Actualités du carnet de voyage, n°31, mars 2017

Bulletin d’information intitulé Actualités du carnet de voyage, n°31, mars 2017

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Nouveau carnet de reportage numérique : le Projet 51

Conférence Changer le monde avec Marion, Ayméric et Alexandre , association Projet 51 – un tour du monde au féminin (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres du Carnet de voyage, une écriture du monde au Marche des Douves à Bordeaux, les 3 et 4 décembre 2016. Selon leurs propos, quelques extraits de l’intervention :

Le Projet 51, c’est un voyage itinérant de 10 mois dans 19 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient à la rencontre d’entrepreneurs sociaux, de responsables associatifs et de nombreux autres acteurs et actrices du changement de la condition féminine sur notre chère planète. Ce sont aussi des rencontres quotidiennes avec des citoyens et citoyennes lambda, bref, un périple au plus près des réalités locales pour comprendre ce que signifie être une femme en 2015 en Mauritanie, au Burundi, en Inde, en Iran, et dans 15 autres pays de notre chère planète Terre. Quels sont les problèmes spécifiques qu’elles connaissent, quelles sont les initiatives prises par la société civile comme par les autorités publiques pour y faire face, mais aussi quelles sont les progrès réalisés et les aspects positifs constatés : nous traiterons toutes ces questions et bien d’autres à travers nos articles, vidéos et photos. Alors, pour voyager avec nous, découvrir d’autres horizons et en même temps vous documenter sur des pays que l’on connaît généralement peu et sur la condition féminine sous d’autres cieux, suivez nous !  https://projet51.com

Originalité du parcours :

  • Nos profils très différents qui ne nous ont pas empêchés de nous réunir autour d’un même projet ;
  • Le fait de développer ce projet alors que nous étions encore étudiants (pour deux d’entre nous) et que nous n’avions que peu de ressources mobilisables immédiatement (tant financières et qu’en termes de réseaux) ;
  • L’originalité du concept : allier voyage itinérant et rédaction d’articles / programmation de rencontres autour d’un sujet défini à l’avance, tel un « voyageur social », qui s’intéresse à l’environnement dans lequel il voyage, aux gens qui y vivent, et pas seulement aux attractions touristiques majeures qui s’y trouvent.
  • L’originalité du tracé de notre itinéraire : nous nous sommes concentrés sur trois zones (Afrique – Asie – Moyen-Orient) où se posaient selon nous le plus d’enjeux relatifs à la condition féminine, et nous avons essayé d’inclure un maximum de pays peu visités par les touristes, routards et amateurs de tours du monde.

Originalité de la réalisation : https://projet51.com/

Proposer des contenus différents, qui traitent des sujets relativement peu communs, dans des pays souvent oubliés, d’une manière nouvelle. Nous n’avions pas la prétention de produire des contenus extrêmement documentés (comme un papier académique ou un article de journalisme d’investigation), mais nous souhaitions dépasser le niveau d’un récit de voyage exclusivement personnel et anecdotique, en ajoutant des informations contextuelles ou recueillies auprès de professionnels.

Concernant la partie voyage, se rendre, avec nos modestes moyens et notre mode de voyage « routard », dans des pays parmi les moins visités au monde et les moins adaptés au voyage itinérant : Burundi, Bangladesh, Mauritanie, Arménie, Iran, etc.

Chaque mois 3 vidéos, accessibles à tous et d’une durée maximum de 10-15 minutes :

« les rencontres marquantes du mois » : compilation de nos meilleures interviews

« les découvertes du mois » : micro-reportage sur un pays  et un sujet particulier

« le clip du mois » : compilation de photos prises sur la route, le tout monté sur une musique que nous avons entendu loin de chez nous !

Les articles seront rédigés dès que nous aurons des choses à raconter. Certains présenteront les enjeux d’un sujet précis qui touche les femmes d’un ou plusieurs pays et les résultats de nos études de terrain, d’autres seront les récits de notre voyage et des anecdotes de notre itinérance, d’autres expliqueront les initiatives prises par la société civile pour relever le défi de l’égalité hommes-femmes et lutter contre les discriminations injustes qu’elles subissent.

Enfin, des « cartes d’identité » seront aussi rédigées pour chaque pays. Elles feront une présentation rapide et efficace du pays et de la situation des femmes et expliqueront pourquoi nous avons choisi de nous y rendre.

3 supports vous permettront d’avoir un accès total à nos travaux : 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°28, avril 2016

Actualités du carnet de voyage, bulletin d’information sur le genre « Carnet de voyage », n°28, avril 2016 (Auteur : P. Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°28, avril 2016

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage d’architecte

Les carnets d’architecte offrent une large palette créative, du carnet d’esquisse sur le terrain croqué sur le vif à l’ouvrage de recherche finalisé en vue d’une publication, du document primaire au document secondaire. Parmi les nouveautés culturelles, deux exemples retiennent mon attention  :

  • L’ouvrage Au coeur du Laos de Slovia Roginski édité par Elytis est un véritable carnet d’architecte en voyage. Entre carnet de recherche et carnet de voyage, il nous permet de partir découvrir les villages reculés de l’Asie du Sud- Est, du Laos, de Thaïlande, en Malaisie et au Cambodge au plus près de la vie quotidienne de peuples et de l’habitat traditionnel. L’ouvrage a une organisation thématique qui fait plus penser à un ouvrage de recherche illustré (beau livre grand format d’aquarelles et de photographies) qu’à un carnet au fil du périple  : l’organisation villageoise, la maison et sa structure (dont la protection contre l’humidité), les éléments influents, l’environnement, les rites et les croyances, les techniques de constructions (architecture démontable). Une sélection de cinq maisons de cinq tribus différentes montrent les variations qu’ils existent entre les ethnies. L’ouvrage s’achève par une comparaison avec la Thaïlande et la Malaisie. Slovia Roginski, architecte d’intérieur, offre un travail d’étude fouillé de recherches au fil d’un périple de six mois. Cette analyse sur le terrain semble le prolongement de son mémoire de fin d’études à l’Ecole Boulle en 2013. A travers cet ouvrage la carnettiste montre autant ses compétences de chercheur que d’artiste aquarelliste de grand talent.

http://sloviaroginski.com/WordPress3/?p=3710

  • L’exposition Chandigarh, 50 ans après Le Corbusier qui a lieu jusqu’au 29 février 2016 à la Cité de l’architecture du Palais Chaillot à Paris propose de découvrir quelques extraits des soixante carnets ou sketchbooks de Le Corbusier datés de 1950 à 1965 dont trente-cinq ont été réalisés en Inde : l’album Simla rédigé du 23 février au 8 mars 1951 est essentiel pour la compréhension de la genèse du projet de la ville de Chandigarh.  D’après la notice muséale, ces carnets « sont autant d’aide-mémoire, des mémentos d’observation des usages indiens que de supports pour les dessins de conceptions qu’il s’agisse d’architecture, de peinture ou de sculpture ».
    http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25966-chandigarh_50_ans_apres_le_corbusier.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°26, octobre 2015

Bulletin d’information Actualités du carnet de voyage, n°26 (auteur : P. Argod)

Actualité du carnet de voyage, n°26

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage et de recherche

Publication de l’article intitulé « Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage et de recherche ». Pascale Argod, Revue InterCDI, n°254, mars-avril 2015.
http://intercdi.com/post/2015/03/30/Revue-N%C2%B0254

L’outil pédagogique « carnet de voyage » se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), qui parfois convergent, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur qu’il soit chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil de formation devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet album pour la jeunesse.
1- Pour le chercheur, le carnet de terrain et de recherche
2- Pour l’étudiant, le carnet d’apprentissages ou de professionnalisation
3- Pour l’artiste, le carnet d’esquisses ou d’inspiration créative
4- Pour la jeunesse, le carnet album ou d’éveil
De plus en tant que le genre éditorial il se définit comme intermédia et hybride, du livre d’artiste aux écrans, parfois de reportage ou de patrimoine. C’est l’ensemble de ces déclinaisons que propose d’illustrer l’ouvrage « L’art du carnet de voyage » édité par Gallimard – Alternatives et sorti lors 15e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand le 14 novembre 2014.

La revue InterCDI est la revue professionnelle des centres de documentation et d’information des établissements scolaires à destination des professeurs – documentalistes (CAPES de Documentation) : http://intercdi.com/

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°23, janvier 2015

Actualités du carnet de voyage, bulletin d’information, n°23, janvier 2015 (Auteur : P. Argod) Actualités du carnet de voyage, n°23

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

L’art du carnet de voyage : ouvrage illustré par des carnettistes

L'art du carnet de voyage. Pascale Argod. Editions Gallimard, Collection Alternatives, 2014
L’art du carnet de voyage. Pascale Argod. Editions Gallimard, Collection Alternatives, 2014 

 

L’art du carnet de voyage. Pascale Argod. Editions Gallimard – Collection Alternatives, 2014 (160 pages illustrées) : 42 carnettistes ont participé à l’illustration de l’ouvrage organisé en cinq parties.

Cette nouveauté éditoriale est sortie lors du 15e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand du 14 au 16 novembre 2014  et a été présentée lors de la conférence du 16 novembre : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-lart-du-carnet-de-voyage

SOMMAIRE DE L’OUVRAGE

1- Un genre à travers l’histoire : De la rencontre des arts et des sciences de l’homme

Le voyage de formation

La découverte du monde des sciences naturelles

La peinture en plein air

L’appel de l’Orient

L’art du reportage

De l’ethnographie à la constitution des sciences de l’homme

2- L’hybridité du XXe-XXIe siècles : Du livre d’artiste à l’oeuvre interartistique

L’héritage des mouvements artistiques

L’inspiration des artistes contemporains (douze artistes du XXe siècle)

Le genre artistique et littéraire

Les tendances contemporaines

3- La réalisation d’un carnet de voyage

Caractéristiques

Techniques

Les temps du voyage et de la création

Créativité et innovation artistiques

4. Une typologie de carnets (trente types de carnets) : Un genre à la rencontre des arts, de l’écriture et du voyage

Carnets de reportage : 11 types

Carnet de patrimoine : 12 types

Carnet intermédia : 7 types

5. Des artistes carnettistes (plus d’une quarantaine, tous supports)

Bruno Pilorget, Bertrand De Miollis, Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Chavanat, Noelle Herrenschmidt, Denis Clavreul, Alan Johnston, Arnaud d’Aunay, Philippe Delord, Giancarlo Iliprandi, Emmanuel Michel, Claire et Reno Marca, Titouan Lamazou, Vincent Desplanche, Urban Sketchers, Simon, Les Carnettistes Tribulants, Stefano Faravelli, Fabrice Moireau, Lizzie Napoli, Damien Roudeau, Françoise Caillette-Deneubourg, Stéphanie Ledoux, Gwenaëlle Trolez, Catherine Legrand, Patrick Chappatte, Bastien Dubois, Karen Guillorel, David Lopez, Julie Sarperi, Emmanuelle Troy, Edmond Baudoin, Troubs, Charles Berberian, Jacques Ferrandez, Loustal, Marc J.P Berthier, Les Peintres officiels des armées, Michel Montigné, Alain Bouldouyre, Nicolas Vanier.

Le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

Bibliographie – Remerciements – Crédits photographiques

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Alternatives/Design-Alternatives/L-art-du-carnet-de-voyage

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualites du carnet de voyage, n°22, octobre 2014

Actualités du carnet de voyage, bulletin d’information, n °22, octobre 2014 (auteur : P. Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°22

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°21, juillet 2014

Bulletin d’information trimestriel sur le genre carnet de voyage, n°21, juillet 2014 (auteur : P. Argod) Actualités du carnet de voyage, n°21

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’architecture et de patrimoine

Le carnet d’architecture et de patrimoine : du carnet de relevés au carnet de chantier

Le « Tour d’Italie » consacre le croquis et le dessin sur le vif et concerne de nombreux architectes, par exemple François Debret (1777-1850), Jean-Baptiste Cicéron Lesueur Lesueur (1794-1883), Guillaume Abel Bouet (1795-1853), puis Alexandre-Dominique Denuelle (1818-1880), Louis Hippolyte Lebas (1782-1867), Pierre-Joseph Garrez (1802-1852) et Charles Garnier (1825-1898) et bien d’autres… En effet, la formation d’architecte à l’Académie des Beaux arts oblige, dès 1821, à achever le cursus d’études de trois ans par le « Grand Tour » en Italie pour concourir au Prix de Rome de l’Académie de France à Rome qui commande de produire des travaux d’après l’antique. Le modèle du « Grand Tour » devient incontournable chez les architectes qui, malgré leur reconnaissance professionnelle, décident de voyager pour parfaire leur savoir. De nos jours, les étudiants en architecture, héritiers de cette tradition, utilisent le carnet de voyage et peuvent soutenir leur mémoire de diplôme d’architecte DPLG sous cette forme, sur le modèle de celui des écoles des Beaux-Arts-ENSAD.

Les éditions Alternatives ont publié l’un des premiers carnets d’architecture en 1981 sous le titre Maisons saisons : observation sur l’architecture vernaculaire lors d’un voyage à pied de Paris à Ankara par Sophie et Xavier Bohl Raverdy. A deux voix, peintre et architecte, prennent en 1979 la route à pied jusqu’à Jérusalem et annotent leur voyage des paysages et de l’évolution de l’architecture jusqu’ à Ankara : le carnet permet « de partager leurs émotions, leurs visions, dans ce livre d’architecture où se mêlent tout naturellement la peinture, la poésie, les maisons et les saisons. ». De nombreux architectes publient leurs carnets : Paul Rudolph dès 1974, Albert Laprade de 1981 à 1983 : Croquis 07 : l’Europe méridionale et l’Asie mineure, Architectures de France ou Architectures de la Méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. De 1993 à 2000, une collection pionnière de carnets réalisés par Christian Dardennes a été publiée par l’éditeur Société des éditions régionales ; elle a la particularité de suivre l’évolution des chantiers de grands projets parisiens : Le Grand Louvre : dessins de chantier (1991-1993), Falcons in the nest… : a falcon factory sketchbook, Un métro pour le 21e siècle, Le projet Météor : dessins de chantier, La maison de France télévision : dessins de chantier, Une aérogare pour l’an 2000 : Roissy-Charles-De-Gaulle 2F : dessins de chantier. En 1999, les dessins d’Aldo Rossi sont publiés : Aldo Rossi : dessins 1990-1997, album précédé de Les dessins d’Aldo Rossi, chère architecture. Par ailleurs, le carnettiste Alain Bouldouyre dessine, à partir de 1990, les trois ans de chantier de la ville de Lyon qui aspire à devenir une métropole internationale et oriente son carnet de promenade durant une journée vers le carnet de chantier : Lyon : carnet de chantier (Horvath, 1993). En 2007, Gildas Chasseboeuf réinvestit le Carnet de chantier dans la vallée des papeteries (Coop Breiz, 2007) pour rendre compte d’un projet de réhabilition de friches industrielles alliant mémoire de l’activité papetière disparue, espace naturel protégé et pôle de création culturelle et artistique. A noter Lyon, ville ouverte (S. Bachès, Beaux-Arts, 2003) dans lequel Micheline Colin dispose ses peintures au fil d’un panorama, articulé autour des quatre éléments (l’eau, l’air, la terre et le feu), proposé par Régie Neyret : « L’eau, enfin redécouverte, source d’échanges et de confluence. La terre, mélange de patrimoine et de verdure, reconnue (l’UNESCO) comme un modèle de continuité dans l’installation urbaine. Le feu, qui permet aux lyonnais de conjuguer les passions avec le goût de l’invention. L’air enfin, qui a abandonné le ciel de suie au profit de la couleur, de la lumière et de la transparence. La poésie des crayons et des pastels de Micheline Colin accompagne cette promenade à travers Lyon ville ouverte ».

De cette filiation, serait issu le carnet de patrimoine dans lequel des documents authentiques ou archives sont insérés; le carnettiste effectue en effet à la fois des relevés architecturaux et des recherches ethnographiques et historiques. Par exemple, dans Marrakech : culture populaire de la médina, Elzbieta et Hassan Jouad offrent un carnet de mémoire de la médina dans lequel documents d’archives, cartes postales anciennes et lettres manuscrites sont insérés dans la narration historique et géographique à travers la médina. Le carnet de voyage devient alors un média pour sensibiliser à la sauvegarde du patrimoine mondial à travers un regard artistique et sensible comme Charles Chauderlot, admirateur de Pékin depuis 1997, le propose dans ses deux ouvrages de mémoire patrimoniale : Pékin, ultimes regards sur la vieille cité en 2006 et La cité interdite : le dedans dévoilé en 2004. Il dessine les derniers hutongs avant leur destruction et les immortalise. La preuve par le dessin et par le témoignage personnel rend le parcours à travers le vieux Pékin essentiellement iconographique, légendé par des extraits de l’œuvre du romancier Lao She. De nombreux sites classés au patrimoine de l’Unesco font l’objet de création de carnets de voyage, comme le propose l’architecte Vincent Besançon avec Angkor, carnets du Cambodge. Que ce soient Conques, Vézelay, Le Mont St Michel, Notre Dame de Paris, les châteaux de la Loire, le patrimoine national est largement valorisé; ainsi le Val de Loire, la Bourgogne, Lyon, Versailles, Notre Dame de Paris, le sont par Michel Duvoisin, publié par Equinoxe depuis 2003 ; l’héritage de Vauban par  Arnaud d’Aulnay, Dijon par Anne Le Maître  (Dijon : carnet d’artiste ponctué par huit itinéraires thématiques sur le berceau des ducs de Bourgogne). Fabrice Moireau, aquarelliste passionné par le patrimoine architectural, traduit par l’aquarelle les atmosphères et les lumières des hauts lieux du patrimoine : Paris, Vallée de la Loire, Venise, New York et Rome dans la collection Aquarelles des éditions du Pacifique publié depuis 2001. Que ce soit Paris, Venise, Rome ou New-York, ces capitales ont fait l’objet de nombreux carnets de voyage hybrides à découvrir.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche

L’artbook, du carnet d’inspiration et d’esquisses au carnet de recherche de l’auteur-illustrateur

Du côté de la bande dessinée, l’Artbook se définit comme le carnet des notes et des croquis préparatoires à l’album B.D., à la manga ou le dessin animé et surtout du côté de l’illustration d’album pour la jeunesse. L’ouvrage Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot (Cercle de la Librairie, 2000) offre quelques extraits de réalisation plastique classés par illustrateur. Issu de l’expérience créative de l’artiste et de ses voyages vécus, Ailleurs… plus loin ! d’Emmanuel Lepage rassemble en effetles illustrations, les dessins d’atelier et les croquis de voyage de l’auteur qui les commente. Hugo Pratt dévoile aussi les dessous de sa création liée à ses voyages dans la publication intitulée Périples secrets (Casterman, mars 2009) tout comme Beb-Deum dans Face box : art of (Delcourt, 2008).

En fait, dès 1994, les dessinateurs novateurs du genre bande dessinée Dupuy et Berberian réalisent un journal de bord de la réalisation d’une bande dessinée Le journal d’un album chez l’éditeur L’Association mais ils ne traitent cependant pas du thème du voyage. Art Spiegelman publie aussi ses trois volumes de Sketchbook rassemblés dans Be, A Nose !exposé à la Galerie Martel à Paris. Le premier Be est la reproduction d’un petit carnet d’ébauches réalisées lors d’un voyage en Allemagne et en Pologne en 1979 et donc préparatoires à l’album Maus. Le second volume « A » rassemble le travail de 2007 à la recherche du trait perdu dans son projet Autophobia. Le troisième carnet Nose recèle des images d’avant-garde datant de 1983 tirées de la revue « Raw » créée avec sa femme. De plus, un livret d’accompagnement explicite son travail quotidien de croquis dans ses carnets. La vogue de l’édition du carnet de dessinateur ou d’illustrateur semble s’affirmer depuis 2005 et démontre l’intérêt du lecteur pour la gestation de l’œuvre afin d’appréhender le métier d’illustrateur. Mais, à travers ces deux exemples proposés, peut-on encore parler de genre « carnet de voyage » ?

La collection Dess(e)ins, publiée par l’association Les traces habiles, Dess(e)ins, un observatoire des dessins liés aux processus créatifs groupe un fonds inédit de dessins de créateurs et de chercheurs de toutes disciplines, constitué grâce à leurs dons. Elle permet de découvrir la richesse et la diversité des processus créatifs. Exercé comme un langage, le dessin élabore des hypothèses, construit des scénarios et consigne les étapes de projets en devenir. Reflet du cheminement de la pensée entre l’esprit et la main, le dessin permet de s’approprier, comprendre, restituer son projet artistique ou scientifique. Dans cette collection, chaque créateur invente sa propre écriture en fonction de son dessein ou de pratiques liées à l’image, l’espace, l’objet ou à un thème (http://les-traces-habiles.org/le-projet-desseins/).

Corpus :

Les traces habiles 1. Association Les traces habiles. Hersher, 2012. http://les-traces-habiles.org/

Voir les titres de la collection : http://les-traces-habiles.org/la-collection/

Be a nose ! : three sketchbooks by Art Spiegelman.Art Spiegelman. Bruxelles : Casterman, 2009. http://www.galeriemartel.com/espace_pro/files/cp_art_spiegelman.pdf

http://www.actuabd.com/Art-Spiegelman-a-Paris-cote-coulisses

Ailleurs… plus loin !. Emmanuel Lepage. Mosquito, 2009

Carnets d’illustrateurs de Jean Perrot. Cercle de la Librairie, 2000.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°20, avril 2014

Bulletin d’information sur le genre carnet de voyage (auteur : P. Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°20, avril 2014

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet, outil de formation en sciences humaines et sociales et en arts

Les carnets d’artiste, d’élève et de chercheur sur le terrain, outils de formation en sciences humaines et sociales et en arts : communication lors de la journée d’études « Qu’apprendre des carnets aujourd’hui ? What do we learn from notebooks today? » du 4 décembre 2013 à l’ESPE de Caen, Ecole supérieure du Professorat et de l’éducation, organisée par la Maison de la Recherche en Sciences humaines (MRSH – UMS 843 CNRS) de l’université de Caen, Pôle Formation Éducation Travail Emploi (pôle pluridisciplinaire de la MRSH Caen).

Les recherches que j’ai menées depuis 2001 sur le carnet de voyage m’ont permis de distinguer les types de carnets autour de l’expérience in situ, du travail sur le terrain et du compte rendu de la mobilité pour l’artiste, le chercheur, l’étudiant et l’élève. La manifestation culturelle du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand (ex Biennale du carnet de voyage créée en 1999) les diffuse : voir les conférences depuis 2001 et la session annuelle du stage de formation des enseignants depuis 2003. Le carnet de voyage est en effet référencé par le ministère de l’éducation nationale comme outil pédagogique pluridisciplinaire depuis la création du Prix Elève du carnet de voyage en 2001 (CRDP d’auvergne et Association IFAV Il Faut Aller voir) et comme outil d’apprentissage des langues et de l’interculturel depuis la distinction du Label européen des langues en 2011. De plus, le Prix universitaire international du carnet de voyage est remis depuis novembre 2013 lors du Rendez-vous du carnet de voyage. Pensé dans son « intermédialité » ou sa palette médiatique, de l’ouvrage au numérique ou du cahier aux écrans, le carnet de voyage rend compte d’une mobilité, d’une observation sur le terrain ou d’une expérience in situ, du carnet d’expérimentation de l’élève au carnet d’esquisses de l’artiste ou du carnet de recherches du chercheur. Le carnet est le matériaux de l’œuvre finale et aboutie, le brouillon de la pensée en marche, le palimpseste de la gestation de l’œuvre. Suite à ma thèse de Doctorat sur le sujet, mes recherches s’orientent depuis 2009 vers « les carnets comme outils de formation en sciences humaines et sociales et en arts », aussi les apprentissages liés à chacun des trois niveaux de carnets (élève, artiste et chercheur) sont au coeur de la réflexion. Quels sont les points communs et les différences dans le rendu de l’expérience ? En quoi sont-ils des outils de formation en SHS et en arts ? Quels apprentissages informels et non formels favorisent-ils ? Quelle démarche active et réflexive est favorisée ? Quelles translitteraties sont mises en œuvre ? Comment les notes visuelles et la composition texte-image rendent-elles compte de l’observation et de l’expérimentation in situ ? Comment utiliser les carnets en vue de la formation des enseignants ? A partir d’expérimentations menées en établissements scolaires depuis 1999, à l’IUFM d’Aquitaine depuis 2004 et à l’université (Clermont-Ferrand et Bordeaux 4) depuis 2010 mais aussi à l’aide d’un corpus de carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs dont des carnets de voyage primés chaque année au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand (10 prix remis), nous dressons un bilan de recherches personnelles menées sur ce sujet depuis une dizaine d’années et les pistes exploratoires à envisager. Outil de formation pluridisciplinaire le carnet recèle des innovations pédagogiques à développer.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pole_fete/6708

https://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/apprendre_des_carnets_aujourd_hui_04_le_carnet_outil_de_formation_en_sciences_humaines_et_sociales_et_en_arts.13548

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Appel à communication pour le colloque « Dessiner les lieux, arpenter le monde »

Appel à communication pour le

Colloque international & interdisciplinaire 

Dessiner les lieux

Arpenter le monde

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

 14-15 novembre 2013

Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique (en fichier attaché sous le format « .doc ») avant 15 juin 2013 au plus tard.

Lire le texte de l’appel : Colloque MSH LIDO 2013 def2

3/ Voyages et reportages graphiques : albums, carnets, images de voyage (Pascale Argod)

Le reportage graphique contemporain se définit comme la mise en scène d’une expérience vécue avec une subjectivité assumée « qui permet paradoxalement une compréhension plus immédiate et plus approfondie du sujet » (Art Spiegelman). Il semblerait que, lorsque la limite entre le reportage et l’autobiographie s’estompe, il s’agisse plutôt d’un carnet de voyage (selon le terme lancé en 1969 par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français), que d’un reportage graphique ; la réalité vécue du seul point de vue du dessinateur n’est plus du journalisme mais du témoignage parfois très subjectif où l’émotion peut remplacer la quête de vérité. La création plastique repose sur cette subjectivité sensorielle et émotionnelle que le carnet de voyage place au centre de son propos et d’une cartographie sensible du périple.

La définition du reportage, du témoignage, du documentaire détermine ce que nous entendons par « reportage graphique». Afin de « capter les vues de l’esprit » selon Blaise Cendrars, le dessinateur transmet le ressenti, l’ambiance ou l’atmosphère du lieu et ne montre pas la situation de la même manière que la photographie (Jean-Charles Langlois l’a démontré en 1860 dans son photo-reportage de la guerre de Crimée). L’enjeu documentaire ne serait pas de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif.

Médium du témoignage du voyage vécu, l’art de l’illustration est donc, grâce à sa richesse sémiotique, à l’origine d’une diversité de genres : de l’album générique à la bande dessinée ou au carnet de voyage. Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, dans la lignée des Peintres de la marine et des artistes carnettistes, déploie sa palette de tons et d’images et offre une vision plurielle et multiforme des lieux, du monde et de l’ailleurs (Argod, 2009 et 2011).

Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée reportage (qui a donné lieu à la rétrospective BD Reporters au Centre Georges Pompidou en 2006-2007) ou d’actualité (attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage depuis le festival d’Angoulême de 2004) et le carnet de voyage à la vision ethnographique. Sa palette thématique se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D. – reportage (Bernière, 2002 et 2003), carnet de dessin de presse sur la différence culturelle, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition…Dans le cadre de cette session, on s’interrogera tout particulièrement sur la manière dont chacun d’eux rend compte des lieux selon son langage ou son médium iconographique propre.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts