Ouvrage : Cartographier les récits

L’ouvrage Cartographier les récits sous le direction de Mauricette Fournier. CERAMAC, n°35, Presses universitaires de Clermont – Ferrand, 2016.

http://pubp.univ-bpclermont.fr/public/Fiche_produit.php?titre=Cartographier%20les%20r%C3%A9cits

Les textes réunis dans cet ouvrage ont été présentés lors des journées d’études internationales et interdisciplinaires Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? qui se ont tenues à Clermont-Ferrand les 16 et 17 novembre 2012, à la MSH de Clermont-Ferrand lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

http://ceramac.univ-bpclermont.fr/article101.html

Citation de la quatrième de couverture :

Ostracisée durant plusieurs siècles au profit de réalisations considéreés plus en phase avec la modernité, la cartographie narrative fait son retour. Les propositions contemporaines de représentation et/ou de modélisation se multiplient pour rendre compte de manière sensible des récits documentaires ou testimoniaux. Les expériences de cartographie littéraire sont également de plus en plus nombreuses depuis les travaux pionniers de Franco Moretti ou Barbara Piatti. Ces approches profondément renouvelées constituent l’expression visuelle des différents tournants épistémologiques (tournant culture, tournant narratif, tournant spatial) qui ont affecté les sciences sociales ces dernières décennies. Bien souvent, le mise en carte des récits convoque les modalités de conservation de la mémoire d’un territoire et de ses pratiques. Toutefois, traduire un récit en langage cartographique soulève de nombreux problèmes méthodologiques que s’attachent à résoudre les chapitres de cet ouvrage collectif qui propose aussi une réflexion élargie à des conceptions atypiques de l’objet carto-graphique par l’usage du chorème, du tissus géographique, du carnet de voyage, de la carte interactive numérique.

Cartographier les récits témoigne de la richesse d’un thématique étudiée selon une grande variété d’approches émanant de nombreux contextes disciplinaires (littérature, cartographie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences de la communication). L’ouvrage illustre la diversité et la vitalité actuelle de la cartographie narrative, des diverses façons d’envisager les relations entre les cartes et les récits, les lieux et les mots.

Voir l’article : Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique. Pascale Argod. In Cartographier les récits. Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 35, 2016, p. 197 à 214.

Narrer son voyage à travers l’image à partir d’une géographie vécue est le propre du carnet de voyage qui ajoute au témoignage émotions et ressenti afin de rendre compte du réel. Cette forme de cartographie expérientielle médiatise l’expérience du lieu à partir d’une cartographie imagée, « mosaïque » et composée, qui devient un « instrument d’interprétation du monde ». Géographie intime et vécue, cette cartogarphie sensible, personnelle et artistique parle aux sens et apporte sa contribution à la réalisation d’itinéraires culturels et valoise le patrimoine local, régional et mondial.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publié par

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse à l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *