De la nature au coeur du carnet de voyage, une médiation patrimoniale sensible

La demi-journée professionnelle, lors de la manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves, donne la parole à Stefano FARAVELLI, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Il témoigne de « L’atelier in situ » au coeur de la forêt « mystère », cachée ou sanctuaire. (http://www.stefanofaravelli.it/ ou https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/repertoire/stefano-faravelli/).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée professionnelle propose aux collègues d’imaginer un projet culturel qui facilite une collaboration entre bibliothèque et établissement scolaire. Quelques activités sont à inventer pour lancer une esquisse de fiche projet qui valorise la pluridisciplinarité ou le croisement « arts et sciences ». A partir de la problématique proposée ci-dessous (onze thèmes) autour d’une question de développement durable, des idées de projets d’éducation au développement durable émergent et prennent appui sur l’ouvrage Madagascar, une stupeur verte : carnet d’un voyage en forêt équatoriale de Stefano Faravelli et sont complétées par d’autres ressources complémentaires (audiovisuelles, numériques, romans, essais, B.D., jeux, ciné…). Les objectifs sont d’ouvrir sur les enjeux de EDD à Madagascar  (biodiversité  / faune et flore…), de cibler les défis du commerce équitable, de lancer des pistes de médiations « arts et sciences » sur le patrimoine naturel malgache, de travailler la coopération Nord – Sud, puis de découvrir des écosystèmes et biotopes « exotiques » et précieux pour le patrimoine de l’humanité.

A partir de  l’EAC, éducation artistique et culturelle, tout projet peut faire référence à des artistes peintres renommés mais aussi aux grands écrivains de la forêt tels que :

  • Rudyard Kipling (1865-1936) a vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles : en deux volumes en 1894, Le Livre de la jungle et Le Second Livre de la jungle.
  • Henry David Thoreau (1817-1862) Walden ou la vie dans les bois qui se pense pour Thoreau comme la « leçon [qu’il] est concevable, et même essentiel, que tous les hommes parviennent à leur pleine dignité d’êtres humains sans se couper de leurs racines naturelles, ni oublier leur place naturelle sur la terre ».
  • Jack London (1876-1916) Avant Adam, publié en 1907, quatre ans avant La Guerre du feu de J.-H. Rosny aîné.

Deux artistes ont deux visions différentes de la nature tropicale : Douanier Rousseau (1844-1910) et son imaginaire de la forêt, Paul Gauguin (1848-1903) et son voyage in situ. De plus, le peintre africaniste Elisabeth Faure (1906 – 1964) séjourne à Madagascar de 1951 à 1953 et le peintre – illustrateur Louis Tinayre fait, en 1898, la traversée de la forêt Anamalazotra en vue d’une publication de la revue Le Monde Illustré.

Ci-dessous la liste des onze problématiques proposées sur la biodiversité malgache :

Projet n°1 – La biogéographie de la forêt tropicale: fragilité des écosystèmes, étagement de la végétation selon l’altitude et changement climatique.

Projet n°2 – L’écosystème de la forêt tropicale : changement climatique, déforestation et pression anthropique.

Projet n°3 – De la canopée à la strate arbustive: préserver la biodiversité (faune / flore) pour lutter contre le changement climatique, compétition et adaptation.

Projet n°4 – Les plantes médicinales : la préservation de la biodiversité au service de l’homme, la déforestation, pression anthropique.

Projet n°5 – Les cultures d’exportation : matières premières, mondialisation et biodiversité.

Projet n°6 – Les épices et la diversité culinaire : mondialisation, production durable et commerce équitable

Projet n°7 – Les fruits et les cultures vivrières : économie et commerce équitables, mondialisation, diversité alimentaire à tout prix (empreinte carbone).

Projet n°8 – Sur les pas de Charles Darwin (1809-1882) à l’origine des espèces : biodiversité, théorie de l’évolution, la place de l’homme dans ce processus.

Projet n°9 – Evolution du travail de chercheur naturaliste (depuis Philibert Commerson) à l’approche systémique de l’équipe pluridisciplinaire lors d’une expédition.

Projet n°10 – Les représentations de l’homme sauvage de Mowgli à Tarzan / De l’homme civilisé vers la quête de la nature sauvage (Robinson).

Projet n°11 – Minorités et diversité culturelles, transmission et médiation : dialogue avec la nature et les premières civilisations, respect de l’environnement.

Le pré-requis commun à tous les projets concerne une sensibilisation à la biodiversité qui nécessite de revenir sur des notions comme l’interdépendance des écosystèmes, le schéma du cycle du carbone, l’équilibre écologique en péril ou encore la réserve de biosphère de forêt tropicale humide. Les ressources de CANOPE – ministère de l’éducation nationale, du Muséum national d’histoire naturelle, d’associations comme  l’IFREE ou ALTERRE permettent de les approfondir (voir la sitographie jointe).

Bibliographie Biodiversité et carnets de voyage naturaliste


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

2 réflexions au sujet de « De la nature au coeur du carnet de voyage, une médiation patrimoniale sensible »

  1. Beaucoup de plaisir à lire vos articles sur le carnet de voyage !
    Merci d’avoir référencé mon livre sur l’Aveyron !
    Aujourd’hui, je voulais simplement vous signaler le parution de mes derniers ouvrages (dont un carnet d’exploration endokarstique, il semblerai que vous n’ayez pas abordé ce sujet particulièrement en ce qui concerne les sciences de la terre liées à la géologie et à la karstologie), dont vous trouverez les références sur mon site à la page https://alain-marc.fr/les-carnets-de-voyage/
    Cordialement,
    Alain MARC

    • Je vous remercie beaucoup de me l’avoir indiqué. Je pense que les collègues intéressés par les carnets naturalistes (qui ont suivi la formation ECLA de décembre 2017 sur Bordeaux) apprécieront.
      En vous souhaitant une excellente année 2018 créative et artistique, avec mes très cordialement salutations,
      Pascale Argod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *