voyage dans sa diversité créative au fil de ses découvertes, témoignages et voyages du proche au lointain, de l’ethnographie régionale de la Bretagne à la quête de l’exotisme et de l’orientalisme au Japon. Son talent artistique pluriel et son goût pour l’ethnographie en font un précurseur du genre. L’artiste Mathurin Méheut offre en effet une palette de talents : à la fois peintre, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, il est surtout dessinateur-illustrateur sur le vif, voire peintre ethnologue.

Le reportage dessiné sous forme de croquis offre la première tentative de carnet de voyage publié qui daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des réalisations des « Peintres de la marine »[1] dont est membre, depuis 2002, Titouan Lamazou à qui nous devons la médiatisation du genre en 1998, suite à la publication de ses carnets de voyage. Ce premier carnet de voyage, publié en 1957 chez l’éditeur breton de la ville de Dinard Vue sur mer, s’intitule Pêcheurs des quatre mers ; son succès lui a valu d’être réédité en 1995. En effet, il s’agit d’un reportage, sur la pêche dans les années 50, rédigé par Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine dont l’illustre Mathurin Méheut (1882-1958). Mathurin Méheut en en effet au fil de sa carrière d’artiste et illustrateur expérimenté toutes les formes de carnets de voyage et de reportages dessinés  : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs et carnet de guerre.

Du carnet naturaliste ou l’observation sur le terrain

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux  en 1911,  Encyclopédie artistique et documentaire de la plante  en 1913,  Etude de la mer ; Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913,  Etude de la forêt  en 1927 puis  La plante exotique  en 1931. L’exposition Méheut, le monde de la nature de 2010 a mis en valeur son regard sur la nature :

     « L’intérêt pour les animaux, les plantes, la mer, la forêt est une constante dans son oeuvre. Depuis son séjour à Roscoff en 1910, jusqu’à Monaco, en passant par le Japon, il accumule  une documentation qui sera la base de ses oeuvres. Des livres illustrés aux compositions  décoratives très élaborées réalisés par l’artiste, la faune et la flore sont pour lui une source d’inspiration inépuisable. Sa démarche scientifique d’abord et son regard d’ethnographe le pousse à fixer au plus vite ce qu’il voit avant que cela ne disparaisse». [2]

L’ouvrage Etude de la mer, Manche et Océan, a pour l’objectif de renouveler les sources d’inspiration des décorateurs et artisans d’art à partir du règne végétal et animal, selon la thèse d’Eugène Grasset qu’illustre Mathurin Méheut dans cette étude documentaire. Livre fondateur de toute sa carrière il s’appuie de ses dessins naturaliste de Roscoff entre 1910 et 1912.

Du carnet ethnographique ou la Bretagne[3] dessinée sur le vif

Formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris puis à l’école normale d’enseignement du dessin, il devient peintre décorateur pour les prestigieuses revues Art et décoration, L’illustration puis La Bretagne touristique et collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette, Loti pour l’illustration de l’ouvrage Pêcheurs d’Islande  ou comme Roger Vercel pour  Pêcheurs des quatre mers, publié en 1957. Ces deux ouvrages s’inscrivent dans la filiation du récit maritime de voyage et dans le cadre d’un travail de reportage dessiné sur le vif si cher à Mathurin Méheut.

Epris de vérité, Mathurin Méheut dépeint des scènes de la vie quotidienne bretonne dès 1944 et participe à la publication de l’ouvrage  Vieux métiers bretons  de Florian Le Roy qu’il illustre de trois cent cinquante dessins. Sa vision ethnographique fait d’ailleurs, de nos jours, l’objet de rétrospectives et d’analyses critiques :  Mathurin Méheut, la Bretagne rurale  de Jacques Burel (Chasse-Marée-Estran, 1986),  Bretagne au bout du monde : types et coutumes  de Pierre Guégen (Ouest-France, 1998),  La Bretagne de Mathurin Méheut  d’Anne de Stoop et Patrick Le Tiec (Bibliothèque de l’image, 2000 et Edition Langlade, 2005) ou encore  Mathurin Méheut et la Cornouailles  (Editions Palantines, 2008). Mais il se fit d’abord connaître grâce à l‘illustration naturaliste de 1910 à 1930, suite à un séjour à Roscoff au sein de la station Biologique où il accompagna pendant deux ans des chercheurs. Issues de cette expérience, les planches naturalistes qu’il crée, sont regroupées dans trois publications dont l’ouvrage suivant publié en 1913, intitulé  L’étude de la mer, de la fore et faune de la manche et de l’océan .

Du carnet sur l’ailleurs : du dessinateur reporter au Japon

Afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon, Félix Régamey, dessinateur renommé enseignant à l’Académie de dessin de Chicago est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques. Ils passent deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe et Félix Régamey écrit à son frère en 1876 :

« Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins  »[4].

Ils publient ensemble le premier tome de leur récit qui relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaises [5] en 1878, puis le deuxième en 1880 publié sous le titre Tokio-Nikko. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustrait[6] par la réalisation simultanée de dessins[7] et administrent « la Société franco-japonaise » qu’ils créent. Ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et font des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y part en 1882 et y demeure dix-huit ans comme caricaturiste.

Par la suite, Mathurin Méheut part cinq mois au Japon en 1914, doté de la bourse « Autour du monde », financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète fondé par le banquier en 1909. Il en rapporte de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières-petites-filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914  (Ouest – France, 2004). Il livre ses impressions enthousiastes sur le Japon :

«Tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne ; les mêmes gréements, les mêmes accessoires, les mêmes types que dans ses vues du Fuji. »[8]

Du carnet de guerre sur le Front

Mobilisé par la première guerre mondiale, il interrompt son voyage et participe à la guerre des tranchées dont il rapporte une quantité de dessins : il devient ainsi un peintre combattant au service d’un travail documentaire qui témoigne de la vie de ses camarades soldats. Certains d’entre eux sont consultables dans l’ouvrage intitulé  Méheut et la Grande guerre, des ennemis si proches  de Patrick Jude (Ouest-France, 2001). Il rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis, en 1951, « Peintre honoraire de l‘Armée ». Il est enfin reçu à l’Académie de Marine en 1956, deux ans avant son décès, en 1958. Ainsi, pour le cinquantenaire de sa mort, une rétrospective sous la forme de deux expositions est proposée dans les musées bretons de Morlaix et de Lamballe, dont le catalogue est diffusé sous le titre Mathurin Méheut, de Bretagne et d’ailleurs (Ouest-France, 2008).

La reconnaissance du genre par les Peintres de la Marine

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M. Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

En conclusion, cet artiste breton renommé aux talents artistiques multiples, devenu  « Peintre de la Marine », a lancé le genre éditorial du carnet de voyage dans les années 50 et  a su décliner le carnet de voyage sous toutes ces facettes de carnet de reportage graphique : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et carnet de guerre. L’exposition Mathurin Méheut [9] proposée par le Musée de la Marine révèle des extraits de la diversité de ses carnets de voyage mais elle pourrait aussi être prolongée par une nouvelle exposition sur « le carnet de voyage » qui se déclinerait alors, par exemple, en regards comparés de carnettistes sur la Bretagne ou sur le Japon de Mathurin Méheut aux carnettistes contemporains. Elle pourrait porter aussi sur les carnets de voyage des marins, des carnettistes aux Peintres de la Marine ou sur la quête du pittoresque, de l’exotisme et de l’ailleurs dans les carnets de voyage mais aussi s’orienter sur les découvertes géographiques des carnets de voyage conservés dans les fonds anciens[10] de différents musées – Muséum d’Histoire naturelle, Musée de l’Homme ou Musée du Quai Branly, Musée Guimet, Musée de la Marine (Archives de la Marine), Musée d’Histoire contemporaine, la BPI du Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay, Musée du Louvre Département Arts graphiques), d’autres sont inventoriés par le département des Manuscrits occidentaux et de La réserve des livres rares de la BNF, Bibliothèque nationale de France, dénommé Des incunables aux livres d’artiste.

Le peintre de la vie sous-marine : Mathurin Méheut, L’Illustration, 20 décembre 1913.

Un fils de la mer bretonne : Mathurin Méheut, L’illustration, n° 3689, 8 novembre 1913.

Un artiste combattant: Mathurin Méheut. Armand Dayot, L’Illustration, 26 août 1916.

Au Front (1914-1915). Armand Dayot, L’art et les artistes, numéro spécial, mai 1915.

Les croquis de guerre de Mathurin Méheut. Henri Menabrea. Art et Décoration, juillet 1915

Lettres illustrées à Jeanne Duthil, marraine de guerre 1917.

Croquis de voyage : temples japonais de Mathurin Méheut. François de Tessan. L’Illustration, 23 avril 1921.

Oeuvres littéraires :

La mer. Michelet, 1914

Le gardien du feu. Anatole Le Braz, 1923.

La brière. Alphonse de Chateaubriant, 1924.

Rabolliot. maurice Genevoix, 1928.

Mon frère Yves. Pierre Loti, Méheut. Editions Mornay, 1928.

Les artistes du livre. Mathurin Méheut, Raumond Hesse, Maurice Genevoix, 1929.

Regard…Colette et Méheut. J.G. Deschamps, 1929.

Bretagne au bout du monde : types et coutumes. Pierre Guéguen. Horizons de France, 1930.

Filles de la pluie : scènes de la vie ouessatine, 1934.

Chan’nik. François Gryffol, 1934.

Au pays des corsaires, 1935.

Pêcheurs d’Islande. Pierre Loti, 1936.

Au pays des pardons. Anatole Le Braz, 1937.

Florilège. Saint-Pol Roux, 1945.

Sous le pied de l’Archange. Roger Vercel, 1947

Mers bretonnes. Jean De Varende, 1950.

Une porte de l’Europe : Nantes, 1951.


[1] La médiatisation des expéditions scientifiques : une rencontre des arts et des sciences avec le journal de bord en ligne.

[2] Catalogue de l’exposition Mathurin Méheut et le monde de la nature présentée au musée Mathurin Méheut, Lamballe – Côtes d’Armor (1er avril – 31 décembre 2010). http://www.musee-meheut.fr/fr/exposition-nature.html

[3] A noter que la Bretagne a inspiré Gauguin à la recherche du primitivisme et que Victor Ségalen, né à Brest en 1878, a passé son enfance dans le Finistère.

[4] Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[5] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur.

Voir les reproductions aux pages 86 à 89 de l’ouvrage « Carnets de voyages des peintres de la Marine », François Bellec. Editions Ouest-France, 2002.

Voir la bibliographie sur la photographie ancienne du Japon, BNF :  http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[6]  Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du « Touring Club de France » actuellement intégré à la « Bibliothèque du tourisme et des voyages » du Trocadéro de la ville de Paris.

[7] Voir les pages 100 et 101 de l’ouvrage cité précédemment.

[8] En référence avec la naissance éditoriale du genre dans les années 80, un album original : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914. Elisabeth Jude, Hélène Jude, Patrick Jude. Ouest-france 2004.

[9] Mathurin Méheut (1882, Lamballe – 1958, Paris) au Musée de la Marine à Paris du 27 février au 30 juin 2013 : http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.htm

[10] Communication dans le séminaire « Altérité et géographie » de l’ENS, Ecole normale Supérieure de Paris, le 28 mars 2012  : http://geographie.ens.fr/Seance-du-28-mars.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

            Dans le prolongement de la médiatisation du Street Art, le dessin croqué sur le vif  en milien urbain est en quête de reconnaissance. Ainsi « Urban Sketchers (USk) [1] met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ »; elle « en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu’ils soient chez eux ou en voyage ». Les vingt-quatre Urban sketchers français[2] (avec une majorité sur Lyon et sur Montpellier) se sont fédérés afin de partager leurs dessins sur leur blog et sur le groupe Flickr USK France autour du Manifeste Urban Sketchers afin de montrer « le monde de dessin en dessin » : art in situ sur le vif, témoignage du quotidien, archives de lieux et d’instants, fidélité au réel, diversité de techniques et de styles artistiques, pratique artistique en groupe et partage des oeuvres.

Leur objectif est le témoignage retranscrit du quotidien pour collecter la mémoire collective de la ville sur le modèle de deux illustres dessinateurs américains à l’origine du « Novel Graphic »[3]. En effet Robert Crumb s’inspire de la vie sociale de New York en décrivant dès 1964 les quartiers noirs-américains d’Harlem : ses  Sketchbooks Reports ne sont édités en France qu’en 1999  par l’éditeur Cornélius dans la collection « Blaise », annoncée en 1996 par les Carnets de New York de Philippe Dupuy et Berberian. Dans cette lignée, Will Eisner publie en 1981 la trilogie intitulée Big City[4] qui décrit la vie quotidienne des New Yorkais, dont le style se poursuit dans  Dropsy Avenue  en 1995; à noter qu’un quatrième volume s’y ajoute intitulé Carnet de croquis : métropole (Comics USA, 1989) réalisé aussi en 1981 et qui décrit la vie de Will Eisner à New York. C’est un style de « carnet de voyage » de proximité et du quotidien au fil de déambulations dans la ville américaine. Chez nous, Philippe Dupuy et Berbérian à la suite de leurs Carnets de New York (Cornélius : 1996) poursuivent en 1999 par leur démarche avec la publication de Barcelone carnets. Les premiers Urban Sketchers en sont originaires[5] et y organisent leur symposium international[6]. Cet hommage au reportage graphique urbain vise à la reconnaissance d’un sous-genre apparenté au carnet de patrimoine.

Corpus : visions de New York à travers le reportage graphique du « Novel graphic » au  carnet de voyage

COUTURE Charlelie. New York by Charlelie : photos. Chêne, 2009.

CHARYN Jerome, MOIREAU Fabrice. New York aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2005.

DUPUY Philippe, BERBERIAN. Carnets de New York. Cornélius : 1999

EISNER Will. New York Big City. Albin Michel, 1985

EISNER Will. Big city (5 volumes). Grenoble : Comics-USA, 1988-1992.

EISNER Will. Big city volume 4 : Carnet de croquis : métropole. Grenoble : Comics USA, 1989)

EISNER Will. New York trilogie intégrale. Delcourt, 2011.

EISNER Will. Dropsy Avenue : biographie d’une rue du Bronx. Delcourt, 2007 (1995).

KUPER Peter. Les carnets d’un New-Yorkais : une chronique illustrée de trois décennies à New York. Bussy-Saint-Georges : Ed. çà et là, 2012.

HYMAN Miles, REA Vincent. New York itinéraires. Casterman, 2010.

LE BECHEC Yann, KLEIN Elaine. New York : quartiers noirs. Albin Michel jeunesse, 1992. (carnets du monde).

MACLEAN Alex S. Sur les toits de New York : espaces cachés à ciel ouvert. La Découverte, D. Carré éditeur, 2012.

MOIREAU Patrice, CHARYN Jérome. New York : aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2006.

SOULIE Tony, LE DORLOT Jean-Yves, GRAINVILLE Patrick. New York 11206. Forcalquier (Provence) : Ed. Garde-Temps, 2001.

CAMPANARIO Gabriel, URBAN STKETCHERS. The arts of urban sketching : drawing on location around the world. USA (Beverly) : Quarry Books, 2012. http://www.urbansketchers.org/


 [3] Voir la partie 1 avec la sous partie intitulée Des paralittératures aux « littératures dessinées » ou graphiques de la thèse de Doctorat : Pascale Argod, « le carnet de voyage : approches historique et sémiologique ». Thèse de Doctorat, université de Bordeaux III, 2009 (790 p. + 800 titres de corpus).

[5] Voir les invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage du 16 au 18 novembre 2012.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’orientalisme : E. Delacroix (1798-1863) et P. Gauguin (1848-1903) tournés vers l’ethnographie

Le carnet ethnographique et orientaliste d’Eugène Delacroix (1798-1863) : « Album en Afrique du Nord »

Dans la vogue de l’Orientalisme, Delacroix part en 1832 pour le Maroc[1] puisqu’il est nommé peintre officiel au sein de la délégation diplomatique de Charles de Mornay. Quatre carnets sur sept de Delacroix nous sont parvenus[2] : trois sont conservés au musée du Louvre et un au musée de Condé à Chantilly, parmi eux l’Album de Croze  en 1855 et Album de Charente en 1822. Le Maroc offre à Delacroix des sujets ethnographiques qui seront l’objet de ses carnets[3], d’abord aux environs de Tanger qui inspirera l’aquarelle « La Mariée juive de Tanger », puis Meknès après treize jours de traversée puis l’Andalousie, puis Oran, Alger qui inspirera « Femmes d’Alger dans leurs appartements » et enfin Marrakech. Ce carnet rassemble des études « qui désignent à partir du XVIIe siècle une représentation graphique constituant un exercice, un essai : préparation générale ou de détail, d’une œuvre d’ensemble, recherche graphique de composition ou de réalisations de détails » [4]. Les deux doubles pages des croquis de « l’Album d’Afrique du Nord » [5] qui représentent d’une part une « foule de Marocains devant une grande porte encombrée, cour et prison, porte du Juif ; cheval et arabes devant fontaine » et d’autre part un « paysage avec mosquée dans le fond et personnages » méritent d’être analysées de par leur composition originale où le texte manuscrit de notes, les croquis, les personnages, les différents plans et les détails se juxtaposent en donnant ainsi de la profondeur et une lecture particulière de l’image. Le premier exemple offre un découpage de la page en trois vues successives, du plan général extérieur à la déambulation vers l’intérieur de la médina, le deuxième exemple plus confus proposent deux vues principales agrémentées de détails et d’angles de vues plus restreints. Comme une caméra, Delacroix guide son pinceau qui est bien l’aboutissement de son regard scrutant. Il avance, s’arrête sur tel aspect, recule, découvre, déambule…ce sont des notes visuelles qui étudient le cadrage, la composition, les éléments afin de réunir l’ensemble des esquisses dans une œuvre picturale postérieure en atelier. Il semble par moment que le carnet annonce « le story-board » [6], tant la notion de déplacement et d’angle de vue est importante, parfois si proche du « travelling ». Ces carnets traduisent un déplacement, une pérégrination et une approche ethnographique qui définissent « le carnet de voyage » comme un témoignage croqué sur le vif d’un parcours et d’une expérience exotique vécue et comme une trace ethnographique de rencontres. Du point de vue ethnographique, les scènes de la vie quotidienne sont retranscrites avec tous les détails ; ceux-ci concernent les objets, les ustensiles, les éléments de décoration, les costumes, les bijoux…Les études aquarellées préalables à la réalisation du tableau «Les femmes d’Alger » y sont nombreuses et elles sont annotées de légendes précisant les couleurs et les matières qui ne peuvent pas apparaître sur un simple croquis sur le vif. Sur certaines pages, comme « cavaliers arabes, bouquet d’arbres et mer dans le fond »[7], le texte manuscrit s’intègre au dessin, se superpose, se mélange et entre dans la composition de l’image. Dans la lignée des Frères Goncourt, il s’agit d’un carnet de voyage où l’espace de l’image rencontre celle de l’écrit pour s’intégrer dans une plastique qui tient de l’immédiateté, de la rapidité d’exécution, de l’instantanéité des émotions et du regard. Dans cet exemple, l’oeuvre de Delacroix est paradoxalement une version aboutie du genre « carnet de voyage » où ni l’image ni le texte ne priment : ils se combinent dans un parcours spatial ; le déplacement du voyage est visible dans la composition de la page autant que l’instant saisi et retranscrit Delacroix serait le créateur du « carnet de voyage » qu’il a renouvelé dans une frénésie de découverte, de recherche et d’étude plastique suscitée par la quête orientaliste des impressions, des sensations et des émotions dues à l’Ailleurs à travers une démarche ethnographique.

Récapitulatif des caractéristiques du genre « genre carnet de voyage » lancé par Delacroix :

– Déambulation au fil du périple à travers le paysage du plan général au plan particulier (portraits des rencontres).

– Esquisses sur le vif ou technique du rough : rapidité et instantané du vécu (comme une sorte d’appareil photographique à la main).

– Insertion du texte dans l’image : notes visuelles accompagnées des annotations sur les couleurs, les textures, la lumière….

– Un carnet d’étude artistique et de notes visuelles pour mémoire afin d’aboutir à une gestation de l’œuvre picturale qui est composée à posteriori et qui rassemble en une synthèse de nombreux éléments du voyage.

– Ambiance du «pittoresque» mémorisée comme «digne d’être peint» avec des éléments ethnographiques annotés afin de réaliser le tableau chef d’œuvre à posteriori en atelier au retour du voyage.

– Notes écrites sur des précisions visuelles : couleurs, détails de la décoration, motifs, indications sur l’esquisse qui fait du carnet un dessin préparatoire.

– Le carnet de voyage permet à l’historien d’art d’appréhender l’acte créatif du chef d’œuvre pictural : source primordiale, une sorte de brouillon de l’artiste qui créée, en somme l’acte d’inspiration, genèse de l’oeuvre d’art.

Le carnet d’ethnologue de Paul Gauguin (1848-1903)

Après ses essais de carnets en Bretagne[8] et influencé par le journal de Delacroix, Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. Dès 1892 à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie » totalement disparu sous l’influence de la colonisation et ceci à partir de sa lecture du  Voyage aux îles du Grand océan[9]. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien révélant ainsi sa passion pour l’histoire comparée des religions. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont Noa Noa : Voyage de Tahiti[10] est le plus intéressant car il ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère » ou « l’île paradis » dans sa géographie imaginaire[11] et son retour à la nature :

« La civilisation s’en va petit à petit de moi. Je commence à penser simplement à n’avoir que peu de haine pour mon prochain – mieux, à l’aimer. J’ai toutes les jouissances de la vie libre, animale et humaine. J’échappe au factice, j’entre dans la nature [12]« .

Il y fait un réquisitoire contre la culture et la société européenne et un plaidoyer en faveur des traditions polynésiennes. Charles Morice, écrivain symboliste, apporte sa contribution à la réécriture de son recueil de notes et décide de le publier en 1901. Cette première version est complétée par Gauguin au fil des deux années restantes jusqu’en 1903 par une seconde composée de tous les procédés graphiques juxtaposés que Victor Segalen découvre lors de son arrivée à Papeete peu de temps après son décès :

« Le texte, dont l’encre brun pâle est d’une harmonie complète avec le papier bruni est ça et là, interrompu d’aquarelles – la plupart lavées sur papier séparé, découpé, collé. Il y a traces de tout ce qui faisait à ce moment la vie quotidienne du maître aux prises avec l’existence impitoyable des tropiques – splendeur de lumière, grands efforts et abandon. Noa Noa » est en effet un manuscrit en cuir avec une aquarelle gouachée sur le plat de devant qui comprend cent-quatre-vingt-deux feuillets sur lesquels sont collés cinquante neuf aquarelles et bois colorés dont dix-huit en bois noir, ainsi que des gravures, des photographies et des documents de toutes sortes accompagnant un texte écrit tantôt à l’encre noire, tantôt à l’encre bleue (1891 à 1893) » selon l’inventaire du département des arts graphiques du Louvre[13].

D’après Farid Abdelouahad[14] :

« Mélange des genres et des techniques, éclatement de la chronologie et des règles d’usage, abondance des styles, contrastes et décentrages : la spontanéité créative de Gauguin aboutit à une véritable révolution de la perception visuelle. Les possibilités offertes par les nouvelles techniques de l’image, photographie et cinéma, ne sont pas étrangères à son entreprise, qui ouvre le chemin pour un nouveau domaine des beaux-arts où peut s’exprimer la liberté du collage hétérogène[15]« .

Le carnet de voyage contemporain est né de la rencontre de l’anthropologie- ethnologie et des arts combinés et métissés. Gauguin vivant lui-même le phénomène de métissage à travers une forme d’acculturation qui révèle sa créativité, le carnet de voyage est un récit autobiographique tourné vers une recherche ethnologique aidée de sa rencontre avec la jeune Tahitienne avec qui il vit à Mataïea. A travers une démarche d’ethnologue, il utilise tous les arts graphiques et les objets culturels dont il s’imprègne. Son originalité signe la naissance du carnet de voyage contemporain autant littéraire que picturale ou graphique. A noter que Delacroix est aussi un peintre du livre, artiste plus qu’illustrateur notamment pour « Faust » de Goethe en 1828.


[1]  Delacroix, un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie. Maurice Arama. Non lieu, 2006.

Delacroix et le Maroc. Guy Dumur. Hersher, 1988.(lieux d’artsite).

[2]  Le manuscrit de « l’Album de voyage en Espagne, au Maroc et en Algérie » par Eugène de Delacroix est conservé à la bibliothèque du château de Chantilly.

[3]  Le journal de Delacroix. Eugène Delacroix. De vive voix limited, Musée du Louvre, 2005 (1 disque-compact).

Anthologie du Journal. Eugène Delacroix. Mille et une nuits, 2002 (La petite collection, n° 389)

Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

Souvenirs d’un voyage dans le Maroc. Eugène Delacroix. Gallimard, 1999 (art et artistes).

[4] Voir l’article : Etude. In Dictionnaire de l’image. Dir. Françoise Juhel. Coord. Francis Vanoye.Vuibert, 2006.

[5]     A la page 34 et détails de 35 à 37 puis en page 54 et détails de 55 à 57 des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[6] Voir la partie 3 en 1.3.1. La « littérature dessinée » (« littératures graphiques ») ou la narration par l’image : album iconotextuel, le roman graphique ou « novel graphic », story-board ou livre d’artiste ?

[7] A la page 48 et détails en 49, des reproductions choisies dans Voyage au Maroc : aquarelles. Delacroix. Alain Daguerre de Hureaux. Bibliothèque de l’image, 2000.

[8]     Carnet de Bretagne. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2002.

Il se compose de notes synthétiques qui ont inspiré ses tableaux de 1884 à 1887.

[9]     Paru en 1837 et écrit par l’ancien consul d’Océanie Jacques-Antoine Moerenhout.

[10]    Il devait contenir des poèmes du poète symboliste Charles Morice (1860-1919).

[11]    Géograhies de Gauguin. Jean-François Staszack. Bréal , 2003.

Gauguin voyageur : du Pérou aux îles Marquises. Jean-François Staszack. Bréal , 2003. Géo Solar, 2006 (culture).

[12]    Noa, Noa. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Carnet de Tahiti. Paul Gauguin. Avant et après. Papeete, 2001.

Gauguin écrivain: Noa, Noa, Diverses choses, ancien culte mahorie. Paul Gauguin. Réunion des musées nationaux, 2003 (cédérom).

[14]    Ecrivain et historien de l’art et de la photographie, Commissaire d’expositions et scénographe qui a publié plusieurs anthologies sur les carnets de voyage et ouvrages sur la photographie depuis 1998.

[15]    Ces merveilleux carnets de voyage. Farid Abdelouhab. Reader’s Digest, 2004.p. 116.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Des aquarellistes aux origines du carnet de voyage : William Turner et Paul Signac

William Turner (1775-1861) et de Paul Signac (1863-1935) adeptes de l’aquarelle et du « liber studiorum »

Le carnet de voyage du Romantisme et du pittoresque de William Turner (1775-1861)

Qui mieux que William Turner peut consacrer Venise comme la muse des artistes peintres depuis Canaletto jusqu’à Monet[1] ? Venise est en effet « refuge romantique de 1830 à 1840 »[2] autant pour les peintres que pour les écrivains et les poètes comme Alfred de Musset (1810-1857) qui s’adonne aussi à l’esquisse[3]. Les trois voyages de William Turner en 1819, en 1833 et 1840 à Venise marquent des tournants dans sa peinture paysagiste et la période entre 1833 et 1840 témoigne de l’apothéose de ses œuvres qui intensifient la diffusion de la lumière, la spécificité aquatique de Venise et l’atmosphère de la rencontre de l’eau et du ciel, source de légèreté et de transparence, de variations colorées, de reflets le long des canaux et de dissolution des formes. Les évanescents et irréels paysages de lagune renvoient en fait au romantisme et au pré-impressionnisme. Selon Andrew Wilton, conservateur de la collection Turner à la Tate Gallery de Londres :

« Débutant par un splendide « hommage à Caneletto » dans son « Pont des Soupirs », « Palais des Doges » et Dogana, Venise : peinture à la caneletto » de 1833, Turner accéda peu à peu au cours de la décennie suivante à un univers de liberté éthérée où le chatoiement de la lumière et de l’air absorbe les formes de San Giorgo Maggiore, de l’église Santa Maria Della Salute ou du campanile de Saint-Marc »  [4].

Il laisse dix carnets de croquis et trente-cinq toiles réalisées entre 1833 et 1845 révélateurs de sa conception de l’art de paysagiste imprégné de « pittoresque » qui pourrait prolonger notre réflexion sur l’héritage du carnet de voyage : « choisir, combiner, concentrer ce qui est beau dans la nature et admirable en art est autant la tâche du peintre du paysage dans son domaine que dans les autres domaines de l’art ». Ses aquarelles au nombre de vingt mille sur papier et ses carnets en font le peintre le plus prolixe qui ait élevé l’aquarelle au rang d’art pictural majeur. Ses aquarelles de voyage sont publiées à partir de 1826 dans The Keepsake et des recueils de gravures,  The Turner’s annual tour, publiés à partir de 1831.

Les carnets de voyage paysagistes ou de marines de Paul Signac (1863-1935), marin et peintre

Paul Signac (1863-1935) est adepte de la peinture « sur le terrain » de paysages comme tous les impressionnistes et ces aquarelles instantanées permettent de saisir la lumière comme «des notes visuelles sur la couleur» selon « un art poétique de l’aquarelle avec économie de moyens et en proscrivant toue manipulation » comme le mentionne Charles Cachin[5]. Elles rappellent le carnet peint de Turner de la National Gallery de 1898 dont il s’inspire, « il se plaît à reproduire les tableaux des autres…accumule les documents comme les photographies ramenées d’Italie des œuvres des maîtres » [6]. Peintre et marin, Paul Signac a laissé, de ses séjours à Venise particulièrement remarquables[7], trente et un carnets parmi lesquels trois cents paysages côtiers de la France[8], des ports de la Méditerranée aux ports de Bretagne en commençant par Collioure en 1887, puis à Cassis en 1889 en rendant visite à Van Gogh interné à Arles qui l’influence dans son style à l’aquarelle de 1890 à 1895 dans ses paysages et ses vieux gréements puis en 1890 en Italie. Marin, en 1892, il se rend sur son bateau du Finistère à Saint-Tropez par le canal du Midi et découvre le Massif des Maures et de l’Esterel. En 1893 il expose au Salon des artistes indépendants ses « notations à l’aquarelle » et écrit dans son journal : « Il me semble beaucoup plus logique de ne prendre dans la nature, de n’emmagasiner —par un simple croquis, une simple note– que ce qui vous semble parfait de lignes et de couleurs… ». A partir de 1896, il effectue des voyages à l’étranger : en Hollande et sur la Riviera italienne, en1904, à Venise à partir de la Mer, en 1907 à Istanbul, en 1908 à Venise, en 1909 à Londres. Installé dans le Midi pendant vingt ans, à Saint-Tropez, à Sète, à Menton, il navigue le long des côtes bretonnes et de la Manche qui lui inspire un recueil de vues portuaires grand format et un carnet de son séjour à Barfleur en 1931 est aujourd’hui publié[9]. Il entreprend son dernier voyage en 1935 et laisse un ultime carnet sur la Corse[10] :

« L’aquarelle est le meilleur moyen de notation, une sorte de mémorandum, un procédé rapide et fécond, permettant à un peintre d’enrichir son répertoire d’éléments trop passagers pour être fixés par le procédé lent de la peinture à l’huile. Un ciel nuageux est un ensemble magnifique mais qui se déforme perpétuellement ».

Signac a réalisé, à partir de 1904, un catalogue aquarellé de ses œuvres où il ne mentionne pas comme Turner et Lorrain le nom de l’acquéreur.


[1] Voir l’exposition « Venise : de Canaletto à Turner et Monet » jusqu’au 15 février 2009 à la Fondation Beyerler à Bâle : http://www.beyeler.com/fondation/f/html_11sonderaus/35venedig/05_veranst.php?p=1&pos=15

[2] Venise un refuge romantique de 1830 à 1848. Florence Brieu-Galaup. L’Harmmattan, 2007 (espaces littéraires).

[3] Les photographies des dessins de l’album dessiné d’Alfred de Musset concernant son « Voyage en Italie » en 1833 avec Georges Sand ainsi que de « l’album de Venise » sont conservées à l’Institut de France.

[4] Extrait de la préface Andrew Wilton de l’ouvrage : Venise : aquarelles de Turner. Bibliothèque de l’image, 1995.

[5] Voir la préface : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000. Inventaire de département des arts graphiques du Louvre : http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[6] Signac aquarelliste. Marina Bocquillon-Feretti. A. Biro, 2001.

[7] Sélectionnées dans l’ouvrage : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000.

[8] Voir la carte des lieux évoqués par Signac dans l’ouvrage cité ci-dessus.

[9] Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue : expositon du 29 juin au 30 septembre 2000. Musée national de la marine, Musée maritime de Tatihou, 2000.

[10] Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paul Signac. Charles Cachin. M.J. Jacomet, 1990.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand »

Participation à la programmation depuis 2006 : conférences-débats, expositions de carnets de voyage personnels et organisation du stage de deux jours de formation continue des enseignants en « arts et culture ».

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

La Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, créée en 1999 par l’Association IFAV,  Il faut aller voir, est une manifestation culturelle et artistique qui a lieu chaque année depuis douze ans et qui a été dénommée pour 2011 « Rendez-vous du carnet de voyage »[1]. Elle développe le carnet de voyage sous la forme multimédia sur tous supports, du livre à l’audio-visuel ou numérique. Elle fédère depuis 1999, durant trois jours, au mois de novembre à Clermont-Ferrand, une rencontre nationale entre des carnettistes français et européens, des réalisateurs, des écrivains, des artistes, des aventuriers qui ont la passion du voyage afin de faire connaître au grand public ce genre polymorphe selon un choix de zones géographiques au fil des éditions : l’Afrique et les carnets naturalistes en 2008, la Méditerranée et les voyages en cargo pour 2009, les pays d’Asie et les voyages d’expédition en montagne pour 2010, les îles et les pays nordiques pour 2011, l’Amérique Latine et la péninsule ibérique pour 2012. De plus, une dizaine de carnettistes européens (italiens, espagnols, anglais, belges, scandinaves….) sont invités chaque année afin d’échanger et de diffuser ce genre original en Europe.


[1] Cette manifestation culturelle de grande envergure (nationale) est à la fois un salon du livre et une Biennale artistique mais aussi un festival du film de voyage (à travers des projections cinématographiques) et reçoit plus 18 000 visiteurs sur trois jours au mois de novembre. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts