Le travail de la matière dans le carnet de voyage

Conférence avec les carnettistes Anne Steinlein et Thomas Duranteau (animation : P. Argod) lors des 2èmes rencontres Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves à Bordeaux les 3 et 4 décembre 2016.

Anne Steinlein : http://annesteinlein.com/

« Globe-Croqueuse peintre voyageuse. Les carnets de voyages invitent au départ, stimulent la découverte curieuse. Amoureuse des grands espaces. Anne Steinlein est peintre voyageuse. Créatrice fertile et nomade, elle peint pieds nus des femmes sauvages, des glaneuses, des fruits… et des carnets de voyage autour du monde dans des natures encore vivantes et préservées. Sensible et passionnée, elle partage avec nous sa perception de l’incroyable diversité qui attend tout voyageur éveillé. »

Thomas Duranteau : http://www.thomasduranteau.com/

« Professeur d’histoire et de géographie, il s’intéresse à l’écriture, à l’illustration pour l’audiovisuel, à la bande dessinée et à la peinture et organise dans le cadre scolaire et dans les bibliothèques des ateliers d’écriture poétique et des ateliers BD. Le croisement entre les différentes formes d’art l’intéresse particulièrement, par exemple dans les résonances possibles entre ses textes poétiques et des œuvres plastiques, comme celles de Lydie Arickx, Marc Petit ou Philippe Croq. »

Le carnet de voyage compile des traces, des esquisses, un scénario et un témoignage ou un regard personnel. Sur le plan plastique, les traces représentent le temps passé, l’intemporalité et la durée mais contribuent aussi à donner la preuve des territoires parcourus ; les esquisses, au contraire, captent l’instant et le mouvement mais aussi le réalisme des scènes. Pour l’écriture, le scénario suggère la chronologie, la linéarité du parcours et l’évolution dans la fiction. L’ensemble offre un regard ou un témoignage subjectif et personnel sur un déplacement vécu, au contact des autres et des différences culturelles, à la quête de leurs identités. Il serait le récit autobiographique d’un déplacement (aspect géographique) illustré où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit, en somme, un récit pictural de la découverte qui témoigne de la confrontation de l’artiste entre ce qu’il regarde et ce qu’il voit, entre ce qu’il perçoit et ce qu’il appréhende, entre ce qu’il ressent et ce qu’il traduit. L’image serait la preuve de ce voyage d’où l’importance de l’exotisme dans le rendu pictural. Même s’il est difficile de définir ce genre autobiographique polymorphe, du moins est-il possible d’admettre qu’il met indéniablement le cap sur la découverte de l’Autre. Il tient du reportage et du témoignage, de l’itinéraire et de la carte mentale et privilégie le lien entre l’image et le texte. Sa réalisation nécessite la maitrise de techniques à partir d’un éveil des sens nécessaire à la création d’une oeuvre sensible : les arts graphiques adaptés au voyage et l’art du portrait typique. Selon les temps du voyage et de la création sur le terrain par le rough ou en atelier, la démarche conceptuelle du carnet peut amener à l’esquisse d’une oeuvre en devenir sur un autre support, de type toile ou tableau pictural. Le métissage des arts graphiques, la libre expression, l’esthétique du patchwork, l’art du collage sont à développer; pour quelques-uns, même le livre objet, la forme et la combinaison de médiums sont à expérimenter.

Voir l’ouvrage L’art du carnet de voyage. Pascale Argod. Gallimard – Alternatives, 2014.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Alternatives/Design-Alternatives/L-art-du-carnet-de-voyage

 


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *