Actualites du carnet de voyage, n°22, octobre 2014

Actualités du carnet de voyage, bulletin d’information, n °22, octobre 2014 (auteur : P. Argod)

Actualités du carnet de voyage, n°22

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Soumission pour publication : un historique du carnet de voyage

Souhait de publier sous la forme d’un ouvrage illustré de fonds iconographiques de musées  ou de la BNF (Estampes) la première partie de ma thèse de Doctorat « Aux origines du carnet de voyage : la rencontre des sciences de l’homme et des arts » (200 pages)

Il s’agit de définir et de circonscrire le genre éditorial de ce que l’on entend par « carnet de voyage », c’est à dire une production à la croisée des genres. En effet, l’édition actuelle offre un panorama très large qui parfois se situe aux limites du récit, de la littérature de voyage et de l’autobiographie, du guide touristique et du documentaire, de l’album photographique et du livre-objet création esthétique…Ainsi, il m’a semblé opportun de dresser, dans une première partie, une recherche historique aux origines de l’ethnographie et aux sources de l’oeuvre picturale à travers l’esquisse. Elle semble bien approprié au sein des recherches menées par le laboratoire IMAGINES sur la culture visuelle mais aussi sur les mutations, les médiations et les objets culturels. Le carnet de voyage est lié à l’histoire de l’ethnographie et donc de la discipline de l’ethnologie-anthropologie mais aussi au voyage d’exploration (XVIe siècle) ou de formation artistique et humaniste (XVIIe siècle). Dépendant de l’histoire du livre d’artiste et de l’esquisse de l’œuvre picturale, l’héritage est marqué par des peintres illustres dont certains ont une vision ethnographique de l’ailleurs (Delacroix et Gauguin). Le genre prend naissance avec « le livre imagé » et « le livre d’artiste » qui ouvrent réciproquement sur l’illustration et l’art du collage aux sources des arts graphiques. De nombreuses tendances artistiques innovantes du XXIe siècle et fort diversifiées formeraient le creuset d’un art d’expérimentation en arts plastiques (le mouvement Fluxus, notamment) et lanceraient les prémisses du carnet de voyage, comme œuvre d’art à part entière ; les recherches historiques relient donc le creuset anthropologique à l’histoire de l’art, de l’art pictural aux arts graphiques et plastiques et posent la problématique du genre entre création artistique et production documentaire.

Aussi pour mener ce travail d’enquête historique sur l’histoire du carnet de voyage, j’ai consulté les bases documentaires en ligne des bibliothèques et des musées, mon sujet relevant autant du livre que des arts graphiques. Situer l’objet dans sa dimension historique a permis de vérifier les ébauches de caractéristiques sémiologiques. Cette enquête historique m’a semblé apporter une valeur scientifique à une définition de cet album, qui se dérobait au fil des nouveautés éditoriales, de plus en plus innovantes et surtout hybrides. Les anthologies de Farid Abdelouahab m’ont permis de cerner quelques auteurs illustres –explorateurs, aventuriers ou artistes– et d’en découvrir d’autres au fil des recherches. J’ai essayé de mener mon travail en complémentarité du sien et d’apporter des éléments nouveaux. Aussi j’ai omis volontairement certains des exemples qu’il cite pour essayer d’en découvrir d’autres et d’axer mon propos de manière chronologique et donc à partir d’une histoire de l’art du carnet de voyage. J’ai essayé de circonscrire le sujet par d’autres approches afin de situer le genre dans une vision globale, historique et culturelle, de l’image fixe de type « illustration de l’ailleurs » et de définir certains enjeux historiques, techniques et culturels qui permettent d’appréhender l’engouement ou le désintérêt, fluctuant au fil de l’histoire, pour le genre lié au voyage d’exploration, à l’art pictural et aux arts graphiques ainsi qu’aux évolutions du livre. Ainsi, mes approches historiques et sémiologiques ont été les suivantes : la diffusion livresque des découvertes scientifiques, les carnets des naturalistes voyageurs à la quête de spécimens botaniques ou zoologiques, les voyages d’exploration au XXe siècle liés à la naissance de l’ethnologie-anthropologie, la source de l’œuvre picturale et les techniques artistiques, les caractéristiques des premiers carnets de voyage de peintres, l’apogée du « livre imagé », l’illustration et l’art du pittoresque, la naissance du reportage géographique, les prémisses de l’album de voyage, la naissance du livre d’artiste, les mouvements artistiques du XXe siècle, de l’art du collage des dadaïstes à l’art hétérogène du Pop-Art, la place de certains peintres ou illustrateurs contemporains aux limites du genre, les héritages de la littérature viatique (récit de voyage illustré) mais aussi des photographes voyageurs. Les deux ouvrages généraux sur l’image que sont le Dictionnaire de l’image, publié sous la direction de Françoise Juhel et sous la coordination de Francis Vanoye (Vuibert, 2006), et le Dictionnaire mondial de l’image, publié sous la direction de Laurent Gervereau (Nouveau monde éditions, 2006), m’ont été d’une aide précieuse pour compléter ou vérifier les recherches que j’avais commencées afin d’éviter d’oublier une étape dans la chronologie culturelle.

Esquisse du plan (détaillé dans la thèse) :

Chapitre 1 : Aux origines ethnographiques du voyage

1.1. La diffusion livresque des découvertes scientifiques et leur incidence sur le genre

1.2. Les origines lointaines du carnet et de l’ethnologie-anthropologie

Chapitre 2 : Aux sources artistiques du carnet de voyage

2.1. De l’oeuvre picturale : esquisses et inspiration

2.2. Caractéristiques et spécificités des six premiers « carnets de voyage » de peintres illustrés

2.3. Naissance du « livre imagé » sur le voyage au XIXe siècle pour « voir » l’ailleurs

2.4. Aux prémisses de l’album de voyage

Chapitre 3 : Du livre d’artiste au témoignage du voyage

3.1. Le livre d’artiste, oeuvre d’art selon les mouvements artistiques du XXe siècle

3.2. Des livres d’artistes ou des carnets de voyage ?

3.3. Sur la route, rendre compte du voyage, des héritages de la littérature vers l’image : du métissage des arts visuels et des lettres.


 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage « Carnet de voyage sans frontières »

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs
ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts